Partagez | 
 

 « Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. » [PV Sally]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: « Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. » [PV Sally]  Lun 8 Avr 2013 - 22:13





"J'ai l'air d'un abruti finit." lança Boogey alors que son masque valsait dans les airs pour retomber de l'autre côté de la pièce

Des masques, ce n'est pas ce qui manquait dans son bar. Il en avait ramener un certain nombre chez lui et les essayait tour à tour depuis une demi-heure. Lui qui se faisait une joie d'aller à ce bal masqué pensait de plus en plus à laisser tomber cette fête ridicule. Il ne voulait surtout pas être reconnu durant un tel évènement. Il fixa une seconde l'enveloppe blanche sur laquelle figurait son nom en toutes lettres, "Oogey Boogeyman", et songea que personne ici ne connaissait son nom complet. Il était donc curieux de savoir à quoi ressemblerait cette mystérieuse fête à laquelle on l'avait convié.

Un peu débraillé mais néanmoins sur son 31, il réajusta sa chemise du même noir que ses chaussures et boutonna son veston blanc assortis à son pantalon et sa cravate. Il chercha une dernière fois un masque qui lui convenait et finit par en dénicher un qu'il ne se souvenait même pas avoir essayé. Blanc et noir, couvrant l'intégralité de son visage et avec pour motif un as de pique. Ca ferait parfaitement l'affaire. Il l'attacha derrière sa tête, ébourriffant au passage ses cheveux déjà en bataille et observa son reflet dans le miroir. A part ses yeux bleus, on ne voyait rien de son visage, on n'en distinguait même pas la forme d'après celle du masque. C'était l'idéal.
Il enfila rapidement sa veste - blanche, pour s'accorder au reste -, s'alluma une cigarette, et monta dans sa voiture. Son nouveau joujou qui lui évitait d'appeller des taxis à chaque fois qu'il se déplaçait en ville.

Il arriva finalement au lieu de la fête, jetant un dernier coup d'oeil à son invitation. il jeta son mégot par la fenêtre de sa voiture et donna les clés à un voiturier en lui stipulant bien que s'il arrivait la moindre chose à sa caisse, le gamin aurait droit au même traitement. Fois deux. Et c'est ainsi que Boogey se dirigea vers l'entrée, non sans une certaine appréhension.

Ça ne faisait pas une heure que le Prince des Cauchemars était au bal. Pourtant, sa veste était déjà pendue à son bras, ses manches remontées jusqu'aux coudes, et son veston défait. Boogey et les tenues correctes, c'est une longue histoire. Cependant, il jouait encore selon les règles et gardait son visage masqué. Ici, il pouvait réinventer sa vie pour un soir. Personne ne le reconnaitrait, personne ne le connaissait assez pour cela.

Le boogeyman errait donc parmis la foule, une coupe de champagne dans la main. Il ne se sentait pas souvent à l'aise au milieu de tant d'inconnus mais pour une fois, il ne s'y sentait pas si mal. Boogey crut même apercevoir une silouette familière... Trop familière même. Cette chute de rein et ce dos partiellement couvert par une chevelure aux reflets extravagants, il la connaissait trop bien. Et la robe noire qui descendait en V sous ses cheveux et tombait jusque sous ses fesses donnait plus envie encore au croque-mitaine d'y croire. Il abandonna sa veste et sa coupe de champagne à un serveur qui passait par là et tenta de se frayer un chemin dans la foule masquée. Pour elle, il aurait enlevé bien plus que son masque. Il continua péniblement sa route au milieu des convives agités et la vit tourner légèrement la tête sur le côté. Entre deux mêches de cheveux et quelques inconnus, il lui sembla reconnaître un profil familier mais le perdit bien vite de vue, submergé par la foule.

Oogie se retrouva bien vite seul, avec ses pensées dans l'endroit le plus bondé de la soirée.

Un frisson lui parcourut le dos alors que son coeur battait encore au rythme de ses émotions. Etait-ce le manque de sommeil qui lui faisait tant défaut ou bien simplement ces addictions de débauché? Quoiqu'il en soit, cette image de celle qui l'avait autant fait changer ne le quitterait jamais et il continuerait sans doute à pourchasser des fantômes toute sa vie. Toute sa mort....

Boogey songea qu'elle semblait si réelle. Un vrai rêve éveillé. Il se prit pour le dernier des crétins pour avoir osé croire à une telle stupidité. Un abruti finit aurait eu la décence de rester à sa place au lieu de courir après des chimères.
Il attrapa une coupe de champagne sur le plateau d'un serveur et la repose une seconde plus tard au même emplacement mais vide. Il repartit dans la foule sans trop savoir où il allait, croisant du regard quelques âmes moins égarées que lui. Sous son masque, il semblait triste à en mourir mais comme seuls ses yeux transparaissaient, il semblait simplement calme, trop calme. Tellement calme, qu'il se perdit dans ses pensées jusqu'à ne plus voir autour de lui que des ersatz sans visage. Il en bouscula même une qui l'extirpa immédiatement de ses rêveries....



