Partagez | 
 

  Le doute est un état mental désagréable, mais la certitude est ridicule. [PV Peine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Le doute est un état mental désagréable, mais la certitude est ridicule. [PV Peine]  Dim 2 Juin 2013 - 18:50



Pégase & Peine
Le doute est un état mental désagréable, mais la certitude est ridicule.


Cette journée-là, je n'avais pas eu la chance de me reposer un seconde Un feu par-ci, un feu par-là, un chat dans un arbre ou bien aller à une oeuvre caritative comme porte-parole. Ma journée était tellement occuper que je n'avais pas eu le temps d'aller au toilette ou tout simplement de manger ce qui commençait à me rendre de mauvaise humeur. J'avais même réussis à faire pleurer une gamine en lui répondant bêtement. Évidement, je m'avais sentis très mal et je lui avais proposer un tour dans le camion de pompier pour me faire pardonner. Résultat: Tout ses amis voulaient venir avec elle et cela m'avais empêcher d'avoir du temps pour moi.

Ce fut vers 16h30 que je pu finalement souffler un peu. Je fouillai dans le frigidaire, prenant une canette de thé glacé et je me lançai sur le vieux divan défoncer de la caserne. Il était peut-être vieux et en mauvais état, mais je n'avais jamais vu un divan aussi confortable que celui-là. Quand tu t’assoyais, tu avais tout simplement l'impression de te faire avaler par lui. Je dois dire que la première fois j'avais vraiment eu très peur qu'il me mange pour vrai... Ce fut Dimitri, un autre pompier de mon unité qui m'avait expliquer qu'il n'y avait rien à craindre. Comment cet homme avait beaucoup de patience avec moi... Oui, parce qu'au commencement, j'étais une vrai plaie dans ce métier et j'avais même réussis à faire douter mon capitaine de son choix.

« Code 35 à la Tamise. » avait fait ma petite radio qui était accrocher à ma veste que je n'avais pas eu le temps d'enlever

Je soupirai, regardant autour de moi, espérant entendre un autre chef d'unité répondre à l'annonce, mais personne ne bougea, fixant les uns les autres, espérant la même chose que moi. En fait, cette journée-là avait été difficile pour chacun d'entre nous. En tant que nouveau chef de l'unité 18, je fis ce que les autres ne voulais pas faire.

« Unité 18, on le prend. »

J'entendis des protestations et des soupirs lorsque je me levai pour me diriger vers les escaliers, mais je ne fis aucun commentaire. Je savais bien qu'ils devaient me suivre. C'était dans leur devoir de suivre leur chef d'unité. Et puis ils savaient très bien que je n'en avais pas plus envie qu'un de bouger, surtout qu'il faisait canicule. J'embarquai derrière le camion de pompier qui se dirigea vers La Tamise puis arrivé sur place, je courrai vers le rebord en béton pour mieux voir la personne qui était entrain de se noyer. Cependant, incapable de le voir correctement, je pris mes jumelles et constatai alors qu'il était presque de l'autre côté berge, sans doute à cause du courant. Je le signalai aux autres membres de mon unité qui se déplacèrent un peu pendant que je regardai l'homme d'une façon presque hypnotiser. Il me disait quelque chose...
Fiche par (c) Miss Amazing.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Le doute est un état mental désagréable, mais la certitude est ridicule. [PV Peine]  Lun 3 Juin 2013 - 14:38



Ca peut pas être si compliqué...

Il lui suffisait de sauter dans le Styx, le courant le ramènerait chez lui. Mais il risquait fort d'y rester. Les Moires ne le tueraient pas, si? Ces vieilles folles en étaient encore capables... C'était donc vraiment un plan risqué. Mais Hadès allait vraiment être d'une humeur massacrante avec lui s'il ne retournait pas illico en Enfer. Donc Peine avait le choix entre la mort... et la mort. Mais en tant que démon, pouvait-il seulement mourir? Ca, il n'en savait rien. Mais il se rappelait vaguement qu'il ne savait pas nager.
Peine se pencha donc un peu plus pour observer le fleuve qui coulait paisiblement. Le Styx semblait plus calme que d'habitude. En fait, c'est le monde entier qui avait changé. Le démon y compris. Ca ne ressemblait même pas à la Grèce et d'après les récents amis qu'il s'était fait - et qui avaient cru comprendre qu'il s'appelait Stone - c'était Londres. Sans doute une contrée reculée d'Athènes. Mais tous les chemins mènent à Rome et tous les fleuves mènent au Styx, donc il n'avait qu'à sauter là-dedans... et prier ses dieux pour ne pas se noyer. Tu parles... Ils se feraient un plaisir de le laisser se faire tuer comme un chaton qu'on jette à l'eau pour s'en débarrasser proprement. Il n'avait qu'à choisir comment il voulait mourir maintenant. Noyé ou brûlé au dix-septième degré par son patron.

