Revenir en haut Aller en bas


AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Index des forums  :: Londres :: East London
Petit balai, deviendra grand Ft. Dayhun [Flashback]
Balais Poussière
Voir le profil de l'utilisateur
Magical Creatures
PHOTO D'IDENTITE : Petit balai, deviendra grand Ft. Dayhun [Flashback] Tumblr_oqvwlt6ZZo1te2y6no2_r2_400


Petit balai, deviendra grand Ft. Dayhun [Flashback] 15mR

DESSIN ANIME D'ORIGINE : Fantasia !
ÂGE DU PERSONNAGE : Environ 25 ans
COTE COEUR : Son cœur est présentement pris par le chocolat chaud offert au matin à l'institue
OCCUPATION : Pensionnaire de l'institue ! Elle a plein d'amis !
LOCALISATION : Londres
HUMEUR : Souriante, charmante, enjouée.
COULEUR PAROLE : Orange
PRESENCE/ABSENCE : Disponible & Présente
DOUBLES COMPTES : Gogo Tanaka
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : Kang Seul-Gi
MON ARRIVÉE : 25/12/2017
MON VOYAGE : 129
POINTS : 264
Ven 5 Avr 2019 - 18:14
Petit balai, deviendra grandDada + Balais
De la laves ••• ( et des bobos )
Balais était très contente ce matin. Elle avait eu droit à un café ! Certes, madame la méchante ne le savait pas. Elle était toujours là avec son filet dans les cheveux, ses grosses loupes sur le nez et son regard méchant au visage chaque fois qu’elle lui disait « Miss Poussière, vous n’êtes pas autorisé à la consommation de café. » ce qui parfois faisait pleurer Balais, car elle lui disait toujours avec sa grosse voix de sorcière. Ce qui fait très peur a Balais ! C’est un sorcier qui la découpée à la hache ! Elle n’est pas folle elle s’en souvient. Bien que monsieur le concierge la traitait souvent de folle. Il lui disait aussi qu’il n’était pas concierge mais lui aussi client de l’institue.

Mais elle savait qu’il était concierge, car il à un œil qui louche et un chat qui ne bouge jamais sur la tête. Elle à vue Hairry Spotter, elle sait reconnaître Rusard.  Bref ! Elle avait eu un café ! Ce qui li avait mis rapidement le sourire aux lèvres et l’énergie de courir partout. Elle était soudainement un balai plein de vie. Il faut savoir du café, que c’est un peu comme une potion magique qui donne plein de bonheur et d’envie de tout faire. Cependant ça peu enlever l’envie de faire la sieste du midi… ça c’est dommage. Bref ! Aujourd’hui elle avait contournée le troll au filet de cheveux et était parvenu à se procurer du café par l’aide de madame Auberdeen qui lui avait tout doucement donné son café après qu’elle lui ait demandée toute douce et souriante.

Elle se retrouvait donc présentement à courir partout autour sur les chaises avec Donald, un autre pensionnaire qui souffrait de démence. Les deux avaient décidé de jouer à « le sol est de la lave », c’est Donald qui lui a apprise se jeux. Balais riait beaucoup en sautant d’une chaise à l’autre, s’était une autre belle journée à l’institut. Jusqu’à ce qu’elle saute sur la chaise en bois et sente la perte d’équilibre éminente.  La chaise partie vers l’arrière, alors que son poids, lui partait vers l’avant. Elle balança ses bras pour essayer de retenir son équilibre, mais en vain.

Elle se retrouva donc à partir vers le sol, tirer par la gravité. Le coup fatal fut lorsque la table qui se trouvais dans le chemin de sa chute ne se déplaça pas pour la laissé passer. Elle se prit donc le front directement sur le coin de la table, puis finalement, alors que ses mains tentait de la tenir à la table, elle se prise également le née contre le sol, qui se trouvais en étape suivant après la table dans sa chute. Puis, étant concentrer sur les coups que son visage se prenait, elle avait manqué le lourd craquement que son bras avant produit, lorsqu’elle avait tentée, ensuite, de le mettre au sol pour soutenir son tronc de toucher le sol. Ce qui avait donc mit la totalité de son poids sur son pauvre petit poignet.

