Partagez | 
 

 [EVENT Parallèle] Au temps du Far West ▬ Iago ♥ Partie 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bleak mercenary with a warm heart
PRESENCE/ABSENCE : Présente
DOUBLES COMPTES : Clémence Brown & Roxane P. Mona
PHOTO D'IDENTITE :


DESSIN ANIME D'ORIGINE : Atlantide, l'empire perdu
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
COTE COEUR : Un certain coeur ardent...qui peut vaincre le froid en presque toutes circonstances
OCCUPATION : A la tête d'une équipe de mercenaires || Entraîner sa fille à la relève
HUMEUR : Aventurière
MON ARRIVÉE : 11/04/2013
MON VOYAGE : 1088
POINTS : 97
LOCALISATION : Le globe terrestre

MessageSujet: [EVENT Parallèle] Au temps du Far West ▬ Iago ♥ Partie 1  Lun 22 Juil 2013 - 16:13

Au temps du Far West


Event parallèle ▽ Iago & Helga

Helga et Woody se regardèrent et s’embrassèrent avant de s’endormir.  La policière sourit et s’endormit apaisée. Morphée vient la prendre pour l’emmener au  pays des Songes. Le rêve l’emporta au temps du Far West, dans une autre version d’elle-même. Et dans son rêve, l’amour de sa vie n’était pas Woody, mais Iago Piaf, l’homme avec qui elle avait récemment passé un pacte avec Oogey, dans la vie réelle.



Helga et Iago étaient derrière un muret, à abri des regards, en train de se préparer.


« Prêt ? »


Bien sûr, qu’il était prêt. Ils l’étaient tous les deux. La détermination se lisait sur le visage d’Helga, visage qui avait autrefois été innocent… Ses longs cheveux blonds volèrent au vent, tandis qu’elle regardait attentivement son compagnon, pour puiser un peu de courage. Son Iago, un bel apollon de son âge, la trentaine était sa force. Il n’avait pas comme seule qualité que d’être beau, loin de là. Il lui était fidèle, prévenant et surtout, il était ingénieux, intelligent, il savait juger si la situation était à leur avantage ou non, un avantage et pas des moindres, dans leur vie de criminels. Helga savait choisir ses hommes et Iago, était le plus parfait qu’elle pouvait avoir dans sa vie.

Encore un nouveau coup pour ce couple de criminels. Ils avaient cambriolés un grand nombre de banque. Ils donnaient une partie de l’argent à ceux dans le besoin, mais ils gardaient la plus grande part pour eux, pour le risque qu’ils prenaient. Ils ne vivaient que d’amour et de vols, mais une vie de liberté, au grand air, avec l’adrénaline poussée à son maximum. Ils avaient du sang sur les mains,  mais leurs poursuivants n’étaient pas plus propres qu’eux. Dans leur monde corrompu, ils ne s’en tiraient pas si mal. Cela n’avait pas toujours était la vie d’Helga. Elle avait été la fille du Sheriff de la ville, sa seule famille, Helga étant fille unique et sa mère étant morte en lui donnant la vie. Son père avait été tué en faisant son devoir. L’homme qui l’avait tué était le propriétaire de cette banque, une pourriture, comme elle en avait rarement vu. La jeune femme n’aspirait qu’à se venger. Depuis la mort de son père, elle avait choisi une vie de criminels avec Iago, disons que c’était ce criminel recherché, qui l’avait entraînée dans cette vie. Elle n’avait aucun regret, surtout où le chacun pour soi régnait. Et puis, les notables corrompus de leur ville du Far West faisaient la loi, il fallait bien trouver une échappatoire pour s’en sortir. Et avec Iago, elle avait une force insoupçonnée de la ville : l’amour. L’amour leur donnait de la force. Ils se soutenaient, se protégeaient. Ils étaient soudés, fusionnels et veillaient l’un sur l’autre. Jamais ils ne laisseraient l’autre tomber, jamais Helga n’avait connu cela avec quelqu’un d’autre.

Helga chargea son arme et regarda l’amour de sa vie et l’embrassa comme si sa vie en dépendait. Quand  elle se détacha et laissa Iago lui nouer son foulard de couleur rouge, foulard recouvrant son visage à l’exception de ses yeux. Elle s’occupa alors de celui de son compagnon, puis remit son chapeau sur sa tête, chapeau tombé à terre à cause de leur baiser. Elle revêtit ensuite le sien.


« C’est parti. »


Les deux entrèrent dans la banque, arme à la main. Il était encore tôt, il y avait encore peu de personnes à la banque, mais l’argent y était. L’argent ne dort jamais. Tout se passa bien, les employés s’activaient à remplir les sacs, jusqu’à ce que la police locale accourt.


« Vite, Iago, on décampe ! »


Helga prit des sacs, pendant qu’Iago en prenait d’autres. Une fusillade eut lieu, des coups dans tous les sens fusèrent. En partant, le couple emprunta des chevaux, un pour chacun et galopèrent au vent, dans la chaleur étouffante du Far West. Ils partirent pour le désert, là où leur planque était, près des falaises, dans une cavité à flanc de montagne. Là-bas, la température y était plus clémente et ils étaient parfaitement dissimulés. Helga mit pied à terre et regarda son compagnon…
(c) AMIANTE Lieu


_________________
Life out there isn’t a fairytale, but fortunately I'm not a princess. I'm glad that I'm much more. I'm a mercenary in a corrupted world.


Dernière édition par Helga K. Sinclair le Mar 23 Juil 2013 - 18:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: [EVENT Parallèle] Au temps du Far West ▬ Iago ♥ Partie 1  Lun 22 Juil 2013 - 16:53

Au temps du Far West
Iago se tenait sur le matelas miteux qui lui servait de domicile. Il pouvait entendre la respiration lente et profonde tout en étant horriblement sonore de son compagnon d'infortune. Une vie de misère, sans personne de proche contre qui se serrer avant de s'endormir. Sans amour, sans espoir et même sans ami, de quoi demain allait bien pouvoir être fait ? C'est sur ses sombres pensées qu'il s'endormit, se sentant au loin attiré par un univers inconnu peuplé de cheveux, de routes de terre et de chapeau de cow boy. Une vie parallèle tout en étant différente, une vie qui n'était pas celle qu'il avait mais qui était bien plus agréable à bien des regards...



« Prêt ? »

Iago ne tenait plus en place. Aujourd'hui, lui et sa belle allaient pillié une nouvelle banque. Ils n'avaient pas choisis leur cible au hasard, un petit réglèment de compte personnel pour sa moitié. Si autrefois Iago avait été guidé par ses seuls instincts, s'il avait longtemps vécu seul après son adolescence difficile, il avait quelqu'un avec qui partager sa vie désormais. Une vie de voleur oui, de brigand et de fugitif recherché dans tout l'état d'accord mais une vie quand même, une vie avec elle surtout. Il n'en revenait pas en la regardant de la chance qu'il avait qu'elle partage sa vie. Il aurait voulu le mielleur pour elle, pas de vol ni de blessures mais les choses étant ce qu'elles étaient, c'était quelque chose qu'il ne pouvait pas lui promettre. Il aurait voulu la parer de bijoux et de belles robes mais il n'était rien et n'avait rien, à part elle et c'était tellement suffisant. Lui qui s'était souvent joué des femmes, usant de leur beauté charnelle avait finit par poser les yeux sur elle et avait su alors que tout était finit. Elle était la femme de sa vie, il l'avait su à la seconde même où elle était entrée dans le saloon où il travaillait.

Iago avait grandit dans une ferme très modeste avec ces deux parents quand ils avaient finit par mourir d'une infection dû à la tuberculose. Lui, miraculeusement ne l'avait pas eu et avait finit orphelin. Il fut alors élevé par son oncle, un charlatin soit disant magicien qui se donnait en spectacle dans des petites villes et demandait au jeune Iago de vider les bourses et de voler les passants. Il avait fait cela de nombreuses années durant avant que son tonton ne soit mit derrière les barreaux. Seul au monde à treize ans, il avait dû apprendre à se débrouiller et à subvenir seul à ses besoins. Il ne savait faire qu'une chose : voler alors il avait continué. Il se servait directement à la source, ne s'inquiétant pas le moins du monde qu'on puisse mettre la main sur lui, de toute façon il n'avait rien. Iago avait parcourut de nombreuses villes, ne cherchant à s'établir nul part. Il n'était pas d'ici, ni d'ailleurs en fait il n'avait pas de maison, pas d'endroit qu'il puisse un jour appeler foyer.

Tout avait basculé un matin d'automne, un jour qu'il travaillait comme barman dans un saloon de seconde zone pour gagner quelques dollars. La vie étant ce qu'elle était, voler un peu de ci de là ne suffisait plus, il fallait bien gagner sa croûte. Il avait bien commis des vols de ci de là, braquer quelques commerces en toute impunité mais il fallait la jouer discret. Son plus gros coup, une banque de l'est quelques jours auparavant. Résultat du butin : trois milles dollars et les poches pleines. Il avait fuit en cheval, galopant poursuivit par le shérif de la ville avant de le semer dans les montagnes qu'il connaissait si bien. Il avait caché son visage mais un portrait de lui, peu ressemblant commençait à apparaitre sur les murs des prisons des petites villes du secteur. Il avait dû donc bouger rapidos et précédé les affichettes pour avoir un semblant de double vie normale. Il avait donc quelques sous, qu'il s'efforçait de sortir de manière discrète pour ne pas voir arrivé les ennuis.

Ce fameux matin, alors qu'il nettoyait le comptoir, il avait vu la plus merveilleuse et la plus stupéfiante créature féminine qu'il n'ai jamais vu de sa vie. Une belle blonde aux longs cheveux et au regard de feu pénétra dans le saloon. Il en resta figer sur place. Elle était parfaite il n'y avait pas d'autres mots et en d'autres temps et autres lieux elle aurait peut-être pu être sienne. Mais il n'était rien, n'avait rien à donner qu'une vie de cavale et un verre de whisky gratuit. Il soupira, frottant son torchon déjà sale sur le bois du bar. Il la regarda venir s'installer en face de lui et ne put s'empêcher de la trouver divine. Il lui avait offert un verre, comme ça en toute générosité avant de se remettre à ses tâches. Il tentait bien de bomber un peu le torse et de faire le beau devant elle. Il avait du charme ça il le savait, il était souvent regarder et les femmes du saloon adoraient sa compagnie des plus viriles et agréables. Le soucis, c'était plutôt ce tatouage au fer rouge au dessus de sa tête qui pouvait indiqué "criminel en fuite". Il n'avait cessé de l'observer le temps qu'elle était resté et après des semaines d'efforts qui seront compter en d'autres temps et autres lieux, l'impensable se produisit : un baiser qui amena des mois plus tard à une vie de brigands, un couple de parfait criminels comme on en fait plus.

