L'obscurité de la montagne : Évent février 2018

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

avatar

Storyteller
I've got the power

Storyteller
PHOTO D'IDENTITE :
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : Fassylover
MON ARRIVÉE : 05/04/2013
MON VOYAGE : 802
POINTS : 71
MessageSujet: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018 Jeu 15 Fév 2018 - 1:47


L'obscurité de
la montagne





Contexte général
de l'event


Cherchant fébrilement dans son carnet les copies des sorts, sachant que c'était son frère Louis qui était en possession du Livre, Lucas trouva enfin ce qu'il cherchait. Soulagé, il sourit. Grâce aux sorts, sur une partie inhabitée de la montagne, il allait pouvoir créer une véritable station de ski. Cela allait permettre des retrouvailles entre les personnages Disney, sans que des gens de ce monde, donc d'éventuels chasseurs, ne viennent interférer. Lucas était fier de lui. Depuis quelques temps, il se désespérait que certains personnages ne se soient toujours pas retrouvés ou que d'autres restent isolés. Il espérait ainsi favoriser les rencontres, remonter le moral de certains Disney et permettre les personnes d'un même monde d'enfin se retrouver.

Quand sa magnifique station fut prête, il rédigea des prospectus qu'il envoya aux destinataires choisis. Il ferait croire que les personnages avaient gagné un week-end dans les montagnes canadiennes tout frais payé, voyage compris, dans un chalet, en ayant participé à un tirage au sort, ou étant la énième personne ayant acheté telle ou telle chose. Ainsi, certains reçurent des vacances au ski, d'autres un week-end en cure thermale et d'autres encore un week-end sportif à la montagne, avec ski de fond, parapente et randonnée. Lucas avait envoyé les invitations uniquement aux personnages Disney. Ne connaissant pas leurs alliés et ne voulant pas faire de bévue, il préféra leur glisser une invitation supplémentaire. De cette façon, il laissait le soin aux personnages d'inviter une personne de confiance de leur entourage. Tout était parfait. Seulement c'était sans compter sur les espions de son frère. Ils prévinrent Louis des plans de Lucas. Aussitôt, le jumeau maléfique alla voir sa collaboratrice Narissa. Ensemble, ils interférèrent dans l'initiative, bien décidés à faire vivre un enfer aux personnages et éviter les retrouvailles le plus possible, isolant les malheureux personnages et créant le chaos. De ce fait, le chalet vendu comme un havre de paix et de sérénité pour un week-end de tranquillité à la montagne n'a plus rien d'un rêve. Narissa, d'un revers de magie, fit disparaître la plupart des installations créées par Lucas. En dehors de quelques rares magasins, dont certains en ruines, seuls deux chalets subsistèrent au coeur de la montagne et de sa forêt. Il ne restait plus qu'un luxueux et un dépenaillé, forçant la discorde entre les personnages, qui croyaient avoir un chalet rien que pour eux. Et s'il n'y avait que ça ! Une tempête se lève, soulevant la neige et invitant le froid à la partie. Et ce n'est pas tout. Dehors une menace rode. Entre la cohabitation forcée et les impondérables, les personnages ne sont pas au bout de leur peine.



Contexte du
chalet


On vous a promis des vacances dans un chalet confortable, loin du bruit de la ville afin de vous reposer. À votre arrivée, vous réalisez qu’il y a eu fausse représentation, puisque le chalet est dans un état lamentable. Les marches de l’escalier extérieur sont de travers et promettent de céder à un moment ou un autre sous vos pieds, mais vous ne vous arrêtez pas sur ça, car vous avez toutefois espoir que l’intérieur soit en meilleur état. Grossière erreur. Une odeur de moisissure vous prend au nez à l’instant où vous ouvrez la porte. Vous entrez tout de même en vous disant que c’est une très mauvaise blague. Sous vos pas, le plancher poussiéreux craque et vous sursautez en pensant avoir aperçu un rongeur se faufiler derrière le vieux canapé en velours brun à l’allure douteuse. Il est trop tard pour rebrousser chemin, la météo commence à faire des siennes et vous n’avez pas d’autre choix que de rester dans cet endroit pour la nuit. Heureusement, vous remarquez une large cheminée en pierre blanche, décorée par une tête de cerf empaillée, qui vous permettra de rester au chaud le temps de votre séjour. Vous décidez finalement de monter à l’étage pour y déposer vos bagages, mais vous découvrez que d’autres personnes s’y trouvent déjà, tous très mécontents de réaliser qu’ils doivent partager ce chalet avec d’autres. En comptant les lits offerts, vous constatez qu’il en manque cinq pour le nombre de personnes présentes dans ce lieu. Cette histoire semble déjà bien désastreuse avant même d’avoir commencé.



Fonctionnement général
de l'event


• Uniquement les personnages Disney reçoivent l'invitation de Lucas. Il y a cependant une invitation pour potentiellement permettre à un personnage non Disney de les rejoindre.
• Tous les personnages sont répartis dans les deux chalets. Dans chaque chalet, le fonctionnement sera le même.
• Une limite de 700 mots est demandée pour la fluidité de l’évent.
• Il n’y a pas d’ordre à suivre pour poster vos RPs, vous pouvez répondre comme bon vous semble, mais soyez toutefois courtois et laissez le temps aux autres d’écrire leur réponse.
• Merci d'ajouter un bref résumé de vos RP en spoiler.
• De courtes interventions du MJ vont jalonner le rp pour vous guider.
• Le rp se déroule le week-end du 16 février 2018.

Si vous avez des questions, le staff est là. Bounce



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

James P. Ratigan


Bad Guys
PHOTO D'IDENTITE :
DESSIN ANIME D'ORIGINE : Basil, détective privé
ÂGE DU PERSONNAGE : 50 ans
OCCUPATION : Napoléon du Crime
LOCALISATION : Londres
COULEUR PAROLE : #990000
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : Vincent Price
MON ARRIVÉE : 28/12/2017
MON VOYAGE : 87
POINTS : 87
MessageSujet: Re: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018 Jeu 15 Fév 2018 - 17:57
L'obscurité de la montagne

 
Félicitations ! Nous avons le plaisir de vous annoncer que vous avez gagné un formidable voyage au Canada, tous frais payés……

 Dès cet instant, James fut tenté de jeter cette lettre à la poubelle, n’y voyant qu’une énième arnaque. Mais après réflexion, il se retint… intrigué de constater que cette invitation avait été envoyée directement au QG secret de sa bande…… sous les initiales « NoC », « Napoléon of Crime »… Personne encore ne le connaissait sous son ancien titre… Qui avait pu le convier… ? Quelqu’un connaissant forcément son identité secrète, et voulant que le génie criminel méfiant qu’il était y participe… Une enquête s’imposait, lui qui recherchait tant des réponses…

 Après avoir laissé ses consignes à son gang, Ratigan décolla quelques jours après… et le voyage fut plus qu’éprouvant pour lui… Il répugnait de l’admettre, mais il dut prendre une dose conséquente de calmants pour chasser son effroyable vertige, affreuse conséquence de sa chute de Big Ben… Pas même la cordialité des hôtesses ne lui permit de décrocher ses ongles de son siège et d’ouvrir les yeux… Bien la première fois qu’il regrettait une décision ! Ce fut donc très soulagé (et à moitié drogué par les calmants) qu’il atterrit à Montréal, retrouvant avec joie la terre des vaches.

 Le Canada fut sincèrement une magnifique découverte pour lui. Les magnifiques paysages enneigés qu’il vit en taxi suffirent un temps à lui faire oublier les tracas de son vol. Instant de nouveau gâché par la partie en cabine téléphérique, où il resta constamment au milieu, yeux clos… Mais passons ! Peut-être que ce séjour ne serait pas si mal, après tout ? Mais la suite prit une tournure plus qu’inqualifiable pour lui…

 Service tout compris ? Déjà, aucune personne ne l’attendait à l’arrivée de la cabine pour l’accueillir et le conduire jusqu’à son chalet ! Ce fut donc bien ennuyé qu’il dut porter seul sa valise, boitillant difficilement dans la neige à cause de sa jambe blessée, jusqu’à arriver à son chalet, espérant y trouver une cheminée déjà allumée pour s’y réchauffer… mais la douche à l’arrivée fut plus que glaciale !

 Lui avait-on vraiment vanté les mérites d’un chalet luxueux… ou bien d’un dépotoir !!!??? Les murs extérieurs étaient fissurés et semblaient sur le point de s’effondrer, et il ne parlait même pas des escaliers à l’entrée mal montés !



JAMES ▬  … J’espère que ce n’est qu’une vulgaire plaisanterie… Grogna-t-il en les montant prudemment.


 Mais ses goûts de luxe en prirent un violent coup à l’instant même où il ouvrit la porte. Ayant gardé ses sens développés de rongeur, l’odeur de moisissure qu’il sentit lui fit monter les larmes aux yeux, tandis qu’il se couvrit le nez de son mouchoir ; si cela était une blague, elle était de très mauvais goût ! Mais en découvrant le reste du chalet, il déchanta très vite : de la poussière partout, quelques fuites par-ci par-là, les rideaux tâchés, PAS DE CHAUFFAGE, la présence de rongeurs (Non pas que cela le dérangeait…), les meubles à moitié pourris, une seule et simple tête de cerf empaillée en guise de décoration, etc… Et, à l’étage, une salle de bain absolument immonde, des lits (Mais ne devait-il pas être seul ?!) à la propreté questionnable, des armoires bourrées de mites… Un chalet infernal, tout simplement !

 La situation actuelle le poussa à bout, malgré sa patience typiquement anglaise, lui qui faisait tout pour vivre dans le confort ! Quel scandale ! L’organisateur de ce séjour « paradisiaque » allait sévèrement le payer ! Et en parlant du loup, il entendit la porte d’entrée s’ouvrir. Cela allait chauffer pour le salarié qui voulait probablement l’accueillir ! Furieux, il quitta l’une des chambres, hurlant :



JAMES ▬  J’exige de voir le responsable de cette mascarade !!! Il va payer pour m’avoir…


   … CRAC, la première marche de l’escalier se déroba sous ses pieds, le faisant chuter jusqu’en bas et, malheureusement, atterrir sur sa jambe meurtrie. Il hurla de pure rage et de douleur, perdant tout calme et toute contenance. L’organisateur allait VRAIMENT payer pour s’être payé sa tête, et pour en plus en revenir plus blessé !!!

(c) Madouce sur Epicode


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://disney-badendings.forumactif.org/t2091-tu-es-le-grand-genie-du-mal-james-p-ratigan-termine http://disney-badendings.forumactif.org/t2093-relations-de-ratigan

avatar

Mérida de DunBroch


Crowned Head
PHOTO D'IDENTITE :


DESSIN ANIME D'ORIGINE : Rebelle
ÂGE DU PERSONNAGE : 18 ans
OCCUPATION : Princesse/lycéenne
LOCALISATION : Paris
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : Rose Leslie / Libella
MON ARRIVÉE : 02/05/2017
MON VOYAGE : 152
POINTS : 189
MessageSujet: Re: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018 Ven 16 Fév 2018 - 0:01


L'obscurité de la montagne

Event Février 2018

Mérida avait enfin les pieds sur la terre ferme. Elle c’était précipitée à l’extérieur de l'oiseau e métal dès qu’elle en avait eu l’occasion. Qui est le taré qui avait inventé cet engin du diable ? Rien n’avait de logique dans ce truc. Et Valentin qui n’était pas là quand on avait besoin de lui ! Non mais vraiment ! Pourquoi un voyage en avion ? Pourquoi pas en bateau hein ? La jeune femme était habituée à la hauteur, elle aimait voir le monde s’étaler sous ses pieds. Mais elle détestait être enfermée dans des engins métalliques entourés de plein de gens qui pue la transpiration. Alors la mettre dans un appareil identique mais sans possibilités de sortir c’était un cauchemar. Pourquoi elle avait accepté cette invitation déjà ? Ah oui ! C’est vrai ! Parce que quitte à être dans un autre monde, autant le découvrir autant que possible. Jusqu'à présent, la rouquine n’avait jamais quitté Paris et de rester dans du béton commençait à la rendre folle. L’invitation était tombée à point nommée. Elle aurait voulu y aller avec Alexis mais elle vivait avec un bourreau du travail. Mérida avait peur qu’il finisse par se rendre malade. Quant à son petit ami, il ne pouvait pas l’accompagner. Ça aurait été tellement bien de voyager ensemble ! Elle était vraiment déçue. Mais elle comprenait. C’est la raison pour laquelle elle était là, seule, dans un pays inconnu en route vers l’aventure. Elle avait donc préparé son gros sac de voyage dans lequel elle avait pris soin d’emballer et de ranger son arc et ses flèches et prit la direction de l’aéroport. Elle avait peur que cela ne passe pas mais Alexis lui avait fourni toutes les autorisations nécessaires et de toute façon elle ne serait jamais partie sans. C’était une extension d’elle-même. Le laisser à Paris serait revenu à laisser un bout poumon ou de foie. Bref, c’était un organe vital pour elle.

Une voiture l’avait emmené jusqu'à l’adresse qu’on lui avait fournie. C’était vraiment un pays magnifique. Le froid ne la dérangeait pas. Bien au contraire ! Ça lui rappelait le Nord de Dunbroch en hiver. Il y avait de la nature à perte de vue. La jeune femme n’eut pas plus le temps de se perdre dans la nostalgie car la voiture se stoppa. Elle se trouvait face à un chalet, ou tout du moins ce qui en restait.

- Vous êtes sûr que c’est la bonne adresse ?


Le chauffeur confirma et la jeune femme le regarda d’un air incrédule. Il était pourtant écrit qu’il s’agissait d’un endroit de luxe. Ils avaient une drôle définition du mot. Mérida avaient déjà dormi dans des grandes ou dans des grottes donc un chalet miteux n’était pas ce qu’elle avait vécu de pire mais quand on nous promet du luxe on s’attend quand même à mieux que ça. Après tout peut-être que l’intérieur était chaleureux. La jeune femme se décida donc à entrer. Elle découvrir un intérieur peut être pire que la façade. Si cela était possible. AU moins il y avait une cheminée elle allait pouvoir se réchauffer. Ce n’était pas bien grave, après tout elle n’avait pas l’intention de rester enfermée toute la journée. Elle était bien évidemment déçue mais elle fera avec. Mais bon, qui que soit la personne qui lui avait envoyé cette invitation, elle n’était pas un hôte des plus efficaces. C’était lamentable.

Alors qu’elle posait ses affaires par terre pour inspecter un peu les lieux, la jeune femme entendit une voix grave vociférer des menaces. Mais qu’est-ce qui se passait enfin ? La rouquine c’était instinctivement placé dans une position de défense et regardait la sortie de l’escalier avec attention. Il n’était pas né celui qui allait l’agresserd’entrée de jeu sans avoir un retour. C’est alors qu’elle entendit un crack et un homme atterrit en bas de l’escalier en hurlant.

- T’es qui toi ? Et qu’est-ce que tu fais ici ?

Il avait visiblement mal mais la jeune femme ne comptait pas aller l’aider tant qu’elle ne saura pas qui il était et pourquoi il était dans son chalet. Il était peu être miteux mais c’était le sien.
Code by Joy


résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Fa Mushu


Magical Creatures
PHOTO D'IDENTITE :

DESSIN ANIME D'ORIGINE : Mulan
ÂGE DU PERSONNAGE : Plus de 2000 ans
COTE COEUR : Cri-Kee
OCCUPATION : Conseiller d'orientation
LOCALISATION : New York
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : Park Chanyeol
MON ARRIVÉE : 28/12/2017
MON VOYAGE : 18
POINTS : 18
MessageSujet: Re: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018 Ven 16 Fév 2018 - 2:09
l'obscurité de la montagneQui était le chanceux petit dragon qui avait gagné un séjour en montagne ? Mais moi bien sûr ! La lettre parlait même d'un joli petit chalet confortable et tout ce qui allait avec. Va s'en dire que j'étais excité comme une puce à l'idée de quitter mon appartement miteux pour aller faire la belle vie ne serait-ce que l'espace d'un court instant. Je ne savais pas réellement faire de ski, mais je comptais bien aller glisser à la station de ski, tel le pro de la glisse que j'étais. Je m'étais d'ailleurs acheté un adorable crazy-carpet rouge pour l'occasion. Cette couleur s'agençait bien à ma chevelure soyeuse et à mon habit de neige. Le rouge était ma couleur préférée, si jamais vous ne l'aviez pas encore compris. Mais peu importe, j'étais prêt à y aller. Mes valises avaient été remplies la veille au soir. J'y avais glissé mon joli dessin digne d'un enfant de maternelle que j'avais fait de ma petite Mulan et Cri-Kee. Je traînais avec moi cette œuvre d'art partout où j'allais en guise de photo, histoire de ne pas trop m'ennuyer et il était tout simplement hors de question de m'en séparer. Après avoir vérifié une dernière fois n'avoir rien oublié, je quittai mon appartement, verrouillant tout derrière moi et alla prendre le bus.

Après avoir monté dans ce boîtier à quatre roues, c'est au côté d'une vieille dames beaucoup trop parfumer que je m'étais assis, mon livre de sodokus ouvert sur mes genoux pour me divertir tout au long du trajet. J'avais cependant beaucoup de mal à me concentrer dût à l'odeur que dégageait la femme. Cette odeur de lilas mélanger à celle de fixatif à cheveux me donnais très mal à tête et au cœur. Je devais me faire violence pour ne pas vomir sur mon voisin d'en face. Pour protéger mes voix respiratoire qui était sur le point de fondre, j'avais resserré les cordes de ma capuche, couvrant ainsi la moitié de mon visage dont ma bouche. En fait, tout ce que l'on pouvait maintenant apercevoir était mes yeux sombres ainsi que quelques petites mèches rouges qui recouvraient mon front. J'avais très chaud, c'est vrai, et cela devait sans doute avoir avec mon ancienne nature dragon, car même si j'étais maintenant humain, ma température corporelle était très élevée comparativement à ce qui était considéré normal par les services de santé. Mais bon, je préférais de loin fondre sur place que mourir asphyxier. J'aurais bien changé de place, mais le bus était plain. Pas de chance...

Une fois que les portes s'ouvrir, je m'étais empressé de prendre mes affaires avant de me propulser à l'extérieur, impatient de respirer de la bonne air frais. Dans ma hâte de sortir, j'avais manqué une marche et m'étais écrasé tête première dans la neige. Gêner d'être tombé, je m'étais relevé avec empressement et déguerpie en courant. Pourtant, lorsque j'étais arrivé devant le dit chalet, ce dernier était loin d'être comme je me l'étais imaginé. Je ne pouvais voir le luxe qu'on m'avait promis dans cette vulgaire poubelle. Je déglutis avant de grimacer. En colère, j'ouvris la porte d'entrer brusquement, faisant claquer cette dernière violemment contre le mur. C'est en marmonnant dans mon manteau que j'entrai dans cet endroit poussiéreux et alors que j'étais sur le point d'éternuer, je figeai sur place. Dos à moi, il y avait une jeune femme et un grand-père que je ne connaissais pas. En plus de vivre dans un taudis, je devais aussi partager mon espace avec des étrangers ? Et puis quoi encore !? Mécontent face à mon triste sort, j'avais laissé tomber mes affaires sur le plancher et ce, sans aucune délicatesse.  « DAFUCK IS THIS SHIT !? » Furent les seuls mots dignes des plus grands philosophes que j'avais été en mesure de gueuler sur le moment. Je ne sais pas s'il m'avait bien entendue, car mon capuchon recouvrait toujours ma bouche, mais peu importe...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Anna d'Arendelle
♛ Royal Mess

Anna
PHOTO D'IDENTITE :



I wanna stuff some chocolate in my face !

Annanas:
 

DESSIN ANIME D'ORIGINE : Frozen, La Reine des Neiges.
ÂGE DU PERSONNAGE : 20 ans.
COTE COEUR : Fiancée à Hans.
OCCUPATION : Animatrice pour enfant en plus d'enchaîner les petits boulots.
LOCALISATION : New York.
HUMEUR : Épuisée.
PRESENCE/ABSENCE : Présence réduite.
DOUBLES COMPTES : Oliver Foxworth, Aiko "Honey" Miyazaki
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : Zoe Sugg, par beating heart. Code signature de endless love, gif de tumblr.
MON ARRIVÉE : 05/12/2013
MON VOYAGE : 786
POINTS : 172
MessageSujet: Re: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018 Lun 19 Fév 2018 - 17:13
L'obscurité de la montagne
La team taudis
Drink with me, my love for there's fire in the sky
and there's ice on the ground, either way, my soul will die

Un décor tout de blanc et d'argent, une valse endiablée de flocons, un goût de liberté sur ses lèvres gercées, ça la faisait sourire, Anna, plus que de raison. Les yeux grands ouvert, elle capturait chaque détail de ce tableau, presque insensible au vent qui rougissait ses joues. Il faisait froid. Trop froid. Emmitouflée dans un manteau pas assez épais, la jeune femme réprimait frisson sur frisson. Peu importait. Anna s'était résignée aux aléas glacés de son corps vidés de chaleur. Elle remonta son sac à dos, referma sa prise sur sa valise. Ni son souffle givré, ni les températures polaires ne pourraient l'empêcher d'apprécier ce week-end. Elle en savourait chaque seconde depuis son départ de New York, surexcitée dans l'avion, souriante dans le bus, émerveillée dans le téléphérique. La beauté de l'hiver ne cessait jamais de la surprendre. Suspendue à plusieurs mètres au-dessus du sol, elle avait laissé son esprit se perdre dans les sommets immaculés, et tandis qu'au coin de son œil le teint laiteux du ciel se confondait avec la terre enneigée, elle s'était brièvement imaginé de retour dans ses montagnes natales. Une illusion de courte durée qui pourtant la plongea dans une vague nostalgique. Elle, les montagnes, et Olaf. Une scène incomplète. Si seulement Elsa avait pu faire le trajet avec elle… Si seulement Hans, Kristoff et Sven n'étaient pas introuvables… Mais Anna avait trop souvent pleuré sur le passé et les absences de ces êtres chers, le temps d'un week-end, elle voulait s'oublier pour mieux embrasser le présent.

Ses bottes faisaient crisser la neige dans laquelle ses pieds s'emmêlaient avec maladresse. Ce n'était pas des empreintes de pas qu'Anna laissait derrière elle, mais des cratères. D'après l'invitation, une petite marche séparait le chalet des téléphériques. Ils n'en avaient plus pour très longtemps. « Vivement qu'on s'installe devant la cheminée avec un bon chocolat chaud. » Annonça-t-elle à Olaf en traînant sa valise, à bout de souffle. L'hiver était aussi beau qu'épuisant. Le froid ralentissait ses mouvements, sirotait doucement, mais sûrement, la moindre goutte d'énergie de son cœur ankylosé. Ce n'était pas grave. Déjà, le chalet se dessinait entre deux sapins. Elle se remettrait de cette petite marche. Rien ne pourrait gâcher son enthousiasme, pas même sa santé. Et comme par défi, elle se pencha, saisit une poignée de neige qu'elle lança en direction d'Olaf, un petit sourire espiègle sur les lèvres. « Haha ! Touché ! » La seconde d'après, Anna s'élançait en riant vers le chalet, son sac traînant derrière elle, prête à esquiver toute future attaque. À bout de souffle, elle se jeta sur la porte qu'elle ouvrit sans ménagement, le cœur à l'agonie, mais pourtant gonflé d'une incroyable joie de vivre. Le spectacle qui s'offrit à elle eut vite fait de tuer cet enthousiasme naissant. Un, deux, trois silhouettes se découpaient dans l'intérieur sombre et chaotique de cette bâtisse. « Euh, Olaf…? » Confuse, Anna fixa un instant ces apparitions, figée sur le seuil, avant de laisser son poing s'écraser contre l'encadrement de la porte. Toc Toc Toc. Pour la forme. « … Bonjour ? Est-ce que, hum… » À peine eut-elle entamé sa phrase qu'un petit bout de plafond s'écrasa sur sa tête, délogé par ses coups contre le bois. « Aouch ! » Anna lâcha son sac pour se frotter le crâne avec énergie. Ça, c'était pas sur la brochure ! « Il y a dû y avoir une erreur, nous étions censés avoir un chalet pour deux, enfin, si on peut appeler ça un chalet… »

Les mots lui manquaient. La situation lui échappait. Qui était ces gens ? Son regard valsa à nouveau d'un visage à l'autre. Une rousse, malaise… Une silhouette encapuchonnée, flippant… Un homme au sol… Attendez, quoi ? « Qu'est-ce qu'il se passe ici ? » Est-ce que ces gens venaient d'agresser cet individu ? Sans plus de réflexion, Anna s'avança vers l'inconnu à terre, ramassant au passage la canne tombée à quelques mètres de son propriétaire. « Ça va ? Vous n'êtes pas blessé ? » Demanda-t-elle en offrant son bras pour l'aider à se relever. Un rapide coup d'œil vers l'escalier l'aida à oublier la théorie de l'agression. De toute évidence, ce bâtiment tombait littéralement en ruine. « … Vous avez eu une invitation vous aussi? Oh, je m'appelle Anna, en passant. »

En bref:
 
Made by Neon Demon

_________________

    True Love

    I know this solitude, I know this kind of cold but I had faith in what the stories told of true love, how I'd find true love. And here I am in this room again just as lost and small, that lonely girl with a desperate heart is who I am, after all. There's no escaping her but now the dream is gone, because I spend a lifetime counting on true love (c) endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Laurence Legay
Le rose est mon âme-sœur ♥

Laurence
PHOTO D'IDENTITE :

All you need is love:
 



DESSIN ANIME D'ORIGINE : Alice au pays des fous
ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans
COTE COEUR : Le rose ♥ Charlie ♥ Le rose ♥ Timon pour toujours ♥ Mais SURTOUT le rose ♥
OCCUPATION : Aimer le rose ♥
LOCALISATION : New-York
HUMEUR : Oh du rose! ♥
COULEUR PAROLE : #F3A5BD
PRESENCE/ABSENCE : Le rose et moi sommes là !
DOUBLES COMPTES : Randall Boggs & Pégase R. Smith & Clawd Delatour
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : David Burtka & Myself
MON ARRIVÉE : 09/07/2013
MON VOYAGE : 933
POINTS : 27
MessageSujet: Re: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018 Lun 19 Fév 2018 - 18:39
L'obscurité de la montagne
Laurence Legay & Et les autres moins bien
••••

Le plus vieux du couple était souvent exténué à cause de son travail au T&L’s bar et bien que Laurence continuait à lui répété qu’ils pouvaient inverser leur horaire, celui-ci restait entêté. Peut-être que c’était dû à ses horaires d’exterminateur ou alors tout simplement dû à l’activité plus présente le soir, toujours est-il que Timon préférait le soir, ce qui laissait le temps à Laurence de laver et de coucher leur petit qui était déjà presque âgé de 3 ans. Le temps passait à une vitesse folle, mais l’ancien flamant rose ne s’en rendait pas compte puisqu’il était clairement trop absorbé par sa routine. Une matinée, Laurence avait comme à son habitude été cherché la malle alors que Timon dormait encore et il ria de bonne foi en tombant sur une lettre disant qu’ils avaient gagnés un prix. Et puis quoi encore ? Était-ce pas plutôt Lucas qui l’amusait encore à leur dépends ? Laurence et Timon avaient eu droit à plusieurs rencontre avec cet homme mystérieux à cause de leur bar qui abritait l’un de trois portails et étrangement, depuis leur prise en main de ce lieu, ils avaient reçu des lettres de celui-ci et le trentenaire avait bien du mal à se dire que cela n’avait aucun lien.  Ils n’étaient pas des amis proches, mais il se disait que cela pouvait être typiquement son genre.

Lorsque Timon s’était finalement levé, Laurence lui avait montré la lettre et tous les deux se mirent d’accord sur le fait qu’ils avaient besoin de vacance. Secrètement, Laurence espérait bien que ce voyage allait leur permettre de se retrouver, puisqu’élever un enfant n’était pas une tâche facile et qu’il leur arrivait malheureusement de se disputer… Sans parler du romantisme qui avait quitté leur couple au même moment que l’arrivée de Charlie. Après quelques coups de téléphone, ce fut Elsa qui répondit présente pour garder leur petit ange. Ce fut donc le 16 au matin que Laurence et Timon allèrent chez Elsa et bien entendu, Laurence passa une bonne vingtaine de minutes à répéter mainte et mainte fois les mêmes choses à l’ancienne reine en qui pourtant il avait confiance.

Les bagages en main, ils avaient été en direction de la gare où ils attendirent leur train pendant quelques minutes, puis enfin à l’intérieur, Laurence sortit le livre Les trois mousquetaires  écrit en français. Ayant vécu pendant quelques mois à Paris en colocation avec sa vieille amie Mallymkun, Laurence n’avait pas envie de perdre les bases de cette langue et bien que certains mots lui étaient inconnus, il s’efforçait à comprendre le sens des phrases couchées sur le papier. Lorsqu’il en eu assez, l’amoureux du rose décida de caresser les jambes de son partenaire, sachant bien que celui-ci n’allait probablement pas accepter ce genre de familiarité en publique. Cela amusa le brun pendant un bref instant, mais il se montra rapidement offensé et il se contenta de regarder les autres passagers pour le restant du voyage.

À la sortie du train, le plus jeune entendit l'alarme de son téléphone lui signalant qu’ils devaient s’arrêter quelques instants pour prendre sa médication qui ne devait être en aucun cas sauté ou retardé. Il fouilla dans son sac, puis il en sortit une bouteille d’eau qu’il déposa au sol, puis il commença à soulever ses vêtements pour retrouver ses contenants de plastiques où ses pilules étaient rangées, mais ne les trouvant pas, la panique gagna l’homme. « Timon! Je les trouve pas ! » S’était-il finalement exclamé en commençant à vider ses vêtements sur le sol enneigé de la gare. Après plusieurs minutes et un sac devenu un désordre sans nom, le brun abandonna. « … Je suis désolé… Heureusement, on sera que tous les deux… » Se relevant, il avait été caresser la joue de son amoureux et il ajouta d’un ton extrêmement sincère qu’il s’en voulait de les avoir oublié et que cela risquait de lui causer un mauvais week-end. Ils continuèrent leur chemin jusqu’au chalet où, horreur, il s’avérait que cinq autres personnes avaient décidé d’y prendre domicile. Soudainement, Laurence eu l’impression que les choses tournaient autour de lui. Non, rien n’allait. Comment allait-il pouvoir avoir l'air sain d’esprit devant ces personnes ?
 

Spoiler:
 

••••

by Wiise

_________________




✱ Timance
The first three years was our honeymoon period. Then you settle into the relationship, and it morphs into just living, breathing. It becomes more comfortable, but it becomes a necessity -- something you can’t give up, like an addict.
-David Burtka
code par Skank sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Timon S. Merkat
"Je vais pas me déguiser en Vahinée!"

Fantastic Animals
PHOTO D'IDENTITE :

DESSIN ANIME D'ORIGINE : Le Roi Lion
ÂGE DU PERSONNAGE : environ 43 ans d'humains
COTE COEUR : Les insectes, miam... oh Laurence et Charlie ♥
OCCUPATION : Empêcher Laurence de jouer dans mon pentalon
LOCALISATION : à quelque part
HUMEUR : Hakuna Matata
COULEUR PAROLE : #006600
PRESENCE/ABSENCE : fidèle au poste o/
DOUBLES COMPTES : Dory, Hadès, Mally & Ian
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : Neil Patrick Harris & (c)Evie
MON ARRIVÉE : 06/04/2013
MON VOYAGE : 2029
POINTS : 547
MessageSujet: Re: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018 Mar 20 Fév 2018 - 21:18



L'obscurité de la montagne: Évent février 2018

Team Taudis o/



Des vacances… ça faisait combien de temps que le couple ne s’était pas autorisé un weekend de repos? Timon préférait ne pas y songer, car il ne pouvait pas vraiment s’en souvenir. Entre le bar, Charlie et leurs boulots respectifs, les deux hommes manquaient de temps depuis quelques années pour se retrouver et passer du bon temps. Le suricate était un peu inquiet, c’est qu’ils n’avaient jamais été aussi longtemps loin de Charlie. Il savait bien qu’ils pouvaient avoir confiance en Elsa, elle adorait l’enfant et avait déjà démontré ses aptitudes à le garder. Il n’y avait pas plus de dangers à le faire garder presque trois jours qu’une soirée ou une journée. Et puis, ce n’était pas une inconnue, ils n’avaient pas à s’inquiéter!

Ce fut un soulagement pour Timon lorsqu’il vit que les billets étaient pour le train et non l’avion, comme à la St-Valentin quelques années plus tôt. Lucas avait-il eu vent de l’horreur qu’éprouvait le blond pour les oiseaux de fer? Il ne faisait aucun doute que cette invitation venait de lui, car aucun des concours auxquels le suricate avait participé n’avait comme prix une escapade au Canada! Et puis les boutiques aimaient bien afficher les gagnants, montrer à quel point leur entreprise est généreuse, alors que là, il n’y avait aucune indication sur la provenance de ce prix. Et puis c’était vraiment à la dernière minute!

Les détails réglés, le couple se rendit à la gare et monta dans le train. Ce fut un confortable voyage. Laurence voulu tripoter Timon, mais ce dernier n’était pas d’accord, pas du tout à l’aise en publique. Le blond n’était pas le plus démonstratif, pas qu’il n’aimait pas son conjoint, bien au contraire! Il ne voyait plus sa vie sans son flamant rose. Il était tellement content de cette sortie, juste tout les deux dans un chalet, ce serait génial, un repos bien mérité.

Une ombre passa à la sortie du train, Laurence avait oublié ses médicaments. Timon l’aida à chercher, mais aucune trace des flacons… Ils devaient être restés sur le comptoir, oublié dans l’énervement du départ. Le suricate sourit de façon rassurante en serrant son amoureux dans ses bras :

-Oui, ça va aller, on sera que tous les deux. Ça nous rappellera nos premières semaines de cohabitation.

Le blond l’aida à remettre les vêtements dans le sac et ils se rendirent au chalet. Timon du s’asseoir sur le sol de la cabine du téléphérique, fermant les yeux afin de ne pas trop se sentir mal. Ce ne fut pas vraiment efficace, mais bon, ça ne dura pas trop longtemps. Une fois au sol, il sourit, ils y étaient presque… Sa joie se transforma en stupeur lorsqu’il aperçu le chalet. Non! Ça ne pouvait pas être ça! Leur lieu de séjour devait être derrière ce taudis! Mais il n’y avait pas d’autres bâtiments. Par contre, il y avait des traces dans la neige… Peut-être que l’intérieur serait mieux que l’extérieur? Après tout, il ne fallait pas se fier aux apparences… Et bien dans le cas présent, c’était aussi pourri dedans que dehors.

Il y avait déjà cinq personnes, dont la princesse catastrophe elle-même, et oui, Anna était là. Ce n’était pas une mauvaise personne, mais elle était un peu tête en l’air et maladroite. Les autres… aucune idée de qui ils étaient. Timon se passa une main sur le visage, embêté par cette situation.

-Je ne sais pas si c’est une blague ou une erreur, mais je crois qu’on pensait tous être seuls dans nos chalets respectifs… et surtout, on pensait tous que ce serait plus… enfin... moins décrépit? Quelque chose de mieux que ça. Je suis Timon et voici Laurence.

Sérieusement, Lucas se moquait d’eux maintenant? Ou l’invitation ne venait finalement pas de lui? Si ce type arrêtait de faire des mystères et signait ses cadeaux, ça aiderait tout le monde! De mauvais souvenirs firent surface dans l’esprit de Timon. Qui se mit à espérer que ce ne soit pas un piège de Louis…

-J’espère que ce n’est qu’une mauvaise blague et pas un piège…

Il n’ajouta rien d’autre, incertain de qui étaient les inconnus… Disney ou chasseur? Il aimerait bien savoir…

en résumé:
 



codage par greenmay. sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Peter Pan
The boy who never grow up

Fearless Adventurer
PHOTO D'IDENTITE :


DESSIN ANIME D'ORIGINE : Peter Pan
ÂGE DU PERSONNAGE : 18 ans
COTE COEUR : J'ai personne pour le moment.. Je suis un vrai tombeur mais je suis un éternel célibataire!
OCCUPATION : Vendeur en magasin de jouets
LOCALISATION : Londres
HUMEUR : Joueur, comme d'habitude
DOUBLES COMPTES : Aucun pour le moment
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : Robbie Kay-Avatar:Ilyria de bazzart et signa: Wiise(+tumblr et fanpop pour les gifs du profil)
MON ARRIVÉE : 12/08/2015
MON VOYAGE : 339
POINTS : 39
MessageSujet: Re: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018 Jeu 22 Fév 2018 - 16:05



L'obscurité de la montagne (évent février 2018)
Ft. Peter et les autres invités
 
Peter et Clochette avaient reçu une invitation pour un séjour à la montagne. Un séjour au Canada plus exactement. Ils ne savaient pas d'où ça venait mais les deux amis avaient envie de vacances. Peut-être qu'on les prendrait pour un couple mais le garçon s'en fichait, tout n'était que jeu pour lui.

Après s'être mis d'accord avec Clochette pour y aller, ils avaient préparé leurs affaires et avaient quitté leurs boulots en règle pour ces fameuses vacances. Ils avaient deux billets d'avion de prévu pour eux. Peter ne l'avait encore jamais pris et il était excité de le prendre donc.

Il monta dedans et s'installa près de Clochette. Il regarda l'avion s'envoler et monter dans le ciel. Dire que, s'ils avaient de la poussière de fée, ils auraient pu y aller en bien moins de temps qu'il n'en faut pour le dire... Mais ils n'étaient plus au Pays Imaginaire et ils n'y avaient qu'eux qui avaient atterri ici. Plus de Wendy, plus de Michel et jean, plus d'enfants perdus. Juste eux deux et leur colocataire Aiko.

Il ne regarda pas le sol de tout le trajet, préférant lire ou s'amuser à compter les gens, les enfants, les allées et venues... Il fallait qu'il s'occupe de toute façon. Et il n'y arrivait qu'en jouant. Depuis toujours et pour toujours. On ne l'appelait pas le garçon qui ne voulait pas grandir pour rien.

Après quelques heures, l'avion atterrit et ils récupérèrent leurs sacs. Un chacun. Ils sortirent du bâtiment (l'aéroport ou un truc du genre) et se dirigèrent vers un taxi. Un taxi qui les amena à des cabines de téléphériques où ils montèrent. Peter ne regarda pas en bas, il préférait se concentrer sur la neige et toutes les batailles de boules de neige ou autre jeux qu'il pourrait y faire.

Une fois arrivés en haut, ils allèrent vers leur chalet. Enfin vers ce qu'ils pensaient être leur chalet. Devant eux se dressait un vieux chalet aux murs décrépits et avec des marches toutes cassées. Peter se tourna vers Clochette et demanda:

-T'es sûr que c'est là?

Elle regarda l'invitation et acquiesça. Peter se décida donc à monter, prudent, les marches. Il se souvenait encore de sa dernière aventure dans le monde extérieur à leur demeure à Londres. Il y avait été torturé avant d'être secouru et ramené chez lui.

Une fois à l’intérieur, rien ne lui parut mieux. C'était aussi délabré que l'extérieur. Leur aurait-on menti en leur promettant un magnifique chalet? C'était fort possible. Surtout qu'il était censé être que tous les deux. Et qu'il y avait déjà sept personnes sur place. Et Peter n'en connaissait aucune, en plus. Cependant, joueur, il dit:


-Vous êtes qui? Ah, je sais, c'est pour une émission de télé, c'est ça? On doit se battre pour savoir à qui reviendra ce chalet pourri....

Il disait évidemment ce qui lui passait par la tête. Mais, si c'était pour un jeu télévisé, il était prêt à se battre et surtout à gagner. Et il fit même un clin d'oeil à sa meilleure amie qui serait sûrement d'accord avec ça.


© Belzébuth


Résumé RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L'obscurité de la montagne : Évent février 2018
Revenir en haut Aller en bas
L'obscurité de la montagne : Évent février 2018
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le pic de la montagne. le froid, le vent, et... Le froid seul pour vous tenir compagnie...
» Qu'importe que le vent hurle, la montagne jamais ne ploie devant lui. Ϟ BETH
» Souffle de vent sur la montagne [Célestre]
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Petit Faucon [ Vent ] [PRIORITAIRE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No more happy endings... :: L'infini et l'au delà :: Autres lieux du monde :: Autres continents du monde-
Sauter vers: