Partagez | 
 

 Y'a comme un courant d'air [Pv Pegoune la cervelle d'oiseau]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lord of the Dead
PRESENCE/ABSENCE : Omniprésent... /sbaf/
DOUBLES COMPTES : Trois bêtes très bête...
PHOTO D'IDENTITE :

DESSIN ANIME D'ORIGINE : Hercule
ÂGE DU PERSONNAGE : trop vieux pour toi gamine!
COTE COEUR : C'est Helga qui l,a trouvé, elle le garde <3
OCCUPATION : tente de dominer le monde
HUMEUR : Boum Badaboum boum boum boum! Ah!
MON ARRIVÉE : 24/04/2013
MON VOYAGE : 532
POINTS : 100
LOCALISATION : pas de tes oignons!

MessageSujet: Y'a comme un courant d'air [Pv Pegoune la cervelle d'oiseau]  Sam 18 Mai 2013 - 22:22
    J’avais été occupé à mes petites affaires toute la journée, gérer les morts, martyriser mes deux sous-fifres et comploter contre les autres divinités… Une journée banale quoi! Comme celle de la veille et surement comme la suivante… Au moins je n’avais pas le temps de m’ennuyer. Par contre, je trouvais que mes plans de conquête de l’olympe n’avançaient pas aussi bien que j’aurai voulu, mais bon j’avais tout mon temps puisque j’étais… comment dire… un dieu? Donc immortel. Ouais, je sais, ça en jette hein?
    Mais vous savez, même un dieu a parfois besoin de se reposer un peu. Oh mais je dors pas! J ne fais que reposer mes yeux quelques instants… Comme c’était plaisant de s’arrêter juste un peu et penser à autre chose que les morts. La futur défaite de mon frère était une pensé fort plaisante me faisant rêvasser, mais je ne pu profiter de ce charmant rêve, puisqu'il y eut ce flash de lumière puis tout était devenu plus noir qu'en Enfer. Pourtant il faisait très sombre chez moi par endroit! Et non, je n’était plus dans mes sombres pensées, j’étais ailleurs, mais où?


    - Qui a éteint la lumière? Bon c'est ça je suis encore seul? Arrêtez ce petit jeu! Je sais qu'il y a quelqu'un! Non?

    Donc je me parlais seul... Bien que ça pouvais laisser des doutes sur ma santé mentale, ça n'avait pas vraiment d'importance puisque j'étais seul. Et s'il y avait des témoins? bah dans ce cas c'est que je ne parlais pas seul! Quoiqu'il en soit, j'étais tout de même là dans l'obscurité à me demander ce qui allait advenir de moi. Était-ce un coup de mon frère pour se venger? Pourtant ce n'est pas le genre du barbu...

    Dans ce moment de confusion obscure je du dormir, même si en fais je ne dormais pas vraiment, quoique… mais bon là n’est pas la question, l’important dans l’histoire c’est que je me réveillai sous un banc. Comme c'était amusant... surtout quand je sursautai à cause de cris d'une fillette hystérique et me cognai la tête sous ce dit banc. Non mais qu'est-ce que je faisais sous un banc?! C'était ridicule!? Qui avait eu la stupidité de mettre un banc au dessus de moi??! Si je ne me retenais pas je brûlerai tout! Et puis je ne me retiens pas!

    ...

    Pourquoi rien ne se passait? En voyant mes mains je sursautai: C'était des mains humaines! Mon beau teint gris était passé où? Passant une main sur mon crane je découvris des cheveux plutôt que ma flamme... Mais c'était quoi tout ça? Comment ce malheur avait-il pu se produire? Non je ne pouvais y croire! Je fermai les yeux, mais en les ouvrants de nouveau j’étais toujours sous ce fichu banc à entendre une gamine se plaindre.
    Je sortie de cet espace restreint, ce qui me permis de voir que l'hystérique était une fillette blonde qui semblait avoir perdu quelque chose... Son chat?! Elle criait comme ça pour un chat?! Elle pleurnichait près d’un homme en uniforme… un espèce de vigile? Peu importe, ce n’est qu’un moucheron d’humain… Qui avait quand même un chat dans les bras...
    Un humain… c’était aussi ce que j’étais à présent… mais bon, je n'allais pas pour autant m'inquiéter de ce genre de sac à puces...


    - J'aimerai bien savoir où nous sommes mon brave.