Tant pis.

Il renonça à sauter et tenta de se convaincre qu'Hadès ne le retrouverait peut-être pas. Après tout, il avait grandement changé depuis qu'il s'était réveillé ici. Alors si le Dieu des Enfers ne le retrouvait pas... Les choses devenaient intéressantes. Fou de joie, Peine commença une sorte de danse en se croyant enfin libéré du joug du de Monsieur Flammèche. Malheureusement, il n'avait pas prévu que le bord du fleuve serait aussi glissant et il perdit bientôt son équilibre. Il agita tant bien que mal ses bras, se tenant sur un seul pied et le reste du corps penché en arrière en essayant de rester sur la terre ferme. Le tout en gémissant des "non non NON" terrifié à l'idée de se noyer. Et non sans mal, et grâce à une chance extraordinaire, il parvint à reposer son second pied sur le sol et à rester là où il était. Mais maintenant, mieux valait éviter de tomber bêtement dans ce substitut de Styx.

Du moins, c'est ce qu'il aurait mieux valut faire.

Peine lança un rire en pointa du doigt le fleuve dont il se moquait déjà. Et en se retournant, il mis le pied sur un papier plastique traînant là qui le fit glisser de nouveau. Fatalement, il se retrouva à reculer jusqu'au bord de l'eau où il tomba misérablement. Saisit par la peur, il commença à se débattre pour revenir à la surface et reprendre son souffle mais ses mouvements irréfléchis l'aidait plus encore à se noyer. Par ailleurs, le courant trop fort l'emportait déjà loin.

"LES MORTS VONT ME TUER!! LES MORTS VONT ME TUER!!" hurlait-il en frappant l'eau complètement en PANIQUE.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Le doute est un état mental désagréable, mais la certitude est ridicule. [PV Peine]  Mar 4 Juin 2013 - 21:44



Pégase & Peine
Le doute est un état mental désagréable, mais la certitude est ridicule.


Je ne sais pas pourquoi, mais je restais là, à regarder l'homme avec mes jumelles sans être capable de bouger. Il me disais vraiment quelque chose. Comme si je le connaissais depuis toujours. C'était stupide car cela ne faisait qu'un an que j'étais dans ce monde et quand je vivais sur l'Olympe, il n'y avait que des dieux. Cela était très peu probable qu'un dieu aille décidé d'aller sur Terre et ça pour se noyer... Ça serait bizarre... Même pour moi. Je secouai vivement ma tête de gauche à droite pour tenter de m'éloigner de ses pensées. Je voyais beaucoup de gens en une journée ici, il était probable que je l'aille déjà croiser dans la rue!

Je courrai vivement, suivant l'homme des yeux puis constatant que le courant l'emportait beaucoup trop rapidement pour que je puisse l'attraper moi-même, je pressai le bouton de ma radio et je donnai l'ordre aux pompiers de sortir la grue de secours et de s'installer plus loin pour avoir du temps d'avance sur le courant qui avalait de plus en plus régulièrement l'homme en détresse. Je courrai le long de la berge, essayant de garder le même rythme que l'eau et prêt à sauter à l'eau si je ne voyais plus l'inconnu à la surface. Après quelques minutes de course qui me parurent tout de même incroyablement longue, j'arrivai enfin près de la grue et j'ouvrai grand mes poumons pour hurler au loin, les mains près de ma bouche pour mieux projeter le sons.

