L'obscurité de la montagne : Évent février 2018

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

avatar

Storyteller
I've got the power

Storyteller
PHOTO D'IDENTITE :
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : Fassylover
MON ARRIVÉE : 05/04/2013
MON VOYAGE : 902
POINTS : 117
MessageSujet: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018 Jeu 15 Fév 2018 - 1:47


L'obscurité de
la montagne





Contexte général
de l'event


Cherchant fébrilement dans son carnet les copies des sorts, sachant que c'était son frère Louis qui était en possession du Livre, Lucas trouva enfin ce qu'il cherchait. Soulagé, il sourit. Grâce aux sorts, sur une partie inhabitée de la montagne, il allait pouvoir créer une véritable station de ski. Cela allait permettre des retrouvailles entre les personnages Disney, sans que des gens de ce monde, donc d'éventuels chasseurs, ne viennent interférer. Lucas était fier de lui. Depuis quelques temps, il se désespérait que certains personnages ne se soient toujours pas retrouvés ou que d'autres restent isolés. Il espérait ainsi favoriser les rencontres, remonter le moral de certains Disney et permettre les personnes d'un même monde d'enfin se retrouver.

Quand sa magnifique station fut prête, il rédigea des prospectus qu'il envoya aux destinataires choisis. Il ferait croire que les personnages avaient gagné un week-end dans les montagnes canadiennes tout frais payé, voyage compris, dans un chalet, en ayant participé à un tirage au sort, ou étant la énième personne ayant acheté telle ou telle chose. Ainsi, certains reçurent des vacances au ski, d'autres un week-end en cure thermale et d'autres encore un week-end sportif à la montagne, avec ski de fond, parapente et randonnée. Lucas avait envoyé les invitations uniquement aux personnages Disney. Ne connaissant pas leurs alliés et ne voulant pas faire de bévue, il préféra leur glisser une invitation supplémentaire. De cette façon, il laissait le soin aux personnages d'inviter une personne de confiance de leur entourage. Tout était parfait. Seulement c'était sans compter sur les espions de son frère. Ils prévinrent Louis des plans de Lucas. Aussitôt, le jumeau maléfique alla voir sa collaboratrice Narissa. Ensemble, ils interférèrent dans l'initiative, bien décidés à faire vivre un enfer aux personnages et éviter les retrouvailles le plus possible, isolant les malheureux personnages et créant le chaos. De ce fait, le chalet vendu comme un havre de paix et de sérénité pour un week-end de tranquillité à la montagne n'a plus rien d'un rêve. Narissa, d'un revers de magie, fit disparaître la plupart des installations créées par Lucas. En dehors de quelques rares magasins, dont certains en ruines, seuls deux chalets subsistèrent au coeur de la montagne et de sa forêt. Il ne restait plus qu'un luxueux et un dépenaillé, forçant la discorde entre les personnages, qui croyaient avoir un chalet rien que pour eux. Et s'il n'y avait que ça ! Une tempête se lève, soulevant la neige et invitant le froid à la partie. Et ce n'est pas tout. Dehors une menace rode. Entre la cohabitation forcée et les impondérables, les personnages ne sont pas au bout de leur peine.



Contexte du
chalet


On vous a promis des vacances dans un chalet confortable, loin du bruit de la ville afin de vous reposer. À votre arrivée, vous réalisez qu’il y a eu fausse représentation, puisque le chalet est dans un état lamentable. Les marches de l’escalier extérieur sont de travers et promettent de céder à un moment ou un autre sous vos pieds, mais vous ne vous arrêtez pas sur ça, car vous avez toutefois espoir que l’intérieur soit en meilleur état. Grossière erreur. Une odeur de moisissure vous prend au nez à l’instant où vous ouvrez la porte. Vous entrez tout de même en vous disant que c’est une très mauvaise blague. Sous vos pas, le plancher poussiéreux craque et vous sursautez en pensant avoir aperçu un rongeur se faufiler derrière le vieux canapé en velours brun à l’allure douteuse. Il est trop tard pour rebrousser chemin, la météo commence à faire des siennes et vous n’avez pas d’autre choix que de rester dans cet endroit pour la nuit. Heureusement, vous remarquez une large cheminée en pierre blanche, décorée par une tête de cerf empaillée, qui vous permettra de rester au chaud le temps de votre séjour. Vous décidez finalement de monter à l’étage pour y déposer vos bagages, mais vous découvrez que d’autres personnes s’y trouvent déjà, tous très mécontents de réaliser qu’ils doivent partager ce chalet avec d’autres. En comptant les lits offerts, vous constatez qu’il en manque cinq pour le nombre de personnes présentes dans ce lieu. Cette histoire semble déjà bien désastreuse avant même d’avoir commencé.



Fonctionnement général
de l'event


• Uniquement les personnages Disney reçoivent l'invitation de Lucas. Il y a cependant une invitation pour potentiellement permettre à un personnage non Disney de les rejoindre.
• Tous les personnages sont répartis dans les deux chalets. Dans chaque chalet, le fonctionnement sera le même.
• Une limite de 700 mots est demandée pour la fluidité de l’évent.
• Il n’y a pas d’ordre à suivre pour poster vos RPs, vous pouvez répondre comme bon vous semble, mais soyez toutefois courtois et laissez le temps aux autres d’écrire leur réponse.
• Merci d'ajouter un bref résumé de vos RP en spoiler.
• De courtes interventions du MJ vont jalonner le rp pour vous guider.
• Le rp se déroule le week-end du 16 février 2018.

Si vous avez des questions, le staff est là. Bounce



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

James P. Ratigan


Bad Guys
PHOTO D'IDENTITE :
DESSIN ANIME D'ORIGINE : Basil, détective privé
ÂGE DU PERSONNAGE : 50 ans
OCCUPATION : Napoléon du Crime
LOCALISATION : Londres
COULEUR PAROLE : #990000
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : Vincent Price
MON ARRIVÉE : 28/12/2017
MON VOYAGE : 131
POINTS : 420
MessageSujet: Re: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018 Jeu 15 Fév 2018 - 17:57
L'obscurité de la montagne

 
Félicitations ! Nous avons le plaisir de vous annoncer que vous avez gagné un formidable voyage au Canada, tous frais payés……

 Dès cet instant, James fut tenté de jeter cette lettre à la poubelle, n’y voyant qu’une énième arnaque. Mais après réflexion, il se retint… intrigué de constater que cette invitation avait été envoyée directement au QG secret de sa bande…… sous les initiales « NoC », « Napoléon of Crime »… Personne encore ne le connaissait sous son ancien titre… Qui avait pu le convier… ? Quelqu’un connaissant forcément son identité secrète, et voulant que le génie criminel méfiant qu’il était y participe… Une enquête s’imposait, lui qui recherchait tant des réponses…

 Après avoir laissé ses consignes à son gang, Ratigan décolla quelques jours après… et le voyage fut plus qu’éprouvant pour lui… Il répugnait de l’admettre, mais il dut prendre une dose conséquente de calmants pour chasser son effroyable vertige, affreuse conséquence de sa chute de Big Ben… Pas même la cordialité des hôtesses ne lui permit de décrocher ses ongles de son siège et d’ouvrir les yeux… Bien la première fois qu’il regrettait une décision ! Ce fut donc très soulagé (et à moitié drogué par les calmants) qu’il atterrit à Montréal, retrouvant avec joie la terre des vaches.

 Le Canada fut sincèrement une magnifique découverte pour lui. Les magnifiques paysages enneigés qu’il vit en taxi suffirent un temps à lui faire oublier les tracas de son vol. Instant de nouveau gâché par la partie en cabine téléphérique, où il resta constamment au milieu, yeux clos… Mais passons ! Peut-être que ce séjour ne serait pas si mal, après tout ? Mais la suite prit une tournure plus qu’inqualifiable pour lui…

 Service tout compris ? Déjà, aucune personne ne l’attendait à l’arrivée de la cabine pour l’accueillir et le conduire jusqu’à son chalet ! Ce fut donc bien ennuyé qu’il dut porter seul sa valise, boitillant difficilement dans la neige à cause de sa jambe blessée, jusqu’à arriver à son chalet, espérant y trouver une cheminée déjà allumée pour s’y réchauffer… mais la douche à l’arrivée fut plus que glaciale !

 Lui avait-on vraiment vanté les mérites d’un chalet luxueux… ou bien d’un dépotoir !!!??? Les murs extérieurs étaient fissurés et semblaient sur le point de s’effondrer, et il ne parlait même pas des escaliers à l’entrée mal montés !



JAMES ▬  … J’espère que ce n’est qu’une vulgaire plaisanterie… Grogna-t-il en les montant prudemment.


 Mais ses goûts de luxe en prirent un violent coup à l’instant même où il ouvrit la porte. Ayant gardé ses sens développés de rongeur, l’odeur de moisissure qu’il sentit lui fit monter les larmes aux yeux, tandis qu’il se couvrit le nez de son mouchoir ; si cela était une blague, elle était de très mauvais goût ! Mais en découvrant le reste du chalet, il déchanta très vite : de la poussière partout, quelques fuites par-ci par-là, les rideaux tâchés, PAS DE CHAUFFAGE, la présence de rongeurs (Non pas que cela le dérangeait…), les meubles à moitié pourris, une seule et simple tête de cerf empaillée en guise de décoration, etc… Et, à l’étage, une salle de bain absolument immonde, des lits (Mais ne devait-il pas être seul ?!) à la propreté questionnable, des armoires bourrées de mites… Un chalet infernal, tout simplement !

 La situation actuelle le poussa à bout, malgré sa patience typiquement anglaise, lui qui faisait tout pour vivre dans le confort ! Quel scandale ! L’organisateur de ce séjour « paradisiaque » allait sévèrement le payer ! Et en parlant du loup, il entendit la porte d’entrée s’ouvrir. Cela allait chauffer pour le salarié qui voulait probablement l’accueillir ! Furieux, il quitta l’une des chambres, hurlant :



JAMES ▬  J’exige de voir le responsable de cette mascarade !!! Il va payer pour m’avoir…


   … CRAC, la première marche de l’escalier se déroba sous ses pieds, le faisant chuter jusqu’en bas et, malheureusement, atterrir sur sa jambe meurtrie. Il hurla de pure rage et de douleur, perdant tout calme et toute contenance. L’organisateur allait VRAIMENT payer pour s’être payé sa tête, et pour en plus en revenir plus blessé !!!

(c) Madouce sur Epicode


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://disney-badendings.forumactif.org/t2091-tu-es-le-grand-genie-du-mal-james-p-ratigan-termine http://disney-badendings.forumactif.org/t2093-relations-de-ratigan

avatar

Mérida de DunBroch


Crowned Head
PHOTO D'IDENTITE :


DESSIN ANIME D'ORIGINE : Rebelle
ÂGE DU PERSONNAGE : 18 ans
COTE COEUR : La pizza <3
OCCUPATION : Princesse/étudiante/palefrenière
LOCALISATION : Paris
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : Rose Leslie / Libella
MON ARRIVÉE : 02/05/2017
MON VOYAGE : 175
POINTS : 264
MessageSujet: Re: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018 Ven 16 Fév 2018 - 0:01


L'obscurité de la montagne

Event Février 2018

Mérida avait enfin les pieds sur la terre ferme. Elle c’était précipitée à l’extérieur de l'oiseau e métal dès qu’elle en avait eu l’occasion. Qui est le taré qui avait inventé cet engin du diable ? Rien n’avait de logique dans ce truc. Et Valentin qui n’était pas là quand on avait besoin de lui ! Non mais vraiment ! Pourquoi un voyage en avion ? Pourquoi pas en bateau hein ? La jeune femme était habituée à la hauteur, elle aimait voir le monde s’étaler sous ses pieds. Mais elle détestait être enfermée dans des engins métalliques entourés de plein de gens qui pue la transpiration. Alors la mettre dans un appareil identique mais sans possibilités de sortir c’était un cauchemar. Pourquoi elle avait accepté cette invitation déjà ? Ah oui ! C’est vrai ! Parce que quitte à être dans un autre monde, autant le découvrir autant que possible. Jusqu'à présent, la rouquine n’avait jamais quitté Paris et de rester dans du béton commençait à la rendre folle. L’invitation était tombée à point nommée. Elle aurait voulu y aller avec Alexis mais elle vivait avec un bourreau du travail. Mérida avait peur qu’il finisse par se rendre malade. Quant à son petit ami, il ne pouvait pas l’accompagner. Ça aurait été tellement bien de voyager ensemble ! Elle était vraiment déçue. Mais elle comprenait. C’est la raison pour laquelle elle était là, seule, dans un pays inconnu en route vers l’aventure. Elle avait donc préparé son gros sac de voyage dans lequel elle avait pris soin d’emballer et de ranger son arc et ses flèches et prit la direction de l’aéroport. Elle avait peur que cela ne passe pas mais Alexis lui avait fourni toutes les autorisations nécessaires et de toute façon elle ne serait jamais partie sans. C’était une extension d’elle-même. Le laisser à Paris serait revenu à laisser un bout poumon ou de foie. Bref, c’était un organe vital pour elle.

Une voiture l’avait emmené jusqu'à l’adresse qu’on lui avait fournie. C’était vraiment un pays magnifique. Le froid ne la dérangeait pas. Bien au contraire ! Ça lui rappelait le Nord de Dunbroch en hiver. Il y avait de la nature à perte de vue. La jeune femme n’eut pas plus le temps de se perdre dans la nostalgie car la voiture se stoppa. Elle se trouvait face à un chalet, ou tout du moins ce qui en restait.

- Vous êtes sûr que c’est la bonne adresse ?


Le chauffeur confirma et la jeune femme le regarda d’un air incrédule. Il était pourtant écrit qu’il s’agissait d’un endroit de luxe. Ils avaient une drôle définition du mot. Mérida avaient déjà dormi dans des grandes ou dans des grottes donc un chalet miteux n’était pas ce qu’elle avait vécu de pire mais quand on nous promet du luxe on s’attend quand même à mieux que ça. Après tout peut-être que l’intérieur était chaleureux. La jeune femme se décida donc à entrer. Elle découvrir un intérieur peut être pire que la façade. Si cela était possible. AU moins il y avait une cheminée elle allait pouvoir se réchauffer. Ce n’était pas bien grave, après tout elle n’avait pas l’intention de rester enfermée toute la journée. Elle était bien évidemment déçue mais elle fera avec. Mais bon, qui que soit la personne qui lui avait envoyé cette invitation, elle n’était pas un hôte des plus efficaces. C’était lamentable.

Alors qu’elle posait ses affaires par terre pour inspecter un peu les lieux, la jeune femme entendit une voix grave vociférer des menaces. Mais qu’est-ce qui se passait enfin ? La rouquine c’était instinctivement placé dans une position de défense et regardait la sortie de l’escalier avec attention. Il n’était pas né celui qui allait l’agresserd’entrée de jeu sans avoir un retour. C’est alors qu’elle entendit un crack et un homme atterrit en bas de l’escalier en hurlant.

- T’es qui toi ? Et qu’est-ce que tu fais ici ?

Il avait visiblement mal mais la jeune femme ne comptait pas aller l’aider tant qu’elle ne saura pas qui il était et pourquoi il était dans son chalet. Il était peu être miteux mais c’était le sien.
Code by Joy


résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018 Ven 16 Fév 2018 - 2:09
l'obscurité de la montagneQui était le chanceux petit dragon qui avait gagné un séjour en montagne ? Mais moi bien sûr ! La lettre parlait même d'un joli petit chalet confortable et tout ce qui allait avec. Va s'en dire que j'étais excité comme une puce à l'idée de quitter mon appartement miteux pour aller faire la belle vie ne serait-ce que l'espace d'un court instant. Je ne savais pas réellement faire de ski, mais je comptais bien aller glisser à la station de ski, tel le pro de la glisse que j'étais. Je m'étais d'ailleurs acheté un adorable crazy-carpet rouge pour l'occasion. Cette couleur s'agençait bien à ma chevelure soyeuse et à mon habit de neige. Le rouge était ma couleur préférée, si jamais vous ne l'aviez pas encore compris. Mais peu importe, j'étais prêt à y aller. Mes valises avaient été remplies la veille au soir. J'y avais glissé mon joli dessin digne d'un enfant de maternelle que j'avais fait de ma petite Mulan et Cri-Kee. Je traînais avec moi cette œuvre d'art partout où j'allais en guise de photo, histoire de ne pas trop m'ennuyer et il était tout simplement hors de question de m'en séparer. Après avoir vérifié une dernière fois n'avoir rien oublié, je quittai mon appartement, verrouillant tout derrière moi et alla prendre le bus.

Après avoir monté dans ce boîtier à quatre roues, c'est au côté d'une vieille dames beaucoup trop parfumer que je m'étais assis, mon livre de sodokus ouvert sur mes genoux pour me divertir tout au long du trajet. J'avais cependant beaucoup de mal à me concentrer dût à l'odeur que dégageait la femme. Cette odeur de lilas mélanger à celle de fixatif à cheveux me donnais très mal à tête et au cœur. Je devais me faire violence pour ne pas vomir sur mon voisin d'en face. Pour protéger mes voix respiratoire qui était sur le point de fondre, j'avais resserré les cordes de ma capuche, couvrant ainsi la moitié de mon visage dont ma bouche. En fait, tout ce que l'on pouvait maintenant apercevoir était mes yeux sombres ainsi que quelques petites mèches rouges qui recouvraient mon front. J'avais très chaud, c'est vrai, et cela devait sans doute avoir avec mon ancienne nature dragon, car même si j'étais maintenant humain, ma température corporelle était très élevée comparativement à ce qui était considéré normal par les services de santé. Mais bon, je préférais de loin fondre sur place que mourir asphyxier. J'aurais bien changé de place, mais le bus était plain. Pas de chance...

Une fois que les portes s'ouvrir, je m'étais empressé de prendre mes affaires avant de me propulser à l'extérieur, impatient de respirer de la bonne air frais. Dans ma hâte de sortir, j'avais manqué une marche et m'étais écrasé tête première dans la neige. Gêner d'être tombé, je m'étais relevé avec empressement et déguerpie en courant. Pourtant, lorsque j'étais arrivé devant le dit chalet, ce dernier était loin d'être comme je me l'étais imaginé. Je ne pouvais voir le luxe qu'on m'avait promis dans cette vulgaire poubelle. Je déglutis avant de grimacer. En colère, j'ouvris la porte d'entrer brusquement, faisant claquer cette dernière violemment contre le mur. C'est en marmonnant dans mon manteau que j'entrai dans cet endroit poussiéreux et alors que j'étais sur le point d'éternuer, je figeai sur place. Dos à moi, il y avait une jeune femme et un grand-père que je ne connaissais pas. En plus de vivre dans un taudis, je devais aussi partager mon espace avec des étrangers ? Et puis quoi encore !? Mécontent face à mon triste sort, j'avais laissé tomber mes affaires sur le plancher et ce, sans aucune délicatesse.  « DAFUCK IS THIS SHIT !? » Furent les seuls mots dignes des plus grands philosophes que j'avais été en mesure de gueuler sur le moment. Je ne sais pas s'il m'avait bien entendue, car mon capuchon recouvrait toujours ma bouche, mais peu importe...
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Anna Løvenskiold
♛ Royal Mess

Anna
PHOTO D'IDENTITE :




I wanna stuff some chocolate in my face !

Annanas:
 

DESSIN ANIME D'ORIGINE : Frozen, La Reine des Neiges.
ÂGE DU PERSONNAGE : 21 ans.
COTE COEUR : Fiancée à Hans.
OCCUPATION : Animatrice pour enfant en plus d'enchaîner les petits boulots.
LOCALISATION : New York.
HUMEUR : Épuisée.
DOUBLES COMPTES : Oliver Foxworth, Aiko "Honey" Miyazaki
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : Zoe Sugg, par moi-même. Code signature de Astra, icons de Bonnie.
MON ARRIVÉE : 05/12/2013
MON VOYAGE : 952
POINTS : 401
MessageSujet: Re: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018 Lun 19 Fév 2018 - 17:13
L'obscurité de la montagne
La team taudis
Drink with me, my love for there's fire in the sky
and there's ice on the ground, either way, my soul will die

Un décor tout de blanc et d'argent, une valse endiablée de flocons, un goût de liberté sur ses lèvres gercées, ça la faisait sourire, Anna, plus que de raison. Les yeux grands ouvert, elle capturait chaque détail de ce tableau, presque insensible au vent qui rougissait ses joues. Il faisait froid. Trop froid. Emmitouflée dans un manteau pas assez épais, la jeune femme réprimait frisson sur frisson. Peu importait. Anna s'était résignée aux aléas glacés de son corps vidés de chaleur. Elle remonta son sac à dos, referma sa prise sur sa valise. Ni son souffle givré, ni les températures polaires ne pourraient l'empêcher d'apprécier ce week-end. Elle en savourait chaque seconde depuis son départ de New York, surexcitée dans l'avion, souriante dans le bus, émerveillée dans le téléphérique. La beauté de l'hiver ne cessait jamais de la surprendre. Suspendue à plusieurs mètres au-dessus du sol, elle avait laissé son esprit se perdre dans les sommets immaculés, et tandis qu'au coin de son œil le teint laiteux du ciel se confondait avec la terre enneigée, elle s'était brièvement imaginé de retour dans ses montagnes natales. Une illusion de courte durée qui pourtant la plongea dans une vague nostalgique. Elle, les montagnes, et Olaf. Une scène incomplète. Si seulement Elsa avait pu faire le trajet avec elle… Si seulement Hans, Kristoff et Sven n'étaient pas introuvables… Mais Anna avait trop souvent pleuré sur le passé et les absences de ces êtres chers, le temps d'un week-end, elle voulait s'oublier pour mieux embrasser le présent.