    L'homme me regarda vraiment bizarrement... En fait, je remarquai alors que tout le monde me regardait vraiment comme si j'étais un phénomène... Ce qui était normal quand j'étais sous mes traits divins, mais là en tant qu'humain, c'était un peu étrange... non? Pourquoi ils me fixaient comme ça?

    Oh...
    C'était peut-être parce que la seule chose que je portais était une feuille de vigne cachant ma masculinité? Bah quoi? La statue était aussi comme ça et personne ne semblait en faire un cas!
    Ouais y’avais une statue pas loin, mais elle n’est pas vraiment importante à mon histoire, ce n’est que du décor après tout!



Dernière édition par Hadès le Mar 21 Mai 2013 - 2:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Y'a comme un courant d'air [Pv Pegoune la cervelle d'oiseau]  Dim 19 Mai 2013 - 0:15



Hadès & Pégase
Y'a comme un courant d'air


Depuis un certain temps, rien de palpitant se passait à la caserne. Nous passions notre temps à jouer aux cartes, à faire des paris sur la présentatrice télé du journal nouvelles ou à faire la sieste sur les canapés au deuxième étage. C'était ennuyeux. être payer à ne rien faire était pire que d'être payer pour travailler comme un fou. Il n'était que 15h et pourtant j'avais l'impression d'avoir passé deux jours sans bouger et à observer l'horloge qui était en face de moi et dont les tic tac commençait à me rendre fou.

Soudainement, la sonnerie se fit entendre et je courrai à toute vitesse, fou de joie, jusqu'au poteau en métal pour me retrouver dans le vestiaire. J'enfilai rapidement mon uniforme et je me plaçai à l'arrière du camion qui commençait déjà à partir sans moi. Je sautillai sur place. J'était vraiment fou de joie... Jusqu'à ce que j'entende qu'il fallait aller dans un parc et que c'était un code 13. Un parc vraiment? Je râlai fortement et je me cognai la tête contre le camion. Je savais bien ce qu'était un code 13 et ce n'était sans doute pas un feu. Arrivé dans ce parc, je restai un moment sur le camion à essayer de détacher l'échelle rétractable puis ensuite Dimitri m'aida à la transporter jusqu'à un arbre centenaire.

« Tu le fait ou je le fait? » Me demanda mon partenaire en riant.

Je levai légèrement ma lèvre supérieur du côté gauche et je secouai légèrement la tête de gauche à droite. Qu'il était con et pas du tout marrant celui-là. Dire que je mettais déplacé que pour ça. Je montai dans l'échelle qui tremblait à chaque marche que je montais, tout en me répétant pour moi-même que si j'avais encore des ailes, la tâche aurait été plus facile. Finalement, j'atteignis le chat et avec mes petits gazouillis je l'attirai jusqu'à moi et je descendis de l'arbre le plus lentement possible pour ne pas tomber.

Alors que j'allais remettre le chat à sa maîtresse qui avait enfin plus de larmes dans son corps, un homme vêtu d'une simple feuille apparu en face de moi. Mes yeux restèrent rond et mes sourcils hésitaient entre se froncer ou bien de se lever. Mes narines étaient délattés et ma bouche était drôlement placée. De nombreux flash de ma rencontre avec Erwan m'est revenus à l'esprit et j'eux soudainement envie de pleurer, ce que je ne fis pas. Y'avait trop de gens pour faire ça. J'avais un égaux quand même! Je me contentai de remettre le chat à la fillette, toujours en fixant l'inconnu qui finit par me poser une question.

« Noooooooooouuus sommes à Londres monsieur... »

La fillette me remercia sans même se rendre compte que l'homme derrière elle était presque entièrement nu puis elle partie en câlinant le félin. Je la voyais partir au loin du coin de l’œil, mais je ne pouvais arrêter de fixer l'homme. Je devais faire quoi au juste? Je faisais partit de l'autorité, du gouvernement...La sécurité civile... Toujours en regardant l'homme, je pressai le bouton et je me contentai de dire qu'il y avait un code 342 en face de moi. On me répondit presque instantanément en me disant que l'unité 18 allait s'en charger. Je soupirai. L'unité 18 était la mienne. Je pensais qu'ils allaient appeler la police ou quelque chose du genre, mais non.