Sa compagne venait  de lui demander s'il était prêt et au que oui il l'était, comme toujours. Elle l'embrassa avec tout son amour, comme à chaque fois, lui qui ne vivait que pour ces instants avec elle, cette vie et ce monde entier qui s'était créé autour d'elle. S'il venait à la perdre, jamais il ne pourrait s'en remettre. C'était eux deux à jamais contre le reste de l'univers. Elle posa ses lèvres charnues contre les siennes dans un baiser passionnel avant de recouvrir son visage d'un foulard, lui fit de même. Ils en étaient à leur troisième casse ce mois-ci, ils devraient un peu freiner dans les jours à venir et bouger plus loin vers l'ouest pour devancer les éventuels traqueurs. Il sourit à sa douce malgré son foulard qui cachait sa bouche voluptueuse et rosée de ce baiser donné.

« C’est parti. »

Les amants maudits se levèrent et pénétrèrent masqués dans la banque. Iago en gentleman passa devant sa belle et menaça d'un revolver le responsable de la caisse. Peu de monde, peu d'employés donc plus de chance de passer incognito. Il attendit qu'il mette l'argent dans les sacs avant de se détendre un peu. Comme les fois précédentes tout se passait bien. Iago cependant commença à entendre de drôles de bruit. Le shérif, merde ! Il entendit alors la voix de sa douce compagne

« Vite, Iago, on décampe ! »

Il s'empara des sacs qu'il posa sur son dos et commença à courir vers la sortie, faisant en sorte que son foulard reste bien en place pour cacher son identité. Il vit sa belle portée elle aussi ses sacs et se diriger vers deux cheveux attelés. Il les détacha et elle fit de même et ils commencèrent à décamper alors que les premiers coups de revolvers se firent entendre. Une fusillade éclata et Iago tenta quelques tirs par dessus son épaule avant de disparaitre au loin avec sa belle. Il n'osait piper mot ou se retourner jusqu'à ce que sa belle se tourne vers lui alors qu'ils semblaient avoir réussit à semer leur adversaire. Il sentait une vive douleur au niveau de ses côtés et il avait très bien compris ce qui se passait : il avait été touché.

(c) AMIANTE



Dernière édition par Iago L. Piaf le Lun 22 Juil 2013 - 19:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bleak mercenary with a warm heart
PRESENCE/ABSENCE : Présente
DOUBLES COMPTES : Clémence Brown & Roxane P. Mona
PHOTO D'IDENTITE :


DESSIN ANIME D'ORIGINE : Atlantide, l'empire perdu
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
COTE COEUR : Un certain coeur ardent...qui peut vaincre le froid en presque toutes circonstances
OCCUPATION : A la tête d'une équipe de mercenaires || Entraîner sa fille à la relève
HUMEUR : Aventurière
MON ARRIVÉE : 11/04/2013
MON VOYAGE : 1088
POINTS : 97
LOCALISATION : Le globe terrestre

MessageSujet: Re: [EVENT Parallèle] Au temps du Far West ▬ Iago ♥ Partie 1  Lun 22 Juil 2013 - 18:29

Au temps du Far West


Event parallèle ▽ Iago & Helga

Helga après avoir descendu de son cheval, enleva son foulard et se tourna vers son cher et tendre. Le sourire de son visage disparut en un éclaire. L'inquiétude venait de prendre la place à la joie et à l'excitation. Helga ne perdit pas une seconde, elle aida son compagnon à marcher jusqu'à l'intérieur de leur planque. Les chevaux étaient entrés à l'intérieur, savourant la fraîcheur du lieu. Helga aida Iago à se coucher sur leur lit, puis elle alla chercher une bouteille d'alcool et un nécessaire de couture. Elle revint auprès de l'homme de sa vie avec son matériel. Elle souleva délicatement la chemise et examina la blessure. Heureusement la balle était sortie, il ne restait plus qu'à recoudre et éviter l'infection. Helga prit la bouteille d'alcool et aspergea la blessure de son Iago avec elle. Elle savait que c'était douloureux, elle lui avait pris la main tandis qu'elle avait versé l'alcool. Qu'il lui broie la main à cause de la douleur était le cadet de ses soucis. Elle bu ensuite une gorgée de la bouteille, puis elle prit du fil et une aiguille et entreprit de recoudre Iago. Elle faisait passer délicatement l'aiguille dans la chaire de son soleil. Quand elle eut fini, elle le regarda amoureusement et l'embrassa tendrement. Si elle l'avait perdu, elle ne s'en serait jamais remise. Elle se saurait sentie coupable. Elle se sentait déjà bien assez coupable. La culpabilité se lisait sur son visage, du moins elle le dissimulait, mais l'homme de sa vie la connaissait tellement qu'il la décryptait. Il lisait en elle, comme dans un livre ouvert.

Leur histoire commune avait commencé, il y a cinq ans, Helga était alors âgée de vingt-cinq ans. Elle gérait le domaine familial, un gigantesque ranch, héritage de ses ancêtres. Elle dressait les chevaux et en prenait soin. Un matin, elle était allée à un saloon pour se changer les idées. Ce matin était le jour de la mort de sa mère et donc le jour de son anniversaire. En se réveillant, elle avait trouvé une feuille de papier griffonnée par son père. Il lui disait qu'il s'excusait de pas pourvoir être là, pour son anniversaire et pour aller avec elle au cimetière, car une affaire importante l'appelait en ville. Helga le comprenait, mais elle était aussi furieuse que son père ne soit pas là, avec elle. Helga alla donc seule, en ce matin d'automne au cimetière. Elle parla avec sa mère, qu'elle n'avait pas connu. Quand elle sortit, elle tomba sur un homme qui voulut lui faire les poches, elle l'envoya valser ailleurs. L'homme ne demanda pas son reste. Bien qu'Helga soit une femme, elle ne se laissait pas faire et avait du répondant. Sur le chemin du retour, elle tomba sur un saloon, qu'elle n'avait jamais pris le temps de remarquer. Elle entra et s'approcha du bar, où elle détacha ses longs cheveux blonds, qui lui tombèrent en une fabuleuse cascade. Le barman s'approcha et lui proposa de lui offrir un verre. Ce barman était Iago.  Elle l'avait regardé et détaillé. Un bel homme, qui avait un charme dont elle était sûre ne laissait pas les femmes indifférentes. Leur première rencontre venait de se produire. Helga leva les yeux et son regard océan plongea dans celui noisette de l'homme, qui allait partager sa vie. Elle se souvient avoir vu un bon fond. Son père lui avait appris à le voir dans les yeux. Elle savait que la vie étant ce qu'elle était, certains devaient faire des choses pour survivre. Son père étant un homme juste et droit, le lui avait appris. Elle avait voulu en savoir plus sur cet homme. Helga voyait en lui un homme charismatique, travailleur et n'ayant pas peur de se mouiller pour arriver à ses fins. Cela pouvait être bien ou mal, mais Helga voyait cela du côté positif. Elle avait ainsi accepté le verre de Whisky gratuit et l'avait avalé cul sec. Elle se souvenait parfaitement de leur rencontre et de la tête que son compagnon avait faite. Ce n'était pas habituelle, qu'une femme de sa catégorie boive de cette manière. Seulement, Helga n'avait jamais aimé les catégories, les étiquettes, les jugements sur les vêtements, elle savait les apparences trompeuses, encore une fois grâce à son père. Être fille de Shériff pouvait avoir des avantages, comme apprendre à cerner les gens. D'ailleurs, après avoir bu son verre, elle s'était détournée d'Iago et avait regardé la salle, observant les habitués. Quand elle s'était retournée vers Iago, il vaquait déjà à ses tâches. Elle s'était demandé si c'était naturel qu'il bombe le torse comme ça. Helga en était venue à la conclusion que non, il voulait juste l'impressionner. Elle avait levé les yeux au ciel et était partie, un homme voulant impressionner par son corps ne l’intéressait pas. Elle était revenue, le soir après la visite au cimetière avec son père. Il lui avait parlé de sa rencontre avec sa mère. Il lui avait mentionné qu'il avait essayé de l'impressionner en bombant le torse, en faisant le beau. Helga avait alors repensé à cet homme au bar. Elle connaissait la sagesse et l'intelligence de son père. Elle avait songé, qu'elle avait peut-être jugé cet homme trop vite. Elle s'était maudite de son jugement trop hâtif. Son père lui avait alors offert un médaillon, celui de sa mère, sur lequel était gravé « par delà les yeux. ». Helga avait demandé la signification à son père, qui lui avait répondu que certaines choses étaient invisibles pour les yeux, mais bien réelles, qu'on pouvait ressentir. Le soir, Helga était retournée dans le bar et avait retrouvé l'homme, avec qui elle avait passé la soirée à parler. Helga avait besoin de parler et pas que des choses banales. L'intelligence de cet homme avait fini de la conquérir. Et au fur et à mesure des discussions, après quelques mois, un baiser scella leur relation. Elle présenta Iago à son père, qui l'accepta dans la famille. L'acceptation n'avait pas été simple, mais Helga avait su convaincre son père, en lui montrant le véritable Iago, pas ce lui des affiches. Son père avait été au courant du passé d'Iago, par Helga. Quelques mois plus tard, son père se fit tuer et Iago fut accusé. Helga savait qu'il était innocent, car Iago avait été présent durant le crime. Helga avait assisté à la scène, elle avait tout vu. Le propriétaire de la banque avait visé son père et Iago s'était jeté sur lui, le coup était parti à côté. Son père avait alors sorti son arme, mais le propriétaire avait déjà repoussé Iago et avait tiré un coup, qui avait atteint en plein cœur le père d'Helga. Iago avait réussi à neutraliser l'homme, mais c'était trop tard, le père d'Helga était mort. Le propriétaire s'en était sorti en accusant Iago et en dénigrant la parole d'Helga, en mettant en avant qu'elle divaguait sous le coup du chagrin. Le soir de l'enterrement de son père, elle avait fait sortir Iago de prison et la vie de criminels en fuite du couple avait commencé. Iago lui avait alors appris toutes les ficelles du métier. Et aujourd'hui, Helga avait eu sa vengeance, sur le propriétaire de la banque. Elle aurait voulu le tuer, mais un jour son père lui avait dit qu'il ne voudrait pas, que sa fille unique tue par vengeance. Bien qu'elle soit contre, elle avait respecté ça, comme un hommage à son père. Maintenant, elle se sentait coupable suite à la blessure de l'amour de sa vie.

Elle sentit une main sur son visage, elle releva les yeux et rencontra ceux apaisant de l'homme pour qui elle tenterait toutes les batailles.


« Je suis désolée... »


Une seule larme coula le long de sa joue. Le souvenir de la mort de son père venait de lui revenir avec ses souvenirs de sa vie et de sa rencontre avec Iago. Maintenant, c'était lui qu'elle avait failli perdre. Helga embrassa Iago puis se leva et rangea le matériel à couture. Soudain, Helga se plia légèrement en deux, elle sentit une douleur au ventre. C'était une nausée qui se manifestait. Elle posa une main sur son ventre pour calmer la douleur. Helga savait la signification de cette nausée, elle avait découvert il y a deux jours, qu'elle était enceinte...
(c) AMIANTE Lieu


_________________
Life out there isn’t a fairytale, but fortunately I'm not a princess. I'm glad that I'm much more. I'm a mercenary in a corrupted world.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: [EVENT Parallèle] Au temps du Far West ▬ Iago ♥ Partie 1  Lun 22 Juil 2013 - 19:08

Au temps du Far West
Iago se tenait sur le matelas miteux qui lui servait de domicile. Il pouvait entendre la respiration lente et profonde tout en étant horriblement sonore de son compagnon d'infortune. Une vie de misère, sans personne de proche contre qui se serrer avant de s'endormir. Sans amour, sans espoir et même sans ami, de quoi demain allait bien pouvoir être fait ? C'est sur ses sombres pensées qu'il s'endormit, se sentant au loin attiré par un univers inconnu peuplé de cheveux, de routes de terre et de chapeau de cow boy. Une vie parallèle tout en étant différente, une vie qui n'était pas celle qu'il avait mais qui était bien plus agréable à bien des regards...



Iago sentait son visage se plisser sous le coup de la douleur. Jamais il n'avait ressenti quelque chose comme ça. La douleur de la balle qui avait traversé sa chair laissait en lui une brûlure infernale qui se chargeait de lui dévorer la peau tel un poison. Il n'était pas douillé, jamais il ne l'avait été mais c'était bien pire que tout ce qu'il avait pu connaitre. Il sentait le sang couler le long de la plaie et bien qu'il tentait de se maintenir à cheval, il n'était pas bien. Et sa compagne le connaissait si bien qu'elle ne mit pas longtemps, une fois descendu, à se rendre compte de la supercherie et de la dissimulation de son homme. Il avait tenté de jouer les gros durs et de ne pas montrer sa faiblesse mais sa vision se brouillait et ses yeux le piquaient. Il ne voyait plus droit et l'irradiation dans ses côtés commençaient à prendre d'horribles proportions. Helga tenta de le mener jusqu'à leur planque et le posa sans cérémonie sur le lit. Il savait ce qu'elle allait faire et chercher. Il n'avait pas le choix, il fallait traiter l'infection et recoudre la plaie. Il savait que cela allait faire mal, qu'elle allait devoir verser de l'alcool à même la plaie et qu'il allait chanter la sérénade. Il resta fort, tentant de maintenir son souffle correctement le temps qu'elle revienne vers lui avec le nécessaire. Il la vit brûler le bout de l'auguille avec le tisonnier encore légèrement chaud de la nuit et s'approcher de lui. Elle laissa couler le liquide. Iago se retint de pousser un cri, s'accrochant fermement à la main de sa douce. Il avait si mal, c'était une douleur insupportable. Il voulait prendre un oreiller et le mettre entre ses dents mais il n'avait pas la force de le prendre. Il se contenta de serrer les dents et de prendre son mal en patience.

Helga avait beau essayé d'être la plus douce et efficace possible, la douleur était très fort et Iago était à deux doigts de perdre connaissance. Il sentait la sueur perler sur son front et descendre le long de son torse nu abandonné entre les mains expertes de sa compagne. Il sentait ses doigts fins frotter contre sa peau d'appolon. Il était comme ça depuis combien de temps exactement ? Il était incapable de le dire, les secondes devenaient des minutes et les minutes des heures tant et si bien que tout se mélangeait dans sa tête. Il sentit enfin qu'elle s'éloignait et partait ranger le matériel. C'était finit. Il déserra les dents, sentant la douleur légèrement diminuée et le saignement ne plus s'écouler le long de sa peau. Il n'osa cependant pas se relever avant de la voir revenir et de l'embrasser doucement. Il vut dans ses yeux qu'elle pensait à son passé et qu'elle avait eut peur de le perdre. Il n'aurait pas imaginé l'inverse et préférait être blessé lui mais il aurait mal vécu de la voir mal c'est sûr alol comprenait sa peine. Si il était mort, cela devait lui rappeler leur passé, l'histoire de son père qu'ils avaient dû vivre avec horreur et qui avait précipité leur départ et la sortie de prison de Iago. Il avait tenté de sauver le père de sa douce mais n'avait pas réussit et il s'en voulait encore tous les jours pour ça. Il cherchait dans les yeux d'Helga des autres pistes mais il ne vit qu'un amour profond et une tristesse ancrée. Il repensa lui aussi à leur début.

Au bar, quand elle était partit, il en avait été dépité. Sans un mot elle était sortit et il ne l'avait pas revu de suite avant qu'elle vienne de nouveau vers lui et qu'il lui avoue en toute honnêté avoir tenté de l'impressioner le matin même. Sans complexe elle parla d'elle et lui de lui. Elle avait vingt-cinq ans et lui vingt mais ça ne comptait pas, le courant passait. Puis elle revint le voir et il en était le plus heureux des hommes. Il comprit qu'il avançait pas à pas et avait petit à petit gravi le coeur de la belle blonde jusqu'à ce qu'elle accepte de lui présenter son père sans omettre la vie de brigand de son amant. Le shérif ne dit rien, laissant sa fille faire sa vie comme elle l'entendait, heureuse avec l'amour de sa vie. La mort de ce père naturel pour elle et de substitution pour lui avait été un élémént tragique de leur vie à deux. Iago s'en était voulu et croupissait derrière les barreaux sans raison car il n'avait rien fait. Il avait alors vu sa belle venir l'en sortir et partir avec lui dans les montagnes vierges du far west. Depuis, les tourteraux ne s'étaient jamais quittés. Cinq ans ensemble sans se séparer et ce n'était pas prêt d'arriver. Iago et elle avait vécu beaucoup de choses ensemble et il espérait que se ne soit que le début de tout ça. Ils n'auraient jamais une vie comme les autres mais c'était leur vie et c'était aussi bien comme ça.
Iago revint alors à ses moutons en voyant sa belle à ses côtés et posa sa main sur la joue de la belle blonde. Elle ne versa qu'une seule larme en disant seulement

« Je suis désolée... »

Il s'apprêtait à lui demander pourquoi elle s'excusait et que ce n'était surement pas de sa faute quand elle se releva et se plia en deux. Qu'avait-elle ? Elle était blessée aussi ? Non impossible il l'aurait su, il l'aurait vu...Elle n'allait pas très bien depuis quelques jours et il sentait que sa belle, contrairement à d'habitude, lui cachait des choses. Elle tentait de se cacher derrière la tenture mais Iago pu un peu soulever sa tête et voir sa belle pencher, la main sur le ventre. Une montée de chaleur le gagna alors. Ce n'était pas ce qu'il pensait hein, ça ne pouvait pas être ça. Il ne voulait pas de ça, pas ici, pas maintenant jamais. Quelle vie ils auraient. Non, il voyait mal et la douleur prenait le pas sur la lucidité. Il se retirait toujours, enfin essayait-il et...Non mais à quoi il pensait ! La fièvre le faisait délirer le pauvre. Il la regarda revenir vers lui et perçu dans ses yeux le masque de culpaiblité et de mensonge qu'elle tenait de dissimuler. Il la connaissait mieux que ça, mieux que quiconque sur cette terre et elle ne pouvait rien lui cacher. Il la vit passer à proximité du lit miteux et attrapa son poignet au vol

- Dit moi ce qui se passe...Je...Je veux savoir...

Elle ne pouvait plus mentir, il le saurait. Elle allait devoir dévoiler son jeux et poser cartes sur tables. Ils ne s'étaient jamais rien dissimulé, il connaissait tout d'elle et elle tout de lui. Ils étaient une seule et même entité et ils pensaient toujours à deuxn d'un commun accord. Ils s'entendaient sur presque tout voir tout à tel point que c'était plus que fusionnel et que la perte de l'un aménerait surement à la perte de l'autre. Ils s'étaient trouvés, ils affronteraient tout ensemble quoi qu'il en coûte car si l'un venait à partir, l'autre ne pourrait vivre sans sa moitié. C'était à la fois un force et une faiblesse. Ils étaient deux mais la peur de perdre l'autre pouvait amener à faire des erreurs et à penser à l'autre avant soit même dans les situations dangeureuses au risque d'y laisser la vie. Sa blessure, Iago s'en fichait, il ne pensait qu'à elle et inversemenent, elle s'en voulait de ne pas être blessé à sa place.

(c) AMIANTE



Dernière édition par Iago L. Piaf le Lun 22 Juil 2013 - 21:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bleak mercenary with a warm heart
PRESENCE/ABSENCE : Présente
DOUBLES COMPTES : Clémence Brown & Roxane P. Mona
PHOTO D'IDENTITE :


DESSIN ANIME D'ORIGINE : Atlantide, l'empire perdu
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
COTE COEUR : Un certain coeur ardent...qui peut vaincre le froid en presque toutes circonstances
OCCUPATION : A la tête d'une équipe de mercenaires || Entraîner sa fille à la relève
HUMEUR : Aventurière
MON ARRIVÉE : 11/04/2013
MON VOYAGE : 1088
POINTS : 97
LOCALISATION : Le globe terrestre

MessageSujet: Re: [EVENT Parallèle] Au temps du Far West ▬ Iago ♥ Partie 1  Lun 22 Juil 2013 - 20:55

Au temps du Far West


Event parallèle ▽ Iago & Helga

Lorsqu'elle sentit la nausée la prendre, elle se dirigea vers leur toilette et y vomit. Cela durait depuis deux jours, c'était comme ça qu'elle avait compris qu'elle était enceinte et puis, ses changements physiques l'avaient alertées. Mais, ce n'était pas ça qui l'avait empêché de faire ce braquage avec son compagnon. Elle se rinça la bouche avec de l'eau et retourna dans la pièce commune. Elle s'était refaite son masque. Elle ne tenait pas à le dire à Iago, pas maintenant. Helga ne savait toujours pas si elle voulait le garder ou non. Être mère ne la tentait pas et ne l'avait jamais tenté. Mais maintenant qu'elle était enceinte, il fallait bien qu'elle se pose la question. C'était arrivé, elle ne pouvait pas revenir en arrière. Helga savait comment s'était arrivé. Ils n'avaient pas fait assez attention, pris dans le feu de l'action. Surtout qu'il était un excellent partenaire, Helga ne pensait pas à lui dire de se retirer pour éviter ce genre de problème. Quelle vie auraient-ils ? Ils ne pouvaient pas être parents, pas eux. Helga ne se sentait pas prête à être mère, d'ailleurs le saurait-elle un jour ? Et quel avenir auraient-ils à lui offrir ? Se ranger ? Il était un peu tard, surtout avec les fausses accusations qui planaient sur Iago. Et puis, maintenant qu'ils avaient cambriolé plusieurs banques et qu'ils étaient recherchés, cela risquait d'être difficile une vie bien rangée. Même s'ils donnaient à ceux dans le besoin, on les traquerait toujours.

