Partagez | 
 

 Constance Hatchaway ~ Till Death Do Us Part !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Constance Hatchaway ~ Till Death Do Us Part !  Mer 10 Avr 2013 - 2:01

Constance Hatchaway
You may now kiss the bride !



No More Happy Endings@tumblr

Infos


★ NOM DISNEY Constance Hatchaway
★ NOM DE SUBSTITUTION Constance
★ DATE ET LIEU DE NAISSANCE Nouvelle Orléans 1850
★ ÂGE 33 ans
★ CONTE/DESSIN ANIME Haunted Mansion Disneyland Park Floride/Californie
★ MÉTIER Aucun dans son histoire, dans le nouveau monde elle est vendeuse immobilière
★ STATUT Veuve
★ ATTIRANCE Hétéro mais cache un certain goût pour les femmes
★ GOÛTS L'argent, la séduction, l'aventure
★ PLUS GRANDE PEUR Devenir laide, perdre toute sa fortune
★ SIGNES PARTICULIERS Un bon maniement des armes blanches
★GROUPE Bad Guys
★ CÉLÉBRITÉ Charlize Theron
★ CRÉDIT(S) Moi
★ LE PORTAIL Londres
★VOULEZ VOUS QUE LE PNJ INTERVIENNE DANS VOS RPs ? Pourquoi pas ?



Photo





Caractère




La Veuve Noire de Disneyland Paris est une femme sans scrupule. Méfiez-vous de ses cheveux hypnotiques, ses yeux félins et ses lèvres pulpeuses. Cette femme est d'une détermination extrême, capable de tout pour obtenir ce qu'elle veut. Prête à tout, il faut dire que Constance a le goût de l'argent, elle fait tout pour en avoir et s'il faut jouer avec les hommes riches comme un chat avec une pelote de laine, Constance n'en démord pas, elle aime le goût du jeu. Elle est belle et elle le sait. Manipulatrice, orgueilleuse, elle est aussi d'une cruauté déconcertante. Pourtant, dans son plus grand talent d'actrice, elle peut être une amante dévouée, aimante, agréable et d'une tendresse incroyable. Pouvant prendre un air candide et un air insouciant, Constance est malgré tout lunatique. A force de jouer, elle est devenue une femme aux tendances schizophrène et sa violence lui fait perdre la tête, l'entrainant parfois dans des instants de folie plus que troublants. Dangereuse et sournoise, parfois kleptomane, Constance est intelligente et agit en véritable businesswoman que rien ne doit abattre. Discrète, elle ne se fait jamais soupçonner lorsqu'elle tue ses maris.

La Black Widow des Haunted Mansion est une femme blonde, pulpeuse et au corps parfait. Ses yeux félins et sa bouche pulpeuse font craquer tous les hommes. Généreuse partout, elle est tout de même gracile. Amoureuse des bijoux et des beaux vêtement, elle est d'une sensualité extrême et porte sa féminité comme un étendard de fierté !




Once upon a time...




(Je viens de l'autre forum, je précise donc que cette histoire est celle que j'ai écrite là-bas ) Je vous avais donc promis de me présenter comme il se doit, certains d'entre vous semblent ne pas me connaitre et ce serait fort dommage...Après tout, n'est ce pas agréable d'avoir une somptueuse créature telle que moi dans vos cauchemars ? Avouez que l'effet ne sera que remarquable dans vos consciences de pauvres mortels que vous êtes. Je vous avais promis du frisson ? Vous ne connaissiez que le destin tragique de la pauvre chérie de Mélanie Ravenswood, mariée de Phantom Manor dont le coeur pur fût brisé ? Et que diriez vous d'un monde à l'envers où l'être le plus pur de la terre se met à s'occuper elle-même des coeurs en les...tranchant ?

Je pense qu'il est de mise de bien connaitre votre rédactrice, mes chers amis.

Je me nomme donc Constance Hatchaway, on dit de moi que mon destin remonte à loin puisqu'il a été créé par un des neufs sages Disney : Marc Davis, animateur pour dessins animés et plus tard Imagineer, les concepteurs des attractions à Disneyland. J'étais promise à devenir l’égérie d'une maison dite hantée... C'est donc tout naturellement que mes créateurs ont appelé ce concept : Haunted Mansion. Vous parlez d'une originalité !D'après ce que l'on a pu me raconter, apparemment je devais n'être qu'une ébauche avant d'appartenir enfin à la Haunted Mansion en 2006. Ce n'était pas trop tôt ! Mais je leur en veux de m'avoir cloitrée dans ce grenier poussiéreux où je contemple sans arrêt mes cadeaux de mariages... Oui le pluriel à ce mot a toute son importance, vous comprendrez.