Dernière édition par Oogey D. Boogeyman le Sam 29 Juin 2013 - 20:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: « Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. » [PV Sally]  Lun 8 Avr 2013 - 22:15


« Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. »
Boogey & Sally



BOUM BOUM BOUM ! Je pousse un grognement et rabat la couette sur ma tête et hurle à Riley d'aller en Olympe, il est trop tôt pour se lever. Oui, en Olympe, je viens d'Halloween Town je vous rappelle, l'enfer c'est là où j'irais quand je meurs, donc ce serait comme lui dire d'aller chez moi, ce qui serait totalement débile et pas très menaçant. Non mais il a cru quoi lui ? Il est trop tôt pour se lever ! Oui, je n'ai aucune idée de l'heure qu'il est, matin, après midi, soir, j'en sais rien du tout, mais en tout cas, je suis rentrée à 5 heures du mat' donc oui, il est trop tôt pour se lever. Quoi ?! J'avais qu'à pas faire la fête ? Non mais attendez, je vous permets pas de parler de ma vie, surtout que j'ai même pas fais la fête, j'ai été bossé. Oui madame, j'ai bossé moi ! Quoi ? Y'a des mecs aussi qui me lisent ? Bah c'est pas grave, ils viennent de se faire castrer. J'entends la porte s'ouvrir et lui balance le premier truc qui me tombe sous la main, à savoir une peluche de Jack l'entends rebondir sur la porte. Il s'est baissé pour l'éviter le fourbe. J'ai lancé le seul Jack qu'il me reste pour rien. Et ouais, je l'ai toujours pas retrouvé, d'un coup bah en attendant, je me contente d'une petite peluche gentiment offerte par Riley ... Je me blottis sous la couette et lui gémis d'une voix de petite fille pleurnicharde de me laisser dormir ce à quoi il me répond qu'il est largement le temps que je me lève, qu'il faut que je me prépare. Je sors de sous la couette, de tout façon maintenant qu'il m'a réveillé et parler c'est mort pour que je me rendorme et attrape l'enveloppe qu'il me tend. Mon nom est écrit en lettre d'or. Oh, elle ... Je l’avais oublié tiens. Mais pourquoi il me la donne ? Je lui avais dit que je voulais pas y aller. Et puis de toute façon j'ai même pas de robe, je sais pas comment me coiffer, et j'ai personne avec qui y aller ... Et je suis fatiguée ... Je remarque qu'il tient une grande housse et l'interroge sur son contenu.

« - Tu verras plus tard, là on à mieux à faire !
- Je crois pas non, j'ai pas envie de bouger...
- T'as rendez-vous chez le coiffeur dans vingt minutes, donc tu as le choix, soit tu te lèves de toi même maintenant et t'as cinq minutes pour enfiler un sweat et un jeans, soit JE te sors du lit, et t'y vas sur mon dos, en pyjama. »



Je lui tire la langue et remet la couette sur moi. Sauf que ce que j'avais pas prévus, c'est qu'il me sortirait vraiment du lit ... Je hurle alors qu'il me porte comme un sac à patate et tape des mains et des pieds, mais rien y fais, il se contente de rire et de continuer de me porter. Voilà donc comment je me suis retrouver pieds nue, sur son dos, avec juste un short et un sweat trop long, en plein milieux de la rue, en revenant de chez le coiffeur. Je m'affale dans le canapé, faisant quand même attention de ne pas trop décoiffée les boucles toutes fraiches. Tss, tout ça pour un brushing et une frange à recouper quoi ... Riley me tire par le bras en me disant de bouger un peu mon gros postérieur et je soupire en me levant. Ce mec me fera faire n'importe quoi. Il me tend la housse que je m'empresse d'ouvrir, impatiente d'assouvir ma curiosité. Elle me perdra d'ailleurs, je suis prête à peu près tout pour l'assouvir en général ... J'écarquille les yeux en découvrant la robe. Un bustier noir, ceinturé à la taille par une large ceinture argentée. Des multitudes de jupons, en dentelle, en soie, en satin, à certains endroits déchirés, laissant entrevoir un patchwork de tissus de différentes couleurs, si semblable à la robe que je portais à Halloween Town. Je fixais la robe quelques instants et finis par sauter au cour de Riley il sourit et me laissa pour que je m'habille, ce que je m'empressais de faire. J'ajoutais une paire de collant porcelaine, de la même couleur que ma peau, enfilait des chaussettes montante à rayure et des escarpins noirs. J'ajoutais plusieurs bracelets à breloque, pour éviter de me triturer le poignet à la recherche de mes coutures, un tour du cou et de grosses boucles d'oreilles, une touche de rouge à lèvre, de l'eye liner et j'étais fin prête. Je sortis de la chambre et tournais sur moi-même pour Riley avant de m'arrêter brusquement. On a un problème, j'ai pas de masque ! Riley souris à ma remarque et me tends un masque noir, en métal sertie de ce que j'espère être des strass. Décidément, il à penser à tout lui ... Je l'embrasse sur la joue pour le remercier, l'enfile et me regarde dans un miroir en pied accrochée à la porte. Celui qui ne me reconnait pas, il est quand même aveugle ... Le masque cache à peine le contour de mes yeux tandis que ma robe est une flagrante référence à celle que je portais à Halloween Town... Si certains feront surement une mission camouflage tandis que moi bah c'est opération reconnaissez moi ... Bon, ça m'arrange, je pense que le but que Riley avait c'était de me dissimuler tout en restant reconnaissable pour qui me connait un minimum, l'intention étant de retrouver Jack ... Si il venait à ce bal d'ailleurs ... On déambule dans les rues jusqu'a la salle de Bal et je ne sais pas pourquoi, mais j’observe les gens autour de moi. Ces gens qui devraient être heureux, sauter partout, voir chanter et au lieu de ça… Rien. Juste des gens en train de marcher, regardant droit devant eux, bousculant les gens sans même y prêter attention. Englués dans leurs routines, ils ne se préoccupent même pas des gens dans lesquels ils bourrent, pour eux, ils n’existent pas, ils sont seuls au monde. Enfin, c’est ce que moi je ressens, après … Je tourne la tête de l’autre côté, un mec assis par terre, seul sous une couverture, ça se voit qu’il crève de froid le pauvre. Là un couple qui se disputent, une fille en larme, un mec déjà bourré … Riley me pousse vers la porte avant que je n'ai le temps de lui dire au revoir. Je regarde autour de moi, faisant le plein d'image, partout des serveurs et serveuses, des gens en robe de bal, masqués et je me rends compte qu'avec ma robe au-dessus du genoux, ça fait pas très robe de princesse, mais après tout, je viens d'Halloween Town et si mes gouts ont bien changées, les robes longues meringuées et froufroutées c'est pas mon truc, je préfère de loin ma robe plus ... Rebelle. L’ambiance est si différente comparé à dehors … A croire que toute la misère dont je viens de prendre conscience n’existe pas ici … Tout le monde ris, s’amuse, et je décide de faire pareil, après tout, je suis ici pour m’amuser ! Je remercie un serveur en attrapant un verre de champagne et m'avance dans la foule... Que la fête commence !


*Plus tard*


Un lustre. Lustre ... L - u - s - t - r - e ... Lu-stre ... Il est vraiment bizarre ce mot ... J'ai beau le répéter dans ma tête et le prononcer silencieusement de toute les manières possibles et inimaginables sur diverses intonations ce mot me parait toujours aussi cloche. Non mais c'est vrais, on l'utilise dans des expressions qui ont rien à voir en plus ... « Oh ma très chère amie, cela fait des luuuuustres que nous ne nous sommes points vus ! » non mais vraiment, on parle une langue très bizarre. Je sais pas vous mais moi je ne vois pas ce que ce gros ... Truc lumineux vient faire en indicateur de temps ... Aucun rapport avec la choucroute. … Choucroute ... 'Tain mais ce mot aussi il est bizarre. On dirait qu'on parle d'un chou qui a des croutes ... Nous mais vous avez déjà vus un chou à la crème avec des croûtes ?! A moins qu’on parle de quelqu'un qu'on appelle mon choux qui a des croûtes ... Mais dans ce cas-là c'est encore plus dégueulasse. En fait quand j'y repense, il y a vachement de mots qui me font un effet assez ... Perturbant. Genre le mot pantoufle ... Pan-tou-fle ... Mais si je suis sûre que vous aussi vous le trouvez perturbant ce mot ! Allez, essayez, dites-le à voix haute et vous comprendrez ... C'est comme moussaka, c'est bizarre a prononcer alors je rie quand je le dis. Du coup les gens me prennent pour une folle, certes ... Mais ce n’est pas comme si je disais moussaka tous les jours en même temps ... Mais il y a plein de mots qu'on a pas l'occasion de prononcer tous les jours, c'est dommage y'en a des cools quand même. Comme ... Ornithorynque. On ne dit pas assez le mot ornithorynque, on ne parle pas assez d'eux ! Ce sont pourtant des êtres vivants comme moi, comme toi, comme la fleur d'hibiscus après tout ! Bande de raciste des ornithorynques ... Bref, je m'égare un peu beaucoup là, on parlait de quoi déjà ? ... Ah oui, les lustres. Mais même l'objet en lui-même est bizarre ... J'observe ceux qui sont au plafond et je me dis que ça fait presque cloche. Non mais sérieux, des lustres en cristal … C’est pas comme si ça devait valoir une fortune non … Et comme si ça servait pas à tant de choses que ça, non. C’est du gâchis, et le gâchis ça craint du boudin ... En voilà une autre d'expression bizarre, mais je ne m'aventurerais pas sur le chemin des expressions bizarres ou qui me font rire, je risquerais de parler de tasse et de biscuit voir de curry toute la soirée. Je crois que je suis bien restée dix minutes comme une cruche handicapée, debout le menton levé en train de fixer le lustre comme si j'étais obnubilée par l'éblouissante lumière qui s'en dégage. En fait, si je suis sortis de ma réflexion c'est parce que je me suis rendue compte qu'au lieu d'être solidement ... Bon okay, à peu près stablement campée debout sur mes escarpins, mes jambes étaient à moitiés repliées et mes fesses par terre ... Oui, j'ai rien compris à ma vie comme d'habitude ... Punaise mais c'est tout le temps comme ça, je suis tranquillement debout, je demande rien à personne et BOOM ! y a quelqu'un qui fait en sorte que je me retrouve la gueule à terre. Connerie ... Au moins cette fois je me suis pas fait mal mais quand même je me suis bien vautrée quoi ... Non mais franchement je suis voyante pourtant ce n’est pas comme si je passais inaperçue avec mes cheveux roux ! Riley m'a même dit que si je voulais faire un cambriolage j'avais intérêt à mettre une perruque sinon j'allais me faire repérer direct. Oui, des fois Riley lâche des trucs comme ça, qui n’ont rien à voir avec la conversation. Là on parlait de ce qu’on allait manger le soir même par exemple ... Je crois d'ailleurs que c'est le seul mec que j'ai déjà entendus dire ornithorynque ... Quand je dis qu’on n’en parle pas assez ! Je bug quelques secondes sur la main qui m'est gentiment tendue par l'inconnu, ne comprenant pas tout de suite. Oui, mon cerveau est au ralentis ... En considérant que j'en ai un de cerveau bien entendus, avec Finkelstein rien n'est moins sûr ... Bref, je me saisis de la main de l'homme masqué et il m'aidât à me relever. C'était au moins ça de gagner, d'habitude quand les gens vous foncent dedans ils ne vous jettent même pas un seul regard, alors s'excuser ou vous aider à se relever n'en parlons même pas ... Après c'est les gens résidant à Halloween Town qui sont censés être malpolis ... Bon certes, en général ils se marrent, mais ils ne font pas comme si de rien n'était comme les personnes vivant à New York City. Quoi qu'il en soit, mon regard s'arrêta sur l'homme qui n'avait déjà plus de vestes. Je remarque ca mais j'en ai plus non plus, mais moi je l'ai abandonnée à Riley en arrivant, donc c'est comme si j'en avais pas. J'observais le masque qu'il portait, masque qui lui dissimulait entièrement le visage, yeux mis à part. C'est d'ailleurs surement pour cela que mon regard s'attarda sur eux. On ne regarde pas assez les yeux d'une personne, c'est pourtant un des premiers trucs qui trahissent une personne, montrant la vérité sur ce que ressens la personne, contredisant souvent ses paroles. Les menteurs professionnels mis à part, là c'est une toute autre histoire. Bizarrement, les siens m'étaient étrangement familiers alors que j'étais sûre qu'aucun des gens venant de notre monde que j'avais rencontré jusque-là n’en avait de tels. Ses yeux étaient entièrement bleus, le genre de regard qu’on n’oublie pas, qui nous marque. Mais ce n’est pas pour autant qu'on se rappelle a qui appartenait ce regard ... La preuve, là j'ai vraiment aucune idée de qui peut se cacher sous ce masque. Mais je sûre et certaine que je l'ai déjà vus quelque part, mais où ? Ca, c'est la question a cent mille euros ...

    « ... On ne se serait pas déjà vu quelque part ? »


C'était complètement débile comme question, il y a quatre-vingt pourcent de chances qu'il ne me reconnaisse pas ou ne me le dise tout simplement pas. Sans oublier la possibilité que je me plante phénoménalement et que je n'ai jamais vus ce mec de ma vie. Mais bon, si effectivement on s'est préalablement rencontrés je suppose qu'il me reconnaitra, ce n’est pas comme si je m'étais vraiment déguisée. Parce que bon, quiconque m'a déjà vu à New York me reconnaitra, parce qu’on ne peut pas dire que je sois vachement dissimulée par mon masque et les gens d'Halloween Town ... Ouais bon d'accord, Jack seulement verra la référence à ma robe. Ou alors faut vraiment qu'il aille s'acheter de la perspicacité parce que ça devient grave là. J'attrapais un mini pot de cacahuètes sur le plateau d'une serveuse et en grignotais une ou deux en attendant sa réponse. Qui ne venait pas. Euh ... Il est sourd ? Muet ? Autiste ? Ou juste con et il a décidé de m'ignorer ?
Et si je le lui lançais une cacahuète juste pour voir ? Il réagirait peut être ... Ouais nan je peux pas faire ça, je passe déjà pour une idiote de base alors si en plus je lui lance des cacahuètes ... Je sens une pression dans mon dos et bascule légèrement en avant. Non, je ne tombe pas, mais les cacahuètes par contre ...

    « Merde ! Je suis désolé ! »




(c) by Miss Amazing for P.R.A.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: « Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. » [PV Sally]  Lun 8 Avr 2013 - 22:16





Dans un élan de... gentlemanerie, Boogey offrit de l'aide pour se relever à la délicate petite nature qu'il avait fait tomber. Il jouait un rôle ce soir, il se l'était promis. Donc il ne sortirait pas de son personnage et resterait, pour ce soir, un parfait gentleman qui se voulait tout sauf effrayant comme le boogeyman qu'il était en réalité. Et quelle meilleure occasion que celle-ci!
Avec son masque pratiquement inutile et sa robe qui n'était pas sans rappeller celle d'une certaine poupée d'HalloweenTown, il ne put s'empêcher d'esquisser un sourire, le premier de la soirée. Cependant, son masque cachait amplement ce rictus narquois qui envahissait son visage jusque là mortellement triste. Si les commissures de ses lèvres avaient été ne serait-ce que très légèrement entaillées à cet instant, il se serait retrouver avec un éternel sourire de clown sur le visage car incapable de s'empêcher de sourire face au ridicule de cette situation. Elle n'était pas supposée travailler ce soir? Oh, peu importe, elle lui était plus utile ici qu'à la chapelle. Il avait passé sa soirée avec une Reine et un Valet dans la manche mais là, il venait de trouver un Joker qui allait enfin rendre le jeu intéressant.

L'espace d'une seconde, il oublia qu'il courait après un ersatz depuis plus d'une heure. Les yeux de la rouquine étant plongés dans les siens, il s'était trouvé une nouvelle préoccupation que le fantôme qui le hantait. L'avait-elle reconnu? C'était difficile à dire, mais elle semblait se douter qu'elle avait déjà croisé ces yeux bleus quelques part. Il lui vint alors une idée afin qu'elle ne le reconnaisse pas de la soirée, pas avant qu'il en est décidé autrement en tout cas.

Il ne parlerait pas.

Muet comme une tombe, un vrai mime, il ne décrocherait pas un mot. C'est pourquoi lorsqu'elle lui demanda s'il se connaissait, il se contenta de secouer doucement la tête en guise de réponse négative. Il aurait du mal à rester silencieux toute une soirée mais il faut parfois savoir se lancer des défis impossibles pour connaître à nouveau la fierté d'avoir accomplit l'impensable. Gardant une main dans le dos, lâchant celle de Sally, il se pencha légèrement en avant comme pour saluer la poupée d'une révérence, ce qui était tout sauf dans ses habitudes de croque-mitaine. Mais ce soir, il n'était pas Boogey. Il était le poète pourchassant sa muse imaginaire, le Roméo qui courait après sa Juliette invisible, le Jack l'Evantreur qui tentait de rattraper sa défunte catin aux viscères décorant les murs d'une chambre miteuse où elle avait passé sa vie.

Il fut sortit de ses sombres songes lorsque Sally lui jeta par mégarde des cacahuètes dessus....

Il aurait pu s'énerver, hurler, l'étrangler... mais il ne le fit pas. Levant une main innocente et secouant de nouveau la tête, il voulait lui signifier que ce n'était pas le moins du monde important. Après tout, il n'y avait pas mort d'homme donc il n'avait pas à s'emporter pour si peu. Et c'était bien trop réjouissant d'avoir devant lui la poupée qu'il voyait chaque soir un peu moins innocente et un peu plus fragile. Et elle ne l'avait pas encore reconnu. Ca ne saurait tarder s'il lâchait un seul mot mais il se garderait de parler, même si des milliers de répliques cinglantes se bousculaient dans sa tête à chaque geste qu'elle avait. C'était la poupée de Skellington après tout, celle qui faisait le plus beau métier du monde aux yeux de Boogey et devant lui  tous les soirs ou presque. Pour cette raison, il s'était bien gardé de dire qu'il l'avait reconnue. Mais franchement, sa tenue pour la soirée ne laissait plus aucun soupçons pour le boogeyman qui n'avait que très peu de doutes concernant "Lorelay".

Ce soir, il allait vraiment retrouver de vieux fantômes....



Dernière édition par Oogey D. Boogeyman le Sam 29 Juin 2013 - 20:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: « Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. » [PV Sally]  Lun 8 Avr 2013 - 22:17


« Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. »
Boogey & Sally





Ah non mais quelle gourde, je lui ai renversé des cacahuètes dessus quoi ... Sérieusement, je crois que je ne pouvais pas faire pire. Okay, j'avais pensé à le faire volontairement, mais c'était juste une pensée en l'air, je ne voulais pas vraiment le faire ! Heureusement, l'inconnu masqué semblât ne pas s'en offusquer et levât une main comme pour me dire qu'il ne m'en voulait pas et que ce n'était rien. Ça me soulageait, ça aurait été dommage qu'il se vexe et parte avant que j'ai pu découvrir qui c'était. Ça me perturbait vraiment de savoir que je connaissais les yeux sans pouvoir identifier celui qui les portait. Par contre, il n'avait toujours pas dis un mot ... Mais pourquoi il ne parle pas ? Ca me rends nerveuse les gens qui parlent pas ou peu, à chaque fois je finis à raconter des conneries ou ma vie pour meubler le silence ... Enfin, l'un ne va pas sans l'autre, quand je raconte ma vie je raconte des conneries et inversement. Je dégageais en diagonale les mèches qui retombaient sur mon visage d'un geste légèrement nerveux. Ca y est, ça commençait ...

    « Vous comptez ne dire aucun mot de la soirée ? ... »

Promis, j'arrête de rentrer dans le mutisme dès que quelque chose me contrarie, parce que franchement, ça doit vraiment être chiant pour Riley. Une fois j'ai pas dit un mot pendant toute une journée, je sais plus ce qu'il m'avait dit pour ça ... Je crois que ça avait un rapport avec mon taff ... C'est surement ça même. J'ai cru qu'il allait me tuer ce soir-là. Déjà rien que l'heure à laquelle j'étais rentrée l'avait mis en rogne mais alors l'odeur de clope et l'annonce que j'avais trouvé du travail dans le bar d'un mec que je soupçonnais vaguement d'être Oogey Boogey laisse tomber, si il avait pu m'étrangler il l'aurait fait. Je me suis même attendue à me ramasser un bibelot dans la tronche ... Mais non, j'y ai échappé, ce qui en soit était pas mal. Bref, revenons-en à ce soir. Punaise, si il parle pas j'arriverais jamais à savoir qui c'est ... Faut que je trouve un moyen de lui faire enlever son masque, ne serait-ce que partiellement. Là je ne peux même pas en deviner ne serait-ce que la forme qui se confond avec celle du masque. Mais la question ce n’est pas de le lui faire enlever ou pas, c'est de comment ?... Le lui demander ?c'est même pas la peine, il le fera pas ça coule de source. Peut-être essayer de le soulever moi-même mais quand ... Une idée me vint en voyant un serveur repasser près de nous. Avec son masque, il ne peut pas boire, à moins de le soulever un peu. J'attrapais donc deux verres sur le plateau. Il a toujours pas parlé en plus, ce qui répond parfaitement à la question posée plus tôt.

    « Même en étant muet vous boirez bien un verre avec moi, non ? » dis-je en lui tendant un, un sourire aux lèvres.




(c) by Miss Amazing for P.R.A.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: « Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. » [PV Sally]  Lun 8 Avr 2013 - 22:18





Quand elle lui posa la question fatidique sur son étrange mutisme, Boogey se permit simplement de secouer la tête pour lui répondre que non, il ne comptait pas lâcher le moindre mot ce soir. Cependant, il réfléchissait déjà à une explication pour son silence mais ne parvenait pas à trouver un moyen de le lui expliquer. Alors il resta plongé sans ses rêveries en l'écoutant lancer la discussion.

Il en oubliait presque l'ombre après laquelle il courrait.

Pourtant, certains souvenirs ne le quittaient jamais. Il avait appris à vivre avec, ne les oubliant pas mais les laissant l'envahir un peu plus chaque jour. Etait-ce ça qui le rendait plus humains d'heure en heure? Ce sentiment de culpabilité, ces regrets, toutes ses choses qu'il n'avait jamais éprouvé, même après avoir fait des milliers de victimes dans les univers oniriques des humains. Et Sally, la poupée masquée qui tentait de deviner qui il était? Avait-elle seulement d'autres rêves que celui de retrouver son cher et tendre tas d'os? On en revient toujours à Skellington quoiqu'on dise, quoiqu'on fasse.
Boogey se crispa sur le verre qu'elle lui avait tendu en repensant à ce minable petit roi des crétins. Sally était peut-être très agaçante, elle n'en restait pas moins inoffensive. Surtout depuis qu'elle travaillait à l'Electric Chapel. Mais Jack... même mort il continuait d'agaçer le croque-mitaine qui n'en pouvait plus de le voir constamment lui voler la vedette. Il fallait toujours qu'il soit premier dans tous les domaines et après, il osait se plaindre qu'il n'aimait pas être le centre de l'attention. Crétin, tous des crétins....

Il s'intéressa à nouveau à la rouquine qui venait donc de lui tendre un verre. En temps normal, il l'aurait déjà finit, avec une cigarette pour se détendre les nerfs... mais ce fichu masque l'en empêchait. Très pratique pour ne pas être reconnu mais ô combien exaspérant quand il s'agissait de tous ces petits plaisirs que Boogey s'accordait pour oublier à quel point c'était horrible d'être humain.

En voilà un autre d'humain....

Le croque-mitaine vit passer le serveur à qui il avait jeté sa veste en partant à la poursuite de sa Juliette trépassée. Il la récupéra donc au passage, sans que le serveur n'y voit d'inconvénient. Il faut dire aussi que peu de personne osait le costard blanc. Il adressa un signe de tête au serveur et remis sa veste en essayant de ne pas renverser son verre encore plein. Quelle torture de voir son verre autrement que vide....

Boogey ne supportait toujours pas les manches qu'il remonta jusqu'à ses coudes. Par réflexe, il voulut s'allumer une clope mais il songea bien vite que ce ne serait pas possible avec son masque. Il mit tout de même une main dans sa poche et en sortit son paquet de Black Devil - oui, toujours les mêmes - une seconde avant de le remettre dans sa poche. Au moins, elles étaient encore là et, il l'espèrait, elles seraient encore là quand il quitterait cet endroit et jèterait son masque aux ordures. Mais il commençait à croire que ce geste avait peut-être été une erreur. Au bar, peu de gens - pour ne pas dire personne - avait les mêmes. Cependant, si Sally n'avait pas reconnu le croque-mitaine, elle serait sans doute incapable de reconnaître ses clopes. Après tout, ses cigarettes comme ses iris avaient beau avoir des couleurs... originales, ce n'était pas si spécial. Il évitait quand même de la regarder trop longtemps dans les yeux. En plus, on raconte que regarder quelqu'un dans les yeux plus de six secondes trahit souvent une envie de meurtre... ou d'autre chose.

Il fouilla son autre poche, devinant un paquet de cartes à jouer du bout des doigts. Ca en revanche, il ne les sortirait pas. Déjà parce que c'était complètement inutile d'en avoir toujours sur soi et aussi parce que ça le trahirait forcément. Il baissa donc les yeux sur son verre plutôt que de penser à ses cartes et commença à chercher un moyen de s'en débarasser. Foutu masque....[/center]



Dernière édition par Oogey D. Boogeyman le Sam 29 Juin 2013 - 20:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: « Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. » [PV Sally]  Lun 8 Avr 2013 - 22:20


« Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. »
Boogey & Sally



Tain pourquoi il parle pas ? Sérieux c'est juste ... Argh ! Nan franchement je supporte vraiment pas quand la personne en face de moi dis rien ... C'est affreux ! Comment voulez vous relancer la conversation, trouver quelque choses à dire si la personne en face de vous ne vous réponds pas ! C'est juste pas possible ! Je devrais partir, j'en suis sûre, ça doit être un signe ou je sais pas quoi qui dit que je devrais partir vite fais bien fais ! En plus c'est pas compliqué, suffit de prétexter une envie pressante, un coup de fil ou de reconnaitre quelqu'un ... Ou même de partir sans rien dire voir annoncer cash que passer un moment de la soirée avec quelqu'un qui ne dirat pas un mot ne m'intéresse pas le moins du monde. En plus je sais même pas pourquoi il ne parle pas, et franchement c'est vraiment déconcertant ! Je lui jettais un regard alors qu'il attrapait sa veste et l'enfilait et en relevait les manches pour ne pas qu'elles tombe sur ses poignets. Ce mec avait abandonné sa veste à un serveur ... C'est tout à fait normal voyons ...Il en sort un paquet de clope qu'il remet aussitot ce qui semble logique puisqu'il ne peut pas fumer avec son masque. Cependant j'ai le temps d'apercevoir la marque qui m'est vaguement famillière ... Des Blacks Devils ... Je suis sûre que j'ai déjà vus comment en fumer, je peux même dire qu'elles sont noires, d'où le fait que je me souvienne de la marque. Parce que sinon, moi et les clopes ... Rah ça m'énerve ! Je suis sûre que je le connais, pourquoi il se souvient pas de moi lui ? Ou alors il se souvient et sait qui je suis mais ne veut pas me le dire ... Mais pourquoi il veut pas me le dire ? Aaah mais c'est juste horrible, pourquoi j'arrive pas à me souvenir de lui ?! Raaaaah j'en ai marre, ça m'énerve, j'ai plus qu'à aller me jetter sous un bus et voilà, fin de la prise de tête, on s'en fout de qui il est. Moi ? Abusive ? Jamais ! Bon d'accord, peut être un peu ... Mais c'est pas ma faute ! Il a qu'à parler ce mec, ça me stresserait moins ! Je serais pas en train de péter un plomb toute seule dans ma tête parce qu'il parle pas ! Je serais aussi sereine à l'intérieur que je le suis actuellement à l'extérieur.

    « Sinon ... Pourquoi vous étes venus vous ? Oh c'est con comme question, si vous parlez pas vous allez pas pouvoir me répondre, mais c'est logique, parce que je vois pas comment vous allez pouvoir me répondre sans parler, il faut prononcer des mots pour répondre à quelqu'un, et prononcer des mots sans parler c'est pas possible et c'est ... Oh la vache, qu'est ce que je raconte moi ? ... »


Je facepalmais, super, je racontais n'importe quoi maintenant, ça y est.




(c) by Miss Amazing for P.R.A.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: « Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. » [PV Sally]  Lun 8 Avr 2013 - 22:21





Ca c'est clair, il ne risquait pas de répondre....

Et pourtant, ça lui coûtait de devoir se taire comme ça alors qu'il avait tant de répliques cinglantes en tête. Mais c'était le prix à payer pour continuer en jouer. Quitte ou double comme on dit. Mais ça ne le décourageait pas et il comptait bien relancer à son tour. Sous son masque, il paraissait quand même assez surpris de ses raisonnements complètement tirés par les cheveux. Il levait un sourcil, un peu perplexe, alors qu'elle tentait d'expliquer pourquoi il ne pouvait pas lui répondre sans se servir de mots. Il avait terriblement envie de lui prouver qu'on peut tout à fait s'exprimer autrement qu'en prononçant des sons pour en faire des mots. Enfin,... pour peu que son interlocuteur ne soit pas aveugle. Il aurait pû écrire un livre là-dessus. Un livre expliquant qu'on peut écrire un livre au lieu de parler. Il aurait même pû le peindre. Une peinture évoquant le silence. Mais il pouvait tout aussi bien le mimer. Boogey a des talents cachés, oui. Le mimétisme en fait partie, bien qu'il ne soit pas un expert dans ce domaine non plus. Il était très éloquent après tout et loin d'être discret de nature.

En voilà une autre qui était loin d'être discrète....

Il venait de revoir passer Juliette et avait donc détourner les yeux de Sally pour observer l'ombre furtive d'un passé torturé et torturant. Même sa respiration avait changé. il en avait eu le souffle coupé en fait. Il se retenait de repartir précipitemment sans donner d'explication. Il ne savait pas trop pourquoi. Sally était réel, il en était certain. Juliette... un peu moins, mais il savait parfaitement qu'elle avait existé. Le problème était de savoir si c'était encore le cas aujourd'hui. Il retenait tout son corps de bouger, de faire une idiotie, d'enlever son masque pour qu'elle le reconnaisse si c'était bien elle. Pire qu'une sirène. Elle l'attirait sans émettre le moindre son. Et il se taisait tout autant, se retenant de crier son nom. Ca n'aurait servit à rien de toutes façons... sauf si elle l'appellait à son tour Roméo.
Il était figé, le regard perdu dans la foule en la voyant partir. Il se crispait de plus, résistant à l'envie de la suivre avant qu'elle ne disparaisse une fois de plus entre d'autres inconnus. En fait, il s'était tellement crispé qu'il avait commencé à serrer le verre encore plein qu'il tenait dans la main gauche.

Et ce qui devait arrivé arriva.

Crac. Plus de verre... Juste des débris à moitié incrustés dans sa main et un fond de Champagne qui essayait d'infiltrer ses veines plus ou moins ouvertes. Oh, il en aurait sans doute été un peu inquiet... il aurait même sentit les picotements de la douleur... s'il pensait à autre chose qu'à Elle. Mais quand elle eu disparue, il reporta son attention sur Sally et bientôt sur sa main et le verre disparu. Cependant, il ne disait toujours rien, se contentant de fixer sa main, les doigts encore à moitié crispés.

Tout va bien....

Il a juste perdu le contrôle au point de se taillader la main en brisant un verre. Pas de raisons de s'inquiéter. Il aurait pu s'ouvrir la jugulaire, il n'aurait pas plus réagit que ça. Il avait la tête complètement ailleurs et ne se souciait pas le moins du monde de la douleur ni même de l'état de sa main gauche. Pourtant, il était gaucher, ça aurait donc dû le déranger un minimum. Mais pas du tout. Bien au contraire, il hésitait encore à poursuivre un fantôme plus qu'il ne songeait à comment arranger les dégâts qu'il s'était fait à lui-même.[/center]



Dernière édition par Oogey D. Boogeyman le Sam 29 Juin 2013 - 20:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: « Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. » [PV Sally]  Lun 8 Avr 2013 - 22:24


« Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. »
Boogey & Sally



Je l'observais tourner la tête pour suivre du regard une jeune fille. Avait il reconnut quelqu'un ? Non surement pas, il ne serait pas rester avec moi sinon, après tout, c'est un peu a ca que servait ce bal. Retrouver des gens de notre ancienne vie, les retrouver, les éviter... Pourtant, il ne paraissait pas éviter la jeune femme sur laquelle il lorgnait... Quand j'y pense, ça me rappelle quelqu'un cette façon d'observer les filles, de se retourner sur leur passage du moment qu'elles sont un tant sois peu jolies... Woh, je dois avoir un sérieux problèmes ce soir, c'est pas mon genre d'oublier les visages et les noms comme ça ... J'ai pas de mal d'habitude pourtant, au contraire je me rappelle plus facilement de ça que des attitudes quand je ne me souviens pas des deux ... J'ai le cerveau a l'envers en fait. Ca doit être tout ses masques, le fait de ne pouvoir se raccrocher a aucun visage, ne pas pouvoir s'attarder sur d'infimes détails c'est... Déroutant. Enfin, c'est pas comme si je le faisais souvent, mais c'est le fait de ne pas le pouvoir si je le veux qui m'énerve.

Je sors de mes pensées en le voyant fixer sa main ensanglantée. Wow ... L'avait-il serré au point qu'il avait explosé ? Surement, je ne vois pas ce que ça pourrait être d'autre ... J'attrapais une des serviettes posée sur le plateau d'un serveur avant de l'attraper par le poignet et de retirer un à un les bouts de verres. Je me concentre sur sa main, à défaut d'observer son visage. J'essuyais délicatement les gouttes de sangs sur sa main, c'est quand même assez con en sois de ne pas pouvoir contrôler sa force à ce point ... Surtout que je sais même pas si il à tilté qu'il était blessé vu qu'il s'est contenté de fixer sa main sans enlever les bout de verres ou éponger le sang ou le champagne.

... Minute. Ces yeux, ces cigarettes, cette manie de regarder les femmes qui passent ... Mais je sais qui fait tout le temps ça ! Oh non ... C'est pas possible ... Je relève la tête et fixe ses yeux, les miens écarquillés. Oh bordel, Judas ! Le mec qui m'a engagé au bar ! Oh non c'est pas possible, ça peut pas être lui ... Oh merde, alors ce que je pensais c'était vrai ?! C'est bien Oogie Boogie ! Il faut que je parte ! Tout de suite ! Aaaah, non quoi, non ! Je lâche sa main brusquement.

    « Je ... Je dois y aller ! »


Je me retourne et pars en courant, profitant de la foule pour disparaitre.




(c) by Miss Amazing for P.R.A.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: « Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. » [PV Sally]  Lun 8 Avr 2013 - 22:25





Boogey ne réagissait toujours pas, complètement déboussolé, perdu. Il regrettait déjà de ne pas l'avoir suivit. Sa Juliette, sa foutue Juliette. Il finit par réaliser qu'il pissait le sang quand Sally lui avait prit la main. C'était... très bizarre. C'était même vraiment déroutant qu'elle... le touche tout simplement. En fait, il n'avait pas du tout l'habitude qu'elle se montre si proche de lui. C'est pas comme s'ils se connaissaient plus que ça... C'était même assez négatif comme relation. Et donc forcément distant. En fait, tout était bizarre entre eux. Boogey pouvait se vanter de l'avoir vue dans le plus simple appareil mais c'était presque normal au vu de la situation. Ou pas. Ca restait complètement délirant et tordu.

D'ordinaire, il aurait reprit sa main avant de partir d'ici en soupirant des injures. Mais comme elle ne l'avait pas reconnu et que toute cette masquarade l'intriguait énormément, il se contentait de la regarder faire, en restant quelque peu sur ses gardes. A dire vrai, il était surtout dépité d'avoir une fois de plus aperçut une ombre familière dans la foule. C'était ridicule à dire mais il 'avait qu'elle à l'esprit la plupart du temps. Comme si un boogeyman était capable d'avoir des sentiments aussi humains que l'amour ou la pitié....

Tiens donc, il commençait enfin à ressentir de la douleur.

C'était tout sauf plaisant. Ca piquait un peu. Moins que les fois où il se charcutait le bras pour savoir ce que ça faisait d'avoir mal mais un peu plus que de se foutre une seringue dans les veines. Ca, c'est à cause du verre. Le seul truc qui vous laisse presque entrevoir vos os quand ça vous tranche la chair. C'est assez intéressant de voir à quel point Boogey se fichait d'avoir mal si ça lui permettait de comprendre comme il était fait en tant qu'humain lambda.

Mais il était tout sauf un humain lambda.

Dragueur, parieur, joueur, menteur, tricheur, tout mais pas lambda. Aussi, quand elle lâcha sa main, c'est lui qui attrapa la sienne à son tour. Curieux retournement de situation mais il avait sérieusement besoin de se prouver quelque chose à lui-même. Il décida de jouer les gentlemen une dernière fois, quitte à la mettre mal à l'aise et peut-être à la faire flipper un peu.

Et éventuellement se faire du mal à lui-même....

Il se pencha en avant, lui fit un baisemain à travers son masque, et se redressa en souriant, fier de lui et de ses idioties. Il plongea ses yeux dans les siens une seconde alors qu'elle réalisait enfin de qui il s'agissait depuis le début. Et oui, poupée, des yeux bleux comme ça, il n'y avait que Boogey pour en avoir. Et qui mieux que lui aurait pu porter un masque décoré comme une carte à jouer? Il ne chercha pas à savoir ce qui l'avait fait réagir soudainement et préfèra la regarder fuir une seconde, un sourire malsain aux lèvres. Puis, ce fut à son tour de partir, perdant peut à peu son sourire dans une foule d'inconnus où, il en était sûr, il avait croisé le regard de Juliette plus d'une fois ce soir....



The End

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: « Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. » [PV Sally]  
Revenir en haut Aller en bas
 

« Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. » [PV Sally]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sous le masque, peut se cacher bien des choses! [PV Olivia]
» Sous le masque de Pandore.
» Sous le masque de l'envouteur
» crystal Ҩ « Et après tout, qu'est-ce qu'un mensonge ? La vérité sous le masque... »
» Question sous couchage sur 15mm

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No more happy endings... :: RP terminés-