« Excusez-moi monsieur, mais êtes vous au courant d'être nu? Il est formellement interdit de se balader dans un endroit publique sans vêtement. Je vous demanderais de le mettre. »

Je soupirai puis le mis l'une de mes mais sur un de mes sourcils. J'étais découragé. Évidement que non qu'il ne savait pas! Il devait être un fou évader de l'asile ou un truc comme ça étant donné qu'il ne savait même pas où il était! Je fronçai les sourcils. Et s'il avait vécu la même chose que moi ici? Naaaaaaaaaah! Je ne connaissais personne qui avait vécu ça. Je devais bien être le seul dans cette situation.

« Vous seriez mieux de retourner chez vous. »

Je me tournai pour déplacer l'échelle que j'avais utiliser et j’essayai de la plier, mais sans succès. Que j'en avais marre! Je la laissai tomber au sol puis je lui donnai un violent coup de pied. Essayant de me calmer, j'appelai Dimitri pour qu'il le fasse pour moi puis je lui chuchotai à l'oreille que j'allais rester ici pour m'occuper du code 342.
Fiche par (c) Miss Amazing.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lord of the Dead
PRESENCE/ABSENCE : Omniprésent... /sbaf/
DOUBLES COMPTES : Trois bêtes très bête...
PHOTO D'IDENTITE :

DESSIN ANIME D'ORIGINE : Hercule
ÂGE DU PERSONNAGE : trop vieux pour toi gamine!
COTE COEUR : C'est Helga qui l,a trouvé, elle le garde <3
OCCUPATION : tente de dominer le monde
HUMEUR : Boum Badaboum boum boum boum! Ah!
MON ARRIVÉE : 24/04/2013
MON VOYAGE : 532
POINTS : 100
LOCALISATION : pas de tes oignons!

MessageSujet: Re: Y'a comme un courant d'air [Pv Pegoune la cervelle d'oiseau]  Dim 19 Mai 2013 - 13:20
    Peut-être que j'aurais du trouver une autre personne à m'adresser? Pourquoi me poser la question... Il était évidement que j'avais choisit le premier crétin à la ronde... Mais était-ce un mal? Bon disons que ma réputation risquait encore d'en prendre un coup. Il fallait que j'arrête de fréquenter la racaille... Mais voilà que je devais maintenant converser avec lui.

    Lorsqu'il me demanda si je savais que j'étais nu, j'haussai un sourcil. J'étais pas crétin au point de pas m'en apercevoir! Hey! Qui a dit que je l'étais? Non mais c'est qu'il faisait frais hein, il y avais comme un courant d'air! Il est vrai que je ne m'en étais pas rendu compte à mon réveil, mais en même temps c'était la première fois que je me retrouvai coincé dans un corps d'humain! Un corps qui transpirait la fragilité de la mortalité... bon en fait il faisait trop froid pour transpirer, mais je trouvais la tournure de phrase stylé.

    Bon, il fallait bien que je réponde à ce type, je ne pu m'empêcher de prendre un ton légèrement sarcastique:


    - Oh non je n'avais pas remarqué que j'étais nu et que tout le monde me dévisageai comme si j'étais un fou sortit du néant...

    Bon en fait, j'étais bien sortit de je ne savais où... D'ailleurs, je n'arrivais pas à comprendre ce qui c'était passé. À un moment j'étais en enfer à me reposer et puis je me retrouvais nu sous un banc de parc... C'était tout simplement insensé! Je repris un ton un peu plus amical afin de continuer ma réponse au jeune homme:

    - En fait je me suis réveillé sous un banc sans me rappeler ce qui m'a conduit là... Retourner chez moi? J'aimerai bien, le seul problème c'est que ce je ne connais pas Londres, je ne suis pas d'ici voyez-vous...

    Voilà, je disais ce qui était essentiel sans non plus faire la déclaration que je venais d'un autre monde... C'est qu'en l'absence d'informations sur ce monde, il valait mieux que je ne dévoile pas mon passé pour ne pas être pris pour un fou furieux qu'il fallait absolument enfermer! Il me fallait être patient et découvrir l'endroit ou je me trouvais, ensuite je verrai ce qu'il conviendrait de faire: Trouver un moyen de retourner chez moi ou dominer ce nouveau monde?

    - je voudrais bien m'habiller, c'est qu'il ne fait pas très chaud, mais je n'ai rien sur moi... je crois que je me suis tout fait voler!

    Bah, cette explication me semblait logique et puis il fallait bien que j'essai de dire quelque chose qui était possible, c'était ma maigre crédibilité qui était en jeu là! Déjà que je ne sais pas pourquoi, mais les gens nu n,en on pas vraiment... étrange, n'est-ce pas... Enfin ici, parce qu'en Grèce, la nudité n'était pas tabou, d'ailleurs il y avait plein de statues de nus. Et puis je n'étais pas vraiment nu, j,avais une feuille de vigne! Qui me grattait certes, mais elle était bien là, cachant ce qu'il y avait à cacher!