« Accrochez-vous au crochet de la grue! Nous allons vous sortir de-là! »

Je n'étais pas sûr s'il m'avait entendu et je ne trouvais pas le porte-voix. J'observai l'homme longuement, l'estomac retourné, ayant peur qu'il se noie puis plus rien. Une forte vague engloutit sa tête et l'écume du courant m'empêchait de voir s'il était remonté à la surface. Paniqué, j’ôtai mon uniforme ainsi que mes bottes puis plongeai dans l'eau glacé de la Tamise. Le courant était fort et moi-même qui avait apprit à nager à Londres, j'avais du mal à garder ma tête hors de l'eau. Le courant m'apportait et je commençais à tourner sur place, immobilisé par un petit tourbillon alors que l'homme était peut-être déjà bien loin.

Mes collègues voulurent m'aider, mais je refusai catégoriquement. Ce n'était pas moi qui avait passé plusieurs minutes dans le fleuve! Il devait mourir de froid et il devait être épuisé de se débattre ainsi pour rester la tête hors de l'eau! Je leur hurlai d'aller voir plus loin, vers le tower bridge qui était à plusieurs mètres de moi. Ils finirent par partir alors que moi, je commençais à avoir mal aux bras et aux mollets. Je tentais de voir où l'homme pouvait être et c'est alors que je le vit à deux mètres de moi. Je souris puis donnai un petit coup de volonté pour avancer jusqu'à lui.

« Je suis là, vous ne craignez rien maintenant! »

Il était dos à moi. Je n'avais aucune idée s'il était en panique ou bien sans connaissance. La seule chose que je savais c'est que nous étions loin des berges et qu'il ne serait pas évident de se retrouver sur la terre ferme dans n'importe quel état qu'il soit.

[HJ]: Dis moi si tu veux que je modifie un truc
Fiche par (c) Miss Amazing.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Le doute est un état mental désagréable, mais la certitude est ridicule. [PV Peine]  Sam 15 Juin 2013 - 18:27



Mort, il était mort. Ou alors ça n'allait pas tarder.

A force de s'agiter, il se fatiguait plus qu'autre chose. Il luttait vainement contre le courant, essayant de sauver sa vie qu'il pensait déjà loin au fond du Styx. Il avait finit par ne plus avoir la force de se débattre et il s'était peu à peu laisser couler, hurlant toujours des choses incompréhensibles, à moitié étouffées par sa noyade. Alors c'était comme ça que ça allait finir? Mort tombé dans un Styx vide? D'ailleurs, pourquoi était-ce si vide aujourd'hui? Où étaient toutes les âmes des défunts? Et Panique... Hadès... Megara... Il n'y avait plus personne. Juste du noir qui commençait à troubler sa vision alors qu'il coulait de plus en plus. Le froid avait tendance à endolorir ses muscles, ce qui rendait plus difficile encore de remonter à la surface volontairement. Un mouvement du fleuve finit par lui ramener la tête hors de l'eau. Il ne se soucia alors pas de ses cheveux qui l'empêchait de voir quelqu'un approcher de lui mais il eu tout de même le réflexe de cracher de l'eau en essayant de remonter un bras hors de l'eau pour l'aider à rester à la surface.
Peine se laissait dériver. Il commençait à comprendre ce que ressentait les âmes des mortels dans le Styx. Cette longue dérive qui se faisait interminable, dans le froid et la paralysie. Fatigué, épuisé d'avoir vécu, déçu d'être déjà mort. Tout ça pour finir dans un fleuve en Enfer.

Mais même en Enfer certains héros sont assez fous pour braver la mort.

En général, c'était plutôt par amour. Or, Peine savait très bien que personne n'était véritablement attaché à lui. Au mieux, il pouvait compter sur Panique quand ça n'allait pas. Mais il ne l'avait pas retrouvé depuis son arrivée à Londres. Hadès allait le tuer s'il était le seul à avoir disparu comme ça. Mais il eu tout de même droit à un acte d'héroïsme exemplaire. Il entendit une voix derrière lui qui se voulait rassurante. Il tenta de se pivoter pour voir qui lui parlait mais tourna seulement la tête pour voir une figure humaine trouble. Ca ne ressemblait pas à Panique. Ni à Hadès. Au mieux, c'était un humain. Ou un héros.
Peine plissa les yeux en essayant de voir qui était avec lui dans ce faux Styx. Personne de sa connaissance alors il retourna à sa noyade, ne parvenant pas à faire quoi que ce soit de plus. Il aurait voulu lui répondre quelque chose de bien, demander s'il était un Héros ou s'il venait l'achever par exemple. Mais non. La fatigue et le froid eurent raison de sa logique.

