Partagez | 
 

 « Aucun homme n'a assez de mémoire pour réussir dans le mensonge. » [PV Hadès]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: « Aucun homme n'a assez de mémoire pour réussir dans le mensonge. » [PV Hadès]  Dim 6 Avr 2014 - 13:04





    Enfoiré!

    Me mentir tout ce temps! Me laisser croire que j'étais fou! Tout ça pour servir ses propres intérêt débiles! Il a faillit me laisser me prostituer juste pour se faire de l'argent sur mon dos et rire de ma crédulité! Et après ça il se permettait encore de passer pour mon ami! Il était pire qu'Hans. Après tout, ce dernier ne faisait que profiter d'Anna qui se laissait bêtement faire. Hadès se servait des gens. Et lui et Priscilla étaient de mèche, c'était évident. Mais comme je ne voulais pas la revoir après tout ce qui s'était passé, c'est avec Hadès que je devais mettre les choses à plat.
    Je n'avais pas tellement envie de le revoir lui non plus, mais il le fallait bien. Après tout il s'était fait passer pour mon meilleur ami tout ce temps alors qu'il n'avait fait que mentir. Il n'avait jamais rien dit de vrai. Pas une seule fois. Ce type était un monstre! Et il ne semblait même pas avoir de mal à mentir. Tout ce temps, je n'y avais vu que du feu. Alors que tous mes souvenirs étaient vrais. Inexplicables compte tenu de ma situation actuelle, mais vrais.

    C'était là.

    Je me retrouvais devant une porte, bien déterminé à régler mes comptes avec celui qui vivait là. Ca m'était déjà arrivé de me laisser aller à des élans de colère jusqu'à, parfois, en venir aux poings. Et vu ma carrure, toujours intacte depuis mon arrivée, je n'avais pas de mal à en impressionner certains. C'était l'avantage de mon travail, mon vrai travail. Pas le job ordurier qu'Hadès m'avait refilé sans doute juste pour s'amuser. Fou, il était fou. Et irrespectueux.
    J'avais frappé à la porte en retenant difficilement ma colère pour ne pas l'abîmer. Même si au fond, je me fichais bien de mettre son appartement tout entier à sac. Je voulais juste des explications et ensuite ne plus jamais le revoir. Je sentais l'adrénaline monter en moi. Même mon sans pulsait plus vite qu'à l'habitude, je pouvais le sentir dans mes poings serrés de rage.
    Au fond, ce n'était peut-être pas seulement à Hadès que j'en voulais. Mais c'est lui qui allait en faire les frais. Je n'allais pas hurler sur Elsa après tout. C'était la seule personne sensée et un tant soit peu délicate ici. A croire que ce monde rendait les gens fous et malsains. C'était un véritable Enfer. Et il semblait y avoir bien plus que neuf cercles. Ou quoi qu'il y ait d'autres en Enfer. Mais en tout cas, Hadès portait définitivement bien son nom après tout ça. Ca aurait pu être le Dieu de toutes les horreurs que j'avais croisé ici. Mais il aurait quand même mérité d'être détrôné. Le monde et ma vie s'en serait bien mieux porté!

    Menteur...

    Quand il ouvrit finalement la porte, je ne lui laissais pas le temps pour un bonjour ou quoi que ce soit. Je sortais peut-être de l'hôpital, encore, mais ça ne m'avait pas assez affaiblit pour rester calme. J'avais attrapé Hadès par le col, malgré notre écart de taille, pour le coller contre le mur le plus proche en lui adressant un regard noir comme l'Enfer dans lequel il aurait pu vivre.

    "Tu m'as mentit! Tout ce temps t'as fait que me raconter tout ce qui t'arrangeait! Tu t'es fait passer pour mon ami alors que tu te servais de moi!"

    Ca faisait du bien malgré tout de se laisser aller de la sorte. Après tout ce que je venais de vivre, j'avais juste envie de relâcher la pression, peu importe comment. Et je préférais me faire tabasser et rentrer chez Elsa avec une côte fêlée et un oeil au beurre noir plutôt qu'avec ma déprime grandissante.

    "Tous mes souvenirs étaient réels! C'est ta faute si j'ai cru tout ce temps que j'étais fou! Et que Priscilla... était ma fiancée! Tu t'es foutu de moi! Pourquoi t'as fait ça?"

    Au fond, je n'attendais pas une réponse qui me plairait. Et pas tellement d'excuses. Mais pour une fois que je pouvais avoir la vérité ou un semblant de vérité venant de quelqu'un, ça me changerait de ce dont j'avais l'habitude. Même Anna n'avait pas été capable de me dire la vérité tout de suite. A croire que personne ici n'était capable de dire quoique ce soit de vrai ou de sincère...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lord of the Dead
PRESENCE/ABSENCE : Omniprésent... /sbaf/
DOUBLES COMPTES : Trois bêtes très bête...
PHOTO D'IDENTITE :

DESSIN ANIME D'ORIGINE : Hercule
ÂGE DU PERSONNAGE : trop vieux pour toi gamine!
COTE COEUR : C'est Helga qui l,a trouvé, elle le garde <3
OCCUPATION : tente de dominer le monde
HUMEUR : Boum Badaboum boum boum boum! Ah!
MON ARRIVÉE : 24/04/2013
MON VOYAGE : 532
POINTS : 100
LOCALISATION : pas de tes oignons!

MessageSujet: Re: « Aucun homme n'a assez de mémoire pour réussir dans le mensonge. » [PV Hadès]  Jeu 10 Avr 2014 - 1:40

Aucun homme n'a assez de mémoire pour réussir dans le mensonge


Elle m’avait appelée en panique.
Qui ça elle? Priscilla, la folle que j’avais croisée en psychiatrie, traitée pour ses problèmes de dépendance affective et que j’avais collé à Kristoff. J’avais été plutôt fière de cette découverte, ils faisaient un beau petit couple! Bon il avait parfois l’air complètement ahuri et elle était plus collante que du ruban adhésif, mais ils avaient l’air d’un vrai couple! Non en fait ils étaient devenus un vrai couple! Elle voulait tellement quelqu’un et lui voulait tellement se souvenir et « guérir », ils se complétaient parfaitement selon moi! Et on osait dire que j’étais un méchant et un fourbe, j’avais plutôt joué à Cupidon! Bon je sais, j’avais forcé les choses et c’était mal d’après tout le monde… mais ils étaient heureux, non? Bon en fait la femme et moi en étions heureux, mais pour ce qui était du blond, je n’en étais pas certain, mais nous étions quand même deux sur trois à nous satisfaire de cette situation! Bon en fait moi ça ne me faisait ni chaud, ni froid par moment, puisque j’étais souvent en mission, à draguer ma patronne et à m’engueuler avec Boggs… mais passons, ce n’est pas ce qui vous intéresse, n’est-ce pas?

Pourquoi elle m’avait appelé en panique?
Parce qu’il savait. Il savait tout. Et alors? Je m’en foutais qu’il ait plaqué cette folle pour une autre! Elle avait pleuré parce qu’une rousse l’avait frappé… et alors? Je n’étais pas le gardien de la cours de récréation! Il me faudrait donc changer de numéro si elle continuait d’appeler de la sorte… je me contentai de fermer mon téléphone, c’était toujours ça. Je verrai plus tard si elle se calmerait… Ou peut-être qu’il faudrait que je le reconduise à l’asile? Juste cette menace devrait la calmer si elle me harcelait.

Lorsqu’on frappa à ma porte, je crus tout d’abord que c’était elle, mais non, elle ne pouvait pas cogner aussi fort sur une porte! Ça devait être la police pour me parler d’elle ou de Kristoff. Je me surpris presque à me dire que je serais bien déçu s’il était arrivé quelque chose de grave à l’homme… Bah quoi? Il était plutôt amusant et ça m’aurait vraiment déplu de perdre un jouet! Non, jamais je n’avouerais plus que cela, même si c’était un des rares humains dont je supportais plutôt bien la présence! Et qu’au final, je ne l’avais pas tant humilié… Il faut dire que juste ses réactions étaient hilarantes! Et puis j’avais bien d’autres occupations que de monter un vrai commerce du sexe… si je l’avais fait, j’aurai engagé des filles, c’est plus amusant à mater…