Dernière édition par Hadès le Mar 21 Mai 2013 - 2:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Y'a comme un courant d'air [Pv Pegoune la cervelle d'oiseau]  Lun 20 Mai 2013 - 16:49



Hadès & Pégase
Y'a comme un courant d'air


L'homme ne me semblait pas du tout amicale. Quoique avec ce qu'il avait dit, je ne serais pas de très bonne humeur. Ça devait être frustrant d'atterrir à un endroit sans savoir pourquoi! Je crois que j'aurais réagis pareil si j'aurais compris ce qu'il m'arrivait `mon arrivé dans ce monde. Ouais car moi, je n'avais pas compris que l'homme dans la flaque d'eau était en fait moi. C'était dans le parc où je me trouvais présentement en fait. Presque au même endroit que l'homme nu. C'était cette journée-là que j'avais rencontrer Erwan... Il m'avait retrouver nu, tout comme moi j'avais trouver cet homme nu. C'était une sacrée coïncidence tout de même! Cependant, l'idée qu'il devait vraiment être du même univers que moi n'avait pas réapparu. Ça devait sans doute être une mauvaise blague d'amis ayant trop fêtés la veille. Enfin, cette idée disparue aussi rapidement qu'elle m'est venue à l'esprit lorsque l'homme m'expliqua qu'il n'avait pas de chez lui à Londres. Je fronçai les sourcils. Ça devenait de plus en plus bizarre cette histoire.

« Mais comment... Je comprend pas.... »

Oui, en fait, je ne comprenais jamais grand chose. Il me fallait beaucoup de temps pour comprendre quoique ce soit. Je me souvenais que les premiers mois, mon emploi n'était pas de tout repos et que je faisais des heures supplémentaires que pour comprendre les numéros de codes et quelle unité était la mienne. Comprendre comment se déplacer en autobus ou juste se rappeler des endroits dans la ville n'était pas évident. Pour dire vrai, se souvenir d'un parc, d'un restaurant ou d'une rue était facile. C'était comment retrouver l'endroit qui était plus difficile! Il avait une carte de la ville en permanence avec lui pour être sûr de ne pas se perdre.

L,inconnu m'expliqua alors qu'il n'avait aucun vêtement avec lui et qu'il croyait ce les avoir fait voler. Probable. Si des gens voulaient lui faire un mauvais tour, il se pouvait très bien qu'ils voulaient lui causer des problèmes avec l'autorité de la ville. Je soupirai. Je faisais quoi maintenant? je ne pouvais pas le laisser comme ça.. J'allais avoir des ennuis sinon. C'est alors que je décidai que j'allais lui donner mes vêtements que j'avais sous ma combinaison anti-feu. J'ôtai ma veste de protection puis ensuite mon surpantalon pour finalement ôter mes vêtements de citoyens, prenant soin d'enlever mes clefs et mon porte-feuille de mon jean.

« J'ai que ça à vous donner. Je suis désolé, mais les vêtements risque peut-être d'être un peu serré pour vous...»

Je remis ensuite mon uniforme et fouillai dans la poche avant de ma veste. J'y en sortis un papier et un crayon puis j'y écrivis quelques numéros utiles dont je me souvenais. Des trucs pour les itinérants, une boutique de vêtements pour défavoriser puis mon propre numéro de téléphone au cas où il aurait des questions à propos de la ville.

« Voilà quelques numéros qui vous aideront à survivre dans cette ville. J'y ai aussi écrit mon numéro pour qu'on se donne rendez-vous pour que vous me redonnez mes vêtements. Ça ne presse pas, mais j'aimerais les ravoir... Sinon il y a toujours la caserne de pompiers... Vous aurez qu'à demander Ryan Smith.»

Je finis par lui tendre le papier puis je rangeai mon crayon. Voilà quelque chose de fait! J'allai partir alors que j'eus une question qui me trottais dans la tête. Je venais de me présenter informellement, mais quel était son nom? Je n'allais peut-être pas m'en souvenir, mais c'était la moindre des politesses de demander.