C'est sur ce genre de pensées, qu'Helga songeait en revenant auprès d'Iago. Elle passa près du lit et Iago lui attrapa le poignet. Elle sentit les yeux de son compagnon la cerner, il hurla. Helga savait que c'était l'effet de la fièvre du à la blessure. Helga s'en sentait responsable, elle aurait préféré se prendre la balle. Elle retira son poignet de l'emprise d'Iago, mais resta sur place. Elle se sentait prise, elle n'avait plus le choix, elle devait le lui dire. Surtout que ça la rongeait. Ils ne s'était jamais rien cachés, ils étaient transparents l'un avec l'autre. Tous les deux avaient basé leur relation sur l'amour, le partage, l'honnêteté. Elle ne pouvait pas dissimuler sa grossesse, surtout pas au père, qui était l'homme qui comptait le plus dans sa vie. Elle leva alors doucement les yeux et les plongea dans ceux de son criminel de compagnon.


« Je suis.. »


Elle déglutit, elle n'arrivait pas à lui dire. C'était trop dur. Elle avait du mal à réaliser que la situation était vraie. Et le dire venait à reconnaître la véracité de la situation. Cela la dépassait, elle n'avait jamais cru se retrouver dans cette situation. En cinq ans de vie commune, ça n'était jamais arrivé, alors pourquoi maintenant ? Peut-être parce qu'Helga avait vengé la mort de son père. Du moins, elle l'avait vengé sans entacher la mémoire de son père, qui n'avait pas voulu qu'elle tue pour lui. C'était donc peut-être l'occasion pour eux de se construire une famille. Chacun l'ayant perdu. Et puis, Helga rêvait de partir de cette ville... Elle ne voulait plus rester dans la ville où ses deux parents étaient enterrés, sachant qu'elle ne pouvait plus avoir accès librement à leurs tombes. Cela Iago le savait. Le braquage de ce matin était leur dernier coup dans cette ville, le lendemain, ils prendraient la route pour d'autres horizons. Enfin, maintenant qu'Iago était blessé, ils allaient peut-être attendre ou aller moins loin. De toute façon, ils  en discuteront, ils discutaient toujours de quoi faire à deux, les décisions étaient toujours prises à deux. Helga serra dans ses mains le médaillon de sa mère, que son père lui avait offert pour ses vingt-cinq ans. Cela lui redonna du courage, elle s'assit à côté d'Iago sur le lit et lui prit la main. Elle la déposa sous sa chemise, sur son ventre et le regarda dans les yeux. Il savait. Elle le lut dans ses yeux, il avait compris. Elle la retira et s'allongea sur le lit et se blottit dans les bras de l'homme de sa vie. Elle avait besoin de sentir ses bras autour d'elle, sa chaleur réconfortante. Vraiment, ils  étaient dans une mauvaise passe. Iago blessé, Helga enceinte, ce n'était pas prévu dans leur plan. Après, ils remonteront la pente, ensemble comme ils l'avaient toujours fait. Il est vrai qu'un enfant dans leur vie était une première. En cinq ans, ils en avaient connu des blessures, d'ailleurs Helga gardait toujours une cicatrice sur le flanc gauche, due à un coup de couteau et une autre sous le sein droit à cause d'une balle.


« On va s'en sortir. »


Helga ne trouva rien d'autre à ajouter. La situation actuelle la mettait autant mal à l'aise que son compagnon. La criminelle voulut détourner ce mal être en changeant de sujet.


« On part toujours demain ? »


Une autre nausée refit surface. Elle remit sa main sur son ventre pour contenir la douleur, elle réussit à retenir un vomissement. Helga songea qu'elle ne pouvait pas ignorer le petit être qui se développait en elle. Il était peut-être temps de prendre au sérieux ce problème.
(c) AMIANTE Lieu


_________________
Life out there isn’t a fairytale, but fortunately I'm not a princess. I'm glad that I'm much more. I'm a mercenary in a corrupted world.


Dernière édition par Helga K. Sinclair le Mar 23 Juil 2013 - 10:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: [EVENT Parallèle] Au temps du Far West ▬ Iago ♥ Partie 1  Lun 22 Juil 2013 - 21:25

Au temps du Far West
Iago se tenait sur le matelas miteux qui lui servait de domicile. Il pouvait entendre la respiration lente et profonde tout en étant horriblement sonore de son compagnon d'infortune. Une vie de misère, sans personne de proche contre qui se serrer avant de s'endormir. Sans amour, sans espoir et même sans ami, de quoi demain allait bien pouvoir être fait ? C'est sur ses sombres pensées qu'il s'endormit, se sentant au loin attiré par un univers inconnu peuplé de cheveux, de routes de terre et de chapeau de cow boy. Une vie parallèle tout en étant différente, une vie qui n'était pas celle qu'il avait mais qui était bien plus agréable à bien des regards...



Iago ne savait pourquoi il avait posé la question à sa compagne parce que la réponse ne pourrait plus laisser de doute possible. En vérité, au fond de lui il avait déjà compris, en fait cela faisait plusieurs jours qu'il s'en doutait même, espérant en vain que de nier l'évidence reviendrait à l'étouffer dans l'oeuf. Ne pas vouloir croire en quelque chose ne le rend pas moins crédible pour autant une fois qu'on ne peut plus faire autrement que d'accepter la vérité en face. Il n'avait jamais été du genre à trop réfléchir où à imaginer des plans sur sa vie, sa route et tout ce qui s'en suis. Iago, avec son enfance difficile avait toujours été de ceux qui vivent au jour le jour, attendant le lever du soleil pour décider de quoi la journée serait faite. En partageant sa vie, il avait dû voir un peu plus loin, mais jamais trop, jamais plus qu'il ne fallait, le minimum pour les maintenir en vie. Avoir une troisième personneà gérer là-dedans serait inconcevable. Plus de bracages, plus de sorties mais aussi une planque facilement trouvable, un handicap sur les bras et la possibilité d'un bain de sang pour tout le monde. Il refusait de croire que sa vie pouvait à ce point basculer en une seule journée, après un bracage en règle comme ils en avaient fait maintes fois. Il vit bien son regard fuyant, ses yeux emplis d'un profond désespoir et il se dit que cela valait de toute façon toutes les réponses du monde. Il acheva de comprendre quand elle commença sa phrase qu'elle ne termina pas.

« Je suis.. »

Il avait compris. Elle attendait un enfant, leur enfant à tous les deux. Un petit être qui serait la moitié de l'un et de l'autre se réunissant en un parfait mélange. Alors oui, s'ils avaient vécu dans une ferme où en ville comem commerçants peut-être que...Mais là non. Ils étaient des fugitifs en cavale, des brigands en fuite pourchassés pour des crimes et ils finiraient au fond d'un trou ou sur une potence et il refusait qu'un enfant puisse vivre l'horreur qu'il avait vécu d'être orphelin. Circonstances différentes mais même problématique à la fin, un gamin tout seul. Il refusait de donner à un enfant un aussi mauvais départ dans la vie. Bon après cinq ans de vie commune ça parraissait normal, limite beaucoup en fait mais si elle doutait du contraire, il tentait à chaque fois de faire en sorte que ça n'arrive pas bien que c'était toujours plus facile à dire qu'à faire surtout quand on se désire autant que ces deux êtres. Pourquoi maintenant, pourquoi pas après, bien après ou avant...Non, avant c'était impossible. Il soupira, ne cherchant plus le regard de sa douce. Il avait un goût de sang et de déception qui lui bloquait la gorge. Il soupira, laissant sa rage se concentrer dans la paume de sa main qu'il serrait si fort que les jointures virèrent rapidement au blanc. Iago ne ressentait plus rien qu'un immence vide et le début de nombreux problèmes quand il la sentit venir se coller à lui. Elle avait besoin de sa chaleur mais lui avait besoin d'un peu de solitude, rare fois que cela lui arrivait. Il ne savait si c'était la fièvre ou la douleur de la plaie et de cette annonce muette mais il était las. Toutefois et comme toujours il n'osa pas la repousser, elle ne l'aurait pas supporter, pas en cet instant où elle avait faillit le perdre. Comme pour se rassurer, se fut elle qui prit la parole en premier

« On va s'en sortir. »

Elle pouvait en être aussi sûr ? Non parce que lui en doutait grandement là, au fond de ce lit miteux, dans cette cabane en bois qui leur servait de planque au milieu des montagnes vierges du far west. Tôt ou tard ils seraient trouvés ici, il fallait partir rapidement mais sa blessure physique et morale mettait un frein à ce voyage tant attendu. Il ne voulait pas voir sa vie basculer. Bien sûr qu'il avait déjà rêvé d'eux ensemble avec des enfants et tenant un travail honnête mais c'était trop tard désormais, depuis la mort du père d'Helga rien n'était plus possible pour eux dans la vie d'honnêtes citoyens. Il l'avait bien cherché et aujourd'hui il en payait le prix, privant sa compagne d'avoir un enfant à elle qu'elle pourrait élever. Mais maintenant qu'il était bientôt là que faire ? Il savait qu'elle n'avait jamais vraiment abordé la chose et qu'avoir un enfant n'était pas une priorité pour elle non plus, elle n'en voulait surement pas plus que lui mais il était là maintenant. Ou bientôt là mais c'était presque pareil en fait. Il ne pouvait plus revenir en arrière, il allait devoir trouvé un plan qui pourrait inclure un éventuel enfant alors. Il ne parlait cependant pas à voix haute, gardant ses pensées de futur père dans sa tête. Il ne voulait pas la perturber par ses sombres pensées surement influencées par une fièvre. Se fut elle qui prit de nouveau la parole comme pour détendre l'atmosphère

« On part toujours demain ? »

- Je...Accorde moi une nuit de sommeil et nous verrons demain. Dès que nous le pourrons nous mettrons les voiles le plus loin possible de cette ville et qui sait, peut-être aurons nous un peu de répit pour...Pour ça...