"... T'es tombé aussi?" lâcha-t-il simplement avant de pratiquement perdre connaissance

Tant pis, il n'entendrait pas sa réponse. Et la dernière chose qu'il aura jamais dite sera donc une question sans réponse. Triste fin. Ca fait PEINE à voir.
Il se laissa de nouveau sombrer dans l'eau, perdant peu à peu connaissance mais espérant toute fois que la personne près de lui n'était pas juste une mystérieuse hallucination mais plutôt quelqu'un qui aurait au moins l'idée de dire à Hadès que Peine était tombé involontairement. Même à moitié mort, Peine songeait seulement à ce que son supérieur penserait de lui...



[HJ: Encore pardon pour le retard... Je savais pas trop quoi répondre... Et en fait je sais toujours pas trop quoi faire... Vu que Peine se noit complètement. XD Dis-moi si tu veux que je change quelque chose ou quoi parce que je suppose que là je t'aide pas beaucoup avec mon blabla... ^^']
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Le doute est un état mental désagréable, mais la certitude est ridicule. [PV Peine]  Mar 25 Juin 2013 - 21:20



Pégase & Peine
Le doute est un état mental désagréable, mais la certitude est ridicule.


L'homme n'était pas sans connaissance. Il venait de me poser une question. Question complètement stupide je dois l'avouer, mais dans son état je me disais bien qu'il était possible qu'il délire. Moi-même je commençais à perdre ma tête à respirer l'eau de la Tamise. Il perdu conscience, ce qui m'aida très peu puisqu'il pesait beaucoup plus... Je me laissai dériver un moment et lorsque je vis mon équipe au loin, je leur hurlai de se dépêcher. En deux temps trois mouvements, la grue de secours s'approcha de toi et Dimitri m'aida à sortir le noyer de l'eau. Quelques pompiers prirent le corps de l'homme, me laissant seul à mon triste sort, car même si je tenais fermement les barreaux de la cage, je n'étais pas capable de me remonter, ce qui laissait toujours le courant de monter sur le long de mes bras et même parfois sur ma tête.

J’étouffais, je me noyais. J'étais fâché contre moi, sachant que j'étais si près du but! D'un coup, Je me sentis tirer par le collet et je me retrouvai enfin sur la pelouse tout près de l'homme encore inconscient. J'étais couché, j'étais épuisé et je me sentais étourdis, mais je devais bouger. Je me levai de peine et de misère et je m'installai près de l'inconnu pour lui faire la respiration artificielle. C'était la toute première fois que je mettais mon cours théorique à exécution et j'espérais de plus devoir à le faire, car je trouvais cela dégouttant. C'était comme avec Dory, mais en beaucoup moins plaisant. Je lui tapai le visage quand sa respiration revint normal puis essayai d'avoir son attention.

« Monsieur! Monsieur! Mais pourquoi avez-vous plongé dans la Tamise? »

Non, mais il fallait être idiot pour faire un truc pareil... Il voulait mourir et il avait prit la Tamise pour le Styx? S'il saurait à quel point Hadès était méchant, jamais il n'aurait voulu le retrouver! Il aurait souffert en enfer... Alors que je t'entais de réveiller l'homme étendu sur la pelouse, Dimitri me donna une couverture en lainage grise pour que je me réchauffe un peu puis en déposa une à côté de moi pour le brun.

« Monsieur! Réveillez-vous! »
Fiche par (c) Miss Amazing.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Le doute est un état mental désagréable, mais la certitude est ridicule. [PV Peine]  Mer 7 Aoû 2013 - 18:33







Sophia allait être veuve...