Ses bottes faisaient crisser la neige dans laquelle ses pieds s'emmêlaient avec maladresse. Ce n'était pas des empreintes de pas qu'Anna laissait derrière elle, mais des cratères. D'après l'invitation, une petite marche séparait le chalet des téléphériques. Ils n'en avaient plus pour très longtemps. « Vivement qu'on s'installe devant la cheminée avec un bon chocolat chaud. » Annonça-t-elle à Olaf en traînant sa valise, à bout de souffle. L'hiver était aussi beau qu'épuisant. Le froid ralentissait ses mouvements, sirotait doucement, mais sûrement, la moindre goutte d'énergie de son cœur ankylosé. Ce n'était pas grave. Déjà, le chalet se dessinait entre deux sapins. Elle se remettrait de cette petite marche. Rien ne pourrait gâcher son enthousiasme, pas même sa santé. Et comme par défi, elle se pencha, saisit une poignée de neige qu'elle lança en direction d'Olaf, un petit sourire espiègle sur les lèvres. « Haha ! Touché ! » La seconde d'après, Anna s'élançait en riant vers le chalet, son sac traînant derrière elle, prête à esquiver toute future attaque. À bout de souffle, elle se jeta sur la porte qu'elle ouvrit sans ménagement, le cœur à l'agonie, mais pourtant gonflé d'une incroyable joie de vivre. Le spectacle qui s'offrit à elle eut vite fait de tuer cet enthousiasme naissant. Un, deux, trois silhouettes se découpaient dans l'intérieur sombre et chaotique de cette bâtisse. « Euh, Olaf…? » Confuse, Anna fixa un instant ces apparitions, figée sur le seuil, avant de laisser son poing s'écraser contre l'encadrement de la porte. Toc Toc Toc. Pour la forme. « … Bonjour ? Est-ce que, hum… » À peine eut-elle entamé sa phrase qu'un petit bout de plafond s'écrasa sur sa tête, délogé par ses coups contre le bois. « Aouch ! » Anna lâcha son sac pour se frotter le crâne avec énergie. Ça, c'était pas sur la brochure ! « Il y a dû y avoir une erreur, nous étions censés avoir un chalet pour deux, enfin, si on peut appeler ça un chalet… »

Les mots lui manquaient. La situation lui échappait. Qui était ces gens ? Son regard valsa à nouveau d'un visage à l'autre. Une rousse, malaise… Une silhouette encapuchonnée, flippant… Un homme au sol… Attendez, quoi ? « Qu'est-ce qu'il se passe ici ? » Est-ce que ces gens venaient d'agresser cet individu ? Sans plus de réflexion, Anna s'avança vers l'inconnu à terre, ramassant au passage la canne tombée à quelques mètres de son propriétaire. « Ça va ? Vous n'êtes pas blessé ? » Demanda-t-elle en offrant son bras pour l'aider à se relever. Un rapide coup d'œil vers l'escalier l'aida à oublier la théorie de l'agression. De toute évidence, ce bâtiment tombait littéralement en ruine. « … Vous avez eu une invitation vous aussi? Oh, je m'appelle Anna, en passant. »

En bref:
 
Made by Neon Demon

_________________



Mon rêve familier
Anna ❄ Ce n'est rien, non ce n’est rien, qu’un peu de sang qui pleure, dernier chagrin de pluie aux couleurs de la mort qui siffle en rafales au dehors ; Dernier chagrin de pluie, dernier élan de vie, d’un coeur qui n’a servi à personne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Laurence Legay
Le rose est mon âme-sœur ♥

Laurence
PHOTO D'IDENTITE :

All you need is love:
 



DESSIN ANIME D'ORIGINE : Alice au pays des fous
ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans
COTE COEUR : Le rose ♥ Charlie ♥ Le rose ♥ Timon pour toujours ♥ Mais SURTOUT le rose ♥
OCCUPATION : Aimer le rose ♥
LOCALISATION : New-York
HUMEUR : Oh du rose! ♥
COULEUR PAROLE : #F3A5BD
PRESENCE/ABSENCE : Le rose et moi sommes là !
DOUBLES COMPTES : Randall Boggs & Pégase R. Smith & Clawd Delatour & Rox Fox
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : David Burtka & Myself
MON ARRIVÉE : 09/07/2013
MON VOYAGE : 939
POINTS : 152
MessageSujet: Re: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018 Lun 19 Fév 2018 - 18:39
L'obscurité de la montagne
Laurence Legay & Et les autres moins bien
••••

Le plus vieux du couple était souvent exténué à cause de son travail au T&L’s bar et bien que Laurence continuait à lui répété qu’ils pouvaient inverser leur horaire, celui-ci restait entêté. Peut-être que c’était dû à ses horaires d’exterminateur ou alors tout simplement dû à l’activité plus présente le soir, toujours est-il que Timon préférait le soir, ce qui laissait le temps à Laurence de laver et de coucher leur petit qui était déjà presque âgé de 3 ans. Le temps passait à une vitesse folle, mais l’ancien flamant rose ne s’en rendait pas compte puisqu’il était clairement trop absorbé par sa routine. Une matinée, Laurence avait comme à son habitude été cherché la malle alors que Timon dormait encore et il ria de bonne foi en tombant sur une lettre disant qu’ils avaient gagnés un prix. Et puis quoi encore ? Était-ce pas plutôt Lucas qui l’amusait encore à leur dépends ? Laurence et Timon avaient eu droit à plusieurs rencontre avec cet homme mystérieux à cause de leur bar qui abritait l’un de trois portails et étrangement, depuis leur prise en main de ce lieu, ils avaient reçu des lettres de celui-ci et le trentenaire avait bien du mal à se dire que cela n’avait aucun lien.  Ils n’étaient pas des amis proches, mais il se disait que cela pouvait être typiquement son genre.

Lorsque Timon s’était finalement levé, Laurence lui avait montré la lettre et tous les deux se mirent d’accord sur le fait qu’ils avaient besoin de vacance. Secrètement, Laurence espérait bien que ce voyage allait leur permettre de se retrouver, puisqu’élever un enfant n’était pas une tâche facile et qu’il leur arrivait malheureusement de se disputer… Sans parler du romantisme qui avait quitté leur couple au même moment que l’arrivée de Charlie. Après quelques coups de téléphone, ce fut Elsa qui répondit présente pour garder leur petit ange. Ce fut donc le 16 au matin que Laurence et Timon allèrent chez Elsa et bien entendu, Laurence passa une bonne vingtaine de minutes à répéter mainte et mainte fois les mêmes choses à l’ancienne reine en qui pourtant il avait confiance.

Les bagages en main, ils avaient été en direction de la gare où ils attendirent leur train pendant quelques minutes, puis enfin à l’intérieur, Laurence sortit le livre Les trois mousquetaires  écrit en français. Ayant vécu pendant quelques mois à Paris en colocation avec sa vieille amie Mallymkun, Laurence n’avait pas envie de perdre les bases de cette langue et bien que certains mots lui étaient inconnus, il s’efforçait à comprendre le sens des phrases couchées sur le papier. Lorsqu’il en eu assez, l’amoureux du rose décida de caresser les jambes de son partenaire, sachant bien que celui-ci n’allait probablement pas accepter ce genre de familiarité en publique. Cela amusa le brun pendant un bref instant, mais il se montra rapidement offensé et il se contenta de regarder les autres passagers pour le restant du voyage.

À la sortie du train, le plus jeune entendit l'alarme de son téléphone lui signalant qu’ils devaient s’arrêter quelques instants pour prendre sa médication qui ne devait être en aucun cas sauté ou retardé. Il fouilla dans son sac, puis il en sortit une bouteille d’eau qu’il déposa au sol, puis il commença à soulever ses vêtements pour retrouver ses contenants de plastiques où ses pilules étaient rangées, mais ne les trouvant pas, la panique gagna l’homme. « Timon! Je les trouve pas ! » S’était-il finalement exclamé en commençant à vider ses vêtements sur le sol enneigé de la gare. Après plusieurs minutes et un sac devenu un désordre sans nom, le brun abandonna. « … Je suis désolé… Heureusement, on sera que tous les deux… » Se relevant, il avait été caresser la joue de son amoureux et il ajouta d’un ton extrêmement sincère qu’il s’en voulait de les avoir oublié et que cela risquait de lui causer un mauvais week-end. Ils continuèrent leur chemin jusqu’au chalet où, horreur, il s’avérait que cinq autres personnes avaient décidé d’y prendre domicile. Soudainement, Laurence eu l’impression que les choses tournaient autour de lui. Non, rien n’allait. Comment allait-il pouvoir avoir l'air sain d’esprit devant ces personnes ?
 

Spoiler:
 

••••

by Wiise

_________________




✱ Timance
The first three years was our honeymoon period. Then you settle into the relationship, and it morphs into just living, breathing. It becomes more comfortable, but it becomes a necessity -- something you can’t give up, like an addict.
-David Burtka
code par Skank sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Timon S. Merkat
"Je vais pas me déguiser en Vahinée!"

Fantastic Animals
PHOTO D'IDENTITE :

DESSIN ANIME D'ORIGINE : Le Roi Lion
ÂGE DU PERSONNAGE : environ 43 ans d'humains
COTE COEUR : Les insectes, miam... oh Laurence et Charlie ♥
OCCUPATION : Empêcher Laurence de jouer dans mon pentalon
LOCALISATION : à quelque part
HUMEUR : Hakuna Matata
COULEUR PAROLE : #006600
PRESENCE/ABSENCE : fidèle au poste o/
DOUBLES COMPTES : Dory, Hadès, Mally, Ian & Kevin
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : Neil Patrick Harris & (c)Evie
MON ARRIVÉE : 06/04/2013
MON VOYAGE : 2096
POINTS : 793
MessageSujet: Re: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018 Mar 20 Fév 2018 - 21:18



L'obscurité de la montagne: Évent février 2018

Team Taudis o/



Des vacances… ça faisait combien de temps que le couple ne s’était pas autorisé un weekend de repos? Timon préférait ne pas y songer, car il ne pouvait pas vraiment s’en souvenir. Entre le bar, Charlie et leurs boulots respectifs, les deux hommes manquaient de temps depuis quelques années pour se retrouver et passer du bon temps. Le suricate était un peu inquiet, c’est qu’ils n’avaient jamais été aussi longtemps loin de Charlie. Il savait bien qu’ils pouvaient avoir confiance en Elsa, elle adorait l’enfant et avait déjà démontré ses aptitudes à le garder. Il n’y avait pas plus de dangers à le faire garder presque trois jours qu’une soirée ou une journée. Et puis, ce n’était pas une inconnue, ils n’avaient pas à s’inquiéter!