« GARDIENS ! BALAIS EN SANG ! »

S’était écrié Donald en allait chercher de l’aide. Elle resta couchée au sol ensuite. Elle avait si mal. Elle avait sentie au moment même ou le premier impact était arrivé les larmes montées à ses yeux. Elle savait ce que cela voulait dire, elle perdait l’eau dans sa tête, car le coup avait été trop fort et elle le perdait par les yeux. Un gardien vint vite à sa rencontre pour la faire coucher sur le côté en position latéral de sécurité son petit poignet brisé replier contre son torse alors qu’elle pleurait à chaude larmes. Celui-ci resta devant elle à effectuer les premiers soins. Il lui demanda comment elle allait, elle ne répondit pas, elle avait mal à la tête et le monde tournait. Il lui mit de quoi sur la tête, Balais essayer de lenlever, mais un autre gardien vint lui tenir sa main qui bougeait pour l’empêcher de faire.

« Tourne… »

Avait dit Balais, en essayant de lever la tête, la gardienne qui tenait sa main, eu le reflexe de mettre sa main sous sa tête avant que celle-ci ne se cogne contre le sol en retombant. Elle avait l’impression qu’on venait de la remettre sous la hache… peut-être qu’elle aurait un autre balais tantôt ? Une mini elle ? On lui avait mis des papiers ou je ne sais quoi au front, une main le tenait en place. Son poignet était toujours ramener contre sa poitrine. L’autre main le tenant doucement, afin d’enlever le mal. Elle avait cessé de vouloir enlever le papier de son visage lorsqu’elle avait comprise que la gardienne ne la laisserait pas faire, mais qu’elle pouvait se tenir le poignet blessé sans soucis. Puis s’Était dur essayer d’enlever le papier avec la main sur le bras dons on l’avait tourné dessus pour cette drôle de position coucher.

Finalement, après un bon moment au sol à pleurer, morver et se demander pourquoi on l’avait encore attaquer pour faire plus de balais, une autre personne arriva sur place. Une belle voix ordonna aux gens de se déplacer et de laissé de l’espace. Alors le garder devant Balais bougea, bien que celle derrière attende qu’une autre main prenne sa place sous la tête du balai. Soudainement, la voix fut accompagnée d’un visage. Balais compris vite qu’elle n’avait pas été découpée par la table pour créer de petits balais, non. Cette fois elle était en voyage vers cet endroit où sœur Mary lui avait dit qu’on allait quand on ne revenait pas de balais à humain. Elle le savait, car devant elle se trouvait un ange. C’est ce qui aida un peu sa respiration à ce ralentir enfin, et ses pleures se calmer lentement. Ce qui lui permit donc de dire quelques mots à nouveau à travers des soubresauts…

« J’ai brûlée… la lave. »

Effectivement, il faut dire que ce balai n’étais pas le plus brillant de tous, alors plutôt que de comprendre qu’elle avait sûrement une fracture du crane, mais aussi une commotion, elle était concentrer sur le fait que désormais toute cette équipe, même l’ange, venait de brûlée dans la lave que constituait le sol. Ooooh c’est pour ça l’ange ! Elle venait de passé de balai à humain et désormais d’humain à paradis sûrement.
© 2981 12289 0
Dayhun Kang
Voir le profil de l'utilisateur
In any books
PHOTO D'IDENTITE : Petit balai, deviendra grand Ft. Dayhun [Flashback] Tenor
DESSIN ANIME D'ORIGINE : //
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans
COTE COEUR : un joli Balais <3
OCCUPATION : ambulancière
LOCALISATION : quelque part à Londres
HUMEUR : pourquoi ça n'irait pas?
COULEUR PAROLE : #0033ff
PRESENCE/ABSENCE : fidèle au poste o/
DOUBLES COMPTES : Timon, Hadès, Mally, Ian et Kevin
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : Bae (Irene) Joo-hyun
MON ARRIVÉE : 20/04/2013
MON VOYAGE : 1197
POINTS : 886
Ven 26 Avr 2019 - 21:20
petit balai, deviendra grand

Le fil d’actualité facebook défilait devant mes yeux sans que je ne regarde vraiment. C’était toujours les mêmes choses bien ennuyantes… Une anecdote sur des gamins par ici, une photo d’un repas par là, et quelqu’un mentionnant aller au Gym et des tonnes de partages d’infos douteuses et non vérifiées. Et on en parle des fautes? Je me demandais souvent pourquoi je ne fermais pas mon compte. Surement parce que ça permettait d’avoir des nouvelles des gens et de passer le temps… lassée, je décidais de jouer à un trop célèbre jeu à propos de friandises. On fait comme on peut pour passer le temps! Pas que j’étais seule, mais la conversation de mon collègue me semblait si insignifiante, sans doute parce que nous avions épuisé tous les sujets intéressants? Nous étions donc là, à attendre dans l’ambulance que quelque chose se passe.

Je ne savais jamais si je devais être heureuse ou pas lorsqu’il ne se passait rien… d’un côté, aucun blessé ou malade, donc les gens allaient bien, mais d’un autre, je m’ennuyais comme un rat mort. Une formule plutôt amusante, mais un peu dégoutante. Je n’aimais pas trop ce genre de créature et je ne pouvais m’empêcher de penser que cette expression puait au nez! C’était donc une longue journée et j’avais un peu trop de temps pour penser.

Soudain, alors que tout espoir semblait perdu, la radio grésilla, annonçant que nous devions nous rendre dans un institut psychiatrique ou une jeune femme avait fait une chute. Je rangeais mon téléphone alors que mon collègue démarrait. Nous n’étions pas très loin, donc le trajet fut rapide. C’était le genre d’endroit où nous devions fréquemment intervenir, trop souvent pour des tentatives de suicide… J’avais donc eu un peu peur lorsque l’adresse avait retentie. Je commençais tout de même à me préparer mentalement, c’était toujours spécial d’intervenir dans un institut psychiatrique, on ne savait jamais quand un patient allait faire une crise!

On nous montra le chemin jusqu’à la blessée, qui avait fait une vilaine chute en jouant. Je demandais aux gens de se bouger afin que je puisse avoir accès à la patiente. J’immobilisais doucement la tête de la jeune femme en commençant à lui parler :

-Bonjour, je suis Dayhun, je vais m’occuper de toi, ne bouge pas. Dis-moi comment tu t’appelle? Non je ne crois pas que tu sois brûlée. Tout va bien aller, ne t’inquiète pas.


Je ne comprenais pas trop pourquoi elle me parlait de brûlure. Un jeu? Une hallucination? Difficile de savoir sans plus d’explications. Ça n’avait pas d’importance pour l’instant. Il fallait surtout que je maintienne sa tête, au cas où il y aurait des dégâts aux cervicales. Mon collègue appliqua une compresse sur le nez, la fixant grâce à du ruban adhésif médical. Nous lui passâmes un collier cervical avant de la glisser sur la civière.

Je ne pouvais m’empêcher de me dire que derrière le sang, les larmes et la morve, elle devait être mignonne. C’était plutôt rare que je me laisse distraire, il fallait que je me ressaisisse! Comme elle avait arrêté de pleurer, je commençais à l’interroger :

-Tu peux me dire ce qui s’est passé?

Certes, le personnel nous avait résumé la situation, mais je voulais savoir ce que la patiente avait à dire à propos de l’accident. Il fallait savoir si c’était du à une perte d’équilibre du à un problème de santé ou si ce n’était que de la malchance. Toute information était bonne à prendre pour ensuite la donner au médecin pour l’examen.



:copyright: 2981 12289 0
Balais Poussière
Voir le profil de l'utilisateur
Magical Creatures
PHOTO D'IDENTITE : Petit balai, deviendra grand Ft. Dayhun [Flashback] Tumblr_oqvwlt6ZZo1te2y6no2_r2_400


Petit balai, deviendra grand Ft. Dayhun [Flashback] 15mR

DESSIN ANIME D'ORIGINE : Fantasia !
ÂGE DU PERSONNAGE : Environ 25 ans
COTE COEUR : Son cœur est présentement pris par le chocolat chaud offert au matin à l'institue
OCCUPATION : Pensionnaire de l'institue ! Elle a plein d'amis !
LOCALISATION : Londres
HUMEUR : Souriante, charmante, enjouée.
COULEUR PAROLE : Orange
PRESENCE/ABSENCE : Disponible & Présente
DOUBLES COMPTES : Gogo Tanaka
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : Kang Seul-Gi
MON ARRIVÉE : 25/12/2017
MON VOYAGE : 129
POINTS : 264
Mar 16 Juil 2019 - 8:57
Petit balai, deviendra grandDada + Balais
De la laves ••• ( et des bobos )
A ce moment de la journée, ce que Balais resentait était des gros bobos. Pas juste à la tête comme quand l’infirmière lui disait qu’elle manquait de sommeil. Non ! Des gros bobos partout ! C’est pour ça qu’elle saignait d’ailleurs. Elle savait qu’elle saignait car elle avait vue du rouge. Ce qui l’avait immédiatement fait pleurer, ça et les bobos, bien sûre. Pour elle, s’était comme un sentiment de brulure partout dans son corps. Ce qui faisait beaucoup de sens, puisque le sol était de la lave. Elle avait la tête qui tournais beaucoup, mais cela devait être normal, la fumée de la lave devait faire cet effet, non ?

Bon, s’était surement aussi dû au fait qu’elle s’était gravement cognée la tête dans sa chute vers la lave, étant le sol, mais ça, Balais Poussière était trop simple d’esprit pour faire les liens. Elle pleurait, morvait et faisait des siennes pensant que sa fin était encore une fois arrivée. Effectivement, la douleur à sa tête pouvait se comparer à la douleur faite par la hache de la sourie a chapeau. S’était la première fois où elle avait ressuscité dans ce petit corps de bois mou. Peut-être que cette fois elle serait un balai de roche a son retour?

Balais s’avait qu’elle devait être proche de mourir, car elle avait vue et entendu la voix d’un ange. Une belle femme, aux airs rassurant, doux et maternelle lui parlait. Si elle écoutait vraiment, elle aurait pu entendre ; « Bonjour, je suis Dayhun, je vais m’occuper de toi, ne bouge pas. Dis-moi comment tu t’appelle? Non je ne crois pas que tu sois brûlée. Tout va bien aller, ne t’inquiète pas. ». Or, étant déconcentrer par tant de beauté, elle n’écoutait pas vraiment et parlait de lave. La bonne nouvelle étant que ses larmes avaient cessé. Balais fut silencieuse un moment la bouche ouverte a juste admirer l’ange. Elle réalisa que l’ange lui avait dit son nom, ce qui lui fit marmonnée d’une fois encore un peu pleurnicharde…

« Dadahuni. »

Toujours coucher sur le côté, Balais décida d’apporter sa main couverture de sa au visage de l’ange pour vérifier qu’elle était bien là, mais sa main cessa son mouvement rapidement, puisque cela créer une vive douleur pour la pauvre qui rapporta sa main dans l’autre, ayant retrouvé mémoire que son poignet la faisait souffrir. Elle fut finalement coucher sur le dos sur une grande plaquette rouge. Ensuite, un gros collier lui fit placer autour du gout. Il était jaune et bleu et vraiment pas jolie, l’ange n’avait pas de goût en bijou. Puis, elle fut mise sur un lit. Elle entendit encore la voix maternelle lui dire ; « -Tu peux me dire ce qui s’est passé? ». Balais se remise à pleurer le visage bien crisper pour dire en sanglot et parlant du nez ayant une compresse sur le nez…

« Je… hip… suis… hip… morte dans la lave. La table, hip, est méchante et m’a hip, jeter au sol. »

Puis, elle regarda autour d'elle. Elle était dans un petit lit a roulette dans une piece très très petite soudainement. Elle retourna alors son attention sur Dada et lui dit, sans larme, toujours la voix nasal mais un air très sérieux cette fois.

« Il va falloir la punir cette table. »


:copyright: 2981 12289 0
Dayhun Kang
Voir le profil de l'utilisateur
In any books
PHOTO D'IDENTITE : Petit balai, deviendra grand Ft. Dayhun [Flashback] Tenor
DESSIN ANIME D'ORIGINE : //
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans
COTE COEUR : un joli Balais <3
OCCUPATION : ambulancière
LOCALISATION : quelque part à Londres
HUMEUR : pourquoi ça n'irait pas?
COULEUR PAROLE : #0033ff
PRESENCE/ABSENCE : fidèle au poste o/
DOUBLES COMPTES : Timon, Hadès, Mally, Ian et Kevin
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : Bae (Irene) Joo-hyun
MON ARRIVÉE : 20/04/2013
MON VOYAGE : 1197
POINTS : 886
Ven 16 Aoû 2019 - 22:52
petit balai, deviendra grand

Je ne pu m’empêcher de froncer les sourcils. « Dadahuni »? Je ne comprenais pas, était-ce son prénom? Ça ressemblait plus à une sorte de surnom qu’elle me donnait… Normalement, on ne donne pas un surnom à quelqu’un qu’on vient de rencontrer? Je ne dis rien, après tout, elle semblait plutôt sonnée par sa chute. Quelqu’un me glissa qu’elle s’appelait Balais… Cette fois, je dévisageai l’infirmier en charge avec un magnifique regard du genre « te fou pas de moi, j’essais de faire mon travail », mais il semblait qu’il ne me faisait pas une mauvaise blague bien nulle. C’était vraiment bizarre, mais il ne fallait pas oublier que nous nous trouvions dans le service psychiatrique. D’habitude, je n’aurais pas poussé mes questionnements, les choses sont se qu’elles sont et c’est tout! Mais cette jeune femme m’intriguait. À ce moment là, je ne savais pas trop ce qui se passait dans ma tête et je me concentrai sur mon travail. Après tout, c’était pour cette raison que je me trouvais là!

La jeune femme répondit à ma question malgré ses sanglots. J’en déduisis qu’elle devait jouer au jeu « le sol est de la lave », les enfants aiment bien ce jeu qui consiste à éviter de toucher le sol. Je crois y avoir joué moi-même lorsque j’étais petite. Sauf que dans mon cas, il y avait quelque chose de plus plausible comme nous habitions près d’un volcan. En grandissant je compris que ce n’était pas une simple chaise en bois ou un lit qui me sauverait de la lave s’il y avait une éruption, mais le volcan ne s’est pas réveillé, donc tout allait pour le mieux.

-Ce n’est pas grave, tu feras mieux la prochaine fois.

Je lui souris tout en tentant de la rassurer afin qu’elle reste calme pendant que nous la transportions. Une fois dans une pièce à l’écart, un genre de sas, elle me surprit par ses paroles, et surtout par le ton qu’elle employa. Elle me demandait vraiment de punir une table? Je ne savais pas trop quoi répondre à cela. Ce n’était qu’une table, un objet inanimé qui ne ressentait rien. Et puis, sinon, comment on puni une table? En l’envoyant au coin? Parce que je ne me voyais pas la frapper, je risquais d’avoir plus mal qu’elle! Je me secouai afin de revenir à ma patiente.

-Quelle punition serait plus approprié pour ce que cette vilaine table t’as fait? La mettre au coin serait suffisant? On verra ça plus tard, là on doit s’occuper de toi.

Mon collègue et moi dirigeâmes la civière jusqu’à l’extérieur. J’ouvris les portes pour mettre la jeune femme à l’intérieur de l’ambulance et je grimpai avec elle. Je fixai la civière, même si le trajet ne faisait qu’à peine deux minutes. C’était la procédure et je voulais absolument éviter tout risque. Je m’assis en parlant à la jeune femme :

-Nous allons t’amener voir un médecin dans un pavillon voisin. Il va s’assurer que tu va bien et que tu n’as pas de commotion cérébrale. Tout va bien aller.

Elle n’avait sans doute rien de grave, mais mieux valait être prudent. Bien vite mon collègue recula au quai de débarquement des ambulances et vint me rejoindre pour descendre la civière et faire son admission. En temps normal, j’aurais ensuite quitté en la laissant entre les mains du personnel hospitalier, mais ça me rendait triste de la laisser toute seule. J’avais presque finit mon quart de travail, donc je décidais d’appeler mon superviseur afin de terminer un peu plus tôt. Il accepta à contrecœur en me mentionnant que je lui en devrais une.  Je pu donc retourner auprès de la jeune femme.

-Je vais rester avec toi. Donc, tu t’appelle Balais si j’ai bien compris? C’est… rare comme prénom.

Je voulais essayer d’en apprendre plus sur elle pendant que nous attendions un médecin.




:copyright: 2981 12289 0
Contenu sponsorisé

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum