Partagez | 
 

 Un pyromane à la caserne, c'est comme un loup dans la bergerie?[pv pegounet]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lord of the Dead
Bad Guys
PRESENCE/ABSENCE : Omniprésent... /sbaf/
DOUBLES COMPTES : Trois bêtes très bête...
PHOTO D'IDENTITE :

DESSIN ANIME D'ORIGINE : Hercule
ÂGE DU PERSONNAGE : trop vieux pour toi gamine!
COTE COEUR : C'est Helga qui l,a trouvé, elle le garde <3
OCCUPATION : tente de dominer le monde
HUMEUR : Boum Badaboum boum boum boum! Ah!
MON ARRIVÉE : 24/04/2013
MON VOYAGE : 555
POINTS : 120
LOCALISATION : pas de tes oignons!

MessageSujet: Un pyromane à la caserne, c'est comme un loup dans la bergerie?[pv pegounet]  Mar 26 Nov 2013 - 5:19
    Salut, c’est moi, Hadès… Vous m’aviez oublié? Pourtant ce n’est pas bien d’oublier les gens de la sorte, même si ce ne sont que des méchants… Moi, je ne vous avais pas oublié… enfin si, mais j’ai le droit parce que j’ai une jolie étiquette de méchant… Ça me donne plein d’avantage ce titre, comme que je n’ai pas honte de menacer de mettre le feu à un chat ou que je n’ai rien à faire de l’opinion qu’on a de moi. Sinon, je n’ai pas besoin d’amis, donc personne à prendre soin! Je vous le dis, être méchant, c’est bien plus amusant que d’être gentil, car on n’a pas de remords, de responsabilité et personne à sauver! Et puis techniquement c’est bien plus difficile de sauver quelqu’un car il faut le maintenir en vie et blablabla qu’il ne devienne pas légume, c’est un travail qui peut s’éterniser! Alors que dans le cas contraire et bien une fois qu’il est mort, on ne s’en occupe plus! Enfin sauf dans mon cas, parce que la mort, c’est mon business, donc je m’occupe des âmes… enfin c’était, parce que là je ne suis plus un dieu, juste un humain.

    Sinon qu’est-ce que je suis devenu depuis tout ce temps? À partir de quand vous n’avez pas suivi? Parce qu’on va pas recommencer depuis le début hein! Parlons plutôt de ce qui m’amène devant cette caserne de pompier : Tout à commencé avec ce gamin qui s’était avéré être la bourrique de mon neveux et ennemi, Hercule. Donc la cervelle de moineau et moi nous sommes un peu battu dans un bar, auquel j’ai un peu mis le feu… ce qui m’a permis de visité un poste de police où j’héritai de travaux communautaires et où j’ai aussi un peu mis le feu, mais personne ne l’a su que c’était moi sauf mon colocataire de l’époque… Rouquin qui me mit un peu à la porte après que j’ai aussi un peu incendié sa cuisine… Ce qui m’envoya à l’hôtel où je rencontrai une petite bécasse avec une petite chatte à laquelle je m’avérai être allergique… Un truc d’humain qui me faisait éternuer et moucher, très classe... Ensuite les gicleurs inondèrent la chambre lorsque je voulu impressionner la blondasse avec quelques flammes pour la faire taire… Donc en gros, ma vie ici est vraiment un enfer et je m’y connais!

    Sinon autre fait passionnant, c’est que j’avais du me trouver un nom complet, parce que Juste Hadès, ça ne satisfaisait pas les humains… Parce qu’il y avait cinquante Hadès peut-être? Ce que ces êtres inférieurs pouvaient être stupides parfois! Je choisis Alexander comme nom de famille, parce que je trouve ça classe. Le D dans tout ça? Bah c’est bien pour la sonorité je trouve. Officiellement c’est pour Dwayne, mais officieusement c’est pour dieu ou « Damn, I am fabulous » En fait on s’en fou un peu, j’avais envi de mettre un D, alors je l’ai mis, voilà! Bien qu’il est vrai que je suis un dieu et que je suis fabuleux! Bon, je sens la controverse à ce sujet, mais si vous n’êtes pas content, pourquoi vous suivez mon histoire?

    Bon moi je n’étais pas content et je devais bien suivre, car après tout, c’était mon histoire… m’enfuir, plutôt faire un repli stratégique semblait fort indiqué dans ma situation, car je n’avais pas du tout envie de faire des travaux communautaires, car cela impliquait de travailler et de ne pas être payé en retour, deux choses auxquelles je m’opposais fermement! Bah quoi? Je ne me salissais pas les mains, mais je récoltais les bénéfices, c’était ça pour moi la vie! Enfin, avant que je ne débarque ici. En plus ce travail gratuit, je devais le faire pour que la société me pardonne mon « méfait » mais c’était à ce point mal de mettre accidentellement le feu au bar du petit ami d’un ennemi? Parce que si c’était à refaire et bien je reviendrais le soir quand il n’y a plus personne pour me voir et je mettrais tout de même le feu! Quoi?! Des tendances pyromanes? C’est tout ce qui me reste de mes pouvoirs divins, alors laissez moi en profiter! Sauf que là, devant cette caserne, je trouvais que la vie riait bien de ma gueule… envoyé un pyromane dans une caserne de pompier… vous savez, pour éteindre des feus…

    Je finis par décider à entrer, allant me présenter au bureau du chef qui me fit assoir pour me parler de plein de choses que je n’écoutai pas, parce que c’était long et vraiment ennuyant. Je me concentrai sur pleins de petits trucs, comme ne numéros de la caserne… et bien ça me disait quelque chose… Je me souvins du travail de cervelle de moineau, il était en service lorsque nous nous étions croisé dans un parc! J’eus un frisson de dégout… Si le blondinet apprenais que j’avais obtenu des travaux dans une caserne, il se marrerait bien ce bouffon!

    Je fus sortit de mes pensés par la porte qui s’ouvrait, il semblait que celui qui devait me superviser pendant la journée arrivait enfin… Bon, j’aurai bien aimé attendre plus afin de moins travailler… En le voyant, je compris que la journée avait vraiment été belle jusque là… Ah non, mais quelle poisse!!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Un pyromane à la caserne, c'est comme un loup dans la bergerie?[pv pegounet]  Mar 26 Nov 2013 - 6:33

Un pyromane à la caserne, c'est comme un loup dans la bergerie?
Hadès D. Alexander & Pégase R. Smith



Par où commencer ma misérable existence..? Pour commencer je vivais seul. J'avais un grand appartement vide. Appartement vide que je gardais ainsi dans l'espoir de retrouver Hercule et pouvoir vivre avec lui comme dans le bon vieux temps. Ensuite, j'avais un boulot. Il me plaisait... De temps à autre. Enfin, je l'appréciais surtout quand personne faisait des blagues douteuses sur mon orientation, car voyez vous, ce sujet m'irrite plus qu'énormément. Une blague c'est marrant, une deuxième ça va, une troisième ça devient agaçant... Mais alors que les mecs avec qui tu travailles ne cessent pas d'en faire, là, ça devient vraiment énervant. J'avais cru leur avoir fermé le bec à New-York avec Dory, mais il semblerait que mon passé avec Erwan était beaucoup plus ancré dans leur mémoire que je ne l'avais imaginé... Et pour finir, il avait eu un nouveau... Zachary. Il était identique à moi. Grec, marrant, serviable, intelligent (Eh oh je sais où vous voulez en venir!), souriant.... Mais terriblement gay. On me l'avait présenté pour que je l'aide à s’intégrer. Vraiment..? J'ai trouvé cela tout de suite absurde puisque je devais bien être le moins bien intégré. Le chef aurait dû donner cette tâche à Dimitri qui était ami avec tout les gars de la caserne et qui méritait davantage mon poste que moi-même, sauf que je compris rapidement pourquoi Dimitri n'avait pas eu cette responsabilité... Il l'aurait sans doute tabassé et insulté. Et voilà que moi, j'avais le droit à tout les commentaires stupides du genre : « Oh Erwan ne sera pas jaloux? » ou « T'as un nouveau p'tit copain? ».

Cette journée-là, c'était plutôt tranquille. Mais il faut dire qu'il avait eu un gros feu plus tôt alors que j'étais encore chez moi et que la plupart des pompiers étaient exténués et n'avaient pas dormit depuis plus que 24 heures. Si, ils n'avaient pas tous ma chance et d'autres comme Dimitri faisaient exprès de rester à la caserne, juste au cas où. En fait, je croyais surtout que Dimitri ne savait pas vraiment quoi faire de ses soirées et préférait rester là a jouer aux cartes ou à regarder la télé. En même temps, je ne pouvais pas vraiment lui dire que cette attitude était malsaine, car si l'ont oubliait Dory et mes soirées cinéma avec Hani', il n'y avait pas vraiment de choses palpitantes dans ma vie.

Il était 12h47 et j'étais sur le point de terminer mon repas à moitié carboniser à cause du micro-onde qui était, malgré le temps que je l'utilisais, indomptable. La plupart du temps, Zachary partageait la moitié de son repas avec moi... Et j'acceptais si personne était à l'étage qui était en fait qu'une petite cafétéria avec trois tables rondes et un salon qui n'avait aucun mur entre eux. Cette fois-ci, il y avait étrangement beaucoup de gens, au point que je mangeai debout accoté contre un mur. Ce n'était pas très agréable, mais en même temps cela ne me dérangeais pas vraiment puisque j'avais un rendez-vous avec mon chef pour rencontrer une nouvelle recrue. Il ne m'avait pas donné d'informations sur son âge, son origine ou bien ces études, mais si ma mémoire était exacte, mon chef m'avait dit que c'était Alexander. Non pas son prénom, mais bien son nom, car ici personne ne s'appelait par son prénom puisqu'au nombre que nous étions, il était facile d'avoir plusieurs personnes du même nom.

Quand j'eus enfin terminé mon plat de pâtes qui étaient devenues brunes et secs, je descendis au premier et longeai le long corridor étroit où je trouvais le vestiaire et les bureaux administratifs de personnes que je ne voyais jamais sortir de là. Je n'avais même pas osé ouvrir une fois une des portes pour voir ce qui s'y cachait. Je toquai deux fois à la porte de mon chef, puis je tournai la poignée doucement et je me raclai la gorge au cas où il ne m'aurait pas entendu cogner. Aussitôt que je mis un pied dans le petit local rempli de paperasse et de classeurs, mon chef se leva et me tendit la main en me présentant l'homme que je devrai formé.

« Voici Alexander! Il sera ici pour quelques jours le temps de faire quelques heures de travaux communautaires pour avoir...

brûlé un bar... » Terminais-je

Alors que mon patron me présentait le prénommé Alexander , j'avais immédiatement posé mon regard turquoise sur l'homme pour me rendre compte que ce n'était nul autre que Hadès. J'eus envie de lui sauter à la gorge pour tenter de le tuer une deuxième fois et cette fois-ci réussir, mais je me contentai de retourner mon regard vers l'homme rond qui se trouvait de l'autre côté du bureau.

« Je veux pas.

Et pourquoi?

Parce que! Parce que! Parce que je le connais! Parce que c'est avec lui que je me suis battu la soirée où le bar à prit feu!

Smith! Soyez un peu plus professionnel! » Grogna-t-il

Je sentis mes bras tomber par terre lorsque je l'entendis dire ces mots. Comment pouvais-je être professionnel alors que j'avais mon pire ennemi à quelques pas de moi! Ce n'était pas bien compliqué, j'allais le tuer si je passais les 7 prochains jours à le chaperonner! J'avais déjà assez de Zachary à m'occuper! Ah!!! J'étais même pas capable de m'occuper d'un stupide poisson rouge! Bubulle était devenu Bubulle2 et heureusement que Dimitri ne le savait pas! J'ai faillis éclater de rage et je ne le fis pas simplement parce que je n'aurais pas su quoi dire. Ma rage aurait sûrement ressemblé à : « jkhngbvtdtfhjuk!!! » et à un billet chez un psychologue.

« Petrovski ne pourrait pas le faire...?

Bien sûr que oui..! Mais il est en congé de maladie suite à ce qu'il est arrivé à New-York. »

Ah oui, ça! J'avais complètement oublié... Dimitri avait eu un malaise durant les festivités de New-York et il c'était avéré que ce n'était pas simplement à cause du soleil, mais plutôt parce qu'il avait un truc, genre une maladie qui mesurait deux kilomètres de long...Je poussai bruyamment de l'air par les narines, signe d'exaspération puis regardai à nouveau l'ancien dieu.

« Bon... Doune. Tu viens? J'ai pleeeeeeeeeeeein de trucs à t'apprendre. »

Je tournai les talons puis ouvris la porte et marchai rapidement le long du corridor.

« Ne me perd pas vu Hadès! »

Je tournai le coin et ouvris un porte et descendis quelques escaliers pour me retrouver dans le garage où il les 6 camions de pompiers du secteur étaient stationnés et sur le point d'être nettoyés. J'allai à un placard où je pris un sceau rouge puis une guenille que je lançai à la nouvelle recrue.

« Vas remplir le sceau, t'as qu'à demander le tuyau que Tom à dans les mains. Ensuite, tu feras mousser le camion »

codage par langweilen sur apple-spring

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lord of the Dead
Bad Guys
PRESENCE/ABSENCE : Omniprésent... /sbaf/
DOUBLES COMPTES : Trois bêtes très bête...
PHOTO D'IDENTITE :

DESSIN ANIME D'ORIGINE : Hercule
ÂGE DU PERSONNAGE : trop vieux pour toi gamine!
COTE COEUR : C'est Helga qui l,a trouvé, elle le garde <3
OCCUPATION : tente de dominer le monde
HUMEUR : Boum Badaboum boum boum boum! Ah!
MON ARRIVÉE : 24/04/2013
MON VOYAGE : 555
POINTS : 120
LOCALISATION : pas de tes oignons!

MessageSujet: Re: Un pyromane à la caserne, c'est comme un loup dans la bergerie?[pv pegounet]  Mer 27 Nov 2013 - 2:41
    J'avais envie de me cogner la tête contre le bureau... mais vu ma condition d'humain, ça aurait pu être légèrement douloureux. Sauf que me faire mal, ce n'était pas trop mon truc, car j'étais dieu de la mort, pas des sadomasochistes! Quoique peut-être que ça m'aurait faire oublier la douleur mentale qui s'était emparée de moi depuis peu. bon je n'allais déjà pas très bien depuis quelque temps, mais là, de voir la cervelle de moineau qui se trouvait juste là, c'était vraiment atroce! En même temps, j'aurai du m'en douter, je n'étais pas très loin du parc où je l'avais croisé à mon arrivée... me retrouver dans la même caserne c'était une chose, mais qu'il doive être responsable de moi, c'en était une autre... J'avais vraiment de la difficulté à accepter ce fait... vraiment ça me restait au travers de la gorge! je crois que ce qui me semblait pire, c'est que je devais absolument jouer le jeu afin de ne pas aller faire de la prison... S'évader était bien sur envisageable, mais c'était bien moins compliqué de ne pas y aller! Et puis je trouverais bien tôt ou tard des façons de contourner les lois des humains, car j'étais trop  bien me me conformer à toutes ces idioties! le truc cependant serait de faire croire à tout le monde que je suivais le troupeau, mais en fait, j'étais le loup déguisé en mouton... Ouais, j'aimais bien cet image, c'était presque poétique.

    Bon l'heure n'était pas à la poésie et les métaphores, mais à suivre une conversation ennuyante. Ce que je faisais distraitement, me concentrant trop sur mon air blasé. Oh je faillis sourire lorsqu'il fut question du manque de professionnalisme de cervelle de moineau. Je ne savais pas quoi faire en éclater de rire ou féliciter le patron... Parce qu'en même temps, ce n'était pas très professionnel de demander au gamin de surveiller celui qui lui avait foutue une raclée... Bon techniquement, nous étions presque à égalité, mais j'étais celui qui était resté conscient, alors j'avais gagné!

    Il fut enfin le temps de se bouger... MINUTE!? Il venait pas de m'appeler DOUNE?! Non mais quels droits croyait-il avoir pour m'affubler d'un tel surnom? Je l'appelait Pegounet peut-être? Non mais ses petits surnoms de tapettes, il pouvait les garder pour son petit copain! Je me souvint de la petite bécasse blonde qui m'avait cru en couple avec lui... Qu'il essai pour voir et je lui ferait regretter... Et puis comme si ce n'était pas assez, il croyait pouvoir m'apprendre quelque chose? Pff... rien de ce qu'il avait à m'enseigne ne m'intéressait... Quoi? éteindre un feu? Je savais très bien faire disparaitre mes flammes... sauf quand je perdais le contrôle... mais bon c'était une autre histoire...

    Je le suivis, parce que je n,avais pas trop le choix, bien que je fis exprès pour trainer les pieds. Non mais je n'allais pas en plus faire semblant d'être content d'être là! Il y avait bien des limites à se ridiculiser. Et puis maintenant je devais nettoyer des camions de pompiers... et puis quoi encore, poser pour le calendrier aussi? Non mais il était hors de question que je fasse comme à la télévision en enlevant mon haut et en m'aspergeant d'eau!


    - J'ai l'air d'être ta bonne peut-être? Tu peux bien aller le remplir toi-même ton seau... Et puis c,est quoi l'intérêt de nettoyer les camions... ils vont être à nouveau sale dans très peu de temps... non mais vous n'avez rien de mieux à faire de votre temps?


    Non, je n,avais pas envie d'obéir... ni à lui, ni à personne! mais surtout pas à lui! Oh j'en profitait pour lui jeter la guenille au visage. En plus c'était stupide de laver les camions avec un bout de tissus... Non mais vraiment, ils engageaient n'importe qui dans cette caserne! le critère était d,avoir un beau petit cul et tant pis pour l'intelligence? pas que je regardai les derrières des hommes, mais le petit ami du blondinet devait bien lui trouver quelque chose? Tout ça n'étant pas de mes affaires et puis le boyau d'arrosage qui coulait, je décidai d'aller au petit coin. Je vis un petit dessin représentant ce qui m'intéressait:

    - Je dois satisfaire un besoin naturel mon colonel! Permission d'aller au petit coin!


    Sans attendre j'allais aux toilettes, verrouillant la porte question de pas me faire déranger pendant que je prenais tout mon temps et même plus pour faire mes petites affaires et me laver les mains trois fois question de perdre plus de temps.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Un pyromane à la caserne, c'est comme un loup dans la bergerie?[pv pegounet]  Mar 3 Déc 2013 - 0:34

Un pyromane à la caserne, c'est comme un loup dans la bergerie?
Hadès D. Alexander & Pégase R. Smith



Il faisait exprès, j'en étais presque sûr. Il traînait des pieds lorsque que je me dirigeais vers le garage et je dû même ralentir et vérifier à plusieurs reprises derrière moi pour être sûr qu'il me suivait toujours et qu'il ne décidait pas de fouiller à des endroits qu'il n'avait aucunement l'autorisation d'y être. Alors que je lui avais remis la chaudière rouge et la guenille, Hadès me la relança ce qui me fit grincer des dents. Il n'allait pas me faire une crise de diva alors qu'il était en fait mon employé?! Il quitta aussitôt vers la salle de bain ce qui m'empêchai de lui faire bouffer le linge. C'était sans doute mieux comme ça quand j'y pensais. Je me montrai patient envers lui et je lui laissa plusieurs minutes pour satisfaire ses besoins primaires, mais c'est lorsque Tom se moqua de moi en me demandant si j'avais déjà perdu mon nouveau amoureux que je décidai de lancer mon sceau au sol et que j'entrai en trombe dans les toilettes où je trouvai l'ancien dieu entrain de se nettoyer les mains pour la je-ne-sais-combientième fois. Mon teint naturellement doré était désormais rouge de couleur et sans perdre une seconde je fonçai directement sur lui et lui tira le collet pour le plaquer contre le mur à quelques centimètres de la porte d'entrée. Ma respiration semi-coupée et bruyante était la seule chose que l'ont pouvait entendre dans la grande pièce où nous nous trouvions.

« Toi espèce de sale fainéantent de dieu! Tu vas m'écouter et tu vas faire ce que je vais t'ordonner! Si je te dis de laver le stupide camion rouge, tu le fais! Si je te dis de me lécher mes bottes, tu le fais! Ici c'est mon territoire et tu es mieux de m'écouter, car c'est moi qui décide de ton sort! »

La porte s'ouvrit à ce moment et je la reçue sur le côté du crâne ce qui me fit pousser un petit gémissement de douleur. Je lâchai immédiatement le collet de mon ennemis et je me reculai pour pour rendre compte que c'était Zachary qui était là et qui nous observait d'un drôle de regard. Je ne pouvais dire ce qu'il voulait dire entre le dégoût et l'étonnement. Mes yeux devinrent ronds en réalisant que cette scène était vraiment bizarre pour quelqu'un qui n'y avait pas assisté.

« Attend c'est pas ce que tu …

Non, ça va, tu fais ce que tu veux... » dit-il en sortant aussi rapidement avait rentré.

Je restai un moment bouche-bée, à observer l'endroit ou Zach se trouvait encore il y avait quelques secondes puis je me retournai et fronçai les sourcils et fis signe à Hadès d'une façon autoritaire de me suivre. De retour dans le garage, je lui redonnai le linge et j'allai remplir moi-même la chaudière qui ne voulut pas se remplir immédiatement puisque je ne l'avais pas mit du bon côté.... Bon arrêtez de rigoler! Ça l'arrive à tout le monde d'arroser le mauvais côté d'une récipient! Je revins finalement avec la chaudière pleine d'eau mousseuse puis la déposai aux pieds de l'homme sans aucune délicatesse ce qui fit renverser une partie de l'eau sur ses souliers qui devaient être désormais inondés.

« Tu fais quoi sans bottes? » Lui demandai-je bêtement

Je pris à mon tour une guenille et la trempai dans l'eau puis commençai à nettoyer une partie arrière boueuse du camion que mes collègues avaient utilisés durant la nuit. Après un instant de frottage, je m'arrêtai et fixai le brun qui prenait poussière.

« Tu crois que je vais nettoyer ça tout seul?! Fais pas semblant de frotter. »

J'attendis que ses efforts soient satisfaisants puis je recommençai à frotter à mon tour.

« Ça me fait penser que je vais devoir te trouver un uniforme de pompier au cas où il y aura une alerte d'incendie. C'est dommage, mais je ne peux pas te laisser brûler... »

codage par langweilen sur apple-spring

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lord of the Dead
Bad Guys
PRESENCE/ABSENCE : Omniprésent... /sbaf/
DOUBLES COMPTES : Trois bêtes très bête...
PHOTO D'IDENTITE :

DESSIN ANIME D'ORIGINE : Hercule
ÂGE DU PERSONNAGE : trop vieux pour toi gamine!
COTE COEUR : C'est Helga qui l,a trouvé, elle le garde <3
OCCUPATION : tente de dominer le monde
HUMEUR : Boum Badaboum boum boum boum! Ah!
MON ARRIVÉE : 24/04/2013
MON VOYAGE : 555
POINTS : 120
LOCALISATION : pas de tes oignons!

MessageSujet: Re: Un pyromane à la caserne, c'est comme un loup dans la bergerie?[pv pegounet]  Mar 3 Déc 2013 - 4:02
    Je commençai à me relaver les mains pour au moins la quatrième fois, si ce n'était pas la cinquième? Bah je recommençai encore une autre fois pour être certain que mes superbes mains étaient toujours aussi... superbes! Je perdais certes beaucoup de temps de cette façon, mais j'aimais bien aussi avoir des mains bien propres, un peu comme lorsque j'étais un dieu... les mains d'un dieu, ça ne se salis pas... Je vous jure, la poussière ne nous atteint pas! C'est comme la douleur, nous n,en ressentons pas lorsque nous sommes frappés par des armes mortelles! C'est pas pour rien que je regrette tellement d'être devenu un simple humain!

    Donc voilà, je me lavai les mains pour environ la sixième fois lorsque le petit nabot blond débarqua en furie! Je jure que si j'avais été de la taille de Peine et panique, j,aurais surement eut très peur! Sauf que là, malgré sa colère et le fait qu'il me tenait par le col contre le mur, je n'avais pas la moindre crainte.. non, parce que je commençais à penser à un truc... Le gamin ne pouvait pas me faire de mal! Enfin oui, il en avait la possibilité, mais il n'avait pas le droit de le faire, car sinon, il risquait de perdre son emploi! Bon, je savais qu'en échange, je ne devais pas non plus lui faire du mal, car sinon c'était retour au commissariat et je n,avais plus personne me me sortir de ce trou, alors il me fallait pas trop l'embêter, sinon j'étais mal barré... Sinon je me marrais bien, c,est que la situation devenais chaude! je blague! J'aurai préféré une jolie blonde à la place de cervelle de moineau... La vie était bien cruelle... Bon pas tant parce que je pu bien rire de l'apparition d'un autre gars... le petit ami jaloux du blond?

    Ensuite je le suivis en trainant des pieds, le laissant aller remplir sa chaudière d,eau... mais il en faisait une fixation? ah et quand il revint, ce crétin éclaboussa mes chaussures... génial. Le pire était surement le commentaire qu'il passa. Il n,eut pas a attendre pour une réplique cinglante:


    - Hey cervelle de moineau, c'est peut-être parce que tu m'en a pas donné? Tu crois que traine ça dans mes poches?


    Non mais vraiment, pourquoi il avait fallut que je tombe sur lui?! Me faire diriger par un tel imbécile heureux, c'était une honte... Comment-faisait-il pour se regarder dans le miroir? En même temps, il avait toujours été ainsi et même pire! Je "frottais" le camion sans conviction. c'était nul comme travail... et puis il y avait pleins de boyaux, pourquoi ne pas en prendre un plutôt que perdre autant de temps à nettoyer de la sorte? Ah et oui, je croyais qu'il allait le nettoyer seul, sauf que je m'abstins de tout commentaire, me contentant d'un regard qui lui signifiait bien ma façon de penser, alors que je faisais semblant de frotter plus fort... bon à force d'être si convainquant, je finis par vraiment nettoyer.

    Il me parla de me trouver des habits, au cas ou il y aurait un feu. heu... parce qu'il croyait que j'allais éteindre un feu? En plus c'était dangereux cette idée... pour eux, hein, pas pour moi! En fait ça serait vraiment irresponsable de m'emmener faire ce genre de travail! Quoique j'oubliais de qui je parlais! savait-il seulement ce que responsabilité signifiait?


    - Parce que tu crois que je peux brûler? Tu te rappelle à qui tu parles? Et puis tu es certain que tu veux m,avoir dans les pattes pour combattre un incendie? je suis si maladroit! oups...

    Je renversai la chaudière d'eau en guise d'exemple. Mais bon, si malgré cela il tenait à me trainer, peut-être que je le pousserai par accident dans un feu... ou un puits... ou une déchiqueteuse à feuille... Je trouverai bien! C'est alors qu'une sirène retenti... Ah non! J,espérai que ça soit une fausse alerte! Je profitai de la diversion pour me pousser en douce vers un autre coin de la caserne... tiens, tiens, la cafétéria semblait un bon endroit pour attendre la fin de la journée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Un pyromane à la caserne, c'est comme un loup dans la bergerie?[pv pegounet]  Mar 3 Déc 2013 - 16:00

Un pyromane à la caserne, c'est comme un loup dans la bergerie?
Hadès D. Alexander & Pégase R. Smith



Vraiment, avec la façon dont il me parlais, javais vraiment envie de le laisser brûler et j'avais aussi envie de le frapper. Oh oui! Le frapper pour le tuer dans d'atroces souffrances! Au point où j'en étais, j'en avais presque rien à faire de perdre mon emploi! Les gens me détestaient, je risquais ma vie tout les  jours à éteindre des feux et j'avais de fortes responsabilités pour mon jeune âge. Franchement, pensez-vous sérieusement qu'il était évident d'essayer de faire son mieux alors que personne ne vous était reconnaissant? Hadès me dit simplement d'un ton faussement désolé qu'il était le pire des maladroits et fit tomber volontairement le sceau. L'eau se rependit autour de nous j'étais persuadé d'en avoir reçu dans mes bottes que j'avais attaché rapidement pour venir à la caserne. Je me penchai pour prendre le sceau et failli l’assommer volontairement avec, mais j'entendis la cloche d'alerte sonner.

Par habitude, j'allais me diriger vers les vestiaires où l'uniforme se trouvait, mais je m'arrêtai vite et freinai la fuite de l'ancien dieu en l'agrippant par l'épaule et en l'amenant avec moi. Je lui tirai le poignet fortement et je me rendis jusqu'à un petit bureau où j'avais été ma première journée pour avoir mon uniforme. Malheureusement, la porte était barrée et il était donc impossible de lui fournir un quelconque manteau. Je rebroussai donc chemin à la hâte et j'allais au vestiaire qui était désormais quasiment vide puis j’enfilai en moins de 10 secondes mon équipement puis je regardai l'homme et regardai ensuite les trucs de Dimitri pendant quelques fractions de secondes et lui tendit.

« T'es pas gay..? M'ouais.. Ça va faire l'affaire, disons..! Mets ça immédiatement. Les premiers camions sont partit, il n'en reste plus que deux. »

C'était bête à poser cette question, mais je savais que Dimitri n'était pas très chaud à l'idée des gays, tout comme moi, et je savais que certains dieux Grecs étaient disons... Particuliers... Évidement, je sais bien que jamais il ne le saura, mais c'était plutôt pour ma conscience que j'avais demandé. Je m'étirai le cou pour observer ce qu'il se passait dans le garage puis sautai un peu sur place à cause du stress de ne pas être à temps. J'étais en effet un des premiers à avoir terminé et à être installer dans le camion sauf que là, Hadès était vraiment de trop. Je vis un des derniers camions partir et c'est à ce moment là que je décidai de faire comme s'il était un petit enfant de maternelle et je l'aidai à s'habiller. Par chance, avec 4 mains cela alla rapidement et je pu le tirer jusqu'au camion qui commençait à partir sans nous. Je dû donc m'accrocher à l'arrière du camion et tirer l'homme de force avec moi. Aaaah... La journée n'allait pas être reposante et j'allais lui faire payer.

codage par langweilen sur apple-spring

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lord of the Dead
Bad Guys
PRESENCE/ABSENCE : Omniprésent... /sbaf/
DOUBLES COMPTES : Trois bêtes très bête...
PHOTO D'IDENTITE :

DESSIN ANIME D'ORIGINE : Hercule
ÂGE DU PERSONNAGE : trop vieux pour toi gamine!
COTE COEUR : C'est Helga qui l,a trouvé, elle le garde <3
OCCUPATION : tente de dominer le monde
HUMEUR : Boum Badaboum boum boum boum! Ah!
MON ARRIVÉE : 24/04/2013
MON VOYAGE : 555
POINTS : 120
LOCALISATION : pas de tes oignons!

MessageSujet: Re: Un pyromane à la caserne, c'est comme un loup dans la bergerie?[pv pegounet]  Ven 6 Déc 2013 - 2:56
    Il venait pas d'essayer de m'assommer avec son seau? Heureusement, il était vraiment maladroit et me rata. Il faut dire que j,avais tout de même eut un excellent réflexe de reculer un peu avec un certaine grâce... bon pas tant que ça parce que je faillit trébucher, mais bon, personne ne le vis et je vous conseille d'oublier ça aussi... Pourquoi ils ne virent pas? parce que la cloche sonnait, hello? vous suivez toujours? Non mais il faut absolument que je me répète comme ça? Bon vaut mieux que je me répète pour être certain que vous ne manquez rien de mes aventures... Bon, cessez de me déranger et revenons à nos moutons... enfin à notre petit agneau à la cervelle de moineau qui m'avait agripper pendant que j'essayai de fuir, sauf que ce n'était pas une fuite, mais un repli stratégique!

    Il me traina jusqu'aux vestiaires en faisant un détour pour je ne savais pas trop quoi... il était perdu ou quoi? Il s'habilla de son uniforme qui le faisait paraitre bien moins maigrichon... Ensuite il me posa une question étrange... Je ne voyais pas trop le rapport en fait avec la situation... à moins qu'il commençait à me trouver de son gout? Erk... Pourquoi ce genre de truc n'arrivait qu'à moi? Bon, je savais que j'étais un méchant et tout ça, mais je ne voyais pas trop le rapport avec me faire draguer par un nabot... Le pauvre devait être en manque ou je ne savais pas trop quoi, mais malgré cela, je ne pouvais m,empêcher de vouloir le narguer d'une manière où d'une autre... surtout qu,en même temps, logiquement, il me haïssait probablement à mort...

    - Pourquoi tu me demande ça? Tu ne peux pas résister à mes charmes divins? Parce que je te dirai de te calmer les ardeurs, t'es pas mon genre petit...

    Je voulais prendre le plus de temps possible pour m'habiller, mais l'autre semblait décédé à m'aider... heum, décidé je veux dire! même si il aurait été bien mort, ça m'aurait fait une âme! donc voilà, il était décIdé à m'aider ou à me tripoter, je savais pas trop. Si je le repoussai trop violemment, j'aurai des problèmes et je ne pouvais pas non plus baisser mon pantalon pour montrer que JE décidais, parce que j'aurai eut l'air très stupide. Et puis je ne voulais pas l'exciter non plus...
    Une fois fini de m'habiller, il me traina jusqu'au camion qui démarrait.. super on va pouvoir rester là! Et ben non... Ce crétin sauta à l'arrière et me tira avec lui. Pourquoi tant d'empressement? Il n'avait pas le feu! ah mais si en fait... Et puis pourquoi aller l'éteindre? C'était bien le feu, c'est pour ça que c'était mon élément! Cette situation était débile... pourquoi je restai accroché là moi? oh parce que j'avais pas envie d'avoir mal... ça faisait mal, avoir mal...même que ça pouvait être soufrant... Quoique je ressentais un élancement dans mes bras, je n'étais pas habitué à me cramponner de la sorte... Je grognai pour passer le temps:


    - situation ridicule... le feu c'est naturel pourquoi vouloir le tuer? l'air de parfaits crétins...

    Nous arrivâmes enfin et malheureusement sur les lieux de l'incendie. Tous se déployèrent pour brancher les tuyaux et arroser le feu, des choses qui ne m'intéressent pas tu tout. Non moi je voulais aller voir le feu de plus près! Il n'était pas si gros en fait, j'étais déçu. Je m,en approchai tout de même discrètement. Soudain j'entendis des cris, mais surtout un qui venait d'au dessus de moi et qui se rapprochait trop rapidement. j'eus le temps de lever les yeux pour voir quelqu'un qui venait s'écraser sur moi... Mes jambes cédèrent et je me retrouvai sous cette personne qui c'était jeté de l'étage au dessus... J'aurai aimé que ça soit une jolie femme, mais c'était une grosse madame. Elle se releva et me sera dans ses bras en me remerciant alors que moi j'essayai de la repousser pour prendre la fuite, sans succès. Je voyais pas ce que les gens aimaient à être des héro, non mais vraiment c'était horrible, on ne vous lâchait jamais!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Un pyromane à la caserne, c'est comme un loup dans la bergerie?[pv pegounet]  Dim 8 Déc 2013 - 22:55

Un pyromane à la caserne,
c'est comme un loup dans la bergerie?

Hadès D. Alexander & Pégase R. Smith



Le trajet fut rapide, mais il fait dire aussi que le feu n'était pas bien loin de la caserne...nous aurions pu y aller a pied, mais le côté pratique n'aurait pas été au rendez-vous avez tout les tuyaux que nous avions. Lorsque le camion s'arrêta à quelques mètres de la maison, je sortis immédiatement le grand tuyau enroulé au camion sans même penser que Hadès était sous ma responsabilité. Les pompiers avec qui j'avais monté commencèrent à dévisser la borne fontaine ce qui ne prit pas plus de 10 secondes et moi je finis d'installer le tuyaux qui ne prit pas plus de cinq secondes. Deux hommes le tira jusqu'à ce qu'ils soient à une bonne distance de la maison et commencèrent à se battre contre les flammes qui étaient de plus en plus grosses. Moi, je décidai d'aller voir mon équipe habituelle, soit avec les membres de l'unité avec qui je m'entendais le mieux, mais je m'arrêtai en chemin lorsque je vu mon ennemi s'avancer vers la maison. Je pressai le pas pour l'empêcher d'aller plus loin, mais alors que la chaleur commençait à devenir de plus en plus insupportable, je vis une grosse dame sauter d'une fenêtre et je voulus hurler à Hadès de partir, mais je restai figé et je ne pu faire autrement que regarder la scène se dérouler. La victime comme prévu s'écrasa sur le pompier improvisé et c'est dans un rire étouffé que je décidai d'aller les rejoindre. Je séparai la baleine échouée en lui disant d'aller rejoindre les ambulanciers que je venais d'entendre arriver puis lorsqu'elle partie enfin, j'amenai l'ancien dieu à l'écart.

« Qu'est-ce que tu comprend pas dans ''Le feu c'est dangereux''?! Oh monsieur ressent pas la chaleur blablabla JE M'EN FICHE! Les autres le savent pas et ils pourraient risquer leur vie pour toi!T'en a peut-être rien à faire d'avoir une mort sur la conscience, mais pas moi! Alors tu m'écoute et tu me suis comme un petit chien de poche avant que je te tranche la tête avec la hache qui est dans le camion, EST-CE QUE C'EST CLAIR?!!! »

Quoi? Si j'avais finis par faire une crise? Bien sûr que oui! Qui ne l'aurait pas fait à être avec un homme aussi con que lui? Certes, je n'étais sans doute pas le plus rusé, mais lorsqu'il s'agissait de courage et de protection j'étais imbattable. Je me souciais trop des gens, même ceux qui ne le méritaient pas comme Hadès par exemple. Tom me ramena à l'ordre lorsqu'il me hurlai d'aller voir à l'intérieur s'il n'y avait pas quelqu'un d'autre, car selon la dame il y avait deux jeunes enfants, un garçon de huit ans et une fillette de cinq ans. Mon cœur se serra lorsque j'entendis cela et sans perdre un seul instant, je tirai Hadès avec moi et je lui demandai de me suivre de proche au cas où il m'arrive quelque chose. Bon... Évidement, si je tombais une étage plus bas, j'avais l'impression qu'il ne m'aiderait pas... Je montai directement au deuxième et je fis rapidement chaque pièce pour voir si les gamins s'y trouvaient puis finalement je me retrouvai dans une chambre rose d'enfant et je me mis à quatre pattes pour regarder sous le lit où je vis la petite accroupie. Je t'entai de la rassurer en lui tendant mes bras pour qu'elle s'y agrippe et que je puisse la sortir de là, mais elle ne semblait pas vouloir. J'ordonnai donc à mon coéquipier d'aller dans l'autre chambre et de sortir le garçon.

Je le regardai sortir de la pièce où je trouvais, attendis de le voir tourner en direction de la pièce juste à côté puis je retournai ma tête vers la demoiselle qui commençait à tousser à cause de la fumée noires qui devenait de plus en plus dense. Je la regardai longtemps sans rien dire, désemparé de la voir aussi craintive, car jamais je n'avais eu jusqu'à ce jour besoin de secourir une enfant si jeune... Finalement, je pris l'alternative de soulever en partie le lit et je l'agrippai de force par le bras. Lorsqu'elle fut enfin sur ses deux pieds, elle chercha à se cacher à nouveau sous son lit, mais je la pris dans mes bras en poussant sur sa tête pour l'empêcher de respirer davantage de fumée. Je fis quelques pas vers la porte de la chambre, mais une poutrelle de soutient tomba en face et fit écrouler une bonne partie du toit dans le couloir. Je déposai la blondinette à mes côtés et je tentai de déplacer les morceaux de bois, mais j'en fus incapable. Je me mis à crier le nom d'Hadès du plus fort que je le pouvais et lorsque je cru le voir passer entre deux morceaux de bois, je le suppliai d'avertir les autres.

La gamine toussa de plus en plus fort et d'un mouvement de bonté et d'irresponsabilité j'enlevai mon masque et le lui mit en serrant au maximum les ganses pour qu'il tienne sur son petit visage. Rapidement, la jeune fille recommença à respirer correctement et moi je prenais le tissu de mon chandail pour filtreur. Malheureusement, cette technique n'était pas très efficace et je finis par devenir étourdis et je dû m'asseoir sur le parquet pour ne pas tomber et me cogner la tête. Alors que je commençais tranquillement à fermer les yeux et que je me sentais secouer dans tout les sens par la gamine qui tentait de me garder éveiller, j'entendis un « Toc » derrière moi qui était en fait Zach qui tentait d'avoir mon attention. Je me levai avec difficulté et tentai d'ouvrir la fenêtre, mais n'ayant plus de force je ne pu pas le faire. Mon ami me fit signe de m'éloigner puis il fracassa la vitre à coup de hache pour ensuite entrer dans la pièce et prendre la gamine dans les bras et de descendre de la grande échelle. Je fis quelques pas vers la fenêtre puis quelques uns vers l'arrière puis finalement, je pris le plus fort que je le pouvais le rebord de la fenêtre et je tentai de descendre l'échelle rapidement. Trop rapidement, car je finis par tomber à quelques pieds du sol et je tombai sans connaissance sous l'impact.

codage par langweilen sur apple-spring

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lord of the Dead
Bad Guys
PRESENCE/ABSENCE : Omniprésent... /sbaf/
DOUBLES COMPTES : Trois bêtes très bête...
PHOTO D'IDENTITE :

DESSIN ANIME D'ORIGINE : Hercule
ÂGE DU PERSONNAGE : trop vieux pour toi gamine!
COTE COEUR : C'est Helga qui l,a trouvé, elle le garde <3
OCCUPATION : tente de dominer le monde
HUMEUR : Boum Badaboum boum boum boum! Ah!
MON ARRIVÉE : 24/04/2013
MON VOYAGE : 555
POINTS : 120
LOCALISATION : pas de tes oignons!

MessageSujet: Re: Un pyromane à la caserne, c'est comme un loup dans la bergerie?[pv pegounet]  Lun 9 Déc 2013 - 17:28
    Je faillis vomir... pas parce que la grosse dame me secouai, mais parce que cervelle de moineau venait de m'en débarrasser... Il venait en quelque chose de me sauver la vie et ça me dégoutait à un tel point, vous n'avez pas idée... Parce que je lui était en quelque sorte redevable et blablabla. Avoir un dette, c'était impensable pour moi, surtout envers un tel crétin. Il pouvait bien arriver plus tard et me dire de l'épargner parce qu'il m'avait déjà sauver! Bon, je n'étais pas tant en danger de mort, mais je ne savais pas comment me débarrasser de la femme autrement qu,en la poussant dans le feu... mais je n'avais pas vraiment envie d'aller en prison et de risquer pire que cette journée de travaux communautaire. Quoique s'il y avait pas eu autant de témoins...

    J'espère qu'il ne s'attendait pas à ce que je le remercie, parce que j,avais déjà assez la honte comme ça... Non, en fait il préférait m'engueuler... Heum, il croyait que j,en avait quelque chose à faire de tout ça? Non mais c'est vrai quoi, qu'il me laisse tranquille, il se prenait pour ma mère peut-être? Ce n'était qu'un gamin qui se croyait plus important qu'il ne l'était... Je levai les yeux au ciel, tout en me disait que j'étais peut-être mieux d'écouter un peu, parce que sinon il ferait un mauvais rapport et j'aurai encore des travaux à faire... La seule chose qui me paraissait pire que de suivre les instruction de cet imbécile heureux, c'était de devoir passer d'autres journées sous ses ordres...

    Il me demanda de le suivre... quoi il voulait trouver une façon de m'oublier dans le feu peut-être? Ah non, y,a un coéquipier qui venait de lui dire qu'il y avait deux enfants pris au piège... Et alors? Les enfants, il y en avait pleins sur la terre, c'est pas deux de moins qui allaient faire une différence. Je le suivis quand même parce que y'avais du feu et que ça me plaisait bien d'aller dans un brasier. Nous trouvâmes bien un fillette dans une chambre rose. Elle était stupide à se cacher sous le lit alors que le blond était là pour la sauver... non mais tout le monde sait que les pompiers c'est gentil... l'exception à cette règle étant moi. L'autre me demanda d'aller voir dans la chambre voisine où il y avait un jeune garçon caché dans un placard. heureusement, il semblait plus brillant que ça sœur et me suivis sans faire d'histoire. En fait, c'était pas si difficile de secourir les gens... Il faisait quoi l'autre? Ne me dites pas qu'il était pas capable de faire sortir une gamine de sous son lit! la honte...

    Alors que j'allais lui montrer comme se faire écouter et bien une partie du toit s'écroula, bloquant la sortie de la chambre ou il se trouvait encore. Bon, j'étais incapable de déplacer les débris, rien ne servait de perdre de l'énergie avec ça. Le garçon commença à pleurer qu'il voulait aider sa sœur. J'entendis aussi cervelle de moineau me crié de trouver de l'aide ou un truc comme ça. J'en avait pas vraiment envie, mais en même temps on serait quitte pour plus tôt et je pourrai recommencer à le détester paisiblement. J'attrapai le bras du gamin et l'entrainai avec moi:


    - Le meilleur moyen de NE PAS l'aider c'est de rester ici et de mourir... Alors vient qu'on est trouver de l'aide.

    Je finis par trouver une sortie. une fois à l'extérieur je pus enfin me débarras... confier le gamin à quelqu'un. Il y avait des ambulancier et des pompiers dont c'était le travaille, qu'il le fasse un peu! Ah et bien que je préférai taire mon acte, je dis aux autre où celui qu'ils appelaient Ryan se trouvait. La gars des toilettes se dépêcha d'aller à la fenêtre où l'autre était coincé. Je regardai avec intérêt l,autre finir par fracasser la fenêtre alors qu'ils n'arrivaient pas à l'ouvrir. ça devait être bien d'avoir le droit légalement de casser des trucs... L'homme redescendit avec la fillette alors que le blond essayait de descendre, allant plutôt s'écraser au sol. je trouvai cela très drôle, même s'il ne se relevait pas.

    le problème était que si tout continuait de s'écrouler, il allait mourir là... pas que ça me dérangeait, mais un peu quand même, parce que je connaissais presque personne dans ce monde et que les morts, c'est pas amusant à embêter... Je me trainai les pied jusqu'à lui où je l'attrapai par le col de son manteau pour ensuite le trainer fort peu délicatement loin du danger... bon pas très loin parce qu'après un mètre les autre allumèrent que l'imbécile par terre n'allait pas trop bien et ils prirent la relève. J'allai m'installer à l'écart, méditant sur à quel point je me dégoutai ce jour là... j'avais sauver trois personnes... dont un de mes grands ennemis... c'était vraiment une mauvaise journée. J'observai de loin ce qui se passait. L'incendie fini par être éteint et j'attendais de voir ce qui se passait... et si cervelle de moineau allait se réveiller...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Un pyromane à la caserne, c'est comme un loup dans la bergerie?[pv pegounet]  Mer 11 Déc 2013 - 23:08

Un pyromane à la caserne,
c'est comme un loup dans la bergerie?

Hadès D. Alexander & Pégase R. Smith



Je ne sais pas combien de temps j'ai pu être sans connaissance, mais lorsque je me réveillai, un jeune pompier dont j'ignorais encore le nom était à mes côtés ainsi que des ambulanciers qui faisaient je ne sais pas quoi avec mes bras et avec un bidule en métal hyper froid sur mon torse qui était n'était plus recouvert par mon manteau et mon t-shirt marin. J'eus du mal à ouvrir les yeux et j'observai distraitement les hommes qui étaient trop occuper pour se rendre compte que j'étais enfin conscient. Je finis par bouger mon bras libre et essayai d'enlever le truc qui me faisait un pression désagréable sur le bras. C'est à ce moment que l'ambulancier semblait vouloir mon attention en répétant à plusieurs fois « Ryan » en tapant dans ses mains. Je fronçai les sourcils et fermai doucement les yeux pendant quelques secondes avant d'avoir le droit à un masque d'oxygène. L'air entra à nouveau dans mes poumons et je me sentis terriblement mieux. Je tentai de me lever, mais j'en fus incapable et ce fut un autre ambulancier qui m'aida  à me mettre sur pied. Mon corps en entier était mou comme de la guenille et ma vision commençait tranquillement à devenir de plus en plus nette. Ann vint voir et me demanda ce qu'il c'était passé, mais je n'eus aucunement la chance d'ouvrir la bouche qu'un ambulancier lui expliqua :

« Notre héro à préféré donner son masque à la petite que de le garder... »

Elle me claqua derrière la tête et je faillis m'écrouler au sol, mais elle me retint de justesse.

« T'es complètement stupide! »

Je me contentai de sourire. Je savais que j'avais été stupide, mais pourquoi hurler de la sorte? J'allais bien non? Je n'étais peut-être pas près pour courir un marathon, mais je n'étais quand même pas mort et ma vie n'était pas en danger non plus! J'avais simplement besoin de vacances! Ce n'était pas si pire que cela! Elle finit par me tendre une bouteille d'eau qu'elle m'ouvrit. Je bu quelques gorgées en l'écoutant me dire qu'il ne faudrait pas oublier de remercier « Alexander » pour m'avoir sauvé du feu. Je m'étouffai en entendant cela. Je toussai fortement, au point de cracher sur mon avant-bras qui était désormais noir à cause de la quantité de fumée que j'avais dans les poumons puis fixai ma collègue.

« Quoi?

Bah oui, c'est lui qui t'as sauvé. Il t'as tiré plus loin et heureusement, car une partie de la maison s'est écroulée quelques minutes plus tard! »

Je fronçai les sourcils et tournai la tête en direction du bâtiment qui était en flamme un peu plus tôt pour me rendre compte qu'il ne restait plus que des ruines. C'était déprimant de voir ce genre de chose... Voir que notre travail n'avait aboutit à rien... Je soupirai puis je finis par voir mon ennemi installer en retrait des autres et je décidai d'aller le rejoindre même si l'ambulancier ne voulait pas que je m'épuise. Je m'étais contenté de lui dire que « J'allais bien ». Je me dirigeai donc vers l'homme d'un pas maladroit au départ puis plus confiant et je lui cognai le pied doucement pour avoir son attention.

« Mmmmmmmm... erci. »

Je n'eus pas le temps de dire autre chose (même si de toute façon je n'avais aucune idée de ce que je pouvais dire de plus) que Tom cria que nous n'avions plus rien à faire ici et qu'il était le temps d'aller à la caserne. Pour qui il se prenait? Il n'avait pas à donner d'ordre, j'étais le chef de l'unité! … même si techniquement je n'étais pas vraiment apte à donner des consignes. Je ne dis rien et je me contentai de rebrousser chemin et de prendre place dans le camion, car je savais que j'allais être incapable de m'agripper à quelque chose. Nous arrivâmes à la caserne et à peine ai-je eu le temps de sortir du camion que mon capitaine m'attendait et vint me demander si j'allais bien.

« Oui bien sûr, ça va... Je suis juste un peu sonné...

Tant mieux! Je sens qu'une personne sera heureuse de l'apprendre! »

Je fis un petit sourire amusé et curieux puis j'allai au vestiaire pour enlever mon uniforme et pour parler à la personne que je croyais être Dimitri, mais je fus incroyablement surpris de voir que ce n'était pas lui...

[HJ] : Je me suis permise d'introduire Dory comme ça... Ça te va?

codage par langweilen sur apple-spring

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bleue naturelle
Fantastic Animals
DOUBLES COMPTES : heu... j'ai oublié...
PHOTO D'IDENTITE :
DESSIN ANIME D'ORIGINE : Finding Nemo
ÂGE DU PERSONNAGE : 32 chez les humains
COTE COEUR : Il y avait quelqu'un, mais il a disparu...
OCCUPATION : Surveillante de piscine :D
HUMEUR : Just keep swimming :D
MON ARRIVÉE : 20/04/2013
MON VOYAGE : 941
POINTS : 183
LOCALISATION : je suis perdue D:

MessageSujet: Re: Un pyromane à la caserne, c'est comme un loup dans la bergerie?[pv pegounet]  Jeu 12 Déc 2013 - 4:09
    Elle attendait à la caserne... sauf quoi, elle ne savait plus trop. C'était ici que Ryan travaillait, mais pas tout le temps, parce que les feux étaient rarement à la caserne! Mais quand il n'y avait pas d'incendie ou de gens à aider, il était là.. à faire des trucs de pompiers. Elle ne savait pas trop quoi où avait oublié... Par contre elle n'avait pas oublié que c'était là qu'ils s'étaient rencontrés... dans un dégât d'eau. Aaaah l'eau... Dory aimait l,eau, c'était son élément! Il faut dire qu'elle avait vécut la majeure partie de sa vie dans l'océan!

    la blonde réfléchissait, tentant de se souvenir de la raison qui l'avait conduite là. Bon ses pieds et un taxi avaient surement contribué, mais elle ne s,en rappelait pas. Elle n'était certaine que d'une chose: Ça devait être important, car elle n'avait pas oublié sa destination! Et puis elle se sentait nerveuse. Elle avait peur pour son amoureux? Peut-être bien. Paniquait-elle de plus en plus parce qu'elle ne savait pas pourquoi elle était là? Évidement! Non mais même sans cela, elle savait que quelque chose de grave était arrivé. Bon pas si grave parce qu'elle était venue ici et non à l'hôpital, mais elle était tout de même inquiète pour celui qu'elle aime.

    Elle faisait les cents pas, même si lorsqu'elle les comptait, elle oubliait toujours où elle en était et donc ne se rendait jamais à cent... Lorsqu'elle le vis enfin, elle resta quelques secondes figée... C'est qu'il avait mauvaise mine! mais au moins il était vivant et pouvait même marcher et se tenir debout! bien qu'ils se tenait debout avant de marcher... mais ce n'était que des détails pour la jeune femme qui était trop contente de le voir. Elle se précipita vers lui pour se jeter dans ses bras en tremblant:


    - Qu'est-ce qui s'est passé? Tu vas bien? Je t'ai vu à la télévision! Tu as sauver un enfant, mais tu tes effondré!


    Ce souvenir venait d'enfin refaire surface. Elle faisait tranquillement ses petites affaires et Georges lui avait demandé si ce n'était pas Ryan aux infos... Lorsqu'elle l,avait vu elle s'était précipité dehors! Sauf qu'elle ne savait pas trop où aller sur le coup... Elle avait opté pour la caserne en espérant qu'il aille bien. Donc maintenant elle était là et pouvait enfin se sentir un peu rassurée tout en se souvenant un peu de ce qui c'était passé. Il était là et c'était surtout ça le plus important... l'ancien poisson n'aurait pas su quoi faire si quelque chose de grave était arrivé au blond. Que deviendrait-elle sans lui? Il lui avait fait découvrir tant de choses, tant de sentiments. Comment pourrait-elle vivre sans lui? Une vie dans l'oublie? oui, elle oublierait pour se protéger, pour ne pas souffrir d'avoir perdu celui qu'elle aimait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Un pyromane à la caserne, c'est comme un loup dans la bergerie?[pv pegounet]  Lun 16 Déc 2013 - 18:35

Un pyromane à la caserne,
c'est comme un loup dans la bergerie?

Hadès D. Alexander & Pégase R. Smith



Mon cœur se serra et se mit à battre beaucoup plus fort qu'à la normale à la voyant. Ça me faisait chaque fois que je la voyais. J'avais su que c'était l'amour qui faisait ça... Et j'aimais ça. C'était bizarre, mais moins d'être déplaisant. Je me sentais juste bien en sa compagnie... Sauf que là, à ce moment-là, lorsqu'elle me posait tout plein de questions, j'aurais voulu ne pas être là... Sauf que si je n'étais pas là, elle ne poserait sans doute pas de question à mon crochet de vestiaire... Quoique... Bref, elle m'avait vu à la télévision qu'elle m'avait expliqué et prit de panique elle était venue à la caserne pour voir si j'allais bien. Je devins rouge de gêne, car j'avais causé mon propre malheur en enlevant mon masque pour donner à l'enfant. Je n'aurais pas dû, car si j'avais suivis le règlement tout aurait bien été... Et cette stupidité n'allait pas sortir de ma bouche... Je n'avais pas avoir envie d'un sermon venant de sa part... Je lui fis un petit sourire en coin en m'avançant vers mon crochet et je commençai à enlever mon équipement.

« Bah c'est comme à la télé... J'ai sauvé la petite, mais la fumée était trop dense et j'en ai trop respiré... Et voilà... » Dis-je brièvement.

Je la regardai en enlevant ma salopette et mes bottes pour lui faire un petit sourire.

« Ne t'en fais pas, tout va bien... »

Dire que tout allait bien, c'était un gros mensonge. J'avais toujours le regard brumeux, j'avais mal à chaque partie de mon corps à cause de ma vilaine chute, le crachait de la fumée noire et ses composants toxiques, et ça sans même parler que j'avais mon pire ennemi avec moi à la caserne et que je devais veiller sur lui... À cette pensée, mes devinrent ronds et je fixai Dory d'un regard angoissé. Je faisais quoi? Je ne pouvais quand même pas le lui présenter... J'avais pas envie de la présenter! Je n'avais même pas envie que Hadès se retrouve dans ma vie alors là, la présenter à ma petite amie..? Ça n'allait pas se passer comme ça, oh non!

Je terminai de me changer et je tentai rapidement de replacer mes cheveux qui étaient devenus trempés de sueur et j'invitai Dory à rester à la caserne, car je pouvais peut-être demander congé à mon capitaine à cause de l'accident. Je la pris par la main, l'embrassai sur la joue puis je la traînai avec moi jusqu'au corridor du bureau, mais je cru voir Hadès attendre en face et je décidai de trouver une fausse raison pour ne pas y aller.

« Aaah je crois que mon capitaine est très occupé en ce moment, y'a déjà une file d'attente en face de son bureau, on peut toujours aller à la café! »

Aussitôt dit, aussitôt fait. Je tournai les talons et la tirai, en lui arrachant presque le bras, jusqu'à la salle commune des pompiers où quelques-uns étaient en pose. Je décidai de m'installer à une table au fond de la pièce où Zachary finit par nous rejoindre deux ou trois minutes après.

« C'est qui..? Une nouvelle elle aussi?

Eeeuh non, c'est ma copine...

Oh t'es pas gay?! »

Je restai quelques secondes à  le regarder et à considérer ce qu'il venait tout juste de me dire, comme pour laisser l'information passer dans mon cerveau qui finit par ouvrir ma bouche pour hurler : « QUOI?! »

Si j'étais gay? Eeeuh pas du tout! Non, mais lui qui l'étais il devait bien le savoir que j'étais loin de l'être! Pourquoi tout le monde pensais que j'étais gay?! Est-ce que c'est parce que Tom avait eu la brillante idée de lui dire? Ah bah voilà, il était aussi gentil avec moi parce qu'il m'aimait et qu'il aurait aimé que ça soit réciproque... AAAAAH! Non. Non. Juste non! J'accepte pas ça! Je fis un sourire forcé et embarrassé puis je tirai Dory à nouveau jusqu'au premier étage dans un bureau où il y avait quelques papiers et où il y avait une plaque sur la porte où il était gravé : Ryan Smith. C'était mon bureau. Un bureau où je n'allais jamais vraiment puisque l'écriture en lettre latine et moi ça faisait dix, mais que j'utilisais pour écrire des sanctions ou pour remplir des rapports sur les nouveaux arrivants. Cette après-midi-là, j'allais plutôt l'utiliser pour être enfin tranquille et être en tête à tête avec Dory.

Du moins c'est ce que je cru quelques instants jusqu'à ce que quelqu'un cogne à ma porte pour me dire qu'il avait un bataille à la cafétéria. Je lu dis que j'allais voir ça puis j'attendis quelques secondes pour qu'il parte pour dire à ma petite amie que je voulais qu'elle vienne avec moi. Bon, ce n'était pas ce qui était le plus sécuritaire parce qu'un bataille entre hommes c'est violent, mais je ne voulais pas qu'elle se retrouve seule et qu'elle tombe sur l'ancien dieu des enfers.

codage par langweilen sur apple-spring

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bleue naturelle
Fantastic Animals
DOUBLES COMPTES : heu... j'ai oublié...
PHOTO D'IDENTITE :
DESSIN ANIME D'ORIGINE : Finding Nemo
ÂGE DU PERSONNAGE : 32 chez les humains
COTE COEUR : Il y avait quelqu'un, mais il a disparu...
OCCUPATION : Surveillante de piscine :D
HUMEUR : Just keep swimming :D
MON ARRIVÉE : 20/04/2013
MON VOYAGE : 941
POINTS : 183
LOCALISATION : je suis perdue D:

MessageSujet: Re: Un pyromane à la caserne, c'est comme un loup dans la bergerie?[pv pegounet]  Mar 17 Déc 2013 - 3:29
    Dory regardait Ryan avec un regard rempli d'admiration. Son amoureux avait sauvé une vie! Et celle d'une fillette en plus! La blonde adorait les enfants, ils lui rappelaient Fabio... heum Némo! Son petit copain était un héro! elle avait hâte de la dire à... à... bon en fait elle ne se rappelait pas à qui elle pourrait bien dire ça, donc elle le répèterait à Georges. Au moins Georges il l'écoutait et il ne se plaignait pas trop du fait qu'elle se répétait souvent pare qu'elle avait oublié qu'elle lui avait déjà dit un truc...

    La femme observa son amoureux... Il lui disait peut-être bien aller, mais ses mouvements trahissaient la présence de douleurs et il n'avait pas tout à fait la même voix. Elle n'était pas totalement dupe! Et puis c'était plutôt évident qu'il voulait lui cacher ses problèmes. D'un côté elle savait qu'il ne faisait pas cela pour mal faire, mais c'était limite blessant qu'il ne veule pas plus se confier à elle. Elle voulait lui en parler, lui expliquer ce qu'elle ressentait, mais trouver les bons mots étaient difficile. Ah et puis d,un baiser sur la joue, il chassa cette idée, l'entrainant avec lui vers le bureau de son supérieur, avant de soudainement changer d'idée. Ils s'installèrent à une table de la salle commune où un homme vint les rejoindre. Le blond la présenta comme sa copine.. l'autre homme dit quelque chose d'étrange.... si Ryan était pas Gai? Le jeune homme s'en offusqua ce qui troubla la femme.

    Il recommença à la trainer dans toute la caserne alors qu'elle se décidait à demander:


    - Si tu es pas gai... ça veut dire que t'es pas joyeux? Que t'es pas heureux avec moi? Parce que sinon tu me dirais la vérité plutôt que me dire que tous va bien alors que c'est pas vrai... Je croyais que tu savais que tu pouvais me dire la vérité!


    Cette fois, c'est dans son bureau que nous échouâmes... mais à peine arrivés que quelqu'un vint parler au blond! C'est qu'il était très important en plus d'être un héro! Ils se retrouvèrent donc de nouveau en cavale jusqu'à la cafétéria. Il semblait y avoir un de ces raffuts! Il y avait des grognement et des objets qui volaient. C'était franchement effrayant... y avait-il des fauves là-dedans?
    À l'intérieur, Dory lâcha la main de Pégase. Elle n'eut rien le temps de faire qu'elle se fit bousculer par deux hommes qui se battaient. En fait elle se retrouva au sol et ils trébuchèrent sur elle... Donc voilà comment dans un cri, la blonde se retrouva empêtrée avec deux hommes au sol... Et puis il y avait pas un pervers qui venait de la tripoter?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lord of the Dead
Bad Guys
PRESENCE/ABSENCE : Omniprésent... /sbaf/
DOUBLES COMPTES : Trois bêtes très bête...
PHOTO D'IDENTITE :

DESSIN ANIME D'ORIGINE : Hercule
ÂGE DU PERSONNAGE : trop vieux pour toi gamine!
COTE COEUR : C'est Helga qui l,a trouvé, elle le garde <3
OCCUPATION : tente de dominer le monde
HUMEUR : Boum Badaboum boum boum boum! Ah!
MON ARRIVÉE : 24/04/2013
MON VOYAGE : 555
POINTS : 120
LOCALISATION : pas de tes oignons!

MessageSujet: Re: Un pyromane à la caserne, c'est comme un loup dans la bergerie?[pv pegounet]  Mer 18 Déc 2013 - 3:53

    Oh vous vous intéressez à moi maintenant? Je croyais que les héros avait toute l'attention et blablabla... Oh parce que sauver une gamine c'est mieux que ce que j,ai fait peut-être? J'ai sauvé un gamin et le crétin qui à sauver la gamine... Je sais... je suis un méchant et peu importe ce que je fais, je serai jamais assez bien pour vous! Oh non, je ne m'abaisserai pas à faire la drama queen... J'ai eut beaucoup mieux à faire que de m'apitoyer sur des trucs aussi insignifiants. Bon en fait je ne faisais pas grand chose quand cervelle de moineau vint me remercier. Je dois avouer que c'était particulièrement amusant de le voir me remercier alors qu'il n'en avait visiblement pas envie. Je crois qu'il vivait une sorte de dilemme, car les gentils se remercient quand il se sauvent entre-eux, mais quand quelqu'un de mon genre est dans l'équation? Il ne m'aime pas, mais me doit quand même la vie... ça doit terriblement l'agacer en fait...

    Ensuite nous rentrâmes à la caserne. Plusieurs me félicitèrent pour avoir sauver leur petit Ryan. Ce qui me retarda pour aller enlever ce foutu équipement qui était lourd. Je pus enfin y aller avec les autres, mais pas de traces du blond. Pas que j'avais envie de le voir... quoique peut-être pour le narguer... Une fois débarrasser du manteau et tout ce qui venait avec, je me dirigeait vers le bureau du capitaine. c'était lui le patron de l'autre, il me dirait ce que je devais faire. Je souhaitais bien évidement qu'il me dise de retourner chez moi, mais il me dit de trouver Ryan... d'aller voir à son bureau, puis à la cafétéria. Ce qui était choquant dans cette situation c'est que peut-être que si j,avais été au bureau en dernier, je l'aurais trouver... mais bon, en même temps je faisais plus semblant de le chercher qu'autre chose.Je m'assis à une table en retrait.

    Observant les gens qui passaient. Par chance personne ne vint me parler... erf parlé trop vite... le gars de la salle de bain s'avança vers moi. Ouais, le type qui avait fait un drôle d'air quand il avait surpris cervelle de moineau à me tenir par le col... Je ne lui laissai pas le temps de parler:

    - T'aurais pas vu ton petit copain? Parce que je l'ai vu nulle part et il faudrait qu'il veule remplir un formulaire...


    Et là je me pris un coup de poing... Ce qui ne resta pas impuni! je lui rendis plusieurs coups, il m'envoya contre une table. je me jetai sur lui lorsque je vis entré Pégase. Mon but était de les envoyé tout les deux au sol, mais nous percutâmes plutôt un femme blonde. j'étais déçu d,avoir manqué ma cible première... jusqu'à ce que je réussis à me dépêtrer du type des toilettes pour pouvoir balader mes mains sur la femme. Et bien, si elle était pompière, je voulais bien me faire pompier pour pouvoir la mater sous la douche. Quoiqu'il ne devait pas avoir de douches mixtes... Quelqu'un me releva et je pu voir avec un peu de recul la femme blonde aux yeux bleus. Étrange, je ne l'avais pas remarqué  jusque là... Elle ne devait pas être pompière... elle ne semblait pas très forte. Et puis elle n'avait pas l'air très brillante.

    Je regardai le blond, ne pouvant m'empêcher de lui crier:


    - Hey cervelle de moineau, contrôle un peu ton petit copain! C'est pas bien la jalousie dans un couple!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Un pyromane à la caserne, c'est comme un loup dans la bergerie?[pv pegounet]  Mer 18 Déc 2013 - 5:07

Un pyromane à la caserne,
c'est comme un loup dans la bergerie?

Hadès D. Alexander & Pégase R. Smith



Alors que je me levai de ma chaise pour sortir de mon bureau, Dory me demanda ce qu'était être gay. Elle finit par faire sa propre conclusion que je n'étais pas heureux. Ensuite je me perdis dans ce qu'elle tentait de me dire, car son débit était beaucoup trop rapide pour que tout l'information arrive à mon cerveau et je me contentai de grogner légèrement, distrait par d'autres pensés. Alors que nous montâmes à nouveau les escaliers, je la regardai en haussant les sourcils et je tentai de lui dire un de mes plus beaux sourires pour la rassurer : « Non t'en fais pas, écoute, c'est compliqué.. » Je n'avais pas su quoi dire de mieux, car de toute façon je n'étais pas vraiment sûr de comprendre ce qu'était être gay... Mais une chose était clair et c'est que je n'aimais pas les hommes... OH QUE NON! J'entrai à la cafétéria en premier et je fus choqué de voir la scène qui se déroulait devant mes yeux. Enfin oui et non. Zachary, le garçon le plus timide, gentil et soumit de la caserne était entrain de se battre avec Hadès qui devait rester calme s'il ne voulait pas aller en prison... C'était improbable... J'aurais parié pour Tom et Ann ou encore Tom et Jake.. Mais … Zach et Hadès?! Je restai quelques secondes figé en essayant d'analyser la scène pour faire un plan, mais j'optai plutôt pour la technique « Je fonce dans le tas ». Je les séparai immédiatement lorsque je les virent bousculer la blonde et je faillis recevoir un coup de poing au visage de Zachary. À la place, j'eus le droit à un doigt dans l’œil.

Je plaquai violemment Zach dans le mur sur le coup en croyant qu'il voulait m'attaquer, mais il s'excusa immédiatement en me disant que c'était un accident... Je lui fis un regard  désapprobateur et lorsque j'ouvris la bouche pour lui demander la raison de cette bataille, le dieu Grec ouvrit la bouche pour dire la pire connerie qu'il aurait pu me dire. Je sentis mon sang se réchauffer en à peine quelques secondes et aussitôt sa phrase terminée, je me retournai et lui colla mon poing à la figure à d'une force surhumaine. Non sérieusement, je n'avais jamais frappé aussi fort de ma vie. J'étais complètement insulté qu'il me dise ça une seconde fois et cette fois-ci devant tout mes collègues qui ne manquaient pas une miette du spectacle qui s'offrait à eux. Sans aucune retenue et en oubliant que je ne devais pas faire cela au travail, je pris l'homme par le collet et d'une poigne de fer je le lançai directement dans le mur et avant même qu'il n'aille le temps de se ressaisir, je lui prit le crâne et je lui cogna sur le coin d'une table à plusieurs répétitions.

« T'AS GÂCHÉ MA VIE EN ENTIER! TU M'AS ENLEVÉ MON FRÈRE DÈS LA NAISSANCE! TU M'AS FAIT VIVRE EN ENFER SUR L'OLYMPE! T'AS FAILLI TUÉ HERCULE! COMMENT OSES-TU VOULOIR TUER TON PROPRE NEVEUX! TU AS JOUÉ AVEC SES SENTIMENTS! TU ME L'A ENLEVÉ EN LUI PRÉSENTANT MÉGARA! TU DÉBARQUE DANS MA VIE ICI ET TU FAIS CROIRE À TOUT LE MONDE QUE JE SUIS GAY! JE VAIS TE TUER ESPÈCE DE ..! »

Je n'eus pas le temps de terminer ma phrase que deux pompiers que je ne vis aucunement le visage me prirent de force et m'éloignai du dieu que j'étais quasiment entrain de tuer tellement la rage à l'intérieur de moi était immense. J'avais 18 années de frustration intérieur qui ne voulait que sortir. Alors que les deux hommes me soulevait de terre et que moi je tentais tant bien que mal de toucher au sol malgré ma petite taille, je continuais à dire des injures à Hadès qui devait sans doute revenir à lui tranquillement puisque à chaque mot que j'avais pu lui dire lorsque je lui frappais la tête, les coups devenaient de plus en plus fort et la frustration toujours plus grande au point qu'avant de me faire séparé de lui je commençais à postillonner. Tom et Jake prirent l'homme pour le retenir de me sauter dessus et Zach et Ann s'occupèrent de moi ce qui était peu nécessaire puisque ma frustration c'était pratiquement envolée. Je pris une grande respiration et regardai Zach pour lui poser la question que j'aurais du poser avant de sauter sur Hadès.

« Pourquoi tu t'es battu? Toi, Zachary Lempisis tu te bat..? Tu peux m'expliquer? »

Il hésita quelques seconde, son regard indiquant bien la honte qu'il avait d'avoir commit un geste de la sorte.

« Tu m'as dis que... Enfin j'ai cru comprendre qu'il disait que j'étais ton petit copain... »

Je fronçai les sourcils et détournai le regard et voulu aller frapper à nouveau l'homme de l'autre côté de la salle, mais mes muscles tendus me trahirent et mes deux amis mes prirent les bras plus fermement pour que je ne bouge pas. Je soupirai puis je continuai à écouter l'histoire de Zachary qui m'étonna énormément.

« Tu sais je t'aime bien et tout, mais j'ai déjà une fiancée... Et... Et bah j'accepte ton homosexualité... On l'accepte tous. Ce n'est pas parce qu'ils font des blagues à ton sujet qu'il faut que tu le refoule.. T'as pas besoin de faire semblant d'être avec une femme... »

La tête que je lui fis valait tout les mots imaginables pour lui expliquer à quel point je trouvais la situation grotesque.

« Attend, tu raconte n'importe quoi, je t'aime pas et je suis encore moins gay! La blonde là... Celle que t'as fait tomber... Bah c'est ma copine..! Et je rigole pas! C'est VRAIMENT MA COPINE! »

Les hommes de la caserne qui étaient tous toujours autant captivés par notre histoire poussèrent tous une grande exclamation de surprise. J'eus envie de me frapper le front avec l'un de mes mains si j'avais pu. Avec mon pied peut-être..? Non quand même pas, je suis pas assez flexible pour ça...

« Bon alors... si c'est ta copine, tu devrais peut-être savoir que le mec là, il l'a tripoté tout à l'heure » Hurla un homme moustachu au fond.

Mon teint doré du tourné immédiatement au rouge écarlate, car d'un coup je me libérai les bras et je me dirigeai d'un pas décidé vers le frère de mon créateur pour le tuer. Oh oui, cette fois-ci je n'allais pas le rater...

codage par langweilen sur apple-spring

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bleue naturelle
Fantastic Animals
DOUBLES COMPTES : heu... j'ai oublié...
PHOTO D'IDENTITE :
DESSIN ANIME D'ORIGINE : Finding Nemo
ÂGE DU PERSONNAGE : 32 chez les humains
COTE COEUR : Il y avait quelqu'un, mais il a disparu...
OCCUPATION : Surveillante de piscine :D
HUMEUR : Just keep swimming :D
MON ARRIVÉE : 20/04/2013
MON VOYAGE : 941
POINTS : 183
LOCALISATION : je suis perdue D:

MessageSujet: Re: Un pyromane à la caserne, c'est comme un loup dans la bergerie?[pv pegounet]  Mer 18 Déc 2013 - 18:32
    Il y avait vraiment un pervers qui la tripota et elle lui foutu un coup de poing avant que quelqu'un ne l'aide à se relever. Elle vit cet homme qui semblait si... méchant! Et pervers aussi! Il avait la tête de quelqu'un qui avait pleins de mauvaises pensés! C'était la première fois que Dory se rappelait avoir rencontrer quelqu'un du genre. Dans l'océan, il n'y avait pas de gens de ce genre, car ceux qui faisait du mal aux autres, et bien c'était pour se nourrir, la chaine alimentaire quoi! C'était terriblement difficile d'aller contre sa nature et d'arrêter de manger des poissons. Sinon il y avait bien évidement les humains qui était des méchants pour elle, car ils kidnappaient les poissons, mais ça n'était pas tout les humains, il y en avait des gentils.

    Sauf que l'homme devant elle, qui s'était battu avec cet autre homme qui semblait gentil, lui il était le mal... La blonde était troublée par cette pensé, c'était la première fois qu'elle avait une si mauvaise opinion de quelqu'un! Il faut dire que ce devait être la première fois que quelqu'un qui se battait lui tombait dessus et la tripotait. Elle n'avait pas aimé ce contact. Quand son amoureux la touchait, c'était doux et elle le voulait. Mais l'homme méchant, il n'avait aucune autorisation. Ryan non plus ne l'aimait pas, parce qu'il le lança dans le mur et lui tapa la tête sur une table en criant pleins de choses étranges. Ça lui rappela que son copain n'était pas de ce monde et que son passé était étrange... Elle compris que l'autre homme devait faire partit de ce passé. Voir Pégase dans cet état fit peur à la femme. Elle l'avait vu fâché, même si elle avait oublié, mais cette fois c'était sa plus grosse colère, elle en était certaine.

    Deux hommes empoignèrent le blond et l'emmenèrent plus loin. Elle les suivis pour voir s'il allait bien. Elle suivis distraitement la conversation jusqu'à ce qu'il se lève pour aller faire quelque chose de mal au pervers. Elle s'interposa:


    - Ryan... arrêtes! Tu dois te calmer. Faut pas t'abaisser à son niveau. Si tu fais des trucs regrettables, on risque d'être séparés. Je veux pas que tu devienne méchant... Tu me fais peur comme ça!

    Elle le regardai de ses grands yeux suppliants. S'il continuait comme ça, il risquait d'arrivé à un point de non-retour. Les humains n'aimaient pas les gens violents, ils les enfermaient en prison et ils perdaient leur travail! Que des trucs pas amusants!

    C'est alors qu'un monsieur aux airs autoritaire arriva... Le capitaine? Dory ne se rappelait pas l'avoir vu... mais peut-être qu'il était là à sa première visite à la caserne, quand elle avait rencontré Ryan?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Un pyromane à la caserne, c'est comme un loup dans la bergerie?[pv pegounet]  Jeu 19 Déc 2013 - 1:06

Un pyromane à la caserne, c'est comme un loup dans la bergerie?
Hadès D. Alexander & Pégase R. Smith



J'allais le tuer. Lui arracher la tête et la lancer par la fenêtre s'il le fallait pour que ce crétin arrêtes de dire des trucs de la sorte. Non vraiment , il faisait tout pour me rendre de mauvais poil. Il osait dire de faux trucs à mon sujet puis ensuite il osait toucher à ma petite amie?! OH NON! Ça n'allait pas se passer comme ça! Alors que je m'avançai vers lui pour lui donner une bonne correction, j'entendis la voix de Dory me demander de ne pas faire ça. Parce que sinon nous serions séparés et qu'elle ne voulait pas que je devienne méchant. Mes jambes s'arrêtèrent immédiatement lorsque j'entendis cette partie. Je ne voulais pas non plus être séparé d'elle! Elle était tellement importante pour moi! J'allais faire quoi sans elle? Pleurer dans les bras de Hani' peut-être? Bien sûr que non, car c'était moi qui allait avoir des problèmes et c'est moi qui allait être avec les méchants même si j'en étais pas réellement un. Elle souligna ensuite que je lui faisais peur. Mes traits changèrent du tout au tout et mes yeux devinrent légèrement brumeux. Je ne voulais pas lui faire peur! Je voulais être le petit ami qu'elle méritait! Pas ce que Simon avait pu croire que j'étais! Je détournai le regard vers elle pour l'observer quelques instants et j'allai en sa direction pour la serrer dans mes bras et pour m'excuser d'avoir été comme ça, mais mon capitaine arriva ce qui me fis figer sur place.

« Smith! Qu'est-ce que vous faites?! Vous êtes supposer surveiller Alexander, pas le tabasser à mort!

Mais..!

Il n'y a pas de mais! Vous avez vu ce que vous avez fait à cet homme?! »

Je fis un tour de 180° pour observer Hadès qui était en fait en très mauvais état. Je repensai alors à notre soirée dans le bar d'Erwan où les choses s'était envenimé. Depuis cette soirée-là, la haine que j'avais envers lui s'était accentuée. Oui, je le détestais déjà bien avant, car il avait fait du mal a Hercule depuis sa plus tendre enfance en le séparant de ses véritables parents puis voulut le tuer à de nombreuses reprises durant son adolescence... Mais là, il s'attaquait à moi! À moi! Et personne ne devait s'attaquer à moi d'une façon aussi sournoise! Non, la preuve était faite.

« Il m'a énervé...

Oh et parce qu'il vous a énervé il a fallut que vous fassiez ça?! Quel genre de chef d'unité êtes vous?!

Non, arrêtez Monsieur..

Vous, fermez là Lempsis!

Il voulait simplement prendre ma défense...

Je vous l'ai dit ce matin que je pouvais pas m'occuper de lui! Vous m'avez pas écouter! Je le déteste! Il est dans ma vie depuis 18 ans et je le déteste de plus en plus chaque jour! Vous n'auriez pas dû me le donner en charge! »

Ma voix commença à trembler, j'avais terriblement envie de chialer, surtout que le regard de mon capitaine semblait si dur et incompréhensif de la haine que je portais pour l'ancien dieu. Malgré mes yeux qui commençaient à se remplir de larmes, les traits de l'homme restèrent toujours aussi crispés puis il finit par m'annoncer que j'étais relever de mes fonctions.

« Vous ne méritez pas d'avoir le poste de chef d'unité. Ce poste ira à Tom jusqu'à ce que Dimitri revienne de ses congés de maladie. Et vous, vous méritez une suspension d'une durée indéterminé. Je ne veux aucunement vous voir flâner devant la caserne durant cette période ou sinon je vous vire, c'est bien clair? »

Je hochai de la tête d'une façon peu convaincu et je pris la main de Dory pour l'amener avec moi dans le vestiaire où je ne trouvai pas mieux que de frapper dans mon casier. Mes yeux étaient devenus rougis et boursouflés, mes larmes coulaient enfin et la rage ainsi que la tristesse s'étaient emparés de moi. J'avais envie de tout détruire, mais j'avais si envie de retrouver mon lit et de ne plus en sortir... Je frappai à nouveau ma case puis me rappelant ce que ma petite amie avait pu me dire plus tôt, je m'excusai pour mon comportement violent et je vidai ma case sans perdre une seconde. C'était sans doute le pire journée de toute ma vie.

codage par langweilen sur apple-spring

[/color]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bleue naturelle
Fantastic Animals
DOUBLES COMPTES : heu... j'ai oublié...
PHOTO D'IDENTITE :
DESSIN ANIME D'ORIGINE : Finding Nemo
ÂGE DU PERSONNAGE : 32 chez les humains
COTE COEUR : Il y avait quelqu'un, mais il a disparu...
OCCUPATION : Surveillante de piscine :D
HUMEUR : Just keep swimming :D
MON ARRIVÉE : 20/04/2013
MON VOYAGE : 941
POINTS : 183
LOCALISATION : je suis perdue D:

MessageSujet: Re: Un pyromane à la caserne, c'est comme un loup dans la bergerie?[pv pegounet]  Jeu 19 Déc 2013 - 4:00
    Le capitaine était injuste avec Ryan. Dory avait de la difficulté à suivre, mais elle savait qu'il était injuste. Bon, le blond n'aurait pas du taper sur l'autre ainsi, même si l'autre était un homme très méchant lui ayant fait du mal. La loi de ce monde était faite qu'on avait pas le droit de taper les autres, qu'il soient méchant ou très méchant n'y changeait rien. La provocation pouvait être pris en compte, mais ça n,excusait rien... ici il fallait être irréprochable, ou les ennuis guettaient. Le chef ne voulait même pas écouter ce que ce Lempsis voulait lui dire! ça mettait la blonde en colère, mais elle n'avait pas vraiment plus le droit de parole. Et puis ça n'aurait qu'ajouté des ennuis.

    La sentence tomba... Ryan perdait son poste de chef d'unité et il était suspendu. Dory eut le cœur qui se serra. Elle savait à quel point le jeune homme était aimait son travail et comment il en était fier. Elle le suivit jusque dans le vestiaire sans dire un mot. Il semblait tellement triste et en colère... et la femme se sentait coupable... C'était de sa faute... si elle n,avait pas été là, peut-être que ça ne serait jamais arrivé. Ou peut-être que ça aurait été pire? Il était impossible de le savoir... Tout ce que la femme savait, c'est qu'elle se sentait si impuissante. Alors qu'il vidait son casier, elle se leva s'approchant de lui doucement, comme s'il était un animal blessé... parce qu'au fond c'était ce qu'il était. Un animal dont l'âme était égratignée. Elle l'attrapa et le serra de toutes ses forces dans ses bras. Elle ne savait pas quoi lui dire sauf qu,elle était tellement désolé...

    Elle l'aida à finir de vider son casier. Ensuite, elle s,assura qu'il n'y ait personne lorsqu'ils furent prêt à partir. Elle savait qu'il ne voudrait voir personne. C'était déjà bien qu'il l'accepte elle dans la même pièce que lui. La blonde le raccompagna jusque chez lui et resta avec lui jusqu'à ce qu'elle sente qu'il voulait être seul. C'est toute à l'envers qu'elle retourna chez elle, bien qu'elle aurait préféré veiller sur celui qu'elle aimait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lord of the Dead
Bad Guys
PRESENCE/ABSENCE : Omniprésent... /sbaf/
DOUBLES COMPTES : Trois bêtes très bête...
PHOTO D'IDENTITE :

DESSIN ANIME D'ORIGINE : Hercule
ÂGE DU PERSONNAGE : trop vieux pour toi gamine!
COTE COEUR : C'est Helga qui l,a trouvé, elle le garde <3
OCCUPATION : tente de dominer le monde
HUMEUR : Boum Badaboum boum boum boum! Ah!
MON ARRIVÉE : 24/04/2013
MON VOYAGE : 555
POINTS : 120
LOCALISATION : pas de tes oignons!

MessageSujet: Re: Un pyromane à la caserne, c'est comme un loup dans la bergerie?[pv pegounet]  Ven 20 Déc 2013 - 1:43
    Je m'étais laissé surprendre... comme un débutant. Il faut dire que ça avait du être facile d'attraper un homme déjà immobilisé par quelqu'un d'autre... En fait il était lâche cervelle de moineau! Il s,attaquait à moi alors que je reluquais attentivement la blonde! Bon elle n'était pas la plus belle que j'ai vu, mais ça se regardait bien. Enfin quand on était pas en train de se faire taper la tête contre une table après une rencontre forcé avec un mur. Ouais c'était un peu ce qu'il m'arrivait... quand je dis que c'était une mauvaise journée, et bien c'était bien plus que ça. Je fus tellement pris par surprise, que je ne réussis pas à me sortir de la poigne du blond. SI j'avais eut cinq secondes de plus pour réagir, il n'aurait pas réussis à me frapper la tête la première fois... et je ne me serait pas retrouvé à moitié assommé dès le premier coup...

    Il frappait surement de plus en plus fort, mais je n'en avait plus trop conscience. La douleur elle, était bien là. J'avais l'impression que le crâne allait se fendre en deux et que ma cervelle allait couler sur le plancher pour aller se mêler au sang qui coulait de mon nez. ça s,arrêta... je crois. je dus m'étaler au sol légèrement inconscient... N'allant pour seule compagnie que mon orgueil, la seule chose plus blessée que moi. J'éprouvai un profond dégout pour Cervelle de moineau, la vie et pour moi qui s'était fait avoir comme un débutant. Probablement que j'avais oublié que j'étais maintenant humain et que je pouvais être blessé... voir tué.

    Revenant peu à peu à la réalité, j'entendis les murmures. au départ, je n'y fit pas attention... jusqu'à ce que je perçoive une information surprenante, si inattendue... la blonde que j,avais tripoté... c'était la copine de Pégase! Qui aurait cru qu'il aurait pu trouver une femme qui l'aimerait? Pas moi... car je croyait qu,il n'y avait que des tapettes pour le trouver intéressant! Une femme... S'il était en couple, elle pouvait être un moyen de pression sur lui! Ou juste un moyen de l'emmerder! Un plan germait dans ma tête pourtant si douloureuse. J'allai lui faire payer ce qu'il venait de me faire ce petit imbécile...

    On me releva pour m'assoir sur une chaise. Un homme, le capitaine, vint me parler. Pour résumer, il s,excusa du comportement de l'autre et blablabla... Ensuite il me dit que je n,aurai pas d'autres jours de travaux communautaires à faire pour m'accommoder pour ce petit incident... En fait il ne voulait pas que je porte plainte. Je n'avais pas trop envie d'avoir affaire à la police... donc je n,avais pas encore de décision prise à ce sujet. Et puis en même temps, je savais que j,avais dit des trucs horribles, même si je ne regrettait rien... En fait j,avais presque trouvé ça drôle... La bourrique supposé être gentil avait montrer qu'il ne valait peut-être pas mieux que moi en fait... Oui j,avais fait tout ce qu'il avait dit, mais en tant que membre de la grande famille des gentils, il n'avait pas le droit de faire du mal, même à un méchant comme moi!

    Après un moment je pus enfin partir. parfait, plu jamais je ne remettrai les pied dans cet endroit pourris! Sauf peut-être pour venir faire des problèmes à cervelle de moineau... quoiqu'il était suspendu, donc il ne serait pas là... Il n'y avait pas que des mauvais côté à cette journée... après tout, j'avais trouver le point faible de mon ennemi... une femme, comme son grand ami monsieur muscles! Comme c'était amusant...


fin du rp... nous nous retrouverons... mouahahahah! /sbaf/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Un pyromane à la caserne, c'est comme un loup dans la bergerie?[pv pegounet]  
Revenir en haut Aller en bas
 

Un pyromane à la caserne, c'est comme un loup dans la bergerie?[pv pegounet]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» TERMINE - Comme un poisson dans l'eau & avec une sirène
» Je me comporte comme un loup des Steppes, je m’en-cloisonne pour apprivoiser mon âme, parce qu'à l'extérieur tout m'effraie.
» Hercules ~ Comme un pingouin dans le désert
» Comme un poisson dans un bocal... [pv Aulne]
» Rien ne se passe jamais comme on l'a prévu [PV : Aki]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No more happy endings... :: RP terminés-