Ce fut un soulagement pour Timon lorsqu’il vit que les billets étaient pour le train et non l’avion, comme à la St-Valentin quelques années plus tôt. Lucas avait-il eu vent de l’horreur qu’éprouvait le blond pour les oiseaux de fer? Il ne faisait aucun doute que cette invitation venait de lui, car aucun des concours auxquels le suricate avait participé n’avait comme prix une escapade au Canada! Et puis les boutiques aimaient bien afficher les gagnants, montrer à quel point leur entreprise est généreuse, alors que là, il n’y avait aucune indication sur la provenance de ce prix. Et puis c’était vraiment à la dernière minute!

Les détails réglés, le couple se rendit à la gare et monta dans le train. Ce fut un confortable voyage. Laurence voulu tripoter Timon, mais ce dernier n’était pas d’accord, pas du tout à l’aise en publique. Le blond n’était pas le plus démonstratif, pas qu’il n’aimait pas son conjoint, bien au contraire! Il ne voyait plus sa vie sans son flamant rose. Il était tellement content de cette sortie, juste tout les deux dans un chalet, ce serait génial, un repos bien mérité.

Une ombre passa à la sortie du train, Laurence avait oublié ses médicaments. Timon l’aida à chercher, mais aucune trace des flacons… Ils devaient être restés sur le comptoir, oublié dans l’énervement du départ. Le suricate sourit de façon rassurante en serrant son amoureux dans ses bras :

-Oui, ça va aller, on sera que tous les deux. Ça nous rappellera nos premières semaines de cohabitation.

Le blond l’aida à remettre les vêtements dans le sac et ils se rendirent au chalet. Timon du s’asseoir sur le sol de la cabine du téléphérique, fermant les yeux afin de ne pas trop se sentir mal. Ce ne fut pas vraiment efficace, mais bon, ça ne dura pas trop longtemps. Une fois au sol, il sourit, ils y étaient presque… Sa joie se transforma en stupeur lorsqu’il aperçu le chalet. Non! Ça ne pouvait pas être ça! Leur lieu de séjour devait être derrière ce taudis! Mais il n’y avait pas d’autres bâtiments. Par contre, il y avait des traces dans la neige… Peut-être que l’intérieur serait mieux que l’extérieur? Après tout, il ne fallait pas se fier aux apparences… Et bien dans le cas présent, c’était aussi pourri dedans que dehors.

Il y avait déjà cinq personnes, dont la princesse catastrophe elle-même, et oui, Anna était là. Ce n’était pas une mauvaise personne, mais elle était un peu tête en l’air et maladroite. Les autres… aucune idée de qui ils étaient. Timon se passa une main sur le visage, embêté par cette situation.

-Je ne sais pas si c’est une blague ou une erreur, mais je crois qu’on pensait tous être seuls dans nos chalets respectifs… et surtout, on pensait tous que ce serait plus… enfin... moins décrépit? Quelque chose de mieux que ça. Je suis Timon et voici Laurence.

Sérieusement, Lucas se moquait d’eux maintenant? Ou l’invitation ne venait finalement pas de lui? Si ce type arrêtait de faire des mystères et signait ses cadeaux, ça aiderait tout le monde! De mauvais souvenirs firent surface dans l’esprit de Timon. Qui se mit à espérer que ce ne soit pas un piège de Louis…

-J’espère que ce n’est qu’une mauvaise blague et pas un piège…

Il n’ajouta rien d’autre, incertain de qui étaient les inconnus… Disney ou chasseur? Il aimerait bien savoir…

en résumé:
 



codage par greenmay. sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://disney-badendings.forumactif.org/t20-hakuna-matata-terminee-d http://disney-badendings.forumactif.org/t60-les-aventures-d-un-suricate#186 http://disney-badendings.forumactif.org/t993-hakuna-matata-une-petite-chanson-avec-timon

avatar

Peter Pan
The boy who never grow up

Fearless Adventurer
PHOTO D'IDENTITE :


DESSIN ANIME D'ORIGINE : Peter Pan
ÂGE DU PERSONNAGE : 18 ans
COTE COEUR : J'ai personne pour le moment.. Je suis un vrai tombeur mais je suis un éternel célibataire!
OCCUPATION : Vendeur en magasin de jouets
LOCALISATION : Londres
HUMEUR : Joueur, comme d'habitude
DOUBLES COMPTES : Aucun pour le moment
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : Robbie Kay-Avatar:Ilyria de bazzart et signa: Wiise(+wattpad pour les gifs du profil)
MON ARRIVÉE : 12/08/2015
MON VOYAGE : 389
POINTS : 87
MessageSujet: Re: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018 Jeu 22 Fév 2018 - 16:05



L'obscurité de la montagne (évent février 2018)
Ft. Peter et les autres invités
 
Peter et Clochette avaient reçu une invitation pour un séjour à la montagne. Un séjour au Canada plus exactement. Ils ne savaient pas d'où ça venait mais les deux amis avaient envie de vacances. Peut-être qu'on les prendrait pour un couple mais le garçon s'en fichait, tout n'était que jeu pour lui.

Après s'être mis d'accord avec Clochette pour y aller, ils avaient préparé leurs affaires et avaient quitté leurs boulots en règle pour ces fameuses vacances. Ils avaient deux billets d'avion de prévu pour eux. Peter ne l'avait encore jamais pris et il était excité de le prendre donc.

Il monta dedans et s'installa près de Clochette. Il regarda l'avion s'envoler et monter dans le ciel. Dire que, s'ils avaient de la poussière de fée, ils auraient pu y aller en bien moins de temps qu'il n'en faut pour le dire... Mais ils n'étaient plus au Pays Imaginaire et ils n'y avaient qu'eux qui avaient atterri ici. Plus de Wendy, plus de Michel et jean, plus d'enfants perdus. Juste eux deux et leur colocataire Aiko.

Il ne regarda pas le sol de tout le trajet, préférant lire ou s'amuser à compter les gens, les enfants, les allées et venues... Il fallait qu'il s'occupe de toute façon. Et il n'y arrivait qu'en jouant. Depuis toujours et pour toujours. On ne l'appelait pas le garçon qui ne voulait pas grandir pour rien.

Après quelques heures, l'avion atterrit et ils récupérèrent leurs sacs. Un chacun. Ils sortirent du bâtiment (l'aéroport ou un truc du genre) et se dirigèrent vers un taxi. Un taxi qui les amena à des cabines de téléphériques où ils montèrent. Peter ne regarda pas en bas, il préférait se concentrer sur la neige et toutes les batailles de boules de neige ou autre jeux qu'il pourrait y faire.

Une fois arrivés en haut, ils allèrent vers leur chalet. Enfin vers ce qu'ils pensaient être leur chalet. Devant eux se dressait un vieux chalet aux murs décrépits et avec des marches toutes cassées. Peter se tourna vers Clochette et demanda:

-T'es sûr que c'est là?

Elle regarda l'invitation et acquiesça. Peter se décida donc à monter, prudent, les marches. Il se souvenait encore de sa dernière aventure dans le monde extérieur à leur demeure à Londres. Il y avait été torturé avant d'être secouru et ramené chez lui.

Une fois à l’intérieur, rien ne lui parut mieux. C'était aussi délabré que l'extérieur. Leur aurait-on menti en leur promettant un magnifique chalet? C'était fort possible. Surtout qu'il était censé être que tous les deux. Et qu'il y avait déjà sept personnes sur place. Et Peter n'en connaissait aucune, en plus. Cependant, joueur, il dit:


-Vous êtes qui? Ah, je sais, c'est pour une émission de télé, c'est ça? On doit se battre pour savoir à qui reviendra ce chalet pourri....

Il disait évidemment ce qui lui passait par la tête. Mais, si c'était pour un jeu télévisé, il était prêt à se battre et surtout à gagner. Et il fit même un clin d'oeil à sa meilleure amie qui serait sûrement d'accord avec ça.


© Belzébuth


Résumé RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018 Dim 4 Mar 2018 - 13:35

   
Sven & All // L'obscurité de la montagne
⚜️ L’amour se compose d’une seule âme habitant plusieurs corps. ⚜️

   
Aujourd'hui, c'était le grand jour !! Sven avait reçu il y a une semaine à peine une enveloppe dorée, à l’intérieur se trouvait deux cartons d'invitation -ornementés de doré eux aussi, pour un week-end dans les montagnes Canadiennes. Qui dit montagne, dit neige. Le renne bouillait d'impatience, littéralement. Les jours précédents il avait posé deux jours de congés, pour préparer ce week-end en montagne au mieux. Sven ne s'était jamais accordé ce genre de voyage, il ne possédait aucun vêtements résistants à la neige et aux puissants vent. Autrefois son épais manteau de fourrure le protégeait de tout, et les deux dernières années il les avait passées à développer son entreprise. C'était un cadeau tombé du ciel; une occasion en or d'enfin renouer un peu avec son passé. Bien plus qu'il ne l'imaginait d'ailleurs. Shopping Day hier, ce matin le renne s'était levé aux aurores pour préparer sa valise, avec toutes ces choses nouvelles qu'il avait acheté, qui sentaient le super marché. Il se sentait étrangement bien. Il savait que cela allait lui faire beaucoup de bien d'être en contact avec la neige, la sensation d'altitude. En regardant à travers la baie vitrée, il eut une pensée pour son frère Kristoff, Olaf et Anna, où qu'ils soient il les aimait toujours autant et ça lui faisait du mal. Le beau Suédo-britanique avait bien essayé de convaincre Dylan de l'accompagner, ou du moins le père de celle-ci, mais papa Dylan ne lui faisait pas suffisamment confiance, alors c'est bien seul qu'il prit la route de l'aéroport, conduit par une collègue.

Lentement il regarda son appartement s'éloigner, mélancolique. Il n'a jamais su conduire, et ne saura probablement jamais. Déjà que parfois marcher debout n'était pas des plus facile pour lui. Même si au niveau de al parole, il avait très vite appris, ainsi qu'au niveau des moeurs, sa condition physique le dérangeait, il n'avait plus de queue, plus de sabots, presque plus de poils. C'était difficile à assumer. Surtout si vous ajoutez à cela un visage bizarre. Sa collègue le déposa à l'aéroport, où il dut chercher comment s'y prendre. Après  dix bonnes minutes d'errance, une dame en tailleur vint à sa rencontre, il lui expliqua alors qu'il n'avait jamais pris l'avion. Avec une grande patience, cette femme d'une trentaine d'année l'accompagna à chaque étape. "Bon, votre vol est dans 30 minutes, vous pouvez attendre ici, la porte d'embarquement est juste là" Une fois coincé dans cet oiseau de métal, on leur expliqua qu'ils allaient avoir beaucoup de temps à tuer. Puis suivirent les instructions de sécurité. Sven fut réveillé, bien des heures plus tard, ils venaient d’atterrir. Il attrapa sa veste, son sac de cabine avant de se rendre à l'intérieur de l'aéroport pour y récupérer sa valise. La navette pour la station les attendait déjà.