Il argumenta sa parole d'une main qu'il vint poser doucement sur le ventre de sa compagne. De quoi ils avaient l'air tous deux en cet instant. Les criminels recherchés couchés sur un lit, elle enceinte et lui blessé, attendant de s'enfuir pour de nouvelles aventures. Il commençait à croire que c'était le début de la fin mais ça il ne pouvait pas le dire à sa compagne, pas maintenant, pas comme ça. Il n'y avait plus qu'à attendre de toute façon pour savoir de quoi demain serait fait. Il n'osait lui poser toutes les questions qui hantaient son esprit. Depuis quand ? Tu crois qu'il arrivera ? Un garçon ou une fille ? Non, tout cela rendait les choses trop réelles et ce n'était bon ni pour elle ni pour lui car se prendre à rêver d'un avenir n'était pas permis. Peut-être allait-il devoir les cacher tous les deux et continuer seul en attendant où alors la laisser loin de lui, il était recherché plus qu'elle. Non, une vie sans elle était impossible, toutes les voies ne semblaient pas empruntables alors il se contenta de garder le silence, laissant sa main sur le ventre encore plat de sa compagne.

(c) AMIANTE



Dernière édition par Iago L. Piaf le Mar 23 Juil 2013 - 13:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bleak mercenary with a warm heart
PRESENCE/ABSENCE : Présente
DOUBLES COMPTES : Clémence Brown & Roxane P. Mona
PHOTO D'IDENTITE :


DESSIN ANIME D'ORIGINE : Atlantide, l'empire perdu
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
COTE COEUR : Un certain coeur ardent...qui peut vaincre le froid en presque toutes circonstances
OCCUPATION : A la tête d'une équipe de mercenaires || Entraîner sa fille à la relève
HUMEUR : Aventurière
MON ARRIVÉE : 11/04/2013
MON VOYAGE : 1088
POINTS : 97
LOCALISATION : Le globe terrestre

MessageSujet: Re: [EVENT Parallèle] Au temps du Far West ▬ Iago ♥ Partie 1  Mar 23 Juil 2013 - 11:11

Au temps du Far West


Event parallèle ▽ Iago & Helga

Helga était dans les bras de son compagnon. Elle sentait qu'il avait besoin d'être seul face à la situation, mais elle égoïstement voulait rester avec lui. Helga ne supporterait pas qu'il la repousse, pas maintenant. Helga avait jamais eu autant ce besoin de le sentir près d'elle, de sentir ses bras autour d'elle, de sentir son souffle, d'entendre son cœur battre. Elle avait failli le perdre et elle s'en sentait responsable. C'était elle qui avait choisi la banque, par vengeance. Elle ne s'en serait pas remise, si Iago aurait trouvé la mort aujourd'hui. Heureusement, il s'en remttrait sa blessure n'était plus mortelle, maintenant. Tous les deux en avaient vu d'autre. Et puis, aujourd'hui était aussi un jour particulier dans leur vie, car maintenant qu'elle venait de lui dire à sa façon, qu'elle attendait leur enfant, elle ne voulait pas être seule pour prendre un tournant dans leur vie. Le changement de lieu en constituait un, mais leur enfant à venir l'accentuait. Elle se sentait soulagée de ne plus porter seule ce fardeau. Seulement maintenant que les deux tourtereaux étaient en pleine possession de leur situation, il fallait réfléchir à ce qu'il adviendrait d'eux. Helga n'en revenait pas que ça leur arrive. Ça devait bien arriver un jour de toute façon, mais aujourd'hui n'était vraiment pas le bon jour. Certes, la grossesse d'Helga ne datait pas d'hier, mais aujourd'hui n'était pas le bon jour pour la réaliser. En effet, aujourd'hui était censé être le jour des préparatifs pour le départ. Ils avaient prévu de mettre les voiles vers des villes plus lointaines où ils seraient moins recherchés. Ils n'avaient pas prévu de raccrocher, seulement de passer plus incognito là où ils allaient. Mais maintenant que son compagnon était blessé, le départ s'annonçait difficile. Elle se releva en position assise et prit quand même la peine de demander s'ils partaient toujours, c'était aussi un moyen de détourner l'attention du sujet concernant leur futur enfant. Iago lui répondit qu'il avait besoin d'une nuit de sommeil et qu'ils verraient demain. Il leur restait au moins deux jours avant qu'on les retrouve. Ils avaient une excellente planque, les montagnes étaient une excellente cachette, mais leur piste n'était pas brouillée.
Helga acquiesça à la réponse de son homme et se perdit dans ses pensées. Elle allait être mère, ce concept la travaillait. Elle n'aurait jamais cru que ça lui arriverait. Bien sûr, elle savait que ça arrivait tous les jours, mais pas à elle. Helga songea que son compagnon ne devait pas en vouloir non plus. Mais peut-être qu'ils seraient le premier couple de criminels du Far West à avoir un enfant. Peut-être que ce n'était pas une fatalité, mais un avancement de leur vie. Helga eut une pensée pour sa mère, morte en lui donnant naissance. Elle aurait voulu la connaître, en parler avec elle. C'est là qu'elle pensa qu'elle pourrait subir le même sort. Elle ne voyait pas Iago seul avec un enfant à charge. Dans leur vie, il fallait qu'ils soient deux pour élever un enfant. Helga songea qu'elle ne pourrait pas vivre si Iago venait à disparaître. Ils étaient trop liés, trop proches. Surtout qu'en cinq ans, il avait eu le temps de s'attacher à l'autre, de construire une relation durable. Et maintenant, ils était comme la moitié de l'autre, c'était comme s'ils constituaient qu'un seul être.

Elle sortit de ses pensées lorsqu'Iago l'informa que dès qu'ils pourront, ils partiront le plus loin possible. Il conclut en mentionnant qu'ils auront peut-être une chance pour leur enfant. Il posa alors une main sur le ventre encore plat d'Helga. Les yeux de celle-ci se posèrent sur la main de son homme, qui se trouvait sur son ventre. Elle posa alors une de ses mains sur celle de son compagnon. Elle releva la tête et leurs yeux se rencontrèrent. La trentenaire était ravie de voir ce regard chocolat. Elle ne pourrait jamais s'en lasser. En ce moment, elle avait besoin de se plonger dans les yeux de l'homme, qui comptait le plus pour elle, pour sentir du courage, de la force, l'envie de faire ce qu'il fallait et surtout, pour y voir de l'amour, de la douceur. Dans leur vie de vagabond, la douceur était un luxe, mais elle la trouvait toujours auprès de son compagnon. Leur vie était dure et un peu de douceur était une divine compensation. D'ailleurs, Helga était heureuse d'être tombée sur Iago, qui était doux et prévenant. Certes, il leur arrivait de se disputer, mais ils ne s'étaient jamais frappés, ni lui ni elle. En moment de forte discorde, c'était les meubles présents ou la vaisselle qui en prenaient un coup. Il fallait bien évacuer les tensions, sans attenter à l'autre, ils se respectaient beaucoup trop pour en venir à blesser l'autre. Vraiment, Helga ne regrettait en rien sa vie avec Iago et surtout pas Iago. Au contraire, elle se réjouissait de l'avoir dans sa vie. Finalement, elle ne regrettait pas que son père n'avait pu être présent, le matin de ses vingt-cinq ans.

Helga vit aussi dans les yeux de l'amour de sa vie de la fatigue, de la lassitude. Elle s'avança alors doucement et déposa un tendre baiser sur son front.


« Je vais te laisser, tu as besoin de repos. »


Elle lui sourit tendrement, puis elle se leva et alla voir les chevaux. Elle leur donna un peu d'eau dans une écuelle. Elle revint ensuite et alla préparer leur déjeuner. D'ordinaire, ils le préparaient toujours à deux. Cela finissait quelques fois en fou rire, mais pas aujourd'hui. Iago n'était pas en état de cuisinier. Helga s'y attela alors seule. Il restait du pain. Elle le transforma en un pain perdu, avec les quelques œufs volés juste avant leur braquage. Ils s'occupaient toujours du nécessaire, de la survie avant de viser plus loin. Comment peut-on entreprendre un braquage si on est usé et affamé ? Helga compléta le repas avec des biscuits. Ils n'avaient plus viandes et l'heure n'était pas à la chasse ni au vol pour en obtenir. Quand elle eut fini, elle apporta le déjeuner à son homme, dans une assiette. Elle s'assit ensuite sur une chaise à côté du lit et posa son assiette sur ce qui leur servait de table de nuit. Helga mangea silencieusement, elle s'était de nouveau perdue dans ses pensées. Elle n'aspirait qu'à une chose, partir. Le coup de ce matin était leur dernier dans cette ville. Maintenant, Helga voulait tirer définitivement un trait sur sa vie d'avant, elle garderait toujours en mémoire le souvenir de son père et de sa mère, à travers les dires de son père. En y pensant, elle serra inconsciemment le médaillon autour de son cou. Elle leva les yeux et vit la bouteille d'alcool posée en face d'elle, juste à côté de la karaffe d'eau, sur leur table de nuit. Elle avait oublié de la ranger quand elle avait rangé le nécessaire à couture. Helga l'observa un court instant, la saisit, puis après une hésitation en but une gorgée.
(c) AMIANTE Lieu


_________________
Life out there isn’t a fairytale, but fortunately I'm not a princess. I'm glad that I'm much more. I'm a mercenary in a corrupted world.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: [EVENT Parallèle] Au temps du Far West ▬ Iago ♥ Partie 1  Mar 23 Juil 2013 - 13:23

Au temps du Far West
Iago se tenait sur le matelas miteux qui lui servait de domicile. Il pouvait entendre la respiration lente et profonde tout en étant horriblement sonore de son compagnon d'infortune. Une vie de misère, sans personne de proche contre qui se serrer avant de s'endormir. Sans amour, sans espoir et même sans ami, de quoi demain allait bien pouvoir être fait ? C'est sur ses sombres pensées qu'il s'endormit, se sentant au loin attiré par un univers inconnu peuplé de cheveux, de routes de terre et de chapeau de cow boy. Une vie parallèle tout en étant différente, une vie qui n'était pas celle qu'il avait mais qui était bien plus agréable à bien des regards...