Enfin, le Lièvre et elle n'étaient pas mariés mais c'était tout comme. C'est pour cette raison qu'il la tenait fermement dans sa main, même alors qu'il avait perdu connaissance. Mort ou non, il ne comptait pas abandonner sa seule amie dans ce monde. Ou dans l'autre? Après tout, il ne savait plus vraiment dans quel monde il se trouvait. Il avait peut-être juste oublié son passé. Ou alors il n'avait fait que le rêver. C'est le thé qui faisait ça? Non, impossible. D'ailleurs, cette eau était loin d'avoir le goût de thé. C'était plutôt salé que sucré et mouillé aussi. Mais le thé aussi c'est mouillé puisque c'est liquide. Et pour cette raison, il ne valait mieux pas le respirer, seulement le boire. Et là, le Lièvre buvait vraiment la tasse. Et la cuillère avec sans doute. Il ne respirait même plus. Il fallaut que l'étrange sauveur le fasse lui même respirer pour qu'il revienne à lui d'un coup d'un seul.

"EUARGH!! Sophia!! SOPHIA!! So... Cuillère..."

Il s'était relevé comme un mort sortit de sa tombe et n'avait pas cherché à savoir s'il était sais et sauf, non. Seulement sa cuillère, c'est tout ce qu'il avait cherché en reprenant ses esprits. Il était soulagé de l'avoir retrouvée et il la fixait donc, les yeux écarquillés, la bouche à moitié ouverte, tenant fermement entre ses deux mains l'ustensile de cuisine. Il ne détacha pas son regard de sa cuillère pendant plusieurs longues secondes. Cependant, il parvint à revenir à lui et son expression redevint à peu près normale alors qu'il détournait lentement les yeux de Sophia pour les poser sur l'inconnu qui venait de lui sauver la vie. Il n'avait pas l'air très vieux pour se prétendre être un héros. Et il avait vraiment l'air bizarre. C'est vrai, il est très difficile de rivaliser avec le sens de la mode pré-avant-gardiste d'une autre époque du Lièvre de Mars et du Chapelier Toqué, mais il venait de le sauver d'une mort certaine alors il oublierait son accoutrement fade.
Qu'est-il convenable de dire en un pareil moment? Merci? C'est un peu faible pour le remercier d'avoir sauvé sa vie et par la même occasio celle de sa chère Sophia. Mais se taire aurait été moins élégant encore. Sans doute devait-il l'inviter à prendre le thé. Mais le Lièvre n'avait pas de thé. Et c'était déjà bien assez horrible ainsi. Tant pis pour le thé donc. Ah, l'individu allait sûrement râté son non-anniversaire. A qui? Au Lièvre bien sûr! Et à lui. Et Sophia sans doute. Mais pas aux autres. Les autres ne sont pas invités. Pas aujourd'hui.
Le Lièvre rangea Sophia bien à l'abris dans la poche de son veston marron terne et reporta son attention sur l'homme. Il attrapa vivement la main de l'homme assis près de lui et la secoua de haut en bas, nerveusement et très énergiquement. Il ne la lâcha qu'après avoir finit de parler.

"Je crois que je dois vous remercier alors merci à vous pour avoir sauvé ma chère Sophia. Et moi-même. Vous savez où je peux trouver du thé? C'est pour fêter un non-anniversaire en retard."

Le sien, le tien, le mien, celui de quelqu'un! Une bonne raison de boire du thé surtout. Et de fêter qu'il soit rester en vie un jour de plus. Avec Sophia. C'était important.
Puis le Lièvre se releva, essorant le pan trempé de sa veste par la même occasion.

"Mais qu'il fait froid chez vous! C'est ridicuuuUUUUuuule. Vous ne devriez pas vivre par un temps pareil. Pas sans THE!"

Ca faisait partie de ses habitudes d'avoir la voix qui déraille et de changer de ton sur le même mot parfois. C'est sûrement à cause du manque de thé...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Le doute est un état mental désagréable, mais la certitude est ridicule. [PV Peine]  Mer 7 Aoû 2013 - 19:38



Pégase & Peine
Le doute est un état mental désagréable, mais la certitude est ridicule.


Mais il me racontait quoi celui-là? Qui était Sophia? il était seul non? C'était que lui que j'avais sauvé à moins qu'il y avait une femme caché sous ses vêtements? Hmmm non peut-être pas. Il me serra fortement la main et la secoua vivement au point où je me demandai s'il ne comptait pas me l'arracher. Je glissai un petit c'est mon travail timidement entre mes dents. Il me terrorisait presque celui-là... Non en fait il me faisait carrément flipper. J'agrippai plus fermement ma couverture en laine toujours en le regardant. Je finis par quitter son regard pendant un moment et vit la couverture que Dimitri m'avait donné pour lui et lui tendit. En fait, je lui lançai plutôt parce que je toucher à nouveau m'effrayait. J'avais l'impression qu'il était un taré fou à lier comme dans le film d'horreur que j'avais regarder avec Hanity! Oh mes dieux c'était ça! Il allait nous tuer avec sa tronçonneuse! Je regardai l'homme pendant un moment puis réalisa qu'il avait une cuillère à la main. Pourquoi il se promenait avec une cuillère? Je restai perplexe face à cette question qui n'avait aucune réponse logique.. Oh non! Terrible! Il allait nous tuer à coup de cuillère! Ça devait être terrible comme mort! Je l'imagine bien creuser la peau de ses victimes et de la manger comme de la crème glacée en pot!

Cette image me fit frisonner violemment et je me levai d'un bon en ordonnant à l'homme de ne pas bouger de là. Je marchai rapidement vers mon camion puis ouvrit la portière pour fouiller dans le coffre à gants. J'étais sûr que j'avais ça à quelque part là-dedans! Je finis par trouver un grand agenda avec tout plein de numéros écrit à l'intérieur et une petite carte blanche tomba sur la siège passager. Je la prit et avec une grande concentration je pu lire ''Bedlam hospital''. Voila! C'était ça que je cherchais! Je fouillai dans mes poches pour prendre mon téléphone, mais je réalisai en le prenant que je l'avais noyé... Pas très malin.. Je pris avoir ma radio et demandai à la caserne de passer l'appel pour moi. Alors qu'elle me répondu affirmativement, j'allai à nouveau voir l'homme.

« Re-bonjour... J'ai fais un appel pour vous... Des gens vont venir vous chercher bientôt... »

Je lui dis cela très lentement et surtout très loin de lui... J'avais peur qu'il me contamine avec sa folie! Je ne voulais pas devenir un psychopathe qui tue les gens à l'aide d'une cuillère! En me forçant à sourire, je fis quelques pas en sa direction puis lui demanda le joyeusement qui était la Sophia dont il parlait plus tôt. À sa réponse, je ne pu m'empêcher de le trouver encore plus cinglé qu'au départ. Non, mais à l'aaaaiiiiiide! Je serrai fort autour de mes épaules la couverture grise qui n'avait pas bougée puis reculai de quelques pas pour percuter Dimitri. Oh mes dieux comment j'en étais soulager!

« Hey le fou, C'est quoi ton nom au fait? » lui demanda-t-il sans gêne

Je fis de gros yeux à mon ami et ne n'attendis pas une seconde avant de lui frapper l'épaule pour le faire taire. Non, mais il était malade?! Un plan pour qu'il soit sa première victime!

« N-Non non, ne l'écoutez pas, il blague! »

S'il vous plaît renforts venez vite avant qu'il me saute à la gorge pour me tuer!
Fiche par (c) Miss Amazing.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Le doute est un état mental désagréable, mais la certitude est ridicule. [PV Peine]  Dim 18 Aoû 2013 - 21:16







Un appel pour lui? Des gens? Venir le chercher? QUOI???

Mais le Lièvre n'avait rien demandé! Comme on le traitait bien depuis qu'il était ici... Tout le monde était très amical avec lui et voilà qu'on lui trouvait une escorte privée! Ils le reconduiraient sans doute à Wonderland. Tout s'arrangeait donc! Il allait rentrer chez lui, redevenir un Lièvre, et retrouver sa joyeuse bande de thé-addicts! Quelle merveille!

"Des gens! Formidable! Je vais ENFIN pouvoir rentrer!" dit-il avant de coller sa cuillère contre sa joue "On va enfin pouvoir prendre le thé de nouveau Sophia..."

Il frotta sa joue affectueusement contre le métal froid de sa cuillère, dégoulinant et tremblotant encore malgré la couverture qu'on lui avait donné. Oui, car en plus, on lui faisait des cadeaux. Quel monde étonnant. Tout le monde semblait y être très altruiste. On lui sauvait la vie, on lui donnait un surnom, on lui offrait une couverture et de l'aide pour rentrer à la maison. Le Lièvre était plus habitué à l'égoïsme de certains habitants de Wonderland. A commencer par celui de la Reine de Coeur. Horrible femme...
Pas comme Sophia! Ca c'est une fille bien, douce, gentille, et belle! Et elle et lui allaient pouvoir rentrer chez eux. Enfin, si on ne les confondait pas avec un autre. En effet, l'ami du héros venait de l'appeller "le fou". Mais le lièvre était loin d'être toqué! Il n'était même pas Chapelier! Il y avait sans doute erreur sur la personne. Mais si on le traitait comme un Chapelier, il retrouverait sûrement son ami très rapidement. Plus rapidement que prévu même. C'est tout à fait logique. En étant fou, on le prendrait pour un chapelier et donc il retrouverait le Chapelier qui doit lui aussi être traité en fou puisqu'il est toqué et donc le Lièvre est de Mars. Tout était parfaitement rationnel! Un plan sans failles. Et bientôt, il serait de retour à Wonderland! Et Sophia aussi.

"STONE! Moi c'est Stone. Mais je suis pas chapelier! Je viens de Mars, voyez-vous, c'est tout à fait différent. Et elle c'est Sophia! Et je l'aime..." conclut-il sur un sourire en serrant sa cuillère de ses deux mains "Mais si vous avez trouvez un Chapelier déjà, ce serait FORMIDABLE! Car voyez-vous j'en cherche un justement. Ou un loir. A dire vrai, je pourrais même me contenter d'Alice pour l'instant! Petite blonde, très têtue et complètement FOLLE. Vous l'avez peut-être vu?"

Ah... Alice. Une grande histoire autour d'une si petite fille. Enfin, elle n'était plus très petite la dernière fois qu'il l'avait vu, mais elle était tout de même toujours aussi folle. Constamment à chercher un Lapin Blanc et à tourner autour du Chapelier d'une bien étrange façon. Le Lièvre l'appréciait tout de même beaucoup. Il lui devait la vie après tout, comme tous les habitants de Wonderland.

Et aujourd'hui il devait une immense faveur à son sauveur!

Oui. Sauver un lièvre et sa cuillère adorée de la noyade, ça n'a pas de prix. Ou si. Peut-être une tasse de thé. La vie valait-elle une tasse? Vide, non. Remplie de thé, oui! Et même moins! Le thé c'est tout ce qui compte dans ce monde de fous. Et ça, le lièvre en était plus que conscient!

"Je ne vous remercierais jamais assez! Je vous dois la vie! Donc je vous dois une tasse de thé! Oh! Est-ce votre non-anniversaire? Nous pourrions faire une grande FÊTE en votre honneur! Avec du thé! Du thé! Et encore du THE!"

Il sautait littéralement sur place en parlant de sa boisson chaude fétiche. Il en avait même laissé tomber la couverture en laine, jetant de l'eau partout à chacun de ses mouvements. Comme un chien mouillé qui se secoue les puces en sortant de l'eau. Exception faite que le lièvre est un lièvre, non pas un chien. C'est très différent, allons...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Le doute est un état mental désagréable, mais la certitude est ridicule. [PV Peine]  Mar 20 Aoû 2013 - 4:43



Lièvre de mars & Pégase
Le doute est un état mental désagréable, mais la certitude est ridicule.


L’homme se présenta comme Stone qui venait de Mars. Stone de Mars en gros. Le dingue! Il me faisait de plus en plus peur franchement, sans même parler de sa cuillère qu’il semblait affectionner un peu trop. Il semblait presque en couple avec elle! Débile! J’eus envie de courir à toutes jambes et de le laisser en plan, mais Dimitri était là et il m’aidait à mieux me sentir. Je ne peux pas vous dire combien de temps je dû rester figé là à le regarder sans dire un seul mot alors que mon ami semblait essayer de dialoguer avec lui. Il semblait surtout trouver cela amusant de dialoguer avec une personne peu saine d’esprit. Je restai là, muet et angoissé, craignant qu’il se décide à nouveau de se lancer dans la Tamise… Ouais parce que franchement je n’y remettrai plus les pieds et encore moins si c’est lui que je dois sauver à nouveau. Il me dégouttait presque… C’était comme si j’avais peur d’attraper sa folie… Parce que franchement Dimitri semblait devenir aussi dingue que lui.

« Est-ce que vous êtes marié? En tout cas vous formez un très beau couple! »

Ah, mais je rêvais? J’étais ahuri! Je tirai Dimitri par le bras qui semblait être de plus en plus proche de l’inconnu puis lui demandai ce qu’il avait à lui parler aussi familièrement que cela. Il me répondit simplement de relaxer et de prendre ça cool. Comment prendre ça cool? L'homme me Je me contentai de sourire et heureusement des hommes en habits blancs arrivèrent presque tout de suite après puis amena l’homme et sa cuillère dans un grand camion lui aussi blanc. Ouf, enfin quelque chose qui était réglé! Je pris la couverture en laine que l’homme avait laissé tomber au sol puis la laissai dans le camion et nous partirent presque tout de suite après. À peine arrivé à la caserne, j’allai au vestiaire où j’allai prendre une douche chaude pour me changer les idées un peu. Cette épisode m’avait carrément troublée.

[HJ]: Je savais pas trop répondre de plus... Je crois que ça mérite le mot fin?
Fiche par (c) Miss Amazing.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Le doute est un état mental désagréable, mais la certitude est ridicule. [PV Peine]  Mar 20 Aoû 2013 - 14:48







Mariés?...

Mais pour quoi faire? Il l'aime. Elle l'aime. C'est bien suffisant. Cependant, les hommes venus le chercher pour le remettre sur le droit chemin ne voyaient pas la chose du même oeil. Le Lièvre ne pu se résoudre à leur laisser Sophia et se débattit quelques minutes en blotissant sa cuillère contre lui avant que les inconnus ne se décident à le laisser embarquer dans le véhicule avec.
Au début, ça semblait tout à fait inouïe. Des hommes en blancs, une camionnette blanche, et tout ceci étant supposé le ramener chez lui. Ca paraissait presque trop beau pour être vrai. Sans doute un véhicule de la Reine Blanche! Elle était si agréable avec ses sujets. Et tout ce blanc immaculé ou presque, c'était forcément elle! Quelle souveraine formidable... Si douce, si calme, si belle... Elle lui rappelait presque Sophia. Le Lièvre esquissa un sourire idiot, assis à l'arrière de la camionnette, en songeant qu'il allait peut-être revoir la reine.

Et par la même occasion du THE!

Il fit un geste de la main à son sauveur et son ami par la fenêtre de la porte arrière de la camionnette, riant aux éclats en songeant qu'il retournait à Wonderland. Il allait enfin revoir tous ses amis. Le Chapelier, le Loir, et même ce chat si lâche et la petite blondinette complètement folle. La Reine trouverait sans doute un moyen de le faire redevenir un Lièvre et il récupérerait enfin ses longues oreilles couvertes de fourrure. Le Lièvre qui n'en était plus vraiment un passa ses mains sur son crâne en songeant à se détail. Mais tout allait revenir à la normale, absolument tout. Ce serait enfin comme avant et il ne serait plus seul. Plus jamais. Il retrouverait tous ses amis, son chez-lui, le thé, tout ce qui comptait pour lui.

Il ne serait plus seul...

Sauf qu'en réalité il serait encore bien loin de Wonderland et de tous ses amis. Il finirait juste à l'asile, le seul endroit où les esprits excentriques comme le sien devaient finir pour ne pas gêner le bon fonctionnement de la ville et du reste de la population saine et déprimante. Mais peut-être que l'hôpital psychiatrique ressemblerait davantage à Wonderland que la Tamise et son eau glacée...




[HJ: C'est court mais c'était pour conclure et voilà, voilà... Et donc je pense que c'est bien finit. \o/]
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Le doute est un état mental désagréable, mais la certitude est ridicule. [PV Peine]  
Revenir en haut Aller en bas
 

Le doute est un état mental désagréable, mais la certitude est ridicule. [PV Peine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Togoria- L'ombre d'un doute
» Mental Misstep ou l'étoile filante.
» Naranja Luz d'Alvarez ~ Je doute de ce que je sais, je me doute du reste.
» Forge d'un mental d'acier dans les Ténèbres
» Ce physique de rêve cache un mental de fou ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No more happy endings... :: RP terminés-