« Au fait, comment vous vous appelez? Ça sera plus pratique pour vous identifier à notre prochaine rencontre. »
Fiche par (c) Miss Amazing.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lord of the Dead
PRESENCE/ABSENCE : Omniprésent... /sbaf/
DOUBLES COMPTES : Trois bêtes très bête...
PHOTO D'IDENTITE :

DESSIN ANIME D'ORIGINE : Hercule
ÂGE DU PERSONNAGE : trop vieux pour toi gamine!
COTE COEUR : C'est Helga qui l,a trouvé, elle le garde <3
OCCUPATION : tente de dominer le monde
HUMEUR : Boum Badaboum boum boum boum! Ah!
MON ARRIVÉE : 24/04/2013
MON VOYAGE : 532
POINTS : 100
LOCALISATION : pas de tes oignons!

MessageSujet: Re: Y'a comme un courant d'air [Pv Pegoune la cervelle d'oiseau]  Mar 21 Mai 2013 - 2:21
    Bon, je croyais avoir été à peu près clair, mais il semblait que non... quoique je n'avais pas l'impression d'avoir affaire à une lumière... Je sais pas, mais la plupart des gens auraient saisi plus rapidement que j'étais un pauvre homme dans le besoin... Bon cette phrase me fera honte pour l'éternité... Je crois que ce qui était encore plus horrible que de penser ça, c'était que c'était tout à fait vrai... J'étais en quelque sorte démuni... heureusement j,avais mon charisme et mon intelligence, se qui faisait de toute évidence défaut à mon interlocuteur! Mais bon, si ça se trouvait, ce n'était pas de sa faute, il avait peut-être manqué d'air à la naissance?

    Puis il se déshabilla... il venait pas de me dire que c'était interdit ça? décidément, il avait un problème... bien qu'en fait cela m'arrangeait puisqu'il me refila ses vêtements que j'enfilai difficilement, car comme il l'avait mentionné, ils n'étaient pas vraiment à ma taille, mais bon, c'était toujours mieux que de se balader avec une simple feuille de vigne pour cacher ma nudité!

    Ensuite il me donna un bout de papier avec pleins de chiffres... heu... je devais faire quoi avec ça moi? par chance, j'étais plus futé que lui, donc je réussis à comprendre que ça me permettrait d'établir une communication. Il me resterait à savoir comment... mais il était hors de question que je lui demande! Comment ça orgueil mal placé? Vous saurez que mon orgueil est toujours là où elle doit être! En l'occurrence elle me permet de ne pas avoir l'air aussi idiot que ce gars là...

    Et maintenant il voulait mon nom... pff, ce crétin ne méritait pas de parler au dieu que je suis! Quoique peut-être que savoir à qui il avait affaire lui remettrait les idées en place?


    - Tu as face à toi le sublime Ha...

    À se moment un musicien de rue fit quelques essai avec sa trompette, de sorte qu'il était possible qu'il n,est pas bien entendu mon merveilleux prénom... mais il était hors de question que je répète, même si le blond avait peut-être compris quelques chose comme "Alex", parce que je n,avais pas grand chose à faire de lui, surtout qu'il ne m'était pas d'une si grande aide avec sa liste de chiffres!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Y'a comme un courant d'air [Pv Pegoune la cervelle d'oiseau]  Mar 21 Mai 2013 - 23:45



Hadès & Pégase
Y'a comme un courant d'air


A-quoi? Alex? Alec? Un musicien se mit à faire des tests de son avec sa trompette et je ne pu malheureusement pas comprendre ce que l'homme venait de me dire. Alors que j'allais lui redemander son nom, le musicien se remit à jouer comme s'il ne voulait pas que j'entende le nom de l'inconnu en face de moi. Je laissai tomber l'idée de lui redemander. De toute façon l'homme n'avait pas l'air très sympathique. Si mon métier n'était pas d'aider les gens dans le besoin je crois que je l'aurais tout simplement ignoré. Ce n'était pas agréable de discuter avec lui. Il était arrogant et trop sûr de lui. il me faisait drôlement penser à Diogène de cynique qui se baladait dans les rues d'Athènes complètement nu et qui passait son plus clair de temps avec les chiens de la ville. C'était un anticonformiste... Tout comme cet homme qui ne voulait pas respecter les lois de Londres.