Iago n'en revenait pas de voir à quel point tout son monde pouvait basculer avec juste quelques mots qu'il avait toujours tant redouté d'entendre. Elle n'était même pas aller au bout de sa phrase qu'il avait compris. Elle était la phrase à la fois la plus facile à entendre pour certains et dure pour d'autres. Lui n'avait jamais compris ce que le mot "famille" pouvait vouloir signifier. Il ne connaissait que l'abandon, la solitude et la peur de grandir sans personne avec qui partager son chemin. Il avait sa compagne et c'était suffisant, c'était déjà tellement plus que ce tout ce en quoi il avait pu espérer. Il n'aurait jamais pensé qu'une telle chance se présenterait et l'avoir était déjà plus que ce qui devait être permis, comment les choses pouvaient vouloir changer. Il ne disait pas qu'il n'y avait jamais pensé ou même seulement entrevenue dans de brefs instants mais c'était pas pour lui. Comment pouvait-il être le père de quelqu'un, lui qui avait perdu le sien avec sa mère très jeune et qui avait grandit sous la coupe d'un oncle tortionnaire et brigands de bas étage. Il avait apprit la vie de larcin et pas la vie d'un enfant comme tous la mérite. Peut-être avait-il un idéal trop élevé dans un monde aussi dangereux et hostile que celui dans lequel il vivait. Il pensait à ses indiens qui vivaient en tribu dans de grandes familleurs heureuses et finalement peut-être que c'est eux qui avaient la solution.

Iago soupira, sentant la douleur dans ses côtes se réveiller. Il sentait la fièvre commencer à diminuer cependant et son souffle tenter de s'appaiser. Helga était une excellente compagne et elle prenait grand soin de lui. Il savait qu'il ne pouvait pas lui en vouloir, ni même à lui, l'arrivée d'un enfant était une chose normale mais il y avait aussi un autre soucis, ils n'étaient pas mariés et recherchés comme ils l'étaient cela ne serait pas chose simple. Hormis, comment acceuillir un enfant dans un couple non marié vivant dans le pêché de chair depuis déjà cinq ans. Si quelque chose lui arrivait, Helga serait vu comme une catin de bas étage et il s'y refusait simplement. Encore une chose de plus qu'il fallait régler rapidement alors qu'ils étaient du genre à prendre le temps et à discuter de tout avant de faire. Il ne voulait pas l'épouser pour dire de, plusieurs fois il avait tenté de vouloir lui acheter une bague mais il était un homme recheché et rien ne changerait jamais ça. Ca ramenait à la question d'un enfant là au milieu. Un, et qui sait si ce n'était pas que le début d'une liste. Non, il n'avait déjà pas envie d'un alors plusieurs. Il essayait d'imaginer un petit mélange d'eux deux mais son cerveau embrumé refusait de lui matérialiser cette image.

La peau douce d'Helga contre la sienne favorisait la somnolence du bandit. Iago sentait ses paupières devenir lourdes et se fermer. Il sentait la respiration de sa compagne diminuée aussi, elle semblait enfin s'appaiser un peu. Il avait gardé sa main sur le ventre encore plat de sa jolie blonde et elle avait posé la sienne par dessus. Ils avaient l'air d'une famille heureuse et uni autour d'un futur heureux événement mais ce qui pouvait être un bonheur en soit n'en était pas forcément un pour eux. En fait Iago ignorait s'il était content ou non. Qu'une femme porte son enfant était une chose magique auquel jamais il n'avait osé croire mais pas comme ça, pas dans cette vie là. Dans un monde ou un lieu où avoir des enfants n'étaient pas dangereux, avec un vrai travail et de quoi l'élever alors oui, grand dieu oui mais dans cette vie-ci, non, ce n'était pas une bonne idée. Il n'ouvrait pas la bouche, sentant bien qu'Helga devait trouver le silence pesant mais il ne trouvait rien de bien ou d'intelligent à dire alors il préférait se taire. Il sentit sa belle se redresser avant de lui dire doucement

« Je vais te laisser, tu as besoin de repos. »

Elle se leva alors et se rendit près du tonneau qu'ils avaient rempli peu avant pour remplir l'écuelle des chevaux. Il soupira, prenant un peu plus de place sur le matelas désormais bien vide sans elle. Il la vit ensuite s'atteler à la confection de pain perdu, qu'elle réussissait si bien surtout quand ils le faisaient à deux. Il n'avait pas faim, se contentant de la regarder manger son assiette près de lui. Il remarqua aussi ses yeux qui se posèrent sur la bouteille qu'elle avait déjà porté à ses lèvres quelques minutes auparavant. Maintenant qu'il savait pour eux, il ne pouvait pas la laisser faire ça. Déjà qu'avoir un gamin n'était pas une bonne idée alors si elle piccolait comme un trou, dieu sait avec quoi ils allaient se retrouver. Aussi quand elle porta le goulot à ses lèvres, il prit la parole

- Je ne crois pas que se soit une bonne idée de faire ça désormais. Je sais que ce n'est pas...Enfin que c'est pas ce que tu voulais mais évitons quand même d'aggraver les choses non ?

Il devait se faire la voix de la raison car sa si raisonnable compagne était désormais encore plus perdu que lui. Il ne voulait pas qu'elle croit qu'il se mêlait de ses habitudes de vie mais là il n'était pas question que d'elle et de lui alors il fallait accepter les choses et faire avec.
(c) AMIANTE



Dernière édition par Iago L. Piaf le Mar 23 Juil 2013 - 15:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bleak mercenary with a warm heart
PRESENCE/ABSENCE : Présente
DOUBLES COMPTES : Clémence Brown & Roxane P. Mona
PHOTO D'IDENTITE :


DESSIN ANIME D'ORIGINE : Atlantide, l'empire perdu
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
COTE COEUR : Un certain coeur ardent...qui peut vaincre le froid en presque toutes circonstances
OCCUPATION : A la tête d'une équipe de mercenaires || Entraîner sa fille à la relève
HUMEUR : Aventurière
MON ARRIVÉE : 11/04/2013
MON VOYAGE : 1088
POINTS : 97
LOCALISATION : Le globe terrestre

MessageSujet: Re: [EVENT Parallèle] Au temps du Far West ▬ Iago ♥ Partie 1  Mar 23 Juil 2013 - 15:26

Au temps du Far West


Event parallèle ▽ Iago & Helga

Helga elle était perdue. La situation ne lui avait jamais autant échappé. Comment ça avait pu lui arriver ? Elle ne comprenait pas. Pourquoi à eux ? Certains couples voulaient des enfants, c'était eux qui devaient en avoir, pas eux. Les yeux dans le vague, elle pensait à ce pourrait être leur vie avec cet enfant. Son père aurait adoré avoir des petits-enfants, seulement ils n'étaient plus là. C'est sûr que s'il était toujours vivant, ils auraient continué à s'occuper du ranch familial et aurait été peut-être heureux d'avoir cet enfant. Helga prit alors la bouteille, elle voulait oublier ses pensées. Elle but une gorgée, quand Iago lui prit la bouteille.


« Aggraver les choses ! Je vois pas ce qui peut être pire ! On a plus de familles, on a même pas de vie ! Une vie de cavale, t'appelle ça une vie ! Et puis, maintenant avoir un enfant te préoccupe ? C'est nouveau ! Ça te plaît peut-être, mais pas moi ! Tu vois, je pensais pas que je serais mère un jour !»


Elle se leva, la situation ne lui plaisait pas. S'énerver de la sorte n'était pas dans ses habitudes, mais la  situation lui échappait. Face à l'impuissance, la colère prenait toute la place dans ses émotions, elle venait la dominer et contrôlait ses actes. En effet, malgré ce qu'elle venait de rétorquer à son compagnon, Helga ne regrettait en rien leur vie, loin de là. Leur vie n'était pas facile, mais ils l'avaient tous les deux choisie, même par défaut. Helga aurait pu laisser Iago croupir en prison et vivre avec un prétendant, qui lui avait fait des avances. Elle aurait ainsi pu s'occuper de son ranch, vivre une vie de famille et avoir des enfants. Mais, Helga n'avait pas choisi cette vie. Elle avait choisi Iago et une vie de vagabonds, de criminels face à leur société. Et au moins, leur vie était faite d'aventures, d'excitation, c'était quelques fois euphorisant de ne pas savoir ce qu'il adviendrait le lendemain. Et ils s'en étaient toujours sortis. A deux, ils vivaient bien, ils avaient toujours un toit, de quoi manger, de quoi s'acheter ce qu'ils voulaient. Mais au-delà du plan matériel et logistique, ils avaient l'amour de l'autre. Un amour qui ne s'était jamais éteint, jamais tari, qui continuait de couler et d'inonder leur vie d'un flot de bonheur.

Helga avait besoin d'air, de se changer les idées. Elle alla se changer, elle changea sa chemise et son pantalon pour une magnifique robe et elle enfila un chapeau, un ne servant pas pour leur braquage. Au cas où, elle était repérée, on la prendrait pour une femme de bonne famille et elle aurait la paix. Dans leur ville du Far West, l'étiquette faisait foi. Elle enfila ensuite ses boîtes et partit avec son cheval, sans un regard pour Iago. Elle avait besoin de respirer et Iago aussi. Elle savait que si elle le regardait, elle ne résisterait pas et n'arriverait pas à prendre le large. Or, ils avaient besoin de respirer chacun de leur côté.

Une fois au grand air, elle respira à plein poumon et monta sur son cheval. Ils partirent ensemble sans destination précise, juste elle et son cheval en osmose avec le paysage. Helga sentait le souffle de son cheval, elle sentait sa puissante musculature, ses sabots, qui tapaient le sol poussiéreux. C'est alors que des indiens sortirent de nulle part et l'encerclèrent. Son cheval se dressa, mais Helga y resta cramponnée. La criminelle ôta alors son chapeau et les indiens la reconnurent. Aussitôt les hostilités cessèrent. Ils se connaissaient. Disons qu'une fois, ils s'étaient fait attaqués et Iago et Helga n'avaient pas résister à l'envie de les aider. Ils auraient pu les laisser, mais ça avait été plus fort qu'eux. Depuis, ils s'entraidaient, faisaient quelque fois des échanges. Pour se comprendre, ils parlaient par geste, Helga ne connaissait que quelques mots de leur langue. Helga fut invitée à leur campement. Une fois arrivée, on prit soin de son cheval et on la questionna sur l'absence d'Iago. Les indiens voyaient rarement l'un sans l'autre. Helga expliqua en collant ses mains jointes à ses oreilles, qu'il dormait. Un Chaman vint à sa rencontre. Il lui proposa de le suivre, ce qu'elle fit. Il vint s'asseoir en hauteur, face un magnifique panorama. Helga s'assit à côté de lui et il lui proposa une boisson. Elle le regarda, il parla et désigna son ventre. Helga ne comprit que le mot « accepter » dans ses paroles. Elle suivit ses indications et se coucha. Elle hésita à boire. Et là, il lui parla : «  par delà les yeux.» en désignant son médaillon.