J’allai ouvrir la porte, découvrant non pas des policiers ou une folle, mais tout simplement Kristoff. La surprise de le voir à ma porte m’empêcha de réagir avant qu’il ne m’attrape par le col et me plaque contre le mur. Et bien pour une entré en matière… C’était intéressant en fait, le petit agneau qui se fâchait et qui tenait tête au berger… enfin, je dirais plus au loup, car personne de sain d’esprit ne me comparerait à un berger! Je le laissai parler, me contentant tout d’abord d’un regard hautain. Je laissais un silence lourd prendre place, question de faire monter la tension et pour l’effet dramatique, puis je parlais :

- Me servir de toi? Je dois dire que tu ne m’as pas rapporté grand-chose mon petit. Et puis ce n’est pas de ma faute si tu n’avais pas la force mentale d’assumer ce qui était en fait tes souvenirs… ici nous ne sommes plus dans un conte de fée, il est temps que tu t’en rendes compte. Je t’ai offert une nouvelle vie.

J’enfonçai mon index dans son torse, montrant ainsi qu’il ne me faisait certainement pas peur. Depuis que j’étais dans ce monde, j’avais vu bien pire qu’un blondinet fâché! Et s’il s’avait… j’avais tellement fait pire que ce que je lui avais fait subir! Et puis je m’étais déjà battu bien des fois, alors il ne me faisait pas peur…

- Réfléchis un instant… maintenant que tu sais tout, es-tu plus heureux? Car si tu l’étais, tu ne serais pas ici, tu serais avec cette fille, non? La réalité est-elle préférable à un mensonge de vie douillette?





codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: « Aucun homme n'a assez de mémoire pour réussir dans le mensonge. » [PV Hadès]  Ven 20 Juin 2014 - 15:00





    Reste calme, Kristoff, reste calme...

    Je peux pas! Ca fait décidément trop mal. Il aurait pourtant suffit qu'Hadès appuie légèrement plus loin de mon coeur pour que la douleur d'après mon opération ne revienne pas. Par réflexe, je le lâchais en restant de marbre face à ses menaces. Je détestais l'écouter parler depuis que je savais que tout ce qu'il m'avait dit n'était qu'un tissu de mensonge.
    S'il n'y avait eu que la douleur physique pour me faire mal, j'aurais été nettement plus tranquille. Mais à ça s'ajoutait ses dires et le rappel constant qu'Anna était devenue une inconnue à mes yeux. J'étais incapable de la reconnaître dans ce qu'elle faisait actuellement et dans tous ses choix. Pire encore, je ne comprenais pas comment Elsa qui vivait pratiquement sous le même toit la laisse être aussi inconsciente. Mais je n'était pas là pour parler de ça avec... Ce monstre. Lui, Priscilla, Anna... Jusque là tous les gens que j'avais croisé ici, amis ou non, connaissances ou pas, ne m'avaient apporté que des ennuis. Et si je préférais tout oublier d'Anna et de ses conneries, je ne pouvais pas laisser Hadès s'en tirer ainsi.

    "Tu m'as laissé croire que j'étais fou!" ajoutai-je en rabattant une main sur son épaule pour agripper fermement sa veste "Comment t'as pu faire ça et prétendre être mon ami?!"

    Il me dégoûtait presque...

    Anna, de son côté, n'était pas entièrement responsable. J'étais certain que c'était cet autre connard qui la manipulait simplement pour parvenir jusqu'au trône, comme toujours. Je ne pouvais plus rien pour Anna, c'est vrai. Mais je m'assurerais qu'il ne régnerait jamais sur Arendelle en protégeant Elsa au prix de ma vie. Malgré tout ce qui lui était arrivé, elle avait l'étoffe d'une véritable reine, d'une bonne souveraine, comme ses parents. La pauvre n'était pas très chanceuse avec sa famille, surtout ces derniers temps. C'est tout. Si elle avait eu des gens bien, des gens sur qui compter, elle aurait été plus heureuse et en paix avec elle-même et ses pouvoirs.

    Mais Hadès n'avait rien de bien!

    J'avais seulement envie de le tuer à cet instant. J'aurais pu me défouler, arrêter de subir tout ça sans broncher. J'en avais assez d'être le bouffon de cette histoire, de passer pour la victime idiote incapable de se défendre. Je voulais qu'on arrête de me traiter comme le dernier des crétins tout juste bon à escorter des princesses jusqu'en haut d'une montagne. Je pouvais faire mieux que ça. Je valais mieux que ça.

    Et puis à qui je mentais...

    Hadès avait pratiquement raison. J'aurais mieux fait de ne pas demander à savoir la vérité. J'aurais surement finit par m'habituer à elle et peut-être à l'aimer... De toutes façons si Anna peut tomber amoureuse du premier con venu, je suppose que n'importe qui moins important qu'une princesse de sang royal peut trouver l'amour en ouvrant une porte. Sauf peut-être Hadès, lui il ne trouverait pas quelqu'un capable de le supporter avant longtemps, et c'est ce genre de petit détail qui crispait davantage les nerfs de ma main de sorte que mes doigts s'agrippent fermement au tissu qu'il portait.

    "Je veux juste savoir pourquoi tu m'as mentit tout ce temps. Je sais très bien que c'était pas par bonté d'âme ou pour m'épargner de savoir la vérité."

    J'avais besoin de savoir pourquoi lui m'en voulait au point de me faire autant de mal. Qu'est-ce que j'avais fait de mal? Qu'est-ce que j'avais rater pour en arriver là? J'avais l'impression qu'hier encore Arendelle venait d'être sauvée et que tout allait bien et aujourd'hui j'en venais à me demander si je tenais réellement à rentrer chez moi le soir venu. Ce n'était même pas chez moi, c'était chez la reine en théorie.

    "Qu'est-ce que je t'ai fait pour que tu me traite comme ça?..." lâchais-je enfin, avec difficulté, en essayant vainement de contenir ma rage envers lui et ma mélancolie

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lord of the Dead
PRESENCE/ABSENCE : Omniprésent... /sbaf/
DOUBLES COMPTES : Trois bêtes très bête...
PHOTO D'IDENTITE :

DESSIN ANIME D'ORIGINE : Hercule
ÂGE DU PERSONNAGE : trop vieux pour toi gamine!
COTE COEUR : C'est Helga qui l,a trouvé, elle le garde <3
OCCUPATION : tente de dominer le monde
HUMEUR : Boum Badaboum boum boum boum! Ah!
MON ARRIVÉE : 24/04/2013
MON VOYAGE : 532
POINTS : 100
LOCALISATION : pas de tes oignons!

MessageSujet: Re: « Aucun homme n'a assez de mémoire pour réussir dans le mensonge. » [PV Hadès]  Lun 23 Juin 2014 - 21:08

Aucun homme n'a assez de mémoire pour réussir dans le mensonge


Il me lâcha. Oh? Avais-je appuyé à un endroit douloureux? Il était vrai qu’il avait été opéré au cœur. Je n’y avais pas vraiment pensé, réagissant pas réflexe à son attaque. Quoique j’avais peut-être un dont inconscient pour toucher là où ça fait mal… Ou peut-être que c’était mes paroles qui lui faisaient cet effet? Pas vraiment, son visage ne semblait pas démontrer la moindre émotion. Quoique je savais que j’avais fait mouche, car que je sais comment tourmenter les âmes humaines. Il est tellement facile de prendre le point faible d’un homme et de lui remettre sous le nez, de retourner le fer dans la plaie… Et sans vouloir me vanter, j’étais doué dans ce domaine. Je n’utilisai plus aussi souvent qu’avant mes « talents », mais lorsqu’on me menaçait ou me provoquait, le naturel revenait au galop. Oui, c’était dans ma nature d’être ainsi… Même lorsque j’essayai d’être plus agréable, tôt ou tard ça capotait et mes efforts se retournaient contre moi… C’était à croire que l’univers entier voulait que je garde mon étiquette de méchant.

Il agrippa de nouveau ma veste…. Ah lala, quelle inconscience, elle allait être pleine de plis! Malgré cela, je continuai de rester calme. Il faut dire que Kristoff était sans doute assez énervé pour nous deux et que si je m’y m’étais aussi, ça allait dégénérer. Ah et aussi je m’arrangeai toujours pour ne pas être le premier à frapper, question de pouvoir plaider la légitime défense. Bon en fait ça ne marchait pas très souvent, la preuve était que j’avais finit derrière les barreaux après la bataille dans le bar avec Cervelle de moineau… Mais plus tard à la caserne j’avais presque passé pour une victime et mes travaux communautaires avaient été écourtés. Donc ça fonctionnait une fois sur deux?

Quoiqu’il en soit, je n’étais tout de même jamais le premier à faire une attaque physique contre quelqu’un… Bon l’ordonner et envoyer quelqu’un d’autre, mais je ne le faisais pas moi-même. Sauf en mission pour Helga, mais c’était une autre histoire et j’étais payé pour cela. Tout ça pour dire que je n’avais pas l’intention de frapper l’autre homme en premier, car soyons intelligent, frapper quelqu’un pouvait faire perdre toutes les chances de manipulations! Non, je n’avais pas l’intention de le laisser partir aussi facilement. Si je pouvais encore tirer quelque chose de lui, je le ferai, telle était ma nature… nature à laquelle il n’avait rien comprit s’il me demandait pourquoi je faisais ça…

Bon j’avoue que ce n’était pas si bête comme question, car je ne savais pas quoi lui répondre. C’est que je faisais les choses sans réfléchir bien souvent, alors ensuite pour savoir pourquoi, c’était autre chose. Je pris bien mon temps avant de répondre, alors qu’il semblait serrer de plus en plus sa prise sur ma veste… Pourquoi j’avais l’impression que les gens ne me touchaient que pour me frapper? Bon parce que j’étais un connard de première la plupart du temps, il fallait l’avouer. J’étais sans doute aller trop loin dans le cas de Kristoff et je crois que je me sentais presque coupable. Presque. La culpabilité ne faisait pas vraiment partie de moi… Par contre l’idée de ne plus pouvoir compter sur le blond m’affectait un peu. Je n’avais certes pas d’amis, mais trainer avec lui avait été divertissant et je regrettai qu’il ait appris la vérité.

La tension ayant assez monté, il valait mieux que je pense à répondre avant que je me retrouve enfoncé dans le mur.

- Pourquoi? Je pourrais te donner des tas de raisons, mais aucune ne te plaira. La plus vraie est sans doute que c’est parce que c’est dans ma nature, j’ai été créé ainsi. Tout comme toi, je viens d’un compte et dans mon histoire, je suis le méchant. Hadès, dieu des enfers, maitre des morts. Tu ne me crois pas? Tiens.

Je claquai des doigts pour lui mettre une flamme sous le nez. Pourquoi tout lui déballer soudainement? Pourquoi pas? Je n’avais rien à perdre. Il avait sans aucun doute envie de me tuer, alors lui montrer mes pouvoirs pouvait peut-être le calmer un peu? Bon, je n’étais plus aussi puissant qu’avant, mais j’avais de quoi faire reculer les agresseurs. Toujours calme, je continuai :

- T’empêcher de crever dans la neige était déjà un acte contre-nature. Je me suis occupé de toi, je t’ai donné plus d’attention qu’à la plupart des mortels, et avoue que tu étais bien moins malheureux dans cette fausse vie que maintenant. Pourquoi j’ai continué à mentir? Parce que tu avais besoin de t’accrocher à quelque chose. Je n’essai pas de passer pour un ange, mais c’est pour expliquer que c’est le mieux que je puisse faire parce que quelqu’un quelque part à écrit l’histoire d’Hercule et a fait de moi ce que je suis. Et tu sais pourquoi? Parce que dans les dessins animés pour les enfants, ils ont besoin d’un méchant à détester.

Je ne pus empêcher la hargne de transpercée légèrement ma voix. Je crois que c’était la première fois que je parlais de mon appartenance à un coonte pour enfant. Depuis que j’avais découvert cela, je le gardais pour moi. Peut-être que même sans cela, je n’aurais jamais été un gentil, mais j’aurais pu être moins sombre? J’étais moins malveillant depuis que j’étais dans ce monde, la preuve était que j’avais sortit le blond de la neige pour l’emmener à l’hôpital. Bon je sais que je lui avais menti et que je m’étais amusé à ses dépends, mais voilà, je reste ce que je suis au final.

Je me dégageai de sa poigne, j’en avais marre qu’il m’agrippe de la sorte. Non mais, il voulait ma veste ou quoi? Je le défiai du regard, il était hors de question que je me montre faible face à lui... ou face à qui que ce soit. Il fallait qu’il décide ce qu’il voulait faire, parce que je commençais à en avoir marre de son attitude :

- Bon, si tu veux qu’on discute, on serait plus confortable assis à table. Tu veux quelque chose à boire? Café? Eau? Jus d’ananas? On peut aussi se battre si tu préfère, mais ça ne finira bien pour personne. Je suis un connard, mais n’oublie pas qui a payé une partie de tes frais d’hôpitaux lorsque tu a faillit mourir de froid, n’oublie pas qui t’a aidé alors qu’aucuns de tes soi-disant amis n’étaient pas là.


Je me dirigeai vers la cuisine pour me prendre une tasse de café, j’en avais bien besoin… je ne pensais pas que la journée serait aussi mouvementée.





codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: « Aucun homme n'a assez de mémoire pour réussir dans le mensonge. » [PV Hadès]  Ven 31 Oct 2014 - 14:31





    Hadès avait raison...

    Sans lui je serais mort depuis des jours à l'heure actuelle. Et Anna aurait bien été la dernière personne à s'en soucier je paries. Elle se souciait déjà à peine de sa soeur ces temps-ci alors son ex-petit-ami... Elle devait déjà m'avoir oublié. A quoi ça servait tout ça? J'essayais de me convaincre d'avoir un but en cherchant des ennuis au premier venu. Méchant ou non, Hadès était la dernière personne ici à m'avoir réellement aidé.

    Je ne comprends plus rien à tout ça...

    J'ai l'impression de ne plus être à ma place. Pourtant, je continues d'apercevoir l'ancien théâtre de ma vie, les personnages que j'y ai connu, tout mon univers. Mais c'est comme si j'étais passé de la scène aux coulisses. Soudain je n'ai plus rien à faire ici et personne ne s'aperçoit que je suis sortit du décor. Personne n'a remarqué que j'ai quitté mon rôle et personne ne cherche à savoir pourquoi. Je pourrais aussi bien ne jamais avoir participé, ça ne changerait rien à tout ça.

    J'aurais pu mourir de froid dans la neige sans que personne ne s'en rende compte.

    Sven était peut-être déjà mort aussi et personne d'autre que moi n'y penserait. Mon pauvre ami. Mon seul ami. Hadès était ce qui se rapprochait le plus de ce rôle pour l'instant. Je le détestais et pourtant je n'avais plus que ça.
    Vaut-il vraiment mieux être seul que mal accompagné? Est-ce que je serais mieux sans lui? Sans doute que oui. J'ai vécu toute ma vie pratiquement seul. Mais au moins j'avais Sven, et ma famille. Avec eux disparus, et sans doute décédés depuis que j'avais quitté Arendelle, j'avais l'impression qu'il ne me restait rien. Juste un immense vide.
    Je me répétais en boucle les mots d'Hadès. "Tes soi disant amis", "T'empêcher de crever", "Ca ne finira bien pour personne" pas même pour moi. Cette vérité avait eu l'effet d'une bombe en moi. Non... Plutôt d'un choc. Comme un frisson qui vous parcourt tout le dos et vous rappelle qu'il y a plus que de la chair sur ce squelette. Je me rendais compte que je pouvais, que je devais ressentir quelque chose, des émotions, des sentiments. Mais rien ne se passait. Je croyais avoir encore de la colère et de la tristesse en moi mais ça s'était brusquement évaporé. Ca devrait pourtant être ici, quelque part. Je voudrais pouvoir encore rire et sourire, mais j'en venais à me demander si je pourrais ne serait-ce que pleurer de nouveau. Rien qu'un sentiment, un seul. Juste pour me prouver que je suis vivant, que tout n'est pas juste une copie d'Arendelle en pire.

    "Non, merci... J'ai pas tellement soif..."

    Je suivis malgré tout Hadès à la cuisine, réalisant sur le chemin la situation dans laquelle je me trouvais. Au point où j'en étais, je voulais juste parler avec quelqu'un, même si ce quelqu'un était supposément une horrible personne que je devrais encore détester. J'étais tellement mal placé pour savoir qui haïr à force. Je me contentais de prendre un siège pour m'asseoir et de me calmer une seconde en relativisant. Ca pouvait sûrement être pire. Même si rien ne me venait en tête. Le pire était déjà d'être séparé de Sven sans même savoir s'il était encore vivant. En second, ça aurait été de perdre Anna. Et finalement le pire qui puisse m'arriver... Et bien...

    C'était tout ça.

    Toute cette histoire était déjà le pire du pire. Je me retrouvais sans amis, sans amour, sans maison à moi, et sans même une santé au meilleure de sa forme. Il me restait... Ma vie... Cette vie ignoble qui m'attendait et serait toujours là pour moi. C'est tout ce que j'avais encore. Une existence.
    Je fixais la table en cherchant une bonne nouvelle, en vain.

    "Hadès... Je peux savoir quelque chose?..."

    A ce stade, je me fichais éperdument de savoir pourquoi il m'avait sauvé du froid ou pourquoi il avait payé mes frais médicaux, tout ça pour au final me jeter dans les bras d'une blonde à peine moins sadique qu'Anna avec mon coeur.

    "Ca fait quoi d'être le méchant? Ca t'apporte quoi?"

    J'avais relevé les yeux vers lui, cherchant, en plus d'une réponse, sa sincérité. Même s'il pourrait sans doute me mentir sans que je n'y vois rien.

    "Les méchants se font toujours détester et n'y gagnent rien au final. Alors si c'est le cas, pourquoi tu change pas? Tu pourrais simplement arrêter de t'enfermer dans ton rôle et faire ce que tu veux. A moins que ce que tu veuille c'est être méchant mais dans ce cas, je ne vois pas ce que tu y gagne au final..."

    Les méchants perdent toujours. Ca c'est une leçon qu'on apprend tous dans les contes de fée. Mais ici ça semblait... Différent. Tous les jours la télévision racontait un autre malheur arrivé ici ou ailleurs, faisant des tas de victimes et sans forcément que le coupable ne soit arrêté ou punit pour ce qu'il avait fait. Et les gentils, comme Anna par exemple, se faisaient avoir encore une fois sans se douter de rien. Les gens sont donc si crédules que si? Si frêles? Je sortais à peine de l'hôpital mais je me sentais parfois moins victimisé que certains malgré tout ce qui m'était arrivé. Tout marchait à l'envers ici on dirait...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lord of the Dead
PRESENCE/ABSENCE : Omniprésent... /sbaf/
DOUBLES COMPTES : Trois bêtes très bête...
PHOTO D'IDENTITE :

DESSIN ANIME D'ORIGINE : Hercule
ÂGE DU PERSONNAGE : trop vieux pour toi gamine!
COTE COEUR : C'est Helga qui l,a trouvé, elle le garde <3
OCCUPATION : tente de dominer le monde
HUMEUR : Boum Badaboum boum boum boum! Ah!
MON ARRIVÉE : 24/04/2013
MON VOYAGE : 532
POINTS : 100
LOCALISATION : pas de tes oignons!

MessageSujet: Re: « Aucun homme n'a assez de mémoire pour réussir dans le mensonge. » [PV Hadès]  Ven 31 Oct 2014 - 21:32

Aucun homme n'a assez de mémoire pour réussir dans le mensonge


Il sembla se calmer, bien. Je n’avais pas envie de me battre avec lui, ni avec qui que ce soit en fait. Et puis se battre chez soit était toujours une mauvaise idée, qui avait envie de briser ses propres biens? Pas que j’accordais une réelle importance à de simples objets, non, c’était plus que je n’avais pas envie de ramasser les dégâts. Quoique je devrais dire que je n’avais pas envie d’appeler la femme de ménage pour qu’elle ramasse, des plans qu’elle me pose des questions auxquelles je ne répondrais pas, ce qui ne ferait qu’augmenter sa méfiance à mon égard. Donc j’étais satisfait qu’il se calme. Bon, je ne nie pas que j’aurai sans doute mérité un coup sur la gueule, mais disons que j’essai tout de même de l’éviter quand je le peux… je n’avais pas envie d’être défiguré!

Je me servis un café et comme il ne voulait rien, je m’assis à table en prenant un gorgé du liquide chaud en regardant le blond fixer la table. Je sais que c’est moi qui avais parlé d’avoir une discussion civilisée, mais maintenant je ne savais plus trop quoi dire. D’un autre côté, c’était quand même lui qui m’avait sauté dessus tel un sauvage, alors à lui de voir de quoi il voulait parler. Lorsqu’il ouvrit enfin la bouche, je lui fis signe de continuer, qu’il la pose sa question! Je n’allais pas l’empêcher de parler, car après tout j’étais curieux. Et puis si je n’aimais pas, je n’avais qu’à ne pas répondre. Sauf que j’avoue que sa question était parfaitement dans mes cordes. Il voulait de la sincérité, pourquoi ne pas lui en servir? Je n’avais rien à cacher sur ma nature et puis tant pis si je me répétais, j’aimais  bien parler de moi :

- Ce que ça fait? Premièrement il faudrait en revenir à pourquoi je suis méchant, non? Je suis méchant parce que dans toute histoire il en faut un et le scripteur à décidé que ce serait moi. Qui de mieux que le dieu des enfers pour jouer le mauvais rôle dans un dessin animé pour enfant? La mort, c’est considéré comme mal, alors que pourtant, c’est naturel, tout les hommes peuvent mourir et tous mourrons à un moment, lorsque le temps est venu. Ce que ça fait d’être méchant? Tout dépend à qui tu pose cette question, dans mon cas, ce que ça me fait, c’est rien. Parce que le bien, le mal, tout est une question de point de vu, mon gars. Ce que je fais, je le fais pour survivre, pour avancer. Est-ce mal de tout faire pour réussir? D’aider des gens? Te sauver était mal? Te pousser dans les bras d’une femme qui t’aimais était mal? Si ça avait été quelqu’un d’autre que moi, tu ne poserais pas ces questions… les gentils font le bien et les méchants le mal… alors ne me parle pas de m’enfermer dans mon rôle alors qu’à chaque fois que j’essai de faire quelque chose de bien, on me renvoie le tout au visage. Comment on fait pour changer alors que personne ne nous aide? Et puis est-ce vraiment possible alors que j’ai été créé dans ce rôle précis?

Je repris une gorgé de café, prenant une pause après avoir autant parlé. Sauf que je n’avais pas tout dis, non j’avais encore bien à dire. Il faut dire que parler du bien et du mal était un sujet qui me tenait bien à cœur. Pas que je voulais changer d’alignement, non, je voulais seulement démontrer que tout n’est qu’une question de point de vu. Bon, j’avoue qu’être méchant est plus facile, car pas besoin de s’inquiéter des autres, juste à faire ce qui nous plait.

- Je ne te contredirai pas sur le point que chez nous, les méchants perdent tout le temps, mais ici, c’est le vrai monde, ici le bien ne gagne pas toujours. Tu me trouve méchant? Pourtant je ne suis pas un tueur en série ou un violeur, je ne suis à peine un voleur.

Bon, je ne dis pas que j’étais beaucoup plus calme depuis que j’étais dans ce monde… et puis pas besoin de parler des complots pour prendre la place de Zeus sur le mont Olympe ou mes tentatives de meurtre sur Hercule alors qu’il n’était qu’un poupon… De toute façon, c’est le passé, il faut vivre dans le présent! Ce que Kristoff ne semblait pas réussir à faire. Je bu encore un peu de café, savourant ce breuvage qui n’existait pas chez moi. Juste pour ce genre de trucs, je ne retournerai pas en Grèce antique.
Je fixai le jeune homme avant d’encore reprendre la parole, parce que autre que d’aimer entendre le son de ma voix, j’avais tout de même des choses à dire, et pour une fois, ce n’était pas n’importe quoi :

- Écoute mon gars, je sais que ce n’est pas facile, mais maintenant tu dois te prendre en main. Oublie ta rouquine, elle ne te mérite pas, oublie Priscilla si tu veux, même si elle t’aime, ça reste une folle. Arrête de déprimer et vie ta vie. Il va falloir que je t’apprenne comment profiter de la vie?

Je ne comprenais pas comment il pouvait se morfondre de la sorte, il était beau, jeune, toutes les filles tomberaient à ses pieds… en plus avec sa cicatrice, il avait l’air d’un survivant, elles adoraient ça!

- Sinon, je peux t’aider à te venger, je suis pas mal dans le domaine… tu n’as qu’à choisir ce que tu veux, tu es maître de ta destinée maintenant.




codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: « Aucun homme n'a assez de mémoire pour réussir dans le mensonge. » [PV Hadès]  
Revenir en haut Aller en bas
 

« Aucun homme n'a assez de mémoire pour réussir dans le mensonge. » [PV Hadès]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ray Bradbury - L'homme Illustré
» [AIDE] Pas assez de mémoire et pourtant plus de 140Mo pour installer les APK
» l'homme parfait et la femme parfaite
» Quels soins pour homme utilisez-vous / conseillez-vous ?
» Un homme se promène avec le cadavre d´un bébé dans un sachet!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No more happy endings... :: RP terminés-