Pendant cette grande réflexion, je dévisageai l'homme. Je ne l'aimais pas. Non pas du tout. C'était comme une impression de déjà vu tout ça. Sa voix me disais quelque chose et sa manière d'agir aussi, mais je n'étais pas capable d'y mettre le doigt. J'étais dégoûté et pas seulement parce que je l'avais vu presque complètement nu quelques minutes auparavant! Un profond dégoût qui pouvait presque ressembler à de la haine envers lui. Quelque chose ne tournait pas rond à l'intérieur de ma tête et je crois que si ma radio n'aurait pas allumé, je lui aurais sauter à la gorge.

« Un feu près de Roupell Street. »

Oh ouais un feu! Presque automatiquement après que le message soit terminé, je répondis que l'unité 18 allait s'en charger. Je n'allais pas me faire piquer du boulot non mais! Et puis j'aurais fait n'importe quoi pour quitter le parc à cet instant. J'aurais même été près à inventer un feu que pour m'éloigner de l'homme malpoli. Je n'étais même plus sûr de vouloir ravoir mes vêtements. Qu'il les garde! J'aurais eu trop peur d'attraper son air bête en les portant à nouveau! Je tournai les talons, disant un petit « Au revoir » rapide puis je courrai vers le boulevard où un camion de pompier m'attendais déjà.
Fiche par (c) Miss Amazing.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lord of the Dead
PRESENCE/ABSENCE : Omniprésent... /sbaf/
DOUBLES COMPTES : Trois bêtes très bête...
PHOTO D'IDENTITE :

DESSIN ANIME D'ORIGINE : Hercule
ÂGE DU PERSONNAGE : trop vieux pour toi gamine!
COTE COEUR : C'est Helga qui l,a trouvé, elle le garde <3
OCCUPATION : tente de dominer le monde
HUMEUR : Boum Badaboum boum boum boum! Ah!
MON ARRIVÉE : 24/04/2013
MON VOYAGE : 532
POINTS : 100
LOCALISATION : pas de tes oignons!

MessageSujet: Re: Y'a comme un courant d'air [Pv Pegoune la cervelle d'oiseau]  Mer 22 Mai 2013 - 14:39
    Le jeunot n'avait pas l'air très bien... Enfin encore moins bien que lorsque nous avions commencé à discuter. Il devait pâlir d'être face à un dieu! J'étais si intimidant après tout! Bon cet avis n'était pas partagé malheureusement, mais en général les gens me craignaient! enfin... les mortels? quelques mortels? Roh mais ça va hein! De toute façon tout le monde sait que je suis le cerveau, pas les muscles... À quoi bon se salir les mains quand on peut envoyer les sous-fifres?

    Si j'avais cru pouvoir faire de ce Ryan mon "employé" je crois que cette idée était à exclure vu la vitesse à laquelle il prenait la fuite... Il y avait pas le feu! AH bah si, il avait littéralement sauter sur l'occasion de partir lorsqu'il avait eut l'appel radio à propos de cet incendie... Et bien on pouvait dire que son travail l'allumait!

    Il partit donc, me laissant seul avec ses vêtements trop serrés qui franchement ne m'avantageait pas... C'est que j,avais l'air aussi crétin que le blond... Génial, je ne savais pas que la stupidité était contagieuse et pouvait se transmettre avec les habits! Il faudrait vraiment que je trouve autre chose pour me vêtir... avant que tous les boutons ne lâchent!

    Je marchais un peu pour sortir du parc, mais chaque pas me faisait mal... c'est alors que je remarquai que j'étais toujours pieds nus... En résumé, je devais donc me trouver des vêtements et des chaussures... en devant me balader ainsi dans toute la ville... Si ce Ryan croyais que j'allai le remercier et venir lui rendre ses vêtements, il pouvait toujours rêver! Non mais! il n'avais pas été si utile ce gamin!

    Mais qu'avais-je fait pour mériter ça? Oh juste tenter de tuer quelques personnes pour conquérir l'Olympe... Pourquoi il fallait toujours qu'on me rappel ces détails? Oublier et pardonner? Non? Bon tant pis, je ferais avec et je continuerai d'avancer et de faire ce qui était le mieux... pour moi.






Fin du rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Y'a comme un courant d'air [Pv Pegoune la cervelle d'oiseau]  
Revenir en haut Aller en bas
 

Y'a comme un courant d'air [Pv Pegoune la cervelle d'oiseau]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Y'a comme un courant d'air [Pv Pegoune la cervelle d'oiseau]
» Comme une extase géocentrique
» [AIDE] Utiliser son téléphone comme clé 3G+
» Holga D. comme... Digital
» Le riz comme au Chinois du coin.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No more happy endings... :: RP terminés-