« Vous avez connu ma mère ? »


Il acquiesça et lui demanda de fermer les yeux et fit le geste de boire, chose qu'elle fit. Elle fut transportée dans un autre monde. Elle était sous une magnifique voûte étoilée, au cœur de l'espace et sa mère apparut accompagnée de son père. Helga fut hébétée, qu'est-ce que c'était que ce cirque ! Qu'est-ce qu'il lui avait fait boire ! Son père s'approcha et lui expliqua qu'ils veillaient sur elle, qu'ils n'étaient jamais loin. Helga se jeta alors dans les bras de sa mère, qu'elle n'avait pas connue. Son père les rejoignit pour un câlin familial. Helga se retira et demanda des explications, surtout sur le médaillon. Sa mère lui sourit tendrement et lui expliqua. Lorsqu'elle avait dix-sept ans, elle avait été laissée pour morte par des crapules dans le désert. Elle avait été retrouvée par des indiens qui l'avaient élevée. Le jour où elle les a quittés, pour partir avec son mari, ils lui ont offert ce médaillon. Helga comprit alors la signification entière. Il y a des choses que les yeux ne voient pas, comme les esprits animant les êtres ou ceux des êtres disparus, les sentiments et toutes ces choses invisibles aux yeux, mais bien réelles, comme la force qui fait que deux êtres s'attirent. Sa mère s'avança et d'un geste de la main alluma une boule lumineuse. Helga vit alors son homme, Iago dans ce qui leur servait de maison. Son père s'avança et lui murmura en ayant un regard pour sa femme, que l'amour était plus fort que tout, et que leur famille veillait sur eux. Helga les regarda et sa mère vint la voir. Avec douceur, elle parla de l'enfant que sa fille portait, en lui disant qu'elle ne devait pas en avoir peur, que ça se passerait bien. Leur famille allait s'agrandir et la vie continuerait de leur sourire. Même si elle était dure, elle valait la peine d'être vécue, surtout avec ceux qu'on aime. Des larmes perlèrent sur les joues d'Helga et elle s'excusa pour la mort de sa mère. Celle-ci la prit dans ses bras et lui murmura affectueusement qu'elle n'y était pour rien, et qu'elle était fière de l'avoir pour fille. Surtout qu'elle avait choisi un vie dure, mais avec l'amour et qu'elle était restait juste, droite et qu'elle n'était pas devenue une criminelle brutale et sans cœur, qu'elle avait toujours des valeurs qui faisaient d'elle un femme complète. Helga eut un dernier regard pour la sphère lumineuse qui contenait son homme. Oui, elle l'aimait et voulait vivre avec lui. Elle était maintenant prête à fonder une famille avec lui, il était temps qu'ils transmettent leur patrimoine, leurs valeurs à un être qui serait la moitié de chacun. Elle sourit et posa une main sur son ventre. Elle regarda ses parents et leur demanda s'il savait. Ils acquiescèrent, ils connaissaient le passé, le présent et le futur, qui ne faisaient qu'un. Ils l'informèrent qu'elle attendait des jumeaux, des faux jumeaux pour être précis, un garçon et une fille. Helga était soufflée : deux d'un coup. Elle leva les yeux vers sa mère et lui demanda si elle allait mourir en couche. Elle ne voulait pas laisser Iago seul. Sa mère la rassura, en répondant par la négative et ajouta qu'ils auront même l'occasion de les voir grandir. Elle n'alla pas plus loin, elle ne voulait pas mentionner la fin de la vie de sa fille et de son beau-fils, qu'elle avait pas connu. Après une dernière étreinte, Helga ouvrit les yeux et vit le Chaman.


« Pourquoi ne m'avoir rien dit avant?


-Chaque chose arrive au moment opportun, les choses nous parviennent lorsque nous sommes amène de les accepter et de les comprendre, pas avant. »


Après sa visite chez les indiens, Helga était transformée. Lorsqu'elle revint auprès de son compagnon, en fin de soirée, elle débordait de joie. Elle lui sauta dessus et l'embrassa avec passion. Puis, elle lui expliqua tout ce qui s'était passé y compris sa vision.
(c) AMIANTE Lieu


_________________
Life out there isn’t a fairytale, but fortunately I'm not a princess. I'm glad that I'm much more. I'm a mercenary in a corrupted world.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: [EVENT Parallèle] Au temps du Far West ▬ Iago ♥ Partie 1  Mar 23 Juil 2013 - 15:58

Au temps du Far West
Iago se tenait sur le matelas miteux qui lui servait de domicile. Il pouvait entendre la respiration lente et profonde tout en étant horriblement sonore de son compagnon d'infortune. Une vie de misère, sans personne de proche contre qui se serrer avant de s'endormir. Sans amour, sans espoir et même sans ami, de quoi demain allait bien pouvoir être fait ? C'est sur ses sombres pensées qu'il s'endormit, se sentant au loin attiré par un univers inconnu peuplé de cheveux, de routes de terre et de chapeau de cow boy. Une vie parallèle tout en étant différente, une vie qui n'était pas celle qu'il avait mais qui était bien plus agréable à bien des regards...


Iago et Helga ne s'étaient que très rarement disputés au cours de leurs années de vie commune et surtout, ils n'en étaient jamais venu aux mains ou à dire des choses que l'un ou l'autre pouvait vraiment regretter. Au mieux, ils avaient perdu quelques assiettes et quelques verres mais rien de bien méchant. Une bouteille de scotch aussi une fois mais en y repensant c'était plutôt un bon souvenir à postériori. Iago n'avait jamais été de ces hommes qui s'énervent pour rien ou qui prennent la mouche dès que leur virilité de mâle dominant en prend un coup. Iago ne pouvait pas aller jusqu'à dire que la femme était l'égale de l'homme en toute circonstance mais Helga était son égal cependant, juste elle. Elle était si parfaite qu'il ne pouvait en être autrement, son autre moitié sans qui la vie serait incomplète et sans intérêt, dénué de sens. Iago n'avait jamais compris à quel point s'accrocher à quelque chose était aussi douloureux que de le perdre, il fallait maintenir le cap encore et toujours contre vent et marées pour faire fis de tout le reste. Il avait laissé un passé bien peu rempli mais elle, elle avait tout quitté pour lui. Elle avait laissé sa vie de fille bien rangée avec ferme pour venir vivre avec lui dans une planque crasseuse. Parfois il s'en voulait et en même temps c'était sa décision et qui était-il pour la remettre en question. Au fond il était égoiste et il était content qu'elle ai tout quitté pour lui, il n'avait pas peur de le dire. Il n'aurait pas pu la laisser de toute manière et serait surement mort en refusant de quitter la ville, pendu devant ses yeux au bout d'une corde. Il imaginait le visage d'Helga, sous un soleil arride, le regardant se diriger silencieusement vers son bourreau, au pied du nouveau shérif qui se ferait un malin plaisir de glisser le noeud coulant sous la gorge du gamin. Il se délecterait de le voir se balancer sans vie au bout de la corde.

Iago était toujours allongé sur le lit poussiéreux, regardant sa belle manger leur maigre pitence du jour. Ils étaient en manque de viande et les quelques réserves commençaient à se vider. Il allait devoir partir en chasse bientôt mais il n'était pas forcément dans une condition physique propice à ce genre d'exercice. Il s'attendait à ce que sa belle lui en parle mais non, elle se contenta de garder le silence avant de lancer son regard sur la bouteille d'alcool pleine sur la petite table. Iago, en bonne voix de la conscience et de la raison ne voulait pas qu'elle boit alors qu'elle attendait leur enfant. Il ne voulait pas d'un tare en plus mais lui qui avait pourtant pesé ses mots vit sa belle se mettre en colère, visiblement, c'était la goutte de trop qui faisait déborder le tonneau. Il ne s'était pas attendu à autant de ressentiment de sa part

« Aggraver les choses ! Je vois pas ce qui peut être pire ! On a plus de familles, on a même pas de vie ! Une vie de cavale, t'appelle ça une vie ! Et puis, maintenant avoir un enfant te préoccupe ? C'est nouveau ! Ça te plaît peut-être, mais pas moi ! Tu vois, je pensais pas que je serais mère un jour !»

Iago n'avait rien à lui répondre, elle faisait très bien la conversation toute seule. Ca ne servait à rien d'en rajouter, il n'en tirerait rien là de toute manière et la fatigue et la fièvre aidant, il n'en avait aucune envie de toute façon. Il voulait qu'elle s'en aille, ça lui arrivait rarement mais là en l'occurence, il serait mieux qu'ils soient chacun de leur côté et comme si elle lisait dans ses pensées, il la vit se diriger vers le coffre et se changer. Elle partait faire un tour ? Grand bien lui fasse, il s'en fichait bien. Il ne pipa mot, la laissant se dévêtir et s'en aller avec une jolie robe et un chapeau avec son cheval. Il n'avait pas besoin d'elle, pas maintenant. Il voulait seulement un peu de repos et de calme et pas les cris et les repproches d'une femme enceinte qui boit au goulot ! Il lui tourna le dos et entendit la porte se claquer dans ce début d'après-midi. Si le shérif le trouvait là, elle serait responsable et pis c'est tout. En vérité il n'en pensait pas mot, aucune chance mais ça faisait du bien de bougoner un peu parfois. Iago s'enferma dans son mutisme et laissa la douce chaleur de l'après-midi l'emporter.

Iago ne réouvrit alors les yeux que quelques heures plus tard. Le soleil commençait doucement à tomber sur la vallée et les montagnes et une étrange impression le gagnait. Il ne se souvenait pas de quoi il avait rêvé mais cela avait un rapport avec Helga et avec des...Des indiens ? Iago soupira, laissant s'envoler les rares souvenirs de son moment de repos. Il tenta de se lever, posant doucement ses mains de chaque côté du matelas avant de se lever doucement. La tête lui tournait un peu mais c'était supportable, il s'en accomoderait. Il se dirigea vers le pichet d'eau et s'en servit un verre. Elle était chaude et d'une couleur pas très claire mais c'est ce qu'il avait de mieux sous la main. Il sortit alors torse nu devant la cabane et se dirigea vers le ruisseau qui longeait la maison. Il enleva alors son pantalon et se dirigea nu vers l'eau claire. Il se mit dedans, retenant un petit soupir au contact gêlée sur sa peau nue. Il attrapa de petites poignées d'eau qui laissa glisser le long de son torse et de son dos, cherchant un peu de fraicheur dans ce contact douloureux. Il pensa alors à sa femme. Ou était-elle ? Elle n'était toujours pas revenu ? Il ne pouvait pas la laisser trop longtemps dehors mais il ignorait la direction qu'elle avait prise et dans sa condition, il ne pouvait pas partir à sa recherche. Alors qu'il s'aspergeait d'eau il crut entendre les voix de deux enfants résonner dans la vallée. Iago se figea, tourna la tête en tout sens mais ne vit rien, persuader que son imagination et sa fatigue était reponsable de tout ça.Il tenta alors de sortir de l'eau mais trébucha et se rattrapa avec sa main sur un rocher qui l'écorcha. Il poussa un juron avant de se relever et de se diriger vers la rive. Il enfila son pantalon et releva la tête pour appercevoir, ce qui lui sembla être juste un mirage, une petite fille aux boucles blondes et un petit garçon aux cheveux en bataille cachés derrière un arbre. Il plissa les yeux et regarda de nouveau dans la direction où il avait cru les voir mais ne perçut rien. Il lui semblait pourtant avoir vu...Non rien...

Iago ne vit pas le rire non dissimulé du chaman avec qui Helga était entrée en contact quelques minutes avant, préparant ses plans pour faire comprendre aux futurs parents qu'ils étaient prêts. Iago cru voir encore une fois, en entrant dans la maison des jouets en bois par terre, furtivement dans ce qui sembla n'être une fois de plus qu'une vision. Non décidément, il devenait fou. Il avait besoin de s'allonger encore car le peu de temps qu'il avait passé hors du lit ne lui donnait pas bonne mine. Iago se remit alors sur le lit, cherchant de nouveau à sombrer dans les bras de Morphée. Il ne se souvint pas non plus en se réveillant d'avoir imaginer une ferme dans les collines avec les mêmes enfants qu'il avaient vu quelques minutes auparavant, gambadant dans les fourées en criant, le sourire aux lèvres. Helga souriante et rayonnante qui étendait le linge sur une corde et lui, le père, qui était assis sous le péron de la maison, installant une moustiquaire devant la fenêtre de la chambre de sa progéniture sans qui la vie lui paraissait désormais inconcevable. Ces enfants étaient toute sa vie mais ça, seul le Iago des songes ne le savait, il faudrait plus de temps pour le Iago bandit pour l'accepter et vivre avec.

Se ne fut que quelques bonnes minutes plus tard que Iago entendit le bruit familier des sabots du cheval de sa compagne et celle-ci l'attacher dehors. Il s'attendait encore à la voir en colère ou au moins le visage fermé mais quel ne fut pas sa surprise de voir que ce qui l'attendait derrière la porte était bien différent. La belle blonde entra en coup de vent et se jeta sur lui dans un baiser passionné. Il se demandait ce qui avait bien pu se passer entre le moment où elle était partit, à deux doigts de faire voler toute la vaisselle et maintenant. Elle avait trouvé une mine d'or ou quoi ? Il allait lui poser la question mais il n'eut pas besoin parce que sa belle lui raconta tout de A à Z. Il n'en revenait pas. Une vision, des indiens...Cela lui semblait soudainement très familier aussi, comme une impression de déjà vu hantait son esprit. Avait-il prit part à cela dans cette période de sommeil de l'après-midi dont rien ne restait ? Devait-il aborder la vision des enfants et des rires derrières les arbres ? Non, il avait rêvé, seulement rêvé mais le moins que l'on puisse dire c'est que tout cela était bien étrange. Iago ne put empêcher son visage de s'adoucir et il regarda tendrement sa compagne, encerclant de ses mains son visage

- Je crois que finalement tout va bien se passer parce qu'on est ensemble et que c'est tout ce qui compte. C'est une nouvelle aventure...A quatre visiblement mais je veux bien la vivre si c'est avec toi. Ce n'est pas ce que je voulais, ni toi mais c'est ainsi alors autant faire du mieux qu'on peut

Il scella sa promesse dans un baiser passionné, la douleur de ses côtes se mettant de côté pour laisser la douce chaleur de leur corps les envelopper tous les deux.


(c) AMIANTE



Dernière édition par Iago L. Piaf le Mar 23 Juil 2013 - 18:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bleak mercenary with a warm heart
PRESENCE/ABSENCE : Présente
DOUBLES COMPTES : Clémence Brown & Roxane P. Mona
PHOTO D'IDENTITE :


DESSIN ANIME D'ORIGINE : Atlantide, l'empire perdu
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
COTE COEUR : Un certain coeur ardent...qui peut vaincre le froid en presque toutes circonstances
OCCUPATION : A la tête d'une équipe de mercenaires || Entraîner sa fille à la relève
HUMEUR : Aventurière
MON ARRIVÉE : 11/04/2013
MON VOYAGE : 1088
POINTS : 97
LOCALISATION : Le globe terrestre

MessageSujet: Re: [EVENT Parallèle] Au temps du Far West ▬ Iago ♥ Partie 1  Mar 23 Juil 2013 - 18:12

Au temps du Far West


Event parallèle ▽ Iago & Helga

Le visage d'Helga s'illumina lorsqu'elle vit le visage de son homme se détendre et s'apaiser. Il est vrai qu'elle y avait été fort, avant de partir. Il était même surprenant que leur vaisselle était encore entière. Ce qui la remplit de joie était surtout le regard rempli de tendresse de son homme. Vraiment, elle avait une perle comme compagnon, il était son trésor et valait plus cher que toutes les mines d'or du monde. Elle posa ses mains sur celles de son compagnon, qu'ils venaient de déposer sur son visage.


« Je crois que finalement tout va bien se passer parce qu'on est ensemble et que c'est tout ce qui compte.
-Oui, tu as raison, on est ensemble, c'est tout ce qui importe. Ecoute, pour tout à l'heure, j'étais en colère, je n'étais pas prête, je ne dis pas que je le suis, mais je pense qu'on a plusieurs mois pour le devenir. Et je sais que j'avais faux, quand je suis partie. Quant à notre vie, je ne regrette rien, je sais qu'on a l'essentiel, c'est tout ce qui importe. Et puis, on a une famille. Notre famille n'est pas loin, elle veille et tous les deux, on est une famille  et on va en construire une.
-C'est une nouvelle aventure...A quatre visiblement mais je veux bien la vivre si c'est avec toi. Ce n'est pas ce que je voulais, ni toi mais c'est ainsi alors autant faire du mieux qu'on peut.
-Un nouvelle aventure à quatre. C'est légèrement angoissant, mais tu as raison, on fera du mieux qu'on pourra. Tu sais que tu peux être sage, quand tu veux,
dit-elle avec ironie, le sourire au lèvre.

Ce n'est pas que pour ton charme irrésistible que je suis tombée amoureuse de toi. »


Les deux éclatèrent de rire et Iago scella leur retrouvaille d'un baiser passionné. Helga sourit et prolongea avec passion, comme si demain n'existait pas, comme si aujourd'hui était le dernier jour. Le corps chaud de son amant la réchauffa. A bout de souffle, ils se détachèrent et Helga le regarda malicieusement. Elle sauta dans les bras de son homme et enroula doucement ses cuisses dévêtues de ses bottes, autour du torse de son homme. Elle lui retira sensuellement sa chemise, puis les deux tombèrent sur le lit, la blessure tiraillant Iago. Les deux amants éclatèrent de rire, ce qui leur fit du bien. Puis, Helga regarda la blessure, elle avait peur de l'avoir aggravée, mais non. Iago l'encercla de ses bras musclés et recapta son attention. Elle lui sourit, heureuse de le retrouver. Elle recaptura les lèvres de son partenaire, tandis que ses mains s'occupaient du torse d'Iago. Les mains de son hommes, quant à elles, s'occupèrent de ses longs cheveux blonds. Celui-ci  retira alors doucement la robe d'Helga, qui se retrouva expédiée de l'autre côté de la pièce. Helga s'attela alors au pantalon. Puis, vint le tour des sous-vêtements, qui s'envolèrent à travers la pièce. Les deux corps nus allèrent sous les couvertures, les nuits étant fraîches, bien que celle-ci ne risquait pas de l'être. Après plusieurs caresses, leurs deux corps fusionnèrent. La nuit ne tarda pas et elle les enveloppa. Leur nuit fut loin d'être glaciale, bien au contraire. Bien que la journée avait été longue et forte en rebondissement, et qu'elle les avait fatigués, leurs corps ne désiraient qu'une chose : se retrouver pour ne former qu'un, comme leurs esprits venaient de le faire.

Le lendemain, les rayons du soleil vint les réveiller, Helga se détourna et se blottit contre le corps de son homme. Il avait encore les yeux fermés, mais elle le sentait réveillé. Elle s'avança et commença à embrasser son torse. Il ouvrit les yeux et vint capturer ses lèvres, puis avec un sourire il la regarda avec tendresse, tendresse qu'elle lui rendit. Cela eut pour effet de gonfler le cœur d'Helga de joie. Des réveils comme celui-là, elle en voulait tous les jours. Les deux vagabonds finirent par se lever et prirent leur petit déjeuner : un reste de pain, qui n'était pas trop dur et et la fin d'un pot de confiture.  Puis, les deux se lavèrent ensemble, ce qui provoqua des éclats de rires. Ils s'étaient entendus pour partir en fin d'après-midi, ils dormiraient dans le désert, ils en avaient l'habitude, il suffisait d'être vigilant et de trouver le bon endroit. Ainsi pendant qu'Iago se reposait, Helga commença les préparatifs. Quand vint l'heure du repas, ils mangèrent ce qu'il restait et Helga ne toucha plus à une goutte d'alcool. Ils passèrent le reste de l'après-midi à préparer les chevaux et à les atteler. Ils n'avaient pris, que ce qu'ils pouvaient transporter et ce qui ne les encombrerait pas. Chacun portait en plus un sac. Ils avaient aussi veillé à bien répartir le poids, de façon à ne pas épuiser inutilement les chevaux. Après un dernier baiser, chacun enfourcha son cheval et partirent au coucher de soleil pour de nouveaux horizons.
(c) AMIANTE Lieu


_________________
Life out there isn’t a fairytale, but fortunately I'm not a princess. I'm glad that I'm much more. I'm a mercenary in a corrupted world.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: [EVENT Parallèle] Au temps du Far West ▬ Iago ♥ Partie 1  
Revenir en haut Aller en bas
 

[EVENT Parallèle] Au temps du Far West ▬ Iago ♥ Partie 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [EVENT Parallèle] Au temps du Far West ▬ Iago ♥ Partie 1
» [ EVENT PARALLELE] AU TEMPS DU FAR WEST - Helga . Partie 3
» Alien Invaders
» [EVENT Parallèle] « Folle dont je suis affolé, je te hais autant que je t'aime! » [PV Dollface]
» [ EVENT Parallèle ] « Jurassic Park 2013 »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No more happy endings... :: RP terminés-