Il s'agissait d'un énième coucou de métal, mais beaucoup plus petit. Sven s'y sentait mal, comme oppressé. L'espace était réduit, et l'avion était beaucoup plus sujet aux bourrasques. Et enfin il dut entrer dans une sorte de gros oeuf, pour monter à la station. Épouvantable. Il grelottait. Lorsqu'enfin il eut la neige sous ses pieds, il respira un grand coup, et se jeta dans la neige, où il se roula un peu, au pied du chalet, en riant à gorge déployée. Une scène bien étrange pour les personnes qui devaient se trouver aux alentours, de toute façon personne n'était en mesure de comprendre le lien profond qu'il avait avec la montagne autrefois. Il se sentait bien. Un grand sourire d'enfant se dessina sur son visage qui était rouge et mouillé à cause de la neige.

Après environ une demi-heure d'osmose parfaite avec la neige, le renne-homme décida d'aller voir le merveilleux chalet qu'on lui avait réservé, couvert de neige, même son jeans, il en avait aussi dans la capuche de sa veste. Au fur et à mesure qu'il avançait vers le chalet, il sentait que quelque chose se tramait. D'apparence, le chalet avait l'air abîmé par le temps, cassé par endroits, il offrait un triste spectacle. Sven, éternel optimiste se dit qu'il serrait mieux à l'intérieur. Il prit alors l'escaliers, des marches étaient cassées, mais bon ayant été un renne, il avait en général le pied très sûr, et évita une mauvaise chute. Lorsqu'il passa la porte, il vit plein de monde  en train de parler en même temps. Il se contenta de faire un signe amical. Lui ça ne le choquait pas particulièrement de voir autant de monde pour un chalet. Trop content d'être à la montagne. -Vous êtes qui? Ah, je sais, c'est pour une émission de télé, c'est ça? On doit se battre pour savoir à qui reviendra ce chalet pourri... L'ancien renne rit, il voulait détendre l'atmosphère particulièrement tendue. Tous semblaient affolés. Cette situation était certes bizarre, mais pas dramatique, ni insurmontable non plus. Il prit finalement la parole, un sourire peint sur le visage.  "Et bien je pense que nous sommes condamnés à devoir nous partager ce chalet, il semblerait que cela ne se soit pas passé comme prévu, mais est-ce vraiment grave ?"

   
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018 Dim 4 Mar 2018 - 21:49
Olaf, Anna & les autres
L'obscurité de la montagne.


Évent février 2018.



 La neige, l’hiver. Cette saison que tu aimais tout particulièrement à cause de ton ancien statut de bonhomme de neige. Un week-end rien qu’Ana et toi. Tu en rêvais depuis qu’elle te l’avait annoncée. Le retour dans la neige et l’hiver sauf que cette fois-ci tu ne fondrais pas en t’approchant trop près de la cheminée. Tout allait être parfait, tu étais tout excité comme Ana. L’avion et le téléphérique était tout nouveau pour toi, après tout tu n’étais pas là depuis longtemps. Tu ne connaissais que peu de choses sur ce nouveau monde. Le voyage avait été long, cependant tu ne t’étais pas ennuyé une seule seconde étant accompagnée de ta meilleure amie. Lorsque tu montais dans le téléphérique tes battements de cœur s’accéléraient. Tu n’aimais pas le vide, à vrai dire tu avais presque le vertige. Fermant les yeux tout le long de la monté tu n’avais pas osé bouger d’un centimètre. Le chalet était encore à quelques pas.

Tu regardais au loin tirant ta valise sans force. Tu étais épuisé de tout ce voyage, bien que l’excitation réduisait un peu la fatigue. « Je suis totalement d’accord avec toi. Un bon chocolat, une couette et un feu de cheminée c’est ce qu’il nous faut. » dis-tu toi aussi à bout de souffle. Tu pouvais enfin apercevoir le chalet, un sourire se dessinait sur ton visage. Tu sortais de tes pensées lorsqu’Anna t’envoya une boule de neige, tu la regardais choqué puis attrapais toi aussi une boule de neige, la loupant. Tu l’aurais une autre fois tu te l’étais promis, tu auras ta vengeance. Tu t’approchais d’Anna. « Qu’est ce qu’il y… » Tes paroles s’arrêtèrent lorsque tu apercevais toute la populace déjà installée dans le chalet. Un morceau de bois tombait sur la demoiselle. « Ca va Anna ? » demandes-tu inquiet avant d’observer le plafond. Génial, le week-end n’allait peut-être pas être si bien que ça finalement. Tu suivais Anna tout en regardant les personnages autour de toi, tu ne te sentais pas en sécurité. « Tu ne crois pas qu’on ferait mieux de rentrer. » chuchotes-tu à ton amie regardant autour de toi. Anna ne semblait pas t’écouter qu’elle était déjà partie, tu te rapprochais rapidement d’elle ne voulant pas rester seul. Elle se présentait c’était donc à ton tour. « Je suis Olaf et j’aime les gros câlins ! » dis-tu en ouvrant tes bras le sourire aux lèvres.
©️ code par Nostaw.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

James P. Ratigan


Bad Guys
PHOTO D'IDENTITE :
DESSIN ANIME D'ORIGINE : Basil, détective privé
ÂGE DU PERSONNAGE : 50 ans
OCCUPATION : Napoléon du Crime
LOCALISATION : Londres
COULEUR PAROLE : #990000
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : Vincent Price
MON ARRIVÉE : 28/12/2017
MON VOYAGE : 131
POINTS : 420
MessageSujet: Re: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018 Mar 6 Mar 2018 - 18:47
L'obscurité de la montagne

 


 Une jeune femme aux cheveux roux bouclés fit face à un James bien énervé, hurlant au sol de douleur. Et au lieu de venir l'aider, comme toute personne polie... celle-ci se contenta de le tutoyer et de le regarder avec méfiance sans rien faire ! Déjà bien furieux de cette situation, une telle attitude lui fit voir encore plus rouge ! Gentleman, oui, se laissant faire par de sales mômes, NON !


JAMES ▬  Petite impertinente, comment osez-vous vous adresser à moi de la sorte ?! Au lieu de me soupçonner, vous devriez plutôt...


 Ratigan ne put finir sa phrase... ses oreilles sensibles explosant presque devant le cri du nouveau personnage de cette scène grotesque, un asiatique aux cheveux rouges. Il étouffa à moitié un juron, tout ceci commençant VRAIMENT à l'énerver ! Et il était toujours par terre !

 Fort heureusement (… Presque, vu qu'il était CENSÉ être seul dans ce chalet!), une délicate jeune femme prénommée Anna, accompagné d'un petit blondinet... aimant les câlins (À retenir : rester loin de ce drôle d'énergumène...), s'enquit, ELLE, de sa santé, lui redonnant sa canne et l'aidant à se relever. Il grimaça vivement de douleur, sa jambe le faisant atrocement souffrir et l'obligeant à se tenir (Prudemment, si elle cédait elle aussi) à la rambarde. Il fit cependant de son mieux pour garder sa mauvaise humeur face à l'unique personne qui l'avait aidé, lui adressant un sourire (crispé par la douleur) poli.



JAMES ▬  Je vous remercie de votre bienveillance, Miss Anna. Je suis soulagé de constater que certaines personnes ont conservé certaines bonnes manières. Rajouta-t-il, fusillant du regard la rouquine.


   Mais avant qu'il ne puisse se présenter à son tour, le cauchemar continua avec l'arrivée de cinq nouvelles personnes, aussi perdues devant la présence des cinq premiers arrivés. L'unique point positif qu'il vit à ce tableau fut la vision d'un visage familier...


JAMES ▬  Miss Clochette !? Que diable faites-vous dans ce trou à............ Vous aussi, vous avez...


 Mais tout tourna vite (du moins pour l'impatient professeur) au capharnaüm, quelques-uns se présentant ou émettant des hypothèses stupides (Un concours pour connaître « l'heureux » gagnant de ce chalet moisi !? Mais avec qui avait-il atterri...). Entre cet endroit décrépi ayant voulu sa mort (Il était un peu dramatique, mais vu sa jambe, il s'en donnait le droit!), le monde conséquent se « bataillant », l'impolitesse de certains, etc... James se sentit de plus en plus mal, dans le très mauvais sens du terme... Et cela, ses interlocuteurs allaient vite le comprendre..


JAMES ▬  ASSEZ !!!!!!  Hurla-t-il presque d'une voix suraiguë (alors que finalement, peu de mots avait été prononcé). Aux deux derniers arrivants trop naïfs pour réfléchir pleinement à cette situation grotesque, ne dites juste PLUS RIEN !!!


 Et tant pis si l'un d'eux accompagnait Miss Clochette, cela l'avait profondément agacé ! Se tournant vers le reste du groupe (Sauf la rouquine qu'il préférait ignorer), il continua, les yeux mauvais, balançant à leurs pieds la lettre qu'il avait gardé :


JAMES ▬  Voilà ce que j'ai reçu, et qui prouve la légitimité que ce chalet m'appartient ! Mais cette farce grotesque a assez duré, J'EXIGE des réponses, car il est hors de question que je partage ce TAUDIS avec...


 Heureusement, un mal de tête le stoppa dans sa brimade, lui faisant se tenir l'arrête du nez. S'il ne se calmait pas de suite... l'incident de Big Ben pourrait se reproduire... Il connaissait trop bien ses tendances à la violence s'il laissait une profonde haine l'envahir... Il prit plusieurs longues inspirations pour se calmer, se doutant qu'ils devaient tous le prendre pour un fou, avant de se tourner vers le dénommé Timon.

 Le regard sévère, il claudiqua jusqu'à lui, se positionnant à quelques centimètres de son visage.



JAMES ▬  Vous avez mentionné qu'il pourrait s'agir d'un piège si toute cette affaire n'était pas une mauvaise plaisanterie... Vous qui semblez plus au courant que nous tous, dites-moi sans délai... QUI pourrait nous forcer à vivre pareil calvaire... ?


 Car une bonne correction l'attendait... Mais décidant de se montrer sous un meilleur jour, il finit en remettant son écharpe et ses cheveux d'aplomb :


JAMES ▬  Appelez-moi Ratigan, ou Professeur. Et...... enchanté..........


(c) Madouce sur Epicode


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://disney-badendings.forumactif.org/t2091-tu-es-le-grand-genie-du-mal-james-p-ratigan-termine http://disney-badendings.forumactif.org/t2093-relations-de-ratigan

avatar

Timon S. Merkat
"Je vais pas me déguiser en Vahinée!"

Fantastic Animals
PHOTO D'IDENTITE :

DESSIN ANIME D'ORIGINE : Le Roi Lion
ÂGE DU PERSONNAGE : environ 43 ans d'humains
COTE COEUR : Les insectes, miam... oh Laurence et Charlie ♥
OCCUPATION : Empêcher Laurence de jouer dans mon pentalon
LOCALISATION : à quelque part
HUMEUR : Hakuna Matata
COULEUR PAROLE : #006600
PRESENCE/ABSENCE : fidèle au poste o/
DOUBLES COMPTES : Dory, Hadès, Mally, Ian & Kevin
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : Neil Patrick Harris & (c)Evie
MON ARRIVÉE : 06/04/2013
MON VOYAGE : 2096
POINTS : 793
MessageSujet: Re: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018 Dim 11 Mar 2018 - 2:01



L'obscurité de la montagne: Évent février 2018

Team Taudis o/



Les gens continuaient d’arriver, ce qui laissa Timon Perplexe face à cette situation. Ils étaient maintenant dix dans ce chalet miteux, tous convaincus que ce prix était à eux. Le suricate voulait bien leur laisser pour retourner chez lui! Rien ne l’empêchait de faire un weekend en amoureux avec Laurence à la maison! Ils pourraient aller chercher Charlie plus tôt, voilà tout! Bien que l’envi de tourner les talons et partir était très présente, ça aurait été plutôt mal élevé, après tout, il connaissait certaines personnes. Il serait fort impoli de quitter sans parler un peu avec Peter et Clochette. Ils n’avaient pas eu le temps de faire connaissance pendant la mission de sauvetage de l’année précédente.

-Bonjour Peter et Clochette, vous allez bien? Content de vous revoir dans de meilleures circonstances! Malheureusement si c’est un jeu, je crains que personne ne soit au courant. Personnellement, je ne vois pas l’intérêt de me battre pour ce taudis!

Timon accompagna sa dernière remarque d’un petit sourire. Si c’était pour une émission de télévision, ils auraient vu une équipe de tournage! Et surtout, ils en auraient été informés. Ça ne doit pas être légal de filmer les gens sans leur consentement? L’ancien animal n’était pas très connaisseur dans le domaine, mais il lui semblait avoir lu des articles sur des histoires de poursuites pour non respect de la vie privée et d’autres trucs du genre. Et puis, c’était plutôt couteux comme farce.

Regardant tous ces gens, le suricate se demanda s’ils n’étaient pas tous des Disney eux aussi. Tous ceux qu’il connaissait l’étaient! Mais y avait-il un chasseur infiltré, c’était là une autre excellente question. Alors que tous se présentaient ou se retrouvaient, une voix s’éleva, ordonnant de se taire. Le blond fronça les sourcils, il se prenait pour qui ce type? Il insultait les gens comme ça alors qu’il ne les connaissait pas? Son ton autoritaire était plus qu’agaçant! Timon sorti son invitation de sa poche, la montrant :

-Je crois qu’on a tous eu la même. Alors pas la peine de hurler sur tout le monde…

Ce n’était pas pour revendiquer ce chalet bien pourri, mais pour calmer l’individu qui lui semblait bien plus hystérique que toutes les femmes qu’il avait pu croiser dans sa vie. Peut-être que ce type avait oublié ces médocs? Ou sa douleur le faisait délirer? L’ancien animal n’était peut-être pas un modèle de politesse et de bonnes manières, mais il y avait une limite à ne pas franchir! Ce Ratigan la franchissait de loin, ne respectant pas la bulle personnelle du suricate, qui recula d’un pas… réflexe d’une proie face à un prédateur. Sauf que Timon était maintenant un humain qui était face à un autre humain, pas à Scar ou une hyène. Il reprit donc un peu d’aplomb pour répondre à cet homme dont les questions ressemblaient plus à des attaques.

-Louis, évidement. Le type qui capture et expérimente sur les gens… différents. Nous sommes quelques uns ici à l’avoir déjà rencontré et comme c’est un sadique dégénéré, j’espère que ce n’est pas lui ou ses chasseurs qui sont derrière ça. Sinon, vous pouvez évitez de me souffler votre haleine au visage? Ce n’est pas particulièrement poli ou agréable.

Le barman essayait de ne pas trop en dire, ne sachant pas exactement à qui il avait affaire. Cet homme était plutôt inquiétant, mais le blond osait espérer que les gens présents l’aideraient en cas de pépin. Il jeta un œil en direction de Laurence, qui ne semblait pas trop bien aller. Le suricate se retrouvait tiraillé entre son envi de fuir cet endroit et sa curiosité. Pourquoi étaient-ils tous là? Blague? Piège? Une bonne intention qui avait mal tournée? Peut-être qu’il y avait des indices à quelque part dans le chalet?

-Je vais voir s’il n’y a pas quelque chose d’intéressant dans la cuisine.

Des armoires cassées dont les morceaux jonchaient le sol et le comptoir, c’est ce que Timon trouva là. Il y avait des restes de nourriture moisie. Contre toute attente, il y avait de l’eau, mais elle restait obstinément froide… Toujours mieux que rien! Si quelqu’un décidait de rester, il aurait à boire. Mais ce ne serait pas agréable pour se laver!


en résumé:
 



codage par greenmay. sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://disney-badendings.forumactif.org/t20-hakuna-matata-terminee-d http://disney-badendings.forumactif.org/t60-les-aventures-d-un-suricate#186 http://disney-badendings.forumactif.org/t993-hakuna-matata-une-petite-chanson-avec-timon

avatar

Laurence Legay
Le rose est mon âme-sœur ♥

Laurence
PHOTO D'IDENTITE :

All you need is love:
 



DESSIN ANIME D'ORIGINE : Alice au pays des fous
ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans
COTE COEUR : Le rose ♥ Charlie ♥ Le rose ♥ Timon pour toujours ♥ Mais SURTOUT le rose ♥
OCCUPATION : Aimer le rose ♥
LOCALISATION : New-York
HUMEUR : Oh du rose! ♥
COULEUR PAROLE : #F3A5BD
PRESENCE/ABSENCE : Le rose et moi sommes là !
DOUBLES COMPTES : Randall Boggs & Pégase R. Smith & Clawd Delatour & Rox Fox
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : David Burtka & Myself
MON ARRIVÉE : 09/07/2013
MON VOYAGE : 939
POINTS : 152
MessageSujet: Re: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018 Ven 16 Mar 2018 - 17:17
L'obscurité de la montagne
Laurence Legay & Et les autres moins bien
••••

Ces vacances tournaient réellement à la catastrophe. Rien n’allait comme prévu. Où était le chalet de luxe promit ? Où étaient ses médicaments ? Et pourquoi y avait-il autant de gens dans LEUR chalet ?? Prit d’une crise de panique, Laurence senti sa respiration se faire de plus en plus rare et il dû s’accoter le dos contre le mur de l’entrée pour ne pas perdre pied. « Oh non, non, non, non…! » se répéta pour lui-même en se disant que pour ceci n’était qu’un cauchemar et qu’il s’était en réalité endormi dans le train en chemin. Zieutant son chéri, Laurence put constater que celui-ci connaissait deux d’entre-deux, ce qui l’apaisa quelque peu, mais bien sûr, cela aurait été trop beau si Timon n’avait pas continué dans un sens. « Ne dis pas ça Timon..! » Avait finalement échappé l’ancien flamant rose d’entre ses lèvres. « Ne parle pas de Louis je t’en supplie..! » avait-il continué à mi-voix en se demandant pour lui-même si cette supposition devait être dite pour que tout le monde l’entende ou non. Si toutefois cette possibilité était juste, il était soulagé de ne pas avoir amené Charlie avec eux… Car évidemment, qui disait Louis disait moment désagréable en perspective.

Un dernier invité arriva finalement tel un cheveu… parmi d’autres cheveux sur la soupe. Celui-ci semblait être le plus jeune et semblait être l’accompagnateur d’une jeune femme au teint malade… Oh, mais il la connaissait. Il n’avait jamais discuté avec elle, mais l’homme l’avait reconnu puisqu’elle était une cliente régulière du T&L’s bar. Elle était toujours là, assise seule à une table avec son chocolat, à fixer la porte du sous-sol, comme si elle attendait que quelqu’un franchisse le portail. C’était désolant à regarder, mais Laurence n’était clairement pas Timon et il n’allait certainement pas lui demander ce qui n’allait pas. Les Disney vivaient tous plus ou moins le même drame à leur arrivée, elle devait simplement chercher son partenaire. Entendant le jeune homme parler de câlins, Laurence sursauta légèrement en réalisant qu’il était Olaf et que cette jeune femme était donc la petite sœur d’Elsa et qu’elle devait donc désespérément attendre Kristoff.

Timon continua à calmer le groupe en raisonnant, chose que lui ne savait clairement pas faire. Laurence n’avait aucun tact ni aucune bienveillance… Il allait directement au sujet, même si cela pouvait déranger et c’est ce qui arriva lorsque Laurence vit son partenaire se faire prendre d’assaut par l’aîné du chalet. Sans perdre une seconde, le trentenaire oublia sa panique quant à sa perte de médication et il s’avança brusquement en direction de l’étranger pour lui déposer brusquement son index sur le thorax lorsqu’il vit que le regard de Timon le réclamait. « Tu. Dégage. Tout de suite. De. Lui. » Il était prêt à se battre si ce cher Ratigan le désirait, mais comme celui-ci venait de se blesser, il valait mieux pour lui de rester calme avec Laurence qui était de nature très rancunière. « Au fait, vous brosser les dents ne serait pas de trop. » Une odeur de tabac s’était fait ressentir. Il ne pouvait savoir si cela venait de l’haleine de l’homme ou de ses vêtements, mais cela restait toutefois fort désagréable pour l’odorat du New-Yorkais. « Ces Anglais, j’vous jure. »

Finalement le blond proposa d’aller vérifier la cuisine ce qui calma légèrement le jeu. L’ancien oiseau se contenta de rouler des yeux et de retirer son doigt de sur l’inconnu. « Je vais voir l’étage, qui m’aime me suive. » Montant lentement le vieux escalier pour éviter de voir sa jambe passer à travers l’une des planches, Laurence regarda derrière lui pour voir si quelqu’un l’avait suivi. Finalement, le second étage était très basique. Elle ne comportait qu’une seule pièce qui était en réalité une mezzanine n’ayant que quelques lits. Réalisant qu’il y en avait très peu, Laurence s’avança vers la balustrade en bois pour compter les gens se trouvant toujours au rez-de-chaussée. Il y avait clairement un souci avec le nombre de lits. « J'veux pas dire, mais Timon et moi on ne dort pas au sol ce soir. »
 

Spoiler:
 

••••

by Wiise

_________________




✱ Timance
The first three years was our honeymoon period. Then you settle into the relationship, and it morphs into just living, breathing. It becomes more comfortable, but it becomes a necessity -- something you can’t give up, like an addict.
-David Burtka
code par Skank sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Mérida de DunBroch


Crowned Head
PHOTO D'IDENTITE :


DESSIN ANIME D'ORIGINE : Rebelle
ÂGE DU PERSONNAGE : 18 ans
COTE COEUR : La pizza <3
OCCUPATION : Princesse/étudiante/palefrenière
LOCALISATION : Paris
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : Rose Leslie / Libella
MON ARRIVÉE : 02/05/2017
MON VOYAGE : 175
POINTS : 264
MessageSujet: Re: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018 Jeu 22 Mar 2018 - 22:32


L'obscurité de la montagne

Event Février 2018

Visiblement Mérida avait vexé l’homme car il commença à crier de plus bel. Il lui disait de ne pas être soupçonneuse mais c’est un peu compliqué quand on nous hurle dessus. Alors qu’elle faisait un pas pour aller finalement l’aider un jeune homme aux cheveux rouges fit son apparition et exprima son étonnement. Mérida surprise le regarda avec des yeux ronds. Mais elle n’eu pas le temps de se poser des questions qu’une fille rousse entra à son tour et alla aider l’homme à terre. Son visage lui disait quelque chose. C’est lorsqu’elle se présenta qu’elle se souvint que Clémence lui avait montré une photo.

-euh…oui… je suis Mérida. Il me semble que tu connais mon amie Clémence. C’est très étrange cette histoire.


C’est alors que deux hommes entrèrent à leur tour. C’était quoi encore cette histoire ? L’un d'eux s’appelait Timon. Ce n’était pas lui que Mally détestait ? Il y avait peu de chance que Timon et Anna soient les seuls autres Disney de ce chalet. Ça ressemblait à un coup monté. C’est alors que Peter entra. Elle ne le connaissait pas personnellement mais Clémence voulait organiser une soirée avec Clochette et lui afin qu’il se rencontre mais cela ne c’était toujours pas fait. Mérida était contente de le voir. Deux autres personnes finirent par entrée. L’un s’appelait Olaf et l’autre affirma qu’il n’était pas grave de partager un chalet. Mérida pensait qu’il avait raison mais le problème n’était pas là. Timon avait mis le doigt dessus un peu plus tôt. Ils auraient certainement dû avoir chacun un chalet alors pourquoi cela n’était pas le cas ?

Ratigan commença alors à s’énerver et à hurler après tout le monde en clamant que ce chalet était le sien. Il commençait à la fatiguer à hurler comme ça tout le temps et à se croire supérieur aux autres car il avait reçu une lettre. S’ils étaient là c’est qu’ils en avaient tous reçu une également non ? Elle comprenait que la situation était frustrante mais s’énerver n’allait rien régler du tout. Au contraire. Il finit quand même par se présenter. Timon ne se gênat pas pour le remettre à sa place. Elle ne le connaissait pas mais pour l’instant elle ne comprenait pas pourquoi Mally ne l’aimait pas. C’est alors qu’il se mit à parler de Louis. Un frisson parcourra son dos. Elle n’avait jamais eu affaire à lui mais il avait fait souffrir ses amis. Ils étaient marqués probablement pour toujours par les évènements de Transylvanie. Il finit alors par se diriger vers la cuisine. Laurence, s’adressa alors lui aussi à Ratigan et Mérida du se mordre la joue pour ne pas rigoler et énerver encore plus l’homme. Ils étaient funs ces deux-là ! Quand Laurence prit la direction de l’étage, Mérida préféra poser ses affaires dans un coin et rejoindre Timon en cuisine
C’était un bazar sans nom.

-Excusez-moi. Je suis Mérida. Je viens de Paris. Je…


Elle devait être directe. Ça ne servait à rien d’attendre 15 ans pour poser des questions.

-Vous pensez vraiment que Louis est derrière tout ça ? Je trouve cette histoire étrange et ça sent effectivement le traquenard. Mais si Louis tente de nous avoir tous au même endroit, il n’attendra probablement pas pour passer à l’offensive. Je ne veux pas que d’autres personnes souffrent à cause de lui.

Elle avait vu les effets des derniers méfaits de Louis. Mally et Clémence étaient traumatisées. Sans parler du petit Oliver. Le cœur de la jeune fille se serra à cette pensée.

-Je n’étais pas là… vous savez… Mais mes amis oui. Je ne veux pas que quiconque ici subisse la même chose. Vous pensez qu’il faut préparer notre défense ? Ou alors juste partir d’ici ? Ce n’est pas dans mon habitude mais je le ferai si cela sauve des gens. Désolé je sais que je vous en demande beaucoup alors que je ne vous connais pas mais je sais que vous vous occupez des gens comme nous chez vous et je voulais avoir l’expertise de quelqu’un qui a l’expérience et la connaissance que d’autres n’ont pas.

Elle parlait trop. Mais elle avait besoin de s’exprimer sur la question.

Code by Joy


résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Peter Pan
The boy who never grow up

Fearless Adventurer
PHOTO D'IDENTITE :


DESSIN ANIME D'ORIGINE : Peter Pan
ÂGE DU PERSONNAGE : 18 ans
COTE COEUR : J'ai personne pour le moment.. Je suis un vrai tombeur mais je suis un éternel célibataire!
OCCUPATION : Vendeur en magasin de jouets
LOCALISATION : Londres
HUMEUR : Joueur, comme d'habitude
DOUBLES COMPTES : Aucun pour le moment
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : Robbie Kay-Avatar:Ilyria de bazzart et signa: Wiise(+wattpad pour les gifs du profil)
MON ARRIVÉE : 12/08/2015
MON VOYAGE : 389
POINTS : 87
MessageSujet: Re: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018 Jeu 29 Mar 2018 - 11:46



L'obscurité de la montagne (évent février 2018)
Ft. Peter et les autres invités
 
Peter avait demandé à tous qui ils étaient avant de dire que c'était sûrement pour une émission de télé qu'ils étaient là et qu'ils devaient se battre pour savoir à qui reviendrait le chalet. Un des hommes présents, qui l'éternel enfant ne connaissait pas, se mit à rire. Puis un des hommes présents, assez âgé, demanda à Clochette:

Miss Clochette !? Que diable faites-vous dans ce trou à............ Vous aussi, vous avez...

avant que chacun se mette à faire ses hypothèses à la suite de Peter. L'homme cria alors:

ASSEZ !!!!!!   Aux deux derniers arrivants trop naïfs pour réfléchir pleinement à cette situation grotesque, ne dites juste PLUS RIEN !!!

Peter n'allait pas l'aimer celui-là. Parce qu'il hurlait et le traitait de naïf en plus. Et d'où il connaissait sa meilleure amie Clochette, cet homme? L'homme montra ensuite qu'il avait reçu quelque chose qui prouvait sa légitimité sur les lieux. C'est alors que Timon et Laurence se mirent à parler, enfin, que Timon dit:

-Bonjour Peter et Clochette, vous allez bien? Content de vous revoir dans de meilleures circonstances! Malheureusement si c’est un jeu, je crains que personne ne soit au courant. Personnellement, je ne vois pas l’intérêt de me battre pour ce taudis!

C'est vrai que, vu comme ça, la remarque de l'éternel enfant n'était plus très pertinent. Mais c'était plus fort que lui: pour lui, tout était un jeu. Bon, sauf la fois où Louis et ses chasseurs s'en était pris à lui. Timon sourit puis il répondit à l'homme assez agressif ainsi, lui montrant même sa propre invitation:

-Je crois qu’on a tous eu la même. Alors pas la peine de hurler sur tout le monde…

Puis il répondit à une autre question de l'homme qui avait demandé qui pouvait s'en prendre à eux tous ainsi:

-Louis, évidement. Le type qui capture et expérimente sur les gens… différents. Nous sommes quelques uns ici à l’avoir déjà rencontré et comme c’est un sadique dégénéré, j’espère que ce n’est pas lui ou ses chasseurs qui sont derrière ça. Sinon, vous pouvez évitez de me souffler votre haleine au visage? Ce n’est pas particulièrement poli ou agréable.

A l'évocation de tout ça, Peter ne se sentit pas bien et comprit mieux la remarque de Timon qui avait dit êtes heureux de revoir Peter et Clochette dans de meilleurs circonstances. En effet, Peter avait été là lors des événements en Transylvanie, il avait même été torturé par Louis lui-même. Tout son corps s'en souvenait encore.

Par la suite, Laurence s'en prit à l'homme (Ratigan, si Peter se souvenait bien du nom qu'il avait donné) qui s'en était pris à Timon. Puis Timon se proposa pour aller voir la cuisine et Laurence l'étage. La jeune femme rousse suivit Timon et Peter en fit de même, ne sachant pas trop s'il allait rester ici ou bien si Clochette resterait car elle ne voudrait certainement pas que Louis s'en prenne de nouveau à Peter. La jeune femme rousse se présenta comme Merida et posa des tas de questions à Timon sur Louis. Peter prit aussi part à la conversation ainsi:

-Enchanté Merida. Pour ma part, je suis Peter. Peter Pan. Et j'ai aussi vécu les événements en Transylvanie avec Louis. J'espère que ce n'est pas lui qui est derrière tout ça car, en effet, il risque de passer à l'offensive très vite sinon. Mais vous faites bien d'en parler avec Timon, il aura des réponses, je pense.


© Belzébuth


Résumé RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Anna Løvenskiold
♛ Royal Mess

Anna
PHOTO D'IDENTITE :




I wanna stuff some chocolate in my face !

Annanas:
 

DESSIN ANIME D'ORIGINE : Frozen, La Reine des Neiges.
ÂGE DU PERSONNAGE : 21 ans.
COTE COEUR : Fiancée à Hans.
OCCUPATION : Animatrice pour enfant en plus d'enchaîner les petits boulots.
LOCALISATION : New York.
HUMEUR : Épuisée.
DOUBLES COMPTES : Oliver Foxworth, Aiko "Honey" Miyazaki
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : Zoe Sugg, par moi-même. Code signature de Astra, icons de Bonnie.
MON ARRIVÉE : 05/12/2013
MON VOYAGE : 952
POINTS : 401
MessageSujet: Re: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018 Lun 2 Avr 2018 - 20:51
L'obscurité de la montagne
La team taudis
Drink with me, my love for there's fire in the sky
and there's ice on the ground, either way, my soul will die

C'était beaucoup. De monde, de bruits, de questions. Pour très peu de réponses. Les pas se pressaient sur le palier et à chaque nouvel arrivant, c'était un nouveau vent glacial qui se déferlait sur ce chalet au bord de l'explosion. Sèchement, on se donnait la réplique, on tentait de s'expliquer, de comprendre, le tout dans un chaos d'émotions. Anna s'y perdait. La princesse était naturellement retournée auprès de son ami, spectatrice dont la voix peinait à percer. Ce n'était pas faute d'essayer, seulement ses 'ce n'est pas grave' et autres 'calmez vous' semblaient mourir sur ses lèvres avant de pouvoir atteindre leurs destinataires. Alors, bras croisé sur la poitrine, elle attendait, prête à intervenir si, par malheur, on en venait aux mains. Ses prunelles bleutées balayèrent un moment la scène. Tout avait des allures de déjà-vu ; la confusion, les visages connus... même les étrangers portaient sur leurs traits un air familier, comme si tous ici partageaient une histoire commune. C'était inconsciemment que ses yeux s'étaient posés sur le dernier arrivé encore couvert de neige. Le hasard avait d'ores et déjà prouvé que, pour eux, le monde était bien plus petit qu'il n'en avait l'air. Une évidence que Mérida n'avait fait qu'affirmer. C'était à croire que tous finissaient par se connaître, irrésistiblement attiré l'un par l'autre.

À moins que le destin n’ait été forcé par un esprit malveillant… Louis. Soulevée et décortiquée, cette hypothèse commençait à s’imprimer dans les esprits avec sérieux. Anna sentit son cœur s’emballer sous l’appréhension. La simple évocation de ce prénom suffisait à lui retourner l’estomac. Elle n’était pas seule. D’autres invités semblaient partager son angoisse, si bien qu’elle décida de rejoindre Timon pour lui partager ses pensées. « Je vais voir ce qu’il se trame. » dit-elle à Olaf en donnant un léger coup de tête vers la cuisine.

Ladite cuisine n'avait rien à envier au reste du chalet... La jeune femme grimaça devant l'état déplorable des lieux, mais elle concentra rapidement son attention à la conversation en cours. Les mêmes inquiétudes défilaient sur les lèvres de Mérida et Peter. Face au coeur de telles suppositions, un doute vint légèrement durcir les traits de la jeune femme. « Pardon, mais... Ça ne vous paraît pas... Gros ? » C'est très clair ça, Anna, comme entrée en scène... « Je veux dire, les invitations, l'état du chalet... Ça paraît presque trop évident pour être un piège. Si Louis en avait après nous, vous ne pensez pas qu'il aurait fait en sorte de nous mettre à l'aise pour nous prendre par surprise. » Quelque chose ne collait pas. Une histoire de logique. « Ça me semble un peu étrange de monter un piège où tout pousse les victimes à la riposte et la méfiance. » Elle ponctua sa phrase d'un soupir. Comme elles étaient loin, les vacances promises ! Comme elles étaient loin, les vacances promises ! Le tout s'écrasa au sol dans un terrible boucan. Oups. Les joues rougies par la honte, elle se jeta à genoux pour ramasser les ustensiles. Ou ce qui en restait. Certains manches s'étaient brisés. « ... Bon, après, pour ce que j'en sais, c'est peut-être un piège en effet. » Parler, tout faire pour détourner l'intention, elle était plutôt douée dans ce domaine, Anna, seulement la situation ne jouait pas en sa faveur. Ses restes de casseroles dans les bras, derrière ses belles idées, elle était aussi perdue que les autres. « J'aimerais me dire que c'est simplement un malentendu... Je ne veux pas revivre mars dernier... » Qu'elle finit par murmurer en se relevant.

Lorsqu’une voix les interpella depuis la mezzanine, c’est toujours chargé de son fardeau qu’Anna se dirigea dans la pièce principale. « Quoi ? Il n’y a pas assez de lits ? » Qu’elle demanda, assez fort pour que sa voix porte jusqu’à l’étage. Pourquoi est-ce que ça ne m’étonne pas ? Anna plaqua deux mains contre ses joues. Qu’allaient-ils bien pouvoir faire ? Son regard s’agita un moment à la recherche d’une solution, pour finalement s’attarder à l’extérieur. « Je crois qu’on va être obligé de trouver un compromis… Regardez dehors ! » La nuit tombait, la tempête se levait, et leurs chances de départ s’amenuisaient. De mieux en mieux.

En bref:
 
Made by Neon Demon

_________________



Mon rêve familier
Anna ❄ Ce n'est rien, non ce n’est rien, qu’un peu de sang qui pleure, dernier chagrin de pluie aux couleurs de la mort qui siffle en rafales au dehors ; Dernier chagrin de pluie, dernier élan de vie, d’un coeur qui n’a servi à personne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018 Sam 7 Avr 2018 - 0:37
l'obscurité de la montagneMushu était resté planter là sans trop savoir trop comment réagir à ce qui se passait autour de lui. Il y avait beaucoup trop d'étrangers ici et le petit dragon était loin d'apprécier, mais le pire d'entre tous, restait tout de même le vieillard, selon-lui. Lorsque ce dernier avait crié sur le groupe, Mushu avait posé un regard empli de jugement sur le vieil homme avant de s'en désintéresser. Personnellement, il n'avait pas envie de se casser la tête avec cette histoire de chalet grotesque et la raison du pourquoi il s'était tous retrouvé ici. Tout ce que voulait Mushu pour l'instant, était d'aller s'installer quelque part, loin de tous ces gens qui lui cassaient les couilles avec toute leur question. Il était venu ici pour passer un bon week-end et non pour s'imaginer les pires scénarios qui soient. En soupira d'exaspération, mais surtout d'ennuie, Mushu se laissa tomber sur sa valise avant d'en ressortir son sudoku, histoire de se divertir le temps que les choses se place.  

Maintenant concentré sur son jeu favori, il écoutait à peine ce que si disait autour de lui. Néanmoins, il porta une grande attention au sujet des chambres. « Chochotte...» Avait chuchoté le dragon à l'intention d'un homme qui avait dit refuser dormir sur le sol ce soir. En ayant assez d'attendre et écouter, Mushu rangea son Sudoku et se leva. « Pas que ça ne m'intéresse pas tout ce blah blah inutile mes mignons, mais je crois que je vais vous laisser à votre discussion, oh combiens profonde, pour aller m'installer avant que la nuit tombe...» Dit-il avec sarcasme avant de se diriger vers un coin tranquille. Une fois chose faite, il ne porta plus aucune attention aux gens qui se trouvaient derrière lui. Mushu n'avait aucun problème quant à dormir par terre, ayant pris l'habitude au camp. Après avoir sortie tout ce don, il avait besoin, il s'afféra à se faire un lit avec son crazy carpet. Une fois chose faite, il avait sorti de sa valise ses précieux dessins de Mulan et Cri-Kee, les déposant ensuite soigneusement à côté de sa couche improvisée, car incapable de dormir sans.

Pendant un long moment, il regarda ces mêmes dessins d'un regard empli de tristesse. Il détourna ensuite les yeux en soupirant longuement après avoir essuyé quelques larmes qui lui perlaient au coin des yeux. Beaucoup trop fière, il était tout simplement hors de question pour Mushu de les laisser couler, et ce, même si Mulan et sa petite coquerelle lui manquaient terriblement. Après avoir repris le contrôle de ses émotions et parce qu'il commençait à cuire dans son manteau, il se mit à l'aise et se déshabilla. Une fois libéré de ses vêtements d'extérieur, il ébouriffa sa chevelure flamboyante, maintenant humide à cause de la sueur. Bien qu'il n'avait pas froid, ce stupide corps humain ne lui permettait pas de s'exposer trop longtemps aux basses températures et ça, Mushu l'avait appris lors de son premier hiver passer ici. Incapable de ressentir le froid comme un être humain normal, et ce, dû à sa température corporelle très élevée, il était resté trop longtemps exposer au point de devoir aller à l'hôpital pour soigner un cas d'engelure qui avait coûté la vie à quelques-unes de ses précieuses orteils. M'enfin... Maintenant assis confortablement dans son crazy carpet, Mushu retourna à son Sudoku. Bien que sa langue se faisait aller tel le reptile qu'il était, il n'y porta aucune attention, et ce, tout comme il ne portait aucune attention à ce que les autres faisaient plus loin.     


Résumer:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Storyteller
I've got the power

Storyteller
PHOTO D'IDENTITE :
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : Fassylover
MON ARRIVÉE : 05/04/2013
MON VOYAGE : 902
POINTS : 117
MessageSujet: Re: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018 Mer 11 Avr 2018 - 21:14


Interven
tion n°1





Panne de
courant


Maintenant que tous les invités sont arrivés, nous pouvons conclure que chacun et chacune a un tempérament explosif, mais il sera nécessaire pour leur bien de mettre leur mauvais caractère de côté et de trouver les bons côtés des autres puisque des bruits inquiétants commencent à résonner dans le chalet. Vu l’état du lieu vous vous dites simplement que c’est le vent de la tempête qui fait craquer le bois… Cependant, quelques minutes plus tard, vous vous retrouvez tous dans une noirceur quasi absolue et il vous faut trouver le disjoncteur pour remettre le courant. Armés que de deux lampes de poche, vous n’avez pas le choix de vous balader en groupe. Les plus braves décident d’aller à l’extérieur où ils ont cru apercevoir le panneau à leur arrivée, malheureusement, la tempête rendra cette histoire plus compliquée qu’elle ne devrait l’être. Les autres préfèrent rester au chaud, mais des bruits inquiétants les attirent en direction d’une porte les menant au sous-sol. De quel groupe ferez-vous partie ?

Explic
ations


Suivant le choix que vous aurez choisi, parmi ceux proposés au-dessus, vous vous repartirez en groupe et vous ouvrirez votre sujet entre vous. Par exemple, si vous choisissez d'aller à l'extérieur tous ceux du chalet qui auront fait ce choix feront un rp avec vous, et ceux qui ont choisi de rester à l'intérieur feront leur rp entre eux. À la fin, vous vous retrouverez ne vous inquiétez pas. Ensuite, pour les péripéties, dès que vous en voulez, lancer le dé de votre chalet. Rappel du fonctionnement du lancer de dés Sélectionnez le dé "chalet 1 extérieur" ou ''chalet 1 intérieur'' selon le choix que vous avez fait.

Essayez d'équilibrer les groupes dans vos choix, qu'il n'y en ait pas 1 qui reste dans le chalet et 8 dehors. On vous fait confiance

Un sujet dans la section flood sur le forum a été créé pour vous permettre de discuter à propos de la répartition des groupes. Sentez-vous libre de l’utiliser à tout moment lors de l’évent. Le sujet se trouve juste ici. Dans ce même sujet, vous pourrez faire vos lancer de dés, mais nous vous demandons toutefois de spécifier pour quel post/chalet/groupe vous lancez, histoire que tout le monde puisse s’y retrouver facilement.

Si vous avez des questions, le staff est là. Bounce

Fonctionnement général
de l'event


• Une limite de 700 mots est demandée pour la fluidité de l’évent.
• Il n’y a pas d’ordre à suivre pour poster vos RPs, vous pouvez répondre comme bon vous semble, mais soyez toutefois courtois et laissez le temps aux autres d’écrire leur réponse.
• De courtes interventions du MJ vont jalonner le rp pour vous guider.
• Le rp se déroule le week-end du 16 février 2018.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018
Revenir en haut Aller en bas
L'obscurité de la montagne : Évent février 2018
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le pic de la montagne. le froid, le vent, et... Le froid seul pour vous tenir compagnie...
» Souffle de vent sur la montagne [Célestre]
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Petit Faucon [ Vent ] [PRIORITAIRE]
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No more happy endings... ::  :: Autres lieux du monde :: Autres continents du monde-
Sauter vers: