No more happy endings...
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
Nintendo Switch OLED + Joy-Con à 319€ + ...
Voir le deal
319 €

 :: Paris :: Paris sud
SOS Poissons [RP libre]
Gilles de l'Océan
Gilles de l'Océan
Faith, trust and pixie dust
Admin animals
PHOTO D'IDENTITE : SOS Poissons [RP libre] Tumblr_p38zdzYZod1whpmzao1_400
DESSIN ANIME D'ORIGINE : Finding Nemo
ÂGE DU PERSONNAGE : 55
COTE COEUR : Personne (aromantique et asexuel)
OCCUPATION : Indépendant, inscrit sur un site de petites annonces pour venir en aide à ceux qui le demandent, en fonction du besoin. Tient aussi un blog pour dénoncer les méfaits de l'homme sur les océans.
LOCALISATION : Paris
HUMEUR : Prêt à tout
COULEUR PAROLE : #07a277
PRESENCE/ABSENCE : soir & weekend
DOUBLES COMPTES : Wendy, Phil & Quinn
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : Michael K. Williams
MON ARRIVÉE : 13/04/2021
MON VOYAGE : 14
POINTS : 39
Mer 28 Avr 2021 - 19:24
SOS Poissons
Gill & Quelqu'un
L’idée lui était venue subitement. Il s’était levé, s’était préparé une tasse de café et s’était installé sur une chaise du comptoir de sa petite kitchenette pour le boire, puis ses pensées étaient parties s’évader ailleurs, comme elles le faisaient souvent. Cette fois-là, il avait pensé à l’aquarium, à ses camarades de cellule qui devaient y être encore, et il s’était dit qu’aucun poisson ne devrait subir cette vie-là. Il trouvait injuste que certains n’aient jamais connu la vraie liberté et qu’ils soient nés en captivité, pour être vendus à qui souhaitait avoir quelques animaux marins pour décorer leur intérieur. C’était tout ce qu’ils étaient pour des humains. Des objets de décoration. Ce devait être un scandale, et pourtant c’était tant banalisé qu’aucun homme ni aucune femme, qui qu’ils soient, remettrait ce principe en question. Ils achètent, simplement. Et coincés dans leur prison de verre, les poissons n’avaient aucune chance.

C’est ainsi que Gill échafauda son nouveau plan. Il réalisa que si les poissons avaient effectivement une chance de s’évader de leur vie de condamnés, c’était lui. Il était leur chance, en tant que nouvel humain anciennement poisson, parce qu’il avait vécu leur vie, parce qu’il savait ce dont ils avaient besoin. Parce qu’il avait la possibilité d’agir pour briser leur cage de verre qui les gardait prisonniers.

Ce jour-là, à 10h très exactement, il entrait dans l’une des innombrables animaleries de la ville de Paris. Il tenta de maîtriser tout son mépris pour l’espèce humaine et leur dominance exercée sur tout ces pauvres animaux en cage tandis qu’il se dirigeait vers le coin des poissons. Dommage pour les autres, mais il se devait de privilégier sa propre espèce. Posté devant l’une des vitres d’aquariums, il posa son index gauche sur le verre – sans tapoter, ni effectuer de mouvements trop brusques, car il savait à quel moins cela pouvait être désagréable – et chuchota à l’intention des petits êtres qui nageaient, insouciants, à l’intérieur :

« Je vais vous sortir de là. Bientôt, vous serez libres. C’est une promesse. »

Il n’était pas certain que les poissons étaient capables de l’entendre derrière la vitre, mais peu importe. Il comptait bien tenir sa promesse. Alors il acheta une cinquantaine de poissons – c’était tout ce que son budget actuel permettait – et repartit avec en se disant qu’il reviendrait pour les autres lorsqu’il pourrait. Malheureusement, il ne pouvait pas encore sauver tout le monde ; mais c’était déjà une bonne avancée. Arrivé dehors, il se dirigea ensuite vers les quais de Seine, son aquarium sous le bras, chercha un coin tranquille et s’approcha de l’eau. Il força son bras droit à ouvrir la boite qu’il tenait sous le gauche – c’était toujours une épreuve pour lui que les cicatrices n’avaient pas épargné – et versa son contenu dans le fleuve tout en affirmant à haute voix :

« Vous êtes libres ! Nagez tant que vous pouvez, les gars. N’oubliez pas : toutes les eaux mènent à l’Océan ! Vous verrez quand vous y serez : vous ne le regretterez pas. »

Quoi qu’il en soit, ils pouvaient tous désormais mener la vie qu’ils désiraient – et il leur avait évité un futur déprimant entre quatre murs. Sa mission terminée, il tourna les talons, fier de lui, pour se retrouver nez à nez avec un.e parfait.e inconnu.e. Mince. Il n’avait pas prévu ça.
code by exordium.


Revenir en haut Aller en bas
Ian O'Connell
Ian O'Connell
Faith, trust and pixie dust
Admin TL
DESSIN ANIME D'ORIGINE : aucun...
ÂGE DU PERSONNAGE : 40 ans
COTE COEUR : une bouteille
OCCUPATION : boire, chasser, boire...
LOCALISATION : Paris
OBJETS ACQUIS : Les lunettes magiques
HUMEUR : j'ai soif!
COULEUR PAROLE : #ff9900
PRESENCE/ABSENCE : je rôde toujours 8D
DOUBLES COMPTES : Tim, Hadès, Loir, Kev', Dada & Gram
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : Colin Farrell & avatar de Ilyria
MON ARRIVÉE : 05/06/2017
MON VOYAGE : 458
POINTS : 1033
Sam 15 Mai 2021 - 1:02



SOS Poissons

Les poissons gigotent, les poissons barbotent, Les poissons vivent dans l'eau




Se prendre en main, c’était plus facile à dire qu’à faire. Le problème, c’est que ce n’était pas qu’une habitude à modifier, c’était carrément son style de vie qui devait changer. Ian avait commencé à espacer ses soirées au bar. Il n’avait pas encore la volonté de ne plus y aller du tout, mais réussir à ne pas y aller quelques soirs par semaine, c’était quand même une victoire. Une victoire légèrement amère… N’ayant pas d’autres passe-temps, il s’était fait chier toute la soirée. Il avait finit par se coucher tôt, ne sachant pas quoi faire d’autre. Bon, il avait bu quelques bières, seul, devant la télévision. Bah quoi? Il avait tout de même bu moins que d’habitude!

S’étant couché tôt, Ian s’était aussi levé tôt. Ce qui était très perturbant comme il avait l’habitude de faire la grasse matinée. Ce qui était normal quand on se couchait à quatre heure du matin! Il était resté un moment à observer le plafond, qui avait besoin d’un coup de peinture d’ailleurs. Ils faisaient quoi les gens normaux quand ils se réveillaient avant sept heure? Ils devaient boire leur café en mangeant? C’est donc ce que l’irlandais se décida à faire. Ensuite, la plupart des gens devaient se rendre au travail? Ça par contre, il n’était pas près d’y aller! Si on tolérait qu’il arrive à toute heure du jour ou que parfois il ne donne pas de nouvelles, il n’allait certainement pas se pointer aussi tôt! Surtout pas à ce travail qui ne lui plaisait plus tant et qui soulevait tant d’interrogations depuis un certain temps.

Il décida d’aller marcher sur le bord de la Seine. Peut-être que ça lui remettrait les idées en place? Peu de chance, mais tant qu’à ne pas savoir quoi faire, autant s’occuper un peu. Il laissa ses pas le guider. Le brun ne portait pas vraiment attention à ce qui se trouvait autour de lui, jusqu’à tomber sur un type bizarre avec un bocal. L’homme peinait visiblement à l’ouvrir. Ian se demanda s’il ne devait pas lui proposer son aide, mais l’autre réussit finalement et il rejeta des poissons dans le fleuve?!

Sans mots, le chasseur était sans mots. Comme si ce n’était pas déjà assez étrange, les paroles ajoutèrent un autre niveau à cette scène particulière. Déjà, ce type pensait que les poissons pouvaient le comprendre? Ensuite, il les encourageait à rejoindre l’océan?! Un fou! Passer son chemin semblait une bonne option, mais l’alcoolique n’avait rien à faire, autant rester et voir. Quoiqu’il n’y avait plus rien à voir comme il n’y avait plus de poissons. Les pauvres, ils n’avaient pas du comprendre ce qui se passaient! Ils passaient du confort d’un aquarium aux eaux polluées de la Seine. Triste fin.

C’est alors que l’autre homme le regarda. Il avait une grosse cicatrice au visage. Ian l’observa à son tour, en silence. Ce qui rendit cette situation encore plus bizarre. Ian devait-il dire quelque chose? Il ne pouvait s’empêcher d’être intrigué par ce comportement. L’homme devant lui était-il fou? Venait-il d’une autre planète? Ou plutôt d’un autre monde? Ian épluchait mentalement les possibilités sans pouvoir mettre le doigt dessus. De toute façon, voulait-il vraiment se retrouver à travailler? Pourquoi se forcer alors que tout le monde le traitait de bon à rien? Il ne devait rien à Louis, c’était plutôt le contraire, ce dernier lui devait clairement des explications!

Le brun décida de briser ce lourd silence.

-Heum… vous savez que la baignade est interdite? Ça s’applique surement aussi aux poissons. Parce que vous savez, l’eau est super pollué. Qu’est-ce qui vous dit qu’ils veulent être libérés? Ils étaient peut-être bien dans leur aquarium à l’eau propre.

Ok. Il faisait la leçon à un inconnu au bord de la Seine. Il aurait mieux fait de se bourrer la gueule, se serait moins étrange. Comme un verre serait agréable… après tout, il est midi à quelque part dans le monde. Il se secoua mentalement, essayant de chasser ce genre de pensées. Mieux valait se concentrer sur ce type. Pourquoi ne pas évaluer s’il était dangereux?

-Je pense que vous venez de condamner ses poissons. Si ça se trouve, ce n’est pas le bon climat pour eux…



codage par greenmay. sur Apple-Spring
https://disney-badendings.forumactif.org/t1923-celui-qu-on-attendait-pour-le-detester-mais-appelez-moi-ian https://disney-badendings.forumactif.org/t1926-les-chasses-d-un-alcoolique https://disney-badendings.forumactif.org/t1952-et-si-on-discutait-autour-d-un-verre
Revenir en haut Aller en bas
Gilles de l'Océan
Gilles de l'Océan
Faith, trust and pixie dust
Admin animals
PHOTO D'IDENTITE : SOS Poissons [RP libre] Tumblr_p38zdzYZod1whpmzao1_400
DESSIN ANIME D'ORIGINE : Finding Nemo
ÂGE DU PERSONNAGE : 55
COTE COEUR : Personne (aromantique et asexuel)
OCCUPATION : Indépendant, inscrit sur un site de petites annonces pour venir en aide à ceux qui le demandent, en fonction du besoin. Tient aussi un blog pour dénoncer les méfaits de l'homme sur les océans.
LOCALISATION : Paris
HUMEUR : Prêt à tout
COULEUR PAROLE : #07a277
PRESENCE/ABSENCE : soir & weekend
DOUBLES COMPTES : Wendy, Phil & Quinn
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : Michael K. Williams
MON ARRIVÉE : 13/04/2021
MON VOYAGE : 14
POINTS : 39
Dim 5 Sep 2021 - 18:15
SOS Poissons
Gill & Ian
La personne qui lui faisait face semblait être un homme plutôt mur, brun et relativement interloqué par le comportement dont il venait d’être témoin. Et bien quoi ? Il n’avait pas l’habitude de voir quelqu’un venir au secours d’un groupe de poissons ? Sans doute pas, mais il y avait bien une première fois à tout. Gill n’avait pas regretté un seul instant ses actes, ce n’était pas ici et là qu’il allait commencer. Pour une fois, un de ces plans venait de réussir, c’était tout ce qui comptait pour lui. Tous ces poissons qu’il venait de jeter à l’eau seraient bientôt aux portes de l’Océan ; et rien que cette idée suffisait à lui donner le sourire. Si lui-même n’avait pas eu la chance de se sortir de l’aquarium pour retourner à ses origines – pire, il était devenu un de ceux de la pire espèce qui soit, les humains – au moins avait-il pu permettre à d’autres d’avoir cette chance. Autant dire qu’il n’en était pas peu fier.

En revanche, et comme il aurait pu s’en douter, l’homme en face de lui semblait bien moins convaincu par ce geste héroïque. Comment l’aurait-il pu ? Les humains sont bornés, ils ne voient jamais plus loin que le bout de leur nez, et surtout ils ne possèdent aucune espèce de compassion pour tout autre animal, qu’ils aient des poils, des plumes ou des écailles. Ils ne voient les poissons que comme des jouets ou des objets de décoration, leur emprisonnement ne leur faisait ni chaud ni froid. Ils n’étaient pas comme Gill, ils n’avaient jamais été à leur place. C’était ainsi que l’ancien idole des maures s’expliquait le scepticisme de l’homme. Ce dernier ne semblait pas croire que les poissons ne voulaient pas être libérés, mais c’était absurde. Personne n’aimerait être prisonnier d’une cage de verre, à attendre qu’un humain veuille bien y verser un peu de nourriture et à supporter les idioties des enfants qui tapotaient inlassablement sur la vitre pour voir comment ça bougeait à l’intérieur. Le confort d’un aquarium, tu parles ! Ce qu’il ne fallait pas entendre… Gill répondit à ces accusations par un haussement d’épaules. Les humains étaient bornés, il ne gagnerait rien à débattre avec lui. Mais puisqu’il n’y perdrait rien non plus, il se décida malgré tout à donner son point de vue :

« Et moi je pense que vous les sous-estimez. Les poissons sont bien plus forts que vous le croyez, vous savez. J’en ai déjà vu traverser des océans entiers, affronter des bancs de méduses et des dents de requin jusqu’à Sydney en Australie, sans jamais abandonner. Alors les eaux polluées de la Seine, ce n’est pas ce qui les arrêtera, vous pensez bien. »

L’histoire de Marin et Dory dans leur quête pour retrouver Némo avait fait le tour des mers et des océans – il doutait cependant qu’elle ait pu atterrir dans les oreilles des humains. Peu importe, l’autre pouvait bien le croire ou non, ça n’était pas son problème. Gill avait fait ce qu’il avait à faire, et il était bien décidé à recommencer l’opération dès qu’il le pourrait. Même s’il ne pourrait jamais libérer tout le monde, il comptait au moins ouvrir les portes de l’Océan au plus grand nombre de poissons captifs possible. Reposant le bocal vide sur le sol – il était lourd et n’était pas simple à garder avec un seul bras – il ajouta simplement :

« Je sais bien que je pourrais dire tout ce que je veux, ça ne vous changera pas d’avis. Mais j’assume mes actes, et je continuerais à les assumer tant qu’il le faudra. Je veux que ces poissons soient libres, je veux qu’ils aient la chance d’admirer toute la beauté de l’océan. »
code by exordium.


Revenir en haut Aller en bas
Ian O'Connell
Ian O'Connell
Faith, trust and pixie dust
Admin TL
DESSIN ANIME D'ORIGINE : aucun...
ÂGE DU PERSONNAGE : 40 ans
COTE COEUR : une bouteille
OCCUPATION : boire, chasser, boire...
LOCALISATION : Paris
OBJETS ACQUIS : Les lunettes magiques
HUMEUR : j'ai soif!
COULEUR PAROLE : #ff9900
PRESENCE/ABSENCE : je rôde toujours 8D
DOUBLES COMPTES : Tim, Hadès, Loir, Kev', Dada & Gram
PERSONNALITÉ & CRÉDITS : Colin Farrell & avatar de Ilyria
MON ARRIVÉE : 05/06/2017
MON VOYAGE : 458
POINTS : 1033
Dim 10 Oct 2021 - 22:23



SOS Poissons

Les poissons gigotent, les poissons barbotent, Les poissons vivent dans l'eau



L’histoire que cet homme racontait à Ian lui sembla plutôt familière. Ce n’était pas un film de Pixar ça? Le poisson qui a traversé l’océan et un tas de danger pour se retrouver à Sidney, en Australie? Ce n’était qu’un film pour les enfants, pas une histoire vraie! Sauf si l’homme devant lui venait de ce conte? Le chasseur devait le faire parler afin d’en apprendre plus. Une discussion lui permettrait aussi de savoir si l’homme était dangereux ou pas. Que des Disney débarquent chez les humains, okay, mais s’ils foutent la merde, faut les retirer de la circulation. Certes, le travail de Ian était de les attraper tous, sans distinction, sauf qu’il était de moins en moins d’accord avec ce principe. Pourquoi faire chier ceux qui s’adaptaient bien et ne faisaient de mal à personne?

-C’est drôle, j’ai l’impression que vous parlez d’un conte. Ce genre d’histoire n’arrive pas pour vrai. Et même si c’était le cas, comment pourriez vous le savoir, un de ces poissons vous l’a raconté?

Petite perche pour voir comment l’homme réagira. Après tout, Ian n’avait rien à perdre. Au pire, l’autre ne lui dira rien d’intéressant et il n’aura plus qu’à passer son chemin. Le chasseur restait à l’affut, après tout, il ne savait pas si l’homme devant lui était dangereux ou pas. Déjà, il ne semblait pas très brillant s’il croyait que les pauvres poissons allaient survivre. Surement un être impulsif donc? Peut-être même naïf? Restait à voir avec la suite de la conversation.

-Rien que je ne puisse dire ne vous fera changer d’avis? Vous savez, de base, je n’ai rien contre la libération d’animaux ou de poissons, seulement, je pense qu’il y a des endroits plus appropriés et sécuritaire pour le faire. Relâcher la mauvaise espèce au mauvais endroit peut entrainer sa mort ou pire, un bouleversement de l’écosystème, qui lui causera encore plus de morts.

L’irlandais ne s’y connaissait pas beaucoup dans le domaine, mais il en savait clairement plus que cet individu irresponsable. Bien vite, quelque chose attira son attention. Il fronça les sourcils en pointant les corps inertes de poissons flottant sur le dos. D’un côté, le brun était content d’avoir raison, d’un autre, il était triste pour ces pauvres créatures n’ayant rien demandé à personne.

-Finalement, l’eau polluée les a arrêtés. Je suis vraiment désolé…

Ian afficha une mine contrite. Il n’était pas le plus fervent défenseur des animaux, mais ça lui semblait si bête comme mort. Ça aurait clairement pu être évité. Tout ce qui restait à souhaiter, c’était que ces poissons n’avaient pas de maladies qui pourraient contaminer encore plus de fleuve.

-Il y a des méthodes pour les relâcher. Il faudrait vous renseigner. Parce qu’à ce rythme, vous allez en tuer plus que n’importe quel humain. Venez, on va se poser quelques instants et faire des recherches sur internet.

Ian se disait que ce genre d’interaction lui permettrait peut-être de vraiment savoir qui était cet homme et s’il était dangereux.

-Au fait, je me nomme Ian, Ian O’Connell.



codage par greenmay. sur Apple-Spring
https://disney-badendings.forumactif.org/t1923-celui-qu-on-attendait-pour-le-detester-mais-appelez-moi-ian https://disney-badendings.forumactif.org/t1926-les-chasses-d-un-alcoolique https://disney-badendings.forumactif.org/t1952-et-si-on-discutait-autour-d-un-verre
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: