Partagez | 
 

 Peux-tu peindre toutes les couleurs du rhum?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
PRESENCE/ABSENCE : je rôde toujours 8D
DOUBLES COMPTES : y,en a beaucoup x)
DESSIN ANIME D'ORIGINE : aucun...
ÂGE DU PERSONNAGE : 40 ans
COTE COEUR : une bouteille
OCCUPATION : boire, chasser, boire...
HUMEUR : j'ai soif!
MON ARRIVÉE : 05/06/2017
MON VOYAGE : 79
POINTS : 89
LOCALISATION : Paris

MessageSujet: Peux-tu peindre toutes les couleurs du rhum?  Sam 10 Juin 2017 - 23:19



Peux-tu peindre toutes les couleurs du rhum?

oui j'ai bu pour trouver ce titre x)



Ce n’était qu’un soir comme un autre. Il avait fait chaud toute la journée et maintenant la soirée apportait enfin un peu de fraicheur. C’était une journée typique de Juin, rien de spécial ne s’était produit ce jour-là. Même qu’on pouvait dire qu’Ian avait trouvé sa journée particulièrement ennuyante en fait. C’était pourquoi il s’était réfugié au bar en fin d’après-midi. Ça faisait donc déjà plusieurs heures qu’il se trouvait là. Il avait déjà changé de place à de nombreuses reprises, alternant entre le comptoir et les banquettes. Il était même aller prendre l’air à quelques reprises, mais revenait toujours à l’intérieur pour boire. Ce soir-là, son choix s’était porté sur un whisky après quelques bières. Bien qu’il prenait le temps de dégusté sa boisson préférée, vu la quantité qu’il avait déjà ingéré, il n’avait pas l’esprit tout à fait clair.

Assit dans son coin, l’irlandais soupira en repensant à cette découverte étrange qu’il avait fait peu de temps auparavant. Au départ, il pensait que les étrangers qu’il traquait étaient en quelque sorte des inconnus. Ils venaient d’un autre monde et c’était tout… mais ce n’était pas tout. Peut-être parce que ses premières cibles étaient effectivement des personnages secondaires, voir figurants… ou qu’en fait, lui ne les connaissaient pas. Le premier doute était venu lorsqu’il avait vu un nom sur sa liste : Jack Skellington. Oui, comme le personnage du film d’animation L’étrange Noël de Monsieur jack! L’aspect de l’homme qu’ils avaient attrapé dans une boutique nommé Halloween Town, rappelait bien celui du célèbre roi des citrouilles…

Ian n’avait pas des connaissances très poussées sur Disney, mais il connaissait tout de même les classiques et puis l’énorme multinationale ne lésinait pas sur la publicité sur ses derniers films. Et ne parlons pas des rééditions! L’homme pu donc faire des rapprochements entre les noms sur sa liste et les célèbres personnages… Peut-être avait-il trop bu le soir où il avait fait ces découvertes, mais il réussit après quelques semaines à avoir enfin des confirmations. Par contre certaines questions subsistaient… pourquoi les personnages de contes débarquaient-ils dans leur monde? Est-ce qu’il en avait qui se promenaient librement d’un univers à l’autre? Le chasseur se demandait bien comment Louis faisait pour les renvoyer chez eux… L’Irlandais était loin de se douter de ce qui arrivait vraiment aux personnages lorsqu’ils se retrouvaient aux mains de son employeur. Pas qu’il était naïf, mais rien pour l’instant ne l’avait poussé à penser le contraire. Il continuait donc son travail, cherchant les personnages, suivant les pistes qu’on lui donnait.

L’homme commençait à être un peu déconnecté de la réalité, autant à cause de la fatigue que de l’alcool. Cet état familier qui l’aidait à se sentir en paix. Comme il pouvait encore marcher, Ian se leva pour s’approcher d’une jolie femme qui semblait fort esseulée. Ça faisait déjà un moment qu’il l’avait remarquée.  Il s’assit près d’elle :

-Vous semblez bien déprimée… je peux vous payer un verre?

Était-il en plein plan drague? Essayait-il de trouver une âme plus amochée que lui? Un peu des deux? Un besoin d’avoir une discussion avec autre chose qu’un verre à moitié vide? Si seulement il le savait lui-même! Cette femme lui faisait penser à quelqu’un, mais pour l’instant, il n’arrivait pas à mettre de prénom sur cette impression. Qu’elle le veule ou non, il avait déjà demandé à la serveuse de resservir la femme.

-Alors qu’est-ce qui vous amène ici? Au fais, je me nomme Ian.

L’irlandais sourit légèrement, tentant de se montrer sympathique… ou du moins de ne pas avoir l’air d’un harceleur…  




codage par greenmay. sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Héroïne à sa façon
DOUBLES COMPTES : aucun
PHOTO D'IDENTITE :
DESSIN ANIME D'ORIGINE : aucun
ÂGE DU PERSONNAGE : 22 ans
COTE COEUR : Il est en scénario ;)
OCCUPATION : Détective privée, au service de Lucas
MON ARRIVÉE : 20/03/2017
MON VOYAGE : 87
POINTS : 28
LOCALISATION : Paris

MessageSujet: Re: Peux-tu peindre toutes les couleurs du rhum?  Ven 23 Juin 2017 - 22:34
  • Siobhàn Cohen
  • Ian O'Connell
Peux-tu peindre toutes les couleurs du rhum?
Je sursautais lorsque je me rendis compte que je me marchais sur une tête décapitée. Celle de Mérida. Dans le noir, je pouvais voir finalement les corps sans vie d’individu m’étant familier : Clémence, Marie, Oliver, Helga, Jack… et puis Alison.
Enfin, elle seule était encore en vie. Mais en m’approchant pour la serrer dans mes bras, je stoppai net, me rendant à l’évidence : celle qui tenait une dague et qui me fixait de ses yeux entièrement noires, comme si les ténèbres s’étaient engouffrées à l’intérieur, n’était pas celle que je connaissais.
Je me levais en sueurs, comme tous les matins, alors que la chasseuse avait brandit son arme pour me la planter dans la poitrine. De pire en pire. Voilà comment je pouvais décrire mon état psychique ces derniers jours.

Les journées se ressemblaient toutes, au point que j’avais l’impression de repasser la même journée en boucle : me lever pour aller au cabinet, puis rentrer et pleurer dans mon lit en revoyant les personnages Disney à l’hôpital, certains entre la vie et la mort.
Je méditais de plus en plus sur une consultation avec une psy, comme me l’avait suggéré Alexis concernant la disparition d’Alison. Mais encore fallait-il lui faire comprendre que je n’étais pas folle.
Et puis ce matin, j’eus l’idée de sortir. Ça allait me permettre de sortir de ma routine qui me déprimait de plus en plus, et oublier mes idées noires allait me faire le plus grand bien. M’habillant d’une chemise blanche et d’un pantalon brun à bretelle, digne d’un style à la Charleston, je sortis de chez moi dès que la nuit fut tombée. Il faisait extrêmement chaud ces derniers temps, et le soir était le moment qui me semblait le plus agréable pour se promener dans les rues de Paris Sud, mais aussi sur les toits depuis peu, ma cheville ayant guéri assez vite.

Je pris la décision d’entrer dans un bar quelques mètres autour de la tour Montparnasse. Désirant d’être seule un moment, je m’installais dans un coin et demanda à la première serveuse un cocktail alcoolisé. Oui, j’étais toujours consciente que j’avais du mal à supporter l’alcool, mais j’avais mûrement choisi la boisson qui en possédait le moins… à savoir une Sangria.
La jeune femme revint très vite avec cette dernière. Je la remerciais avec un sourire et un léger pourboire avant qu’elle reparte. Il était vrai qu’en m’y attardant davantage, elle était plutôt jolie.
Tandis que je sirotais la Sangria, qui me donnait très vite l’impression d’être saoule à cause des 25 degrés qu’il faisait dans la salle, je méditais. Devais-je vraiment passée à autre chose ? Et si je prenais la décision de tourner la page à Alison ? Que se passerait-il si elle reviendrait du jour au lendemain alors que j’aurais fait ma vie avec une autre ?
Reviendrait-elle un jour ?
Toutes ces questions me rendirent mélancolique, au point de vouloir rentrer chez moi.

-Vous semblez bien déprimée… je peux vous payer un verre?

Mes pensées furent interrompues par une voix masculine, me faisant presque sursauter. J’étais tellement préoccupée que je ne l’avais pas entendu arriver un homme à peine plus âgé que moi qui était au départ près du comptoir. Etait-il venu pour me draguer ? J’étais vraiment si désespérée que ça ?

L’effet de l’alcool faisant visiblement son effet, je n’eus le temps d’essayer de formuler un « non merci » correct que l’inconnu appela la serveuse, la même que tout à l’heure, pour me resservir un verre. Super, maintenant on allait croire que j’allais me bourrer la gueule jusqu’à ce que je m’évanouisse !
Pourtant, je ne fis aucune remarque, du moins pas tout de suite. Après tout, même s’il empestait le whisky, l’homme me semblait être le genre de personne qui voulait juste avoir de la compagnie avant de draguer. Et puis il ne semblait pas méchant. Bref ! Je n’avais aucune raison de l’envoyer balader. Ou de le gifler, s’il force beaucoup trop.

-Siobhàn, lui répondis-je finalement en tournant le nouveau verre entre mes doigts alors qu’il m’avait demandé pour quelle raison j’étais ici avant de se présenter. Ce qui m’amène ici ? Je dirais sortir de ma routine qui me colle depuis des semaines. Et vous ? Vous supportez bien l’alcool, on dirait.

Je bus une gorgée de la Sangria avant de continuer.

-Pas moi. C’est pour ça que j’en bois que très peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
PRESENCE/ABSENCE : je rôde toujours 8D
DOUBLES COMPTES : y,en a beaucoup x)
DESSIN ANIME D'ORIGINE : aucun...
ÂGE DU PERSONNAGE : 40 ans
COTE COEUR : une bouteille
OCCUPATION : boire, chasser, boire...
HUMEUR : j'ai soif!
MON ARRIVÉE : 05/06/2017
MON VOYAGE : 79
POINTS : 89
LOCALISATION : Paris

MessageSujet: Re: Peux-tu peindre toutes les couleurs du rhum?  Mar 4 Juil 2017 - 2:24



Peux-tu peindre toutes les couleurs du rhum?

oui j'ai bu pour trouver ce titre x)



Observant la femme, Ian ne pouvait s’empêcher de la trouver séduisante. Ce n’était pas que physique, elle semblait intelligente. Bon, elle n’était peut-être pas à son avantage devant un verre d’alcool, mais elle faisait encore bonne impressions. Les petites courges aux gros airbags n’étaient pas particulièrement attirantes aux yeux de l’homme. Elles ne faisaient que ressortir son côté macho en incarnant les stéréotypes des femmes faibles. Les demoiselles en détresse, ce n’était pas trop son genre. Ça pouvait être bien pour une soirée, mais à long terme, c’était ennuyant.  Celle devant lui n’était pas en détresse… quoiqu’elle semblait fuir un truc. C’est que L’irlandais savait ce que c’était de se plonger dans l’alcool pour éviter la réalité.

-Siobhán… Dites, vous avez des origines irlandaises? Un très joli prénom. Ça signifie « Grâce de Dieu », si je ne me trompe pas?

Ian s’assit à la table de la femme. Il ne trouvait pas qu’elle avait l’air d’une irlandaise, mais c’était plus poli de demander que de simplement faire des suppositions. Elle avait le teint un peu trop foncé pour avoir les mêmes origines que l’homme… mais pouvait-on vraiment se fier à ça? Avec les mélanges ethniques, c’était parfois difficile de pouvoir deviner la provenance que quelqu’un. Pour le coup, elle lui faisait penser à une amérindienne. Il l’imaginait bien dans leur tenu, en été, en train de ramasser du maïs. C’est que parfois, l’alcool rendait le brun plutôt imaginatif!

-Oui, je suis en effet un habitué des bars… Si ce n’est que depuis quelques semaines, c’est que ça allait avant… que s’est-il passé pour que soudainement ça n’aille plus? Souvent, c’est un changement qui entraine ça, non? Enfin, sauf chez ceux qui ont toujours eu le mal de vivre…

Bien qu’il ne l’avouerait pas facilement, Ian n’avait jamais été vraiment heureux, sauf peut-être lorsqu’il était encore enfant. Il se contentait d’avancer, avec l’aide de sa copine l’alcool. Il n’était pas non plus extrêmement malheureux… Il oscillait entre les deux, sans jamais être entièrement un ou l’autre. Il était blasé, mais rien ne l’empêchait de rechercher la bonne compagnie afin de passer un moment agréable. Non, l’homme n’aspirait pas à ramener une femme dans son lit ce soir-là. Il avait beau bien tenir l’alcool, mais il n’était pas en état de faire ce genre de choses… Pour l’instant, il avait plutôt envie de discuter un peu, avant qu’il ne soit trop saoul pour suivre une conversation.

-Comme vous n’êtes pas habituée à boire, je vais vous donner quelques trucs pour survivre… premièrement prendre de l’eau, parce que sinon demain vous le regretterez. Ensuite, ne buvez pas trop vite, sinon vous allez danser sur les tables dans deux verres!

C’est avec un grand sourire qu’il avait dit cela. Au final, il était peut-être bien de bonne humeur ce soir-là. Ou qu’il avait but assez d’alcool pour l’être? Il laissa son esprit embrumé vagabonder un instant… Il eu un sourire absent avant de finalement déclarer :

-C’est drôle… vous me faites penser à ce personnage de dessin animé… une amérindienne. Je me souviens plus de son prénom, j’suis pas vraiment un connaisseur dans le domaine.

Comme ça serait amusant de trouver un personnage Disney en prenant un verre! Il observait la réaction de la femme, question de voir s’il avait misé juste ou s’il était juste trop saoul et s’imaginait n’importe quoi.




codage par greenmay. sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Héroïne à sa façon
DOUBLES COMPTES : aucun
PHOTO D'IDENTITE :
DESSIN ANIME D'ORIGINE : aucun
ÂGE DU PERSONNAGE : 22 ans
COTE COEUR : Il est en scénario ;)
OCCUPATION : Détective privée, au service de Lucas
MON ARRIVÉE : 20/03/2017
MON VOYAGE : 87
POINTS : 28
LOCALISATION : Paris

MessageSujet: Re: Peux-tu peindre toutes les couleurs du rhum?  Dim 23 Juil 2017 - 18:55
  • Siobhàn Cohen
  • Ian O'Connell
Peux-tu peindre toutes les couleurs du rhum?
L’homme ne semblait être un de ces balourds qui passaient le clair de leur soirée à harceler les filles. Je m’étais donc faite une fausse idée de lui, prenant rapidement la décision de parachuter cette dernière hors de ma tête pour profiter pleinement de la soirée.

- « Grâce de Dieu », en effet. C’est mon père qui a eut l’idée du prénom. En revanche je ne saurais vous dire s’il avait des origines irlandaises.

Honnêtement ? J’avais du mal à y croire puisque j’avais hérité de sa peau métissée. Toutefois, rien n’empêchait que ses ascendants viennent du Nord. Après tout, il ne m’en avait jamais parlé. De souvenir, il était fils unique, et ses parents ont disparu très tôt par la maladie.

- Me concernant, continuais-je, je suis née à Buenos Aires. Mais j’ai passé mon enfance à New York.

Pendant que je sirotais la boisson, le brun s’installa à la table, me confirmant qu’il était un habitué des bars, avant de me demander ce qui m’avait poussé à sortir aujourd’hui.

- Dernièrement… disons que j’ai l’impression d’être dans un tourbillon infernale, une routine incessante, répondis-je en tentant parfois avec difficulté de trouver les mots. Perdue, j’ai trouvé le mot. Je suis perdue, et sortir est… la seule issue qui m’a parut être judicieuse.

A moins que ce soit l’absence d’Alison qui commençait à me peser. Je n’en avais aucune idée, l’alcool me brouillant l’esprit. Et puis je me voyais mal annoncer à un inconnue que j’avais une petite amie, tout comme poster mon orientation sexuelle sur un réseau quelconque.

Alors qu’Ian me donna quelques conseils concernant l’alcool, je méditais les paroles qu’il avait dit précédemment. Était-il quelqu’un qui ne parvenait à trouver le bonheur ? Était-il lassé par la vie au point que l’alcool lui semblait la seule chose qui comblait un vide ?

Je secouais vivement la tête, comme pour chasser ces questions. Je faisais connaissance avec un homme que j’ai rencontré par hasard. Il n’était en aucun question de l’interroger.

- Merci. Je tâcherais de suivre vos précieux conseils. Au passage, je trouve que Jean vous va plutôt bien… ais-je dit une bêtise ? lui demandais-je devant son sourire absent. Il me semble pourtant que Ian est l’équivalent de Jean… ou alors c’est l’inverse…

Oui, c’était décousu par rapport à la discussion précédente, mais je ne m’en étais préoccupée. Sans doute sous l’effet de la Sangria. Boisson dont je pris encore une gorgée.

Lorsqu’il me confia finalement la raison de ses réflexions, je ne fis comme d’habitude. Si j’avais été dans mon état normal, je lui aurais dit le personnage, ainsi que ma fascination pour certains personnages Disney. Mais je n’en fis rien… puisque je me mis à éclater de rire.
A ce moment là, je me fichais complètement de l’impression que le temps s’était figé, les clients et serveurs me fixant comme s’ils voyaient pour la première fois une femme rire aux éclats.
La tête contre la table, je finis tant bien que mal à me ressaisir, essuyant mes larmes, avant de lui répondre.

- Excuse-moi, mais... je ressemble autant à Pocanhantas que ça ? lui répondis-je enfin en le tutoyant soudainement.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
PRESENCE/ABSENCE : je rôde toujours 8D
DOUBLES COMPTES : y,en a beaucoup x)
DESSIN ANIME D'ORIGINE : aucun...
ÂGE DU PERSONNAGE : 40 ans
COTE COEUR : une bouteille
OCCUPATION : boire, chasser, boire...
HUMEUR : j'ai soif!
MON ARRIVÉE : 05/06/2017
MON VOYAGE : 79
POINTS : 89
LOCALISATION : Paris

MessageSujet: Re: Peux-tu peindre toutes les couleurs du rhum?  Mar 1 Aoû 2017 - 19:46



Peux-tu peindre toutes les couleurs du rhum?

oui j'ai bu pour trouver ce titre x)



Que cette femme accepte de faire la conversation mettait un peu de joie dans une soirée plutôt morne. C’était surprenant pour Ian d’apprendre qu’elle venait de l’Amérique du sud. Son histoire allait avec son teint. De ce que l’homme en comprenait, Siobhàn n’était surement pas de descendance Irlandaise… dommage, ça aurait pu être amusant de parler de son pays natal, quoiqu’au moins, il n’avait pas à avoir peur d’être nostalgique s’ils évitaient le sujet! Ah l’Irlande, c’était autant de mauvais moments que de bons! Il aurait pu se perdre dans ses souvenirs, mais il préférait s’intéresser à la jeune femme, qui semblait avoir une histoire particulière. Déjà être née en Argentine et avoir grandit à New-York, c’était peu ordinaire, mais qu’elle vive maintenant à Paris, ça faisait un sacré bout de chemin!

L’homme écouta Siobhàn, ce qui était la moindre des choses, comme c’était lui qui avait demandé ce qui n’allait pas. Comme Ian avait eu légèrement peur de se faire envoyer sur les roses, c’était une joie pour lui que cette magnifique femme accepte de lui parler. Il se questionnait bien sur ce qu’elle disait… était-ce la vérité, ou s’était-elle inventé une histoire afin de cacher sa vraie identité? Elle aurait bien pu se choisir elle-même un nouveau nom… et puis être née et avoir grandit à l’étranger était une bonne façon de cacher ses vraies origines si elle venait d’un conte…

Ian sourit à la remarque sur son prénom :

-En effet, les deux sont les équivalent un de l’autre dans les deux langues. À savoir lequel est venu en premier je ne saurais dire et ce n’est pas important à mes yeux.  Je crois que ça veut dire un truc genre « Dieu est miséricordieux »… Je l’espère bien, parce que j’ai des tas de choses à me faire pardonner!

Oups, il avait trop parlé… c’est que l’alcool lui déliait parfois un peu trop la langue. Bon trop parlé, il n’avait pas déballé tous ses crimes non plus! Et puis il n’était pas le seul sous l’effet de l’alcool, Siobhàn semblait de moins en moins gênée. Ce n’était pas pour déplaire à l’Irlandais! C’était une fois qu’une personne avait perdue toute inhibition que ça devenait vraiment intéressant! Peut-être que le chasseur réussirait à la faire parler et qu’elle lui apprendrait des choses? Ou peut-être rien, peut-être que cette femme n’avait rien de particulier et qu’il se faisait des idées…

-Je ne suis pas un expert, mais selon moi, tu lui ressemble beaucoup. Ce n’est pas un mal, elle est jolie, forte, indépendante… Bien mieux que les premières princesses Disney qui avaient besoin d’être sauvées par leur prince charmant! Pocahontas est un meilleur exemple que Blanche-Neige et Cendrillon si tu veux mon avis.

Ian était aussi passé au tutoiement, imitant son interlocutrice. L’alcool coulait à flot, ils discutaient, pourquoi s’encombrer du vouvoiement? L’homme fini son verre et en commanda un autre. Il n’était pas près de s’arrêter là!

-Si tu n’es pas Pocahontas… quel perso tu serais? Moi je me vois bien en Jack Spearow… Le rhum, la piraterie, faire ce qui me plait… Oh, c’est un peu ce que je fais déjà, non?


Il éclata de rire. Il ne volait certes pas de trésors, mais il kidnappait des gens pour le compte de Louis… Ce qui était vu comme le mal par bien des gens et comme acceptable par ceux faisant ce travail. Le brun avait-il une conscience? Ça dépendait de son niveau d’ébriété… Et puis tant qu’il continuait de croire que ces gens étaient dangereux pour la société, tout irait bien pour sa conscience.

-Et vous faites quoi dans la vie? Autre qu’être mignonne… Quel travail peut vous amener tant de tourments? Ou c’est votre copain?

C’était à mille lieux de la subtilité, mais l’irlandais avait depuis longtemps dépassé le taux d’alcoolémie lui permettant de l’être un peu! Autant demander les choses directement! Restait à voir ce qu’ils se souviendraient à la fin de la soirée!

Spoiler:
 


codage par greenmay. sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Peux-tu peindre toutes les couleurs du rhum?  
Revenir en haut Aller en bas
 

Peux-tu peindre toutes les couleurs du rhum?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Toutes les couleurs du vice - Tutti i colori del buio - 1972 - Sergio Martino
» Des fleurs de toutes les couleurs...
» [Pastoureau, Michel] Couleurs : toutes les couleurs du monde en 350 photos
» Iris de toutes les couleurs !
» Des tracteurs qui en ont vu de toutes les couleurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No more happy endings... :: Paris :: Paris sud-