Partagez | 
 

 Ma passion, ma vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ça effraie les p'tits enfants... Et les p'tits monstres!
Randall
PRESENCE/ABSENCE : Toujours là pour se plaindre! o/
DOUBLES COMPTES : Laurence Legay & Pégase R. Smith & Clawd Delatour
PHOTO D'IDENTITE :

:Cadeau d'anniversaire reçu de ma Nini chérie ♥:
 

DESSIN ANIME D'ORIGINE : Monster inc
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans
COTE COEUR : La violence et la torture ♥
OCCUPATION : Effrayer les enfants
HUMEUR : Monstrueuse
MON ARRIVÉE : 14/04/2013
MON VOYAGE : 1071
POINTS : 15
LOCALISATION : Londres

MessageSujet: Ma passion, ma vie  Ven 6 Sep 2013 - 23:47



Solo
Ma passion, ma vie


On m'avait souvent demandé si l'envie de redevenir célèbre m'avait effleuré l'esprit. Quand on me le demandait, je ne répondais pas. Non, pas que je n'en avais pas envie, mais plutôt parce que je ne savais pas. D'une part j'avais vraiment envie d'être à nouveau sous le feu des projecteurs, mais d'un autre côté j'avais peur de devenir comme mon père et n'être plus aussi présent pour les gens que j'aimais. Ce fut lorsque je regardai Pour un garçon, un film où je jouais le rôle d'un petit garçon à la vie compliquée, que j'eus soudainement une envie incroyable de refaire ce métier qui me passionnait tant. Sur le coup, je ne pensai pas à ma mère et à ce qu'elle allait penser de moi quand elle me verra dans le journal disant que j'allais à nouveau être devant la caméra... Mais de toute façon je n'étais pas sûr d'être choisit.

Du coup, je me mis à lire les nouveaux et à chercher des annonces de casting par moi-même puisque je n'étais plus dans une agence de casting depuis près de 12 ans. Finalement, un beau matin alors que j'étais entrain de prendre le petit déjeuner dans un restaurant, je finis par trouver l'annonce parfaite. Au aurait presque dit qu'elle avait été écrite pour moi. Recherche jeune homme anglais mesurant entre 1.80m et 1.90m et pesant entre 86kg et 90kg. Le sourire aux lèvres, j'appelai un photographe pour prendre de nouvelles photos de moi puisque les miennes dataient et j'envoyai la plus belle des photos couleur, la plus belle en noir et blanc et mon CV avec tout les films où j'ai pu figurer aux responsables du casting qui devaient venir en ville le mois suivant.

Ils me rappelèrent rapidement. Cela devait faire à peine deux semaines que je leur avait envoyé et ils me demandèrent de venir à l'entretient qui était devancé d'une semaine. Je devais donc je trouver quelque chose à mettre en moins d'une semaine. Sur le coup je cru que c'était une mission impossible, mais je fus incroyablement surpris de me rendre compte que ce n'étais pas si difficile que ça lorsqu'on cherche à la bonne place.

C'était donc aujourd'hui mon entretient et je dois vous l'avouer, je n'avais pas beaucoup dormi. J'étais trop stressé et énervé pour fermer l’œil. Je passai un bon moment dans la cuisine ce matin à observer mes céréales se ramollir. J'avais toujours été très stressé avant mes entretient et mon père savait toujours trouver les bons mots pour me remonter le moral sauf que cette fois-ci il n'était pas là pour le faire. Je décidai alors de prendre ma douche, m'habiller en veston cravate puis je sortis de l'appartement 2 heures à l'avance. Je me dirigeai vers le bureau de casting puis m'installai dans la salle d'attente avec les autres hommes qui souhaitaient percer dans le milieu. Tous avaient une belle gueule, mais tous ne se ressemblaient pas et aucun visage ne m'était familier. À croire qu'aucune célébrité ne souhaitait ce rôle. Bon, il faut dire qu'ils n'avaient pas vraiment spécifié le genre de rôle, mais je n'allais pas faire mon difficile alors que je souhaitais un rôle après 12 ans de retraite.

Peu à peu la salle se vida et personne durant l'attente vint me parler. À croire que tous étaient trop stressés pour observer les gens qui les entouraient. Bon... Il faut dire que moi non plus je n'étais pas très calme et je préférais jouer sur mon Iphone. Finalement, mon nom se fit nommé et c'est à ce moment que quelques hommes jetèrent un coup d’œil vers moi alors que je failli m'étaler au sol en m'enfargeant dans une des chaises.

J'entrai finalement dans la petite pièce où deux hommes et une femme étaient installé derrière une grande table contenant plusieurs papiers et chemises beiges. Je m'assis en face d'eux sur une grand tabouret en bois puis j'attendis patiemment qu'ils me parlent. Mes mains étaient moites et si je ne m'avais pas trouvé en face d'eux, j'aurais sans doute été entrain de me ronger les ongles jusqu'au sang. Les responsables qui se trouvaient en face de moi cherchaient des documents puis finirent par les trouver puisque le plus vieil homme dit mon nom. Je lui souris. Il me demanda alors quelques renseignements sur moi que je n'avais pas indiqué.