Quant à moi même, mon histoire est tout autre puisque je naquis à la Nouvelle Orléans. Issue d'une famille modeste, j'ai eu une enfance... Non je ne m'en souviens plus. A une époque où les jeunes demoiselles doivent trouver un bon parti, j'ai vite compris que ma beauté exceptionnelle et mon esprit subtil arriveront aisément à combler les désirs de mon cher Père et de ma chère Mère. Mais je fus trop impatiente...Habituée aux soirées mondaines, à force de séduction je réussis à trouver Ambrose Harper, un homme puissant et riche...Très riche ! Et je ne mis pas longtemps à ce qu'il tombe dans mon funeste piège...Et c'est en 1869 que je me mariais pour la première fois, pour le grand ravissement de mes parents. Et après 1 ans, je compris que mes parents voulaient renflouer leurs caisses, je ne servais qu'à cela, et ça, je ne pus le supporter...

Comment une bougie mal éteinte peut régler vos soucis en une étincelle !

Disparition du Manoir Hatchaway et bien sûr tout le reste de la fortune qui me revînt de droit, consolée par le gentil petit Ambrose, un homme naïf élevé par une famille d'agriculteurs très prospère...Mais je me mis à me sentir si puissante dans la richesse que je ne voulais plus en être actrice mais en être la propriétaire...Chacun de ces objets étalés me faisait frissonner si bien que mon envie de voler fût de plus en plus forte et parfois cela devenait incontrôlable. Bientôt, j'éprouvais déjà la soif de pouvoir et de puissance. Je n'éprouvais rien pour Ambrose...Rien.

Alors que je me baladais dans le jardin, Ambrose me rejoint de manière presque subtile, le genre de soir où l'on vole agréablement un baiser à une demoiselle loin des regards. Sauf que le pauvre diable ne savait pas que j'avais pris sans aucune raison un couteau dans la cuisine et au moment où il tenta de m'embrasser....Je le transperçais, étouffant ses cris sous un baiser mortel. Et dés qu'il fût mort, je m'enquis de chercher dans sa demeure une feuille et un stylo, imitant son écriture et parvenant à me faire léguer toute sa fortune. J'ai dû revêtir une tenue de deuil, le noir m'allait si bien...Bonne actrice que j'étais, personne ne me soupçonnait et ce fût une affaire classée...Le couteau, je le jetais dans le petit ruisseau dans le jardin, il disparut entre les hautes herbes du marécage.

Plus tard vînt à ma rencontre, le riche Frank Banks, un banquier réputé de la côte Ouest de l'Amérique...Ce fût ma prochaine cible, ma future victime. Et à force de parler économie, mon esprit mathématique étant brillant, il tomba sous mon charme et nous nous marions en 1872. Apprenant la mort de mon autre mari, il fût encore plus touché par mon sublime faciès. Je partis donc le rejoindre en Californie où nous vécûmes des jours plus qu'heureux... Du moins...Il m'aimait mais moi pas. Je le haïssais. Ses discours ennuyeux, ses yeux rivés dans les chiffres...Je voulais lui ôter cette flamme qui se voulait être mienne. Je fus à nouveau éprise de l'envie de dilapider toutes ses richesses, me l'approprier avant et en jouir après.

Et ce fût par un soir d'orage, où je me résolue à frapper. Lui et moi dans le lit nuptial, je lui dis que je voulais jouer à un petit jeu...Lui bandant les yeux, je l'invitais à se tenir debout alors que j'accrochais une corde au plafond. Je lui demandais de grimper sur un tabouret, le divertissant de mes caresses quand il sentit la corde autours de son cou, il prit ça pour une démonstration obscène...Mais tandis que je refermais le piège sur lui, je plaquais ma main sur sa bouche et poussa le tabouret....Un craquement macabre...Puis..plus rien...

Le contrat de mariage me certifiait que toute la fortune allait me revenir...Et je touchais celle de Frank, sous un voile noir, pleurant faussement pendant les obsèques. Je prétextais de ma voix douce et câline, aux yeux du monde, que tout m'avait chamboulée et qu'il fallait que je retourne à la Nouvelle Orléans. Qui me soupçonnerait ? Les banquiers et le stress ! La mort assurée ! Je suis donc rentrée chez moi où m'attendait la demeure d'Ambrose. La richesse me brulait les doigts et la vie me semblait si douce et si pure tandis que le goût de chair fraiche et de sang me titillait chaque jour.

J'épousais ensuite, plus tard en 1874, un marquis...Venant de Chine, un grand diplomate. J'étais partie donc à nouveau, cette fois dans une contrée inconnue, me permettant l'exotisme. Le Marquis de Doome était un homme très beau parleur et je compris que je ne tenais que dans un harem...S'il me voulait comme femme officielle, son coeur avait un nombre dégoûtant de maitresses et de courtisanes ! Quoi ? Je tuais, mais je suis fidèle !

Je trouvais vite le moyen de l'éliminer, une belle noyade dans le fleuve Amour lors de notre escapade à Jilin dans la province chinoise...Rescapée d'une baignade...Ma tristesse se lisait sur mon visage...si seulement ils savaient...Là encore, toute la fortune me revînt de droit, au plus grand désespoir des maitresses du Marquis... Je m'enfuis donc, sans aucune trace, retournant une nouvelle fois dans mon Amérique natale. L'entourage mondain ressentait une profonde tristesse pour moi, me disant maudite...Oh mais il ne fallait pas gente dames et beaux messieurs...J'étais la plus heureuse des femmes, plus riche que jamais !

Dans la foulée, mon autre proie, rencontrée en 1875...Reginald Caine, un Baron spécialisé dans l'industrie des chemins de fer. Il était grand joueur et fin parieur. La principale richesse en sa possession venait de ses distractions et de sa chance. Encore une fois, le désir de lui voler sa chance et ce qu'il aura mit tout une vie à acquérir.

Particulièrement radin, il m'offrit tout de même son amour et, alors que je trouvais en sa cabane à outils une magnifique hache, je ne pûs résister à rompre notre sort...Jusqu'à ce que la mort nous sépare hein ? Oh mon cher Reginald, la chance allait tourner pour toi. Et d'un coup, je lui tranchais la tête alors qu'il travaillait sur sa maquette pour une nouvelle ligne de chemin de Fer. A l'époque, le projet suscitait la jalousie de d'autres entrepreneurs...Sa mort pouvait être largement préméditée. Cette fois-ci, ce fût ma chance qui semblait prendre le dessus.

Et je fus une nouvelle fois plus riche...Mais j'allais sceller mon destin avec George Hightower III, fleuron et dernier bijou de ma collection. Provenant d'une famille extrêmement riche, il avait fait construire un manoir de style colonial de couleur blanche à la nouvelle Orléans. Grands Architectes, les Hightowers portaient bien leur nom. On dit que l'un d'eux construit un magnifique hôtel au Japon.

George passa sous ma hache que j'avais réussi à récupérer....Mais hélas, la maladie me frappa...Et je succombais près du corps de mon défunt mari, sa tête roulant sur le sol. Des jours durant, je me cloitrais dans le manoir, n'osant plus en sortir et ce, même si j'organisais toute seule les funérailles où j'enterrais le corps moi-même. Je jouissais de ma fortune, luttant contre ma faiblesse, caressant amoureusement ma hache. Mais ma peau perdit de son éclat et ma fatigue grandissait de jours en jours...Je me sentais partir...Et je mourus, sans savoir pourquoi, riche d'une fortune que je ne pourrais jamais toucher...

Et je hante encore la demeure, MA demeure ! Celle que vous appelez aujourd'hui Haunted Mansion.
Voici mon histoire...

Mais je ne m'attendais pas à ce que ma renaissance soit si violente. Si j'avais été habituée à être un esprit hantant les murs de mon manoir, je ne m'attendais pas à entendre à nouveau mon coeur battre. Il m'a suffit d'un clignement d'oeil pour que je me retrouve assise en train de siroter un thé à l'anglaise. Ô je faisais beaucoup de rêves, même en étant morte. Mais celui-ci avait l'air plus que réel ! Les sons, les couleurs et la lumière si vive semblait me brûler la peau. Je sentais bien cette rupture avec le surnaturel, j'avais revêtu mon apparence d'antan, comme si l'on m'avait accordée une seconde chance. Mais hélas, je n'étais pas chez moi, je ne reconnaissais rien et d'étranges machines, d'étranges tenues bigarrées déambulaient autours de moi. Je me retrouvais dans un autre-monde.
Je n'entendis qu'un seul nom :
Londres

Here comes the Bride...





Qui es tu ?



★ PSEUDO Nausicaa Ravenswood
★ ÂGE 18 ans
★ PRÉSENCE Autant que possible ;)
★ OU AS-TU CONNU NMHE ? Disons que je reviens de l'endroit qui a permit la création de ce forum
★ EN T'EN PENSES QUOI? Que je suis si heureuse qu'il soit là !
★ CODE Check by Mushu ♥
★ UN MOT POUR LA FIN? Tu veux goûter à ma hache ? :D




Dernière édition par Constance Hatchaway le Lun 22 Avr 2013 - 19:18, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Constance Hatchaway ~ Till Death Do Us Part !  Mer 10 Avr 2013 - 15:30
Ca me parait okay, je valide ! o/
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Constance Hatchaway ~ Till Death Do Us Part !  Jeu 11 Avr 2013 - 11:47
Ravie de te revoir aussi toi ♥
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Constance Hatchaway ~ Till Death Do Us Part !  
Revenir en haut Aller en bas
 

Constance Hatchaway ~ Till Death Do Us Part !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Vraie Raison du Départ de Batista
» Départ non réfléchi et vite regrété.
» Commande Death at Koten
» Cities of Death
» Patrimoine de Coupvray: Part de Brie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No more happy endings... :: Au beau milieu d'un rêve :: C'est un nouveau monde :: Présentations supprimées-