« J'ai eu 21 ans le 7 décembre, je mesure 1m86 et je pèse 86 kg. » Dis-je sur de moi.

Il hocha à tête puis retranscrit mes paroles sur un papier puis tendit mes photos aux autres responsables pour qu'ils observent la différence entre les photos et le vrai moi. Je me contentai de rester silencieux jusqu'à ce que la femme me parle.

« Alors... Avez-vous de l'expérience? Nous n'avons reçu aucun CV de votre part. »

Je fronçai les sourcils. Je l'avais bien mis. Comment cela ce pouvait-il? Je ne comprenais pas l'erreur, mais un sourire bref apparut sur mon visage quand je me rendis compte que cela signifiait que je les intéressait même si j'étais un pur inconnu à leurs yeux. Je leur expliquai donc que je ne comprenais pas l'erreur, mais que oui j'avais de l'expérience et que je pouvais leur énumérer les films dans lesquels j'avais tourné. Il y en avait six je crois et il y avait une série télé lorsque j'avais 4 ans. Ils semblaient incrédule face à ce que je leur avais dit comme si je m'étais amusé à leur mentir. L'homme qui m'avait parlé écrit tout de même le tout sur la même feuille. C'était bizarre, mais j'avais l'impression d'être un pur inconnu pour eux... Comme si jamais je n'avais fait de film... Comme si j'étais une personne ordinaire. Cela me donna un peu le vertige et je faillis tomber en bas du tabouret et je préférai donc me lever surtout que je savais qu'ils allaient sans doute me demander de montrer mes talents. Un truc à quoi je n'avais pas du tout pensé. Je ne savais pas quoi leur montrer. Je me sentais con soudainement.

Comme j'avais deviné, l'homme qui n'avait pas encore parlé me demanda ce que je voulais lui chanter. Ah parce que je devais lui chanter un truc? Je pensais plutôt plus dire un texte ou quelque chose du genre. Bon, j'avoue, je n'avais pas lu complètement l'annonce et je crois que j'aurais dû. Sur le coup je restai sans mot puis finit par avoir une illumination et fouillai dans la liste de mes chansons dans mon téléphone pour y trouver une composition que ma cousine m'avait fait. Jamais je n'avais été aussi heureux de l'avoir celle-la dans ma vie. Je pressai sur play puis la mélodie au piano se fit entendre et je décidai donc d'improviser un peu. À la fin de ma prestation, ils m'applaudirent un peu mollement. C'était pas bien..? Je me mis alors un peu à trembler et à me demander si je faisais bien d'être là. Ils me demandèrent ensuite de faire un monologue qu'ils me donnèrent. Je le balayai des yeux puis le mis en boule pour ensuite réciter un monologue d'Hamlet que je connaissais par cœur.

« Être ou ne pas être, telle est la question. Y a-t-il pour l’âme plus de noblesse à endurer les coups et les revers d’une injurieuse fortune, ou s’armer contre elle pour mettre frein à une marée de douleurs ? Mourir : Dormir; c’est tout. Calmer enfin, dit-on, dans le sommeil les affreux battements de mon cœur; quelle conclusion des maux héréditaires serait plus dévotement souhaitée ? Mourir, dormir; dormir… rêver peut-être. C’est là le hic ! Car, échappé des liens charnels, si, dans ce sommeil du trépas, il nous vient des songes… halte-là ! Cette considération prolonge la calamité de la vie. Car, sinon, qui supporterait du sort les soufflets et les avanies, les torts de l’oppresseur, les outrages de l’orgueilleux, les affres de l’amour dédaigné, les remises de la justice, l’insolence des gens officiels, les rebuffades que les méritants rencontrent auprès des indignes, alors qu’un petit coup de pointe viendrait à bout de tout cela ! »

Je devais être suicidaire, car faire cela n'était pas conventionnel et à voir leurs têtes, ils ne semblaient pas vraiment aimer mon audace. Durant mon monologue, à certains endroit je bloquais presque à cause de leurs regards de tueurs. Quand j'arrêtai, je remis mon téléphone, qui avait été dans ma main tout le long, dans ma poche de pantalon puis je quittai la salle après avoir fait un salut digne d'un pièce de théâtre. Je n'eus pas de nouvelles et je n'en espérais pas non plus. Mon entretient devait être la pire que j'avais pu faire jusqu'à présent. Cependant, durant un après-midi, j'entendis la sonnerie de mon téléphone résonner dans ma poche de jeans et lorsque je décrochai, je fus terriblement surpris d'entendre que j'avais été prit, car mon caractère leur plaisait bien et qu'il représentait bien le personnage. Je restai sans voix pendant un moment puis je les remerciai à plusieurs reprises et raccrochai. Il ne me restait plus qu'à recevoir le scénario par la poste pour à nouveau être dans mon univers.
Fiche par (c) Miss Amazing.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ma passion, ma vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ma nouvelle passion : le patchwork
» Comment votre entourage vit-il votre passion?
» D'un coeur brisé naîtra une passion dévorante [Aurore]
» On reconnaît la passion à l'interdit qu'elle jette sur le plaisir
» [Arcani] Une passion qui coûte cher

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No more happy endings... :